www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Dossiers > Paléographie > Paléo Express > Qui pourrait m’aider à compléter la transcription de cet acte notarié ?

Qui pourrait m’aider à compléter la transcription de cet acte notarié ?

Le jeudi 10 décembre 2015, par Daniel Hulard

Mon plus ancien ancêtre patronyme connu est Nicolas Hullard décédé en 1664 à St Martin le Blanc (Seine Maritime) village où son fils Charles Hullard (qui a perdu un « l » au cours de sa vie et qu’on n’a jamais retrouvé ! ) est né le 16 mai 1654.

Dans ce même village, en 1550, soit un siècle plus tôt, j’ai trouvé l’existence de Raoullin Hullard et de Michel Hullard.

Ceci par un acte notarié chez le tabellion Pymont de St-Saens.

Cet acte décrit la vente d’une rente, mais je n’arrive pas à transcrire complètement le texte.

Vous trouverez ci-joint une image du texte avec mon essai de transcription (on peut également le trouver sur le site des archives de Rouen : tabellions St-Saens Dalamare 1549-1550 p 124/479, cote 2E93/25).





Ce document m’a amené à m’intéresser à la pratique des rentes constituées au XVIe siècle qui étaient des prêts hypothécaires contournant l’interdiction par l’église de percevoir des intérêts (l’esprit jésuite était-il déjà là ?).

Qui pourrait m’aider à compléter la transcription de cet acte ?

Merci par avance pour votre aide,

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

  • Qui pourrait m’aider à compléter la transcription de cet acte notarié ? 11 décembre 2015 17:31, par Jocelyne Cathelineau

    Bonjour
    Je ne peux pas vous aider pour la transcription, mais je vois que je suis la première à répondre et sans doute allez-vous avoir plein de réactions d’internautes.
    J’ai juste deux petites choses à vous dire, à part « bon courage » :

    • l’interdiction (morale) de demander des intérêts en cas de prêt date bien avant la fondation de la Compagnie de Jésus (Jésuites). Que le temps ne produise pas de l’argent... est une prescription de l’Ancien Testament. Cette partie de la Bible étant commune aux Chrétiens et aux Juifs (c’est leur Torah) les Juifs ne peuvent prêter avec un intérêt... que si l’emprunteur n’est pas juif ! C’est la raison pour laquelle les Papes, qui s’endettaient beaucoup, n’empruntaient qu’aux Juifs, et les protégeaient. Tant mieux pour eux, ils en avaient bien besoin !
    • mes filles ont dans leur ascendance lyonnaise une certaine Rosalie Hulard. Quand je dis « lyonnaise » je crois me souvenir que la branche Hulard venait des « terres froides » de l’Isère(tout le monde naissait à la campagne, et mourait à Lyon, grosse ville qui attirait les campagnes avoisinantes). Il y a quelques années, il y avait encore une descendante de l’ancêtre commun.
      Etes-vous sûr que le patronyme Hulard est de Seine-Maritime ? Si vous avez de la peine à remonter au-delà de l’ancêtre dont vous tentez de déchiffrer l’acte, essayez l’Isère !
      Cordialement
      Jocelyne Cathelineau

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Merci pour votre précision sur l’origine des prêts et la méthode pour la contourner. C’est un bon exemple d’entraide entre religions qu’on devrait appliquer plus souvent.

      Pour ce qui concerne les « Hulard », l’origine de ma branche est bien normande : 16e siècle à St Martin le blanc près de St Saens.
      On trouve un Hulard au début du 12e siècle : Anselme fils de Hulard de St Quentin marié avec une fille de Guy seigneur de Guise mais il n’a eu que des filles.
      Comme vous le précisez, on trouve à la fin du 17e siècle, des Hulard en Isère (Rochetoirin), mais aussi en Ille et Vilaine (Pleine Fougère), dans le Finistère(Quimperlé), dans la Manche (Valogne), en Moselle (Bourdonnay) et dans le Pas-de-Calais (Boulogne).
      Mais il est difficile voire impossible de trouver si un lien existe entre ces différentes branches.
      Cordialement

      Daniel Hulard

      Répondre à ce message

  • 1re ligne de la 2e photo : Quand vous écrivez if après livres il s’agit de « tz » abréviation du mot « tournois » Huit cent livres tournois (il s’agit d’une monnaie frappée à Tours)

    3e ligne de la troisième photo : pas Nohan mais Johan (pour Jean)
    Texte pas facile bon courage
    mtreynard

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Merci de vos remarques.

      Pour la livre, j’hésitais entre la livre parisis et la livre tournois, toute deux ayant cours au milieu du 16e siècle.
      D’abord je penchais pour la livre parisis, Paris étant plus proche de la Normandie que Tours.
      Mais votre remarque est juste : la première lettre après livre est sans doute un t et non un i car il n’y a pas de point sur la lettre.
      Enfin, en 1549, la livre tournois est décrétée unité de compte pour la tenue des comptabilités, donc c’est comme vous le précisez une livre tournois.

