www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Chroniques de nos ancêtres > Meurtre à Magrinet sous le Directoire

Meurtre à Magrinet sous le Directoire

Le jeudi 9 mars 2017, par Dominique Guibert

La veuve d’un ci-devant gentilhomme verrier est portée disparue durant l’hiver 1799. Son corps est rapidement retrouvé chez son voisin, ancien gentilhomme verrier lui aussi.

La victime

Elisabeth Clergue était née vers 1739 au château de la Tounié près de Valence d’Albigeois (Tarn), dans une famille bourgeoise. Elle avait épousé en 1766 noble Jean-Pierre de Bertin, gentilhomme verrier, habitant de Magrinet (commune de Centrès, Aveyron), né en 1744. Veuve en 1788, elle convola en secondes noces, en 1793, avec Jean-Pierre Couvènhes, marchand, veuf et habitant de Montalrat (même commune). Elle se retrouva à nouveau veuve en septembre 1794. Elle vécut alors seule dans sa maison de Magrinet.
Elle fut retrouvée morte le 5 février 1799, « égorgée et enterrée dans une écurie du citoyen Etienne-Ignace Bertin » après trois jours de recherches par la Garde Nationale, d’après son acte de décès.

Le suspect

Etienne-Ignace Bertin dit Lacombe, ci-devant noble, était aussi gentilhomme verrier avant la Révolution. Il était voisin de la victime et cousin germain de son premier mari. Contrairement à son oncle Jean de Bertin, père de Jean-Pierre et donataire de leur grand-père paternel, son père Etienne de Bertin ne devait recevoir que sa part légitimaire qu’il « répudia » en 1758. Cependant Etienne-Ignace racheta en 1795 à Jean-Pierre Couvènhes fils, une partie de biens-fonds ayant appartenu à la famille de Bertin.

Le drame

Le mercredi 30 janvier 1799, Elisabeth Clergue, veuve âgée d’environ 60 ans, se rendit chez Joseph Raust, travailleur de Taurines (commune de Centrès), pour « aider à faire les saucisses », provenant d’un « cochon gras » dont elle avait acheté le quart au prix de 6 francs payés le 27 janvier et d’un « sac de blé seigle » que le vendeur devait venir chercher chez elle. A la tombée du jour, elle prit sa part de saucisses et des boudins, et s’en retourna chez elle.

Etienne-Ignace Bertin se trouvait dans l’un de ses champs près du chemin lorsqu’il vit sa voisine passer. Il la rejoignit et ils marchèrent quelques temps tout en se disputant au sujet d’un procès qui les opposait. Les paroles s’envenimèrent et la victime jeta une pierre qui atteignit son interlocuteur au-dessus de l’œil droit. Furieux, ce dernier riposta en lui donnant un coup de bâton sur la tête. Le choc fut si violent qu’il la renversa, et qu’aussitôt « elle saigna du nez et mourut sur le champ » selon la déclaration de l’auteur des faits.

Il rentra « chez lui pour souper ». Après le repas, sa femme sortit « pour aller passer la veillée chez un voisin » : il en profita pour aller creuser une fosse dans son écurie destinée à la victime. Ensuite il retourna sur les lieux où il avait laissé le corps de ladite Clergue. Il porta le cadavre sur ses épaules jusque dans son écurie. Il le déshabilla et porta tous ses vêtements dans la grange au-dessus de l’écurie. Il plaça le cadavre dans la fosse mais voyant que le trou était trop petit, il alla chercher une hache et coupa la tête et les jambes au niveau des genoux du cadavre. Après avoir enterré le corps mutilé de la victime, il recouvrit le tout du fumier de l’écurie.
Le surlendemain 1er février, c’était un vendredi, le suspect s’introduisit chez la victime et déroba un certain nombre d’effets personnels qu’il emporta chez lui pendant que sa femme était absente. Celle-ci était allée « laver du linge au ruisseau ou pesquier ».

Recherches effectuées par la garde nationale de Centrès

L’absence de la veuve Bertin de Magrinet alerta ses voisins qui se mirent à sa recherche avec d’autres habitants des environs dont des membres de la garde nationale de Centrès, « trois ou quatre jours » après sa disparition, d’après la déclaration d’un témoin.

Le 2 février, ils ne trouvèrent « qu’une croix d’or, les crochets d’une jupe et quelques gouttes de sang » sur le chemin de Taurines à Magrinet à hauteur du pré de Joseph Rey de Magrinet.

Le lendemain, dimanche 3 février, ils trouvèrent dans l’écurie d’Etienne-Ignace Bertin dit Lacombe, « environ trois quartes [de] blé seigle et autant de farine, un plat [en] étain, une écuelle, quelques mouchoirs et autres effets ». Cela les incita à entrer dans la maison du suspect où ils trouvèrent son épouse qui leur affirma que son mari était parti à la fête votive de Courtalesque (commune de Quins). Ils fouillèrent la maison et découvrirent plusieurs objets dont des coiffes que plusieurs témoins reconnurent appartenir à la veuve Bertin. Aussitôt ils retournèrent à l’écurie où ils remarquèrent dans un coin que « le fumier […] avait été remué » récemment. Après avoir enlevé le fumier et constaté que la terre était meuble à cet endroit, ils découvrirent un cadavre sous « un pan » (25 cm) de terre. Jean Corrèges, agent national de Centrès, présent sur les lieux, enregistra le décès d’Elisabeth Clergue le jour-même à onze heures et envoya chercher le juge de paix qui ne se présenta que le lendemain.

Le 4 février, Jean-Antoine Falgayrac, « juge de paix et officier de police judiciaire du canton de Saint-Just », procéda à la perquisition du domicile du suspect. Après avoir vu le cadavre nu, sans tête et à demi-enfoui dans une fosse creusée dans l’écurie, il se rendit dans la maison où il fit « consigner » Marianne Vérol, femme d’Etienne-Ignace, à « quatre gardes nationaux ». De retour dans l’écurie, il ordonna de sortir et reconstituer le corps en présence de Pierre Boyer, officier de santé et de plusieurs témoins qui le reconnurent comme étant celui d’Elisabeth Clergue. Le juge en conclut que la défunte « était morte d’une mort violente et qu’elle [avait] été tué par des instruments tranchants » et déclara que rien ne s’opposait à son inhumation « suivant les formes ordinaires ». La perquisition dans « la boutique à rez-de-chaussée », probablement une annexe de l’écurie, permit de découvrir, outre les éléments mentionnés la veille, d’autres effets personnels de la victime dont certains « encore ensanglantés malgré qu’ils aient été lavés ».

On trouva encore dans la maison du suspect d’autres affaires appartenant à la victime dont certaines étaient cachées dans le lit des enfants ou dans le foin de la grange dudit Bertin. Le juge de paix émit un mandat d’arrêt contre Etienne-Ignace Bertin pour meurtre et vol et un second mandat d’arrêt (sic) pour « faire conduire sur le champ » Marianne Vérol, « fortement soupçonnée de complicité », à la maison d’arrêt de Rodez. Il rédigea aussitôt un courrier à l’adresse du brigadier de la gendarmerie de Sauveterre dans l’intention de lui remettre la suspecte et de délivrer un mandat d’arrêt à l’encontre de son mari en fuite. On notera que le juge, averti du départ du suspect vers le département de l’Hérault, recommanda au brigadier de « prévenir les brigades du côté de Marseille où il [avait] des parents, chez lesquels il [irait] peut-être se réfugier ».

Le même jour, après-midi, le juge de paix interrogeait la prévenue de complicité. Elle nia avoir participé au transport des effets de la victime dans sa maison et en avoir lavé. Elle affirma être rentrée « à nuit close » le 30 janvier, jour du drame, être sorti après souper chez son voisin Camboulives « où elle resta jusque vers minuit » laissant son mari près du feu qu’elle retrouva au même endroit à son retour et ignorer où il se trouvait depuis le 2 février.

Le 5 février, le juge Falgayrac écrivit au « directeur du jury de l’arrondissement de Rodez » qu’il ferait conduire Marianne Vérol épouse Bertin avec « un enfant à la mamelle » directement à Rodez par la garde nationale, pour éviter le détour par Sauveterre où se trouvait la brigade de gendarmerie à laquelle il ferait passer ce jour un mandat d’arrêt contre le prévenu Bertin dit Lacombe. Il avait confié les deux autres enfants du couple « âgés de deux à quatre ans » à Gabriel Assier, métayer de la victime. Après quoi il apposa les scellés sur la maison dudit Bertin.

Le 7 février, Marianne Vérol fut interrogée par Antoine Giscard, « directeur du jury de l’arrondissement de Rodez ». Elle déclara ignorer tout du procès en cours entre son mari et la victime et avoir appris la découverte du cadavre de sa voisine dans son écurie le jour de la visite de la garde nationale mais « qu’elle n’eut pas le courage de l’aller voir ». Elle savait que la victime était allé à Taurines et qu’elle « manquait depuis cinq jours ». Elle confirma qu’elle avait passée « la veillée » du 30 janvier chez son voisin Camboulives. Sur la présence des habits et autres objets de la défunte trouvés dans sa maison, elle affirma ne rien savoir hormis que ses voisins lui avaient dit que c’était son mari que les avait transporté le vendredi 1er février de la chambre de la victime parce que la veille « son mari s’occupa toute la journée à lever les murailles du jardin » et que le vendredi elle-même alla au ruisseau laver du linge.

Le samedi 2 février, « jour de fête » elle alla avec son mari à la messe à Centrès et de là il partit « pour aller dans la maison paternelle d’elle » (à Courtalesque) et qu’elle ne l’avait pas revu depuis.

Personnalité du suspect

Dans son interrogatoire du 7 février, Marianne Vérol déclara que son mari « était d’un très mauvais caractère, fort brutal, et qu’il ne lui parlait que fort rarement et qu’il la maltraitait ». Lors du procès, un témoin affirma aussi que « son mari la maltraitait de temps en temps » et un autre qu’il « jouissait depuis longtemps d’une mauvaise réputation ».

Mobiles du meurtre

Elisabeth Clergue et Etienne-Ignace Bertin avaient un « procès assez considérable ». Bien que voisins et proches parents (le premier mari de la victime était cousin germain du prévenu), leurs opinions divergeaient sur les événements révolutionnaires récents. Dans son interrogatoire l’accusé affirma que la victime le haïssait « parce qu’il était patriote et allait à la messe des prêtres assermentés », « qu’elle cherchait l’occasion de lui nuire » et « qu’elle menaçait toujours de l’expulser de son bien ».

Fuite et cavale du suspect

Etienne-Ignace Bertin dit Lacombe quitta Centrès le samedi 2 février non pas pour aller à Courtalesque comme il avait dû le dire à sa femme mais pour se cacher en Espagne pour fuir la justice et le sort funeste qu’il savait lui être réservé.

Le 5 février, alors qu’il cheminait en direction du Languedoc, il rencontra entre Roquecezière et Lacaune, Pierre Cailhol, marchand, natif de Montalrat, qui revenait de Montpellier. Apostrophé par ce dernier, le prévenu se rapprocha de lui. Le témoin fut « frappé de voir le visage meurtri dudit Lacombe et noir sous l’œil gauche ». Lorsqu’il lui demanda s’il allait bien, celui-ci répondit « pas trop bien » et se mit à verser des larmes en avouant le meurtre d’Elisabeth Clergue. Il lui dit qu’il partait en Espagne et « qu’il ne reviendrait plus à Magrinet » et lui recommanda de prévenir sa femme.

Pourtant, pris de remords ou peut-être sans argent, il résolut de revenir sur ses pas.
Vers le 9 ou 10 février, alors que sa femme se trouvait emprisonnée à Rodez, le prévenu Bertin se tenait vers les onze du soir près de la porte de Baptiste Malgoires, travailleur de Magrinet, qui l’invita à rentrer et « lui proposa de lui faire de la soupe », ce qu’il accepta. Il avoua à son hôte le meurtre et lui dit « qu’il était fâché de l’avoir fait » et qu’on n’aurait pas dû arrêter sa femme qui « n’était cause de rien ». Malgoires invita Bertin à coucher chez lui, dans l’espoir de le faire arrêter, mais ce dernier refusa.

Le prévenu retourna dans la clandestinité, peut-être dans le Languedoc comme le suggère le « procès verbal de capture dudit Bertin » d’où il serait revenu chez lui début juillet.

Les procédures judiciaires

Marianne Vérol fut écrouée le 7 février dans la maison d’arrêt de Rodez. Le jour-même, le directeur du jury de l’arrondissement de Rodez, après avoir entendu la prévenue, examina les pièces remises par le citoyen Carcuac, huissier près le tribunal correctionnel de Rodez et trouva que le mandat d’arrêt contre la suspecte était nul pour défaut de compétence du juge de paix. Il rendit une ordonnance le 12 février « sur les conclusions du commissaire du pouvoir exécutif par laquelle il [annula] ledit mandat d’arrêt et [ordonna] qu’il en serait décerné un nouveau sur le champ ». Il avait aussi émis un mandat d’arrêt contre « Bertin dit Lacombe à lui notifié [le 16 février] comme auteur du meurtre et assassinat de ladite Clergue ».
Il concluait qu’en raison des faits reprochés, les époux Bertin méritaient une « peine afflictive ou infamante » et après audition du « commissaire du pouvoir exécutif » (nommé Labit), il rendit une ordonnance le 23 février « par laquelle il [traduisait] lesdits Bertin et Vérol devant un jury spécial d’accusation ».

L’acte d’accusation rendu le 27 février 1799, par Antoine Giscard, « directeur du jury de l’arrondissement de « Rodez » stipulait que « ledit Etienne Bertin contumax [était] prévenu d’être l’auteur dudit assassinat, meurtre et vol des effets et Marianne Vérol sa femme détenue dans la maison d’arrêt complice d’icelui ».

Après examen des pièces relatives à l’affaire et audition des témoins, les jurés (au nombre de huit dont quatre de Rodez) ont délibéré sans désemparer. La délibération du jury rendue le 1er mars fut la suivante : oui il y a lieu contre Bertin dit Lacombe et non il n’y a pas lieu contre Marianne Vérol (signé Benoit aîné, chef du jury). Après quoi, Antoine Giscard « juge du tribunal civil du département de l’Aveyron et directeur du jury de l’arrondissement de Rodez » prit une ordonnance de prise de corps et de conduite directe en la maison de justice du tribunal criminel du département de l’Aveyron, de la Lozère ou du Tarn.

Signalement du prévenu

Etienne-Ignace Bertin, « travailleur de terre, ancien gentilhomme verrier, âgé de 45 ans, taille de cinq pieds (1,50 m), homme gros et bien fait (sic), visage rond, cheveux châtains commençant à griser, nez gros et aquilin, bouche large ».

Arrestation du prévenu

Le 16 juillet des témoins le virent le prévenu Bertin, près de Magrinet, moissonner un champ de blé lui appartenant. Informés de ces faits quatre gendarmes de la brigade de Sauveterre (Augustin Rouquet, Léonard Pomarède, Jean Long et Antoine Bousquayrol), de retour de Réquista, investirent le lendemain 17 juillet ce champ par des chemins détournés où ils pensaient le surprendre en train de « lier » les blés coupés. « Chargé à grande course de cheval », le prévenu fut rapidement arrêté par les gendarmes. Interrogé sur sa culpabilité, il avoua le crime et les conduisit sur les lieux du drame « à soixante pas » d’où il fut capturé. Conduit à Sauveterre pour y passer la nuit, il fut écroué le lendemain 18 juillet « dans la maison de justice de Rodez » et remis « en garde à François Anduse, concierge d’icelle, avec défense de l’élargir sous les peines de droit ».
Interrogatoire du prévenu :

Le 19 juillet, Etienne-Ignace Bertin fut conduit par la gendarmerie nationale de Rodez depuis la salle de justice où il était détenu jusqu’à la salle du tribunal criminel, devant Henri Constans, « juge de service près le tribunal criminel du département de l’Aveyron, délégué par le président » pour être interrogé. Après avoir décliné son identité, il fit le récit de la journée tragique du 30 janvier 1799 et du vol des effets de la victime le surlendemain. A la demande du juge de « se choisir un ami ou conseil pour aviser à sa défense », il nomma « pour son défenseur le citoyen Merlin ». Il signa le procès verbal de son interrogatoire.

Le 25 juillet, Jean-Guillaume Conducher, huissier près le tribunal criminel de Rodez, lui notifia la procédure, dans la maison d’arrêt. Bernard « junior » Loubière, autre huissier, lui notifia « la liste des témoins qui [devaient] déposer contre lui (sic) » devant le tribunal criminel. Ces témoins étaient les suivants : Baptiste Malgouires, travailleur de terre à Magrinet, âgé d’environ 33 ans, Joseph Raust, travailleur de Taurines, âgé d’environ 63 ans, Joseph Camboulives, travailleur natif de Cassagnes, habitant de Magrinet, âgé d’environ 38 ans, Catherine Assier, épouse du précédent, âgée d’environ 33 ans, Pierre Caillol, « trafiquant », natif de Montalrat, âgé de 32 ans et Gabriel Assier, cultivateur de Bessous, âgé d’environ 33 ans.

Le procès criminel

Le prévenu Bertin dit Lacombe fut jugé devant le « tribunal criminel du département de l’Aveyron » séant à Rodez le 7 août 1799, présidé pat le juge Vaissettes, assisté de trois « juges de service » et d’un juge du tribunal civil. Le jury spécial était composé de douze jurés assis tous ensemble et de trois jurés adjoints assis « séparément des autres ». Les jurés durent « prêter le serment de haine à la royauté, à l’anarchie, fidélité et attachement à la république et à la constitution de l’an 3 ». Parmi eux, deux étaient désignés « défenseur officieux ». Le président fit « promettre au citoyen Merlin, défenseur de l’accusé de n’employer que la vérité dans sa défense ».

Les jurés étaient invités à répondre à chacune des dix questions suivantes auxquelles ils ont répondu à l’unanimité de la façon suivante :

  1. Est-il constant que dans le cours du mois de pluviôse dernier (janvier-février) il ait été commis un homicide sur la personne d’Elisabeth Clergue ? Oui.
  2. Bertin accusé est-il l’auteur de cet homicide ? Oui.
  3. L’a-t-il commis à suite d’une provocation violente ? Non.
  4. L’accusé est-il excusable ? Non.
  5. L’a-t-il commis volontairement ? Oui.
  6. L’a-t-il commis avec préméditation ? Non.
  7. L’homicide a-t-il été accompagné de la soustraction des effets appartenant à ladite Clergue ? Oui.
  8. A-t-il été suivi de la soustraction des effets appartenant à ladite Clergue ? Oui.
  9. Bertin accusé est-il l’auteur de cette soustraction ? Oui.
  10. L’a-t-il fait dans l’intention de s’approprier lesdits effets au préjudice du propriétaire ? Oui.
    Seule la préméditation ne fut pas retenue par le jury qui ne reconnut aucune circonstance atténuante à l’accusé.
    Le juge déclara donc Bertin dit Lacombe coupable d’homicide suivi de vols et prononça la sentence de mort à son encontre.

Pourvoi en cassation

Le condamné présenta un pourvoi en cassation examiné en l’audience de la Section criminelle de cassation, tenue au Palais de Justice, le 13 octobre 1799. Il fut rejeté.

Exécution capitale

« Le nommé Etienne Bertin condamné à mort par jugement du tribunal criminel du département de l’Aveyron le vingt thermidor an sept et confirmé par jugement de cassation le vingtième vendémiaire dernier […] a été livré à l’exécuteur des jugements et mis à mort le dix neuvième brumaire an huit de la république française (10 novembre 1799) à l’heure de midi sur la place de la liberté de Rodez ».

Depuis la rédaction de cet article, j’ai fait une nouvelle découverte sur internet. Etienne-Ignace Bertin n’était pas inconnu des services de Police, il avait déjà un casier judiciaire chargé, comme on dirait aujourd’hui.

En effet, il a été condamné le 12 avril 1785 pour « faux saunage avec mouture en récidive » à 3 ans de bagne et entra au bagne de Rochefort le 29 janvier 1786 et en sortit le 12 avril 1788. Il ne me reste plus qu’à rechercher aux archives départementales de l’Aveyron, le jugement de condamnation, si le délit a été commis en Rouergue.

Sources : A.D.A. 71 L 133

Liste des pièces relatives au procès d’Etienne Bertin dit Lacombe du village de Magrinet, commune de Centrès :

  • n° 1 Lettre du citoyen Corrèges agent et Boyer de Centrès (15 pluviôse 7/3 février 1799)
  • n° 2 Verbal de perquisition (16 pluviôse 7/4 février 1799)
  • n° 3 Déclaration du prévenu (16 pluviôse 7/4 février 1799)
  • n° 4 Mandat d’arrêt du juge de paix (16 pluviôse 7/4 février 1799)
  • n° 5 Lettre au brigadier de la gendarmerie de Sauveterre (16 pluviôse 7/4 février 1799)
  • n° 6 Signalement de Lacombe Berthin (non daté)
  • n° 7 Lettre du juge de paix du canton de St Just au directeur du jury (17 pluviôse 7/5 février 1799)
  • n° 8 Interrogatoire de Marianne Vérol (17 pluviôse 7/5 février 1799)
  • n° 9 Mandat d’arrêt (pièce absente)
  • n° 10 Conclusions du commissaire et ordonnance du directeur du jury qui casse le mandat d’arrêt décerné contre Marianne Vérol et ordonne qu’il en sera décerné un nouveau sur le champ (24 pluviôse 7/12 février 1799)
  • n° 11Mandat d’arrêt (contre MV 24 pluviôse 7/12 février 1799)
  • n° 12 Original de citation à témoins (2 et 5 ventôse 7/20 et 25 février 1799)
  • n° 13 Déclaration des témoins (9 ventôse 7/27 février 1799)
  • n° 14 Conclusions du commissaire et ordonnance du directeur du jury qui traduit Berthin Lacombe et Marianne Vérol sa femme devant un jury spécial d’accusation (5 ventôse 7/ 23 février 1799)
  • n° 15 Tirement du sort des jurés (non daté)
  • n° 16 Acte d’accusation (9 ventôse 7/27 février 1799)
  • n° 17 Copie du tableau des jurés (non daté)
  • n° 18 Verbal de remise de la déclaration du jury (11 ventôse 7/1er mars 1799)
  • n° 19 Ordonnance de prise de corps (11 ventôse 7 / 1er mars 1799)
  • n° 20 Procès verbal de capture dudit Berthin (29 messidor 7 / 17 juillet 1799)
  • n° 21 Extrait du verbal d’écrou du 30 messidor an 7 (18 juillet 1799)
  • n° 22 Interrogatoire par lui prêté le 1er thermidor (19 juillet 1799)
  • n° 23 Notification de la procédure (7 thermidor 7/25 juillet 1799)
  • n° 24 Liste des témoins et notification d’icelle (18 thermidor 7/5 août 1799)
  • n° 25 Tableau du jury spécial de jugement du 20 thermidor (7 août 1799)
  • n° 26 Extrait du procès verbal d’examen et débat dudit jour 20 thermidor (7 août 1799)
  • n° 27 Extrait du jugement du même jour (7 août 1799) (pièce absente)
  • n° 28 Déclaration du jury (20 thermidor 7/7 août 1799)
  • n° 29 Extrait de la déclaration en pourvoi (21 vendémiaire 8/13 octobre 1799)
  • n° 30 Mémoire contenant les moyens de cassation avec les pièces y jointes consistant en 13 pièces (pièce absente)
    sans n° Etat des frais exposés devant le tribunal criminel (30 thermidor an 7/27 août 1799)
    sans n° PV de l’exécution de Bertin Etienne place de la liberté (19 brumaire 8/10 novembre 1799).
JPEG - 186.5 ko
Le blog de l’histoire des Verriers du Rouergue

Voir en ligne : Blog sur les verriers du Rouergue

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

10 Messages

  • Meurtre à Magrinet sous le Directoire 11 mars 2017 17:20, par Jacqueline ISNEL-GUERIN

    Une histoire digne de devenir un excellent roman policier !

    Répondre à ce message

    • Meurtre à Magrinet sous le Directoire 15 mars 2017 15:17, par Orson

      Ou même plutôt d’un film.

      Cela me rappelle l’ambiance de « le juge et l’assassin » de Bertrand Tavernier.

      Les détails propres à l’époque (comme récupérer les habits de la défunte, car à cette époque, ça avait valeur d’héritage, ou prêter serment pour dire qu’on hait la monarchie, etc...), ça ne s’invente pas...!

      Répondre à ce message

  • Meurtre à Magrinet sous le Directoire 24 septembre 2017 16:21, par Bertin Jean-Pierre

    Bonjour,
    Si tous mes renseignements sont exacts, je pense que Etienne Ignace est l’arrière grand-père de