      Pour le prénom Nohan, le N est le même que dans Novembre (2e ligne de la première photo), c’est ce qui m’a incité à le choisir plutôt que le J.

      Cordialement

      Daniel Hulard

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Voici une petite contribution encore à parfaire car cet acte est très délicat !Dud. (dudict) jour pour avoir la date, il faut lire les actes précédents jusqu’à la trouver ; elle n’est pas mentionnée ici
    photo 1 : Charlote Le Prevost vesve de feu Jehan Feuldrix en son vivant Sieur de Brecquigny demourante à St Saens presente pour elle et vraisembablement : ses hoirs... mais il manque peut-être une ligne ici ?
    photo 2 : ligne 1 : C’est à scaveoir huict livres tz (tournois) et non huit cent de rente que lad(icte) vesve a promis payer, (...) aux termes du premier jour de janvier et premier jour de decembre egallement au prorata, premier payement commençant au premier jour de janvier ... et premier de decembre après ensuyvant par ..., lad(icte) vesve ... moyennant quatre vingtz livres tz (un mot ?) payez constituez en escus d’or
    p 3
    sol (écu au soleil) et ung angelot d’or / Ad ce present Jehan Tryer .... / (ligne 6) payer lesd. biii (8) L.tz de rente .... aulx termes cy dessus declares ont plegé (cautionné) (....) led. Hullard
    p 4
    principaux pleges responcifz (responsifs) ensemble avec led. Hullard ... pour le tout sans .(formule juridique) Nicolas Hullard son frere (...) au payement desd. biii L. tz de rente comme principal heritier ?
    (p 5)
    ligne 7 : iiii xx (80) livres tz ensemble payer comme dessus ... prorata à ... ... ... lesd. heritiers et pleges ... comme dessus dict / ......par devant maistre Jehan Ducher ... ... de Freauville, Jehan Le Tellier et Jehan Le Courroyer je pense qu’il s’agit là des notaires, et non comme vous le suggérez Pymont de Sainct Saens ?
    Oui il s’agit de livres tournois, la monnaie de compte, et la somme de 80 L.t. est garantie par de la monnaie sonnante : écus sol et angelot.
    Cordialement
    Elisabeth

    Répondre à ce message

    • Bonjour Elisabeth,

      Merci pour votre aide précieuse qui a bien débroussaillé le sens général du texte et surtout merci d’avoir redonné à Nicolas Hullard son véritable prénom. Je l’avais appelé Michel.
      Pour la date, les actes du tabellion Delamare de St Saens sont regroupés dans un registre d’Octobre 1549 à Avril 1550, dates que l’on retrouve à la fin de la liasse p 479/479.
      Il me semble lire 5 Novembre à la 2e ligne de la photo 1
      et je devine maintenant « aujourd’hui 5 novembre » à la 3e ligne photo 2 et non « agé cinquante » qui ne veut rien dire.
      C’est donc le 5 novembre 1549 que l’acte a été rédigé.

      Pour le montant de la rente, je croyais lire 8 livres dans un premier temps, mais j’ai comparé avec les autres pages du document numérisé et notamment la dernière page où 1549 s’écrit : « mil cû quarante neuf », par analogie, j’ai déduit que c’était 800 livres tz.
      Une rente de 800 livres et des remboursements annuels de 80 livres cela fait un taux de 10%.
      C’est la fourchette haute des prêts de l’époque situés entre 5 et 10 %.
      On n’a jamais été très bons dans la famille pour les négociations avec les banquiers.

      Cordialement

      Daniel Hulard

      Répondre à ce message

  • Rebonjour,
    Je suis sûre de ma transcription des chiffres, sinon je ne me serais pas permis de vous écrire. Dans ces années-là, 8 s’écrit huict ou biii. 800 serait huict cens ou biii c. Ici on parle de 80 livres t. perçues en numéraire contre 8 L.t. de rente. Enfin, il n’y a aucune date sur la 2e ligne, juste « ledict jour ».
    Mais, je vous laisse juge...
    Merci de cet échange
    Elisabeth

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Vous avez raison, c’est bien huit livres.
      Pour la date, j’ai feuilleté les pages du registre avant et après cet acte ( p 124). A la page 123, il est indiqué le 28e jour de novembre (écrit xxbiij), à la page 127, le dernier jour de novembre, à la page 130, le 1er jour de décembre.

      La date est donc le 28 novembre 1549.

      Merci encore pour votre aide
      Cordialement

      Daniel Hulard

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Vous pourriez aller sur le site Francegenweb et cliquez sur paléographie ( l’aide est gratuite). Suivre la procédure d’inscription et joindre le document.
    J’ai fait appel à leur aide pour un acte notarié de 1637, la réponse a été rapide ainsi que la transcription de l’acte. Ne pas oublier de remplir le livre d’or pour les remercier.
    cordialement
    Danielle ADOLLE

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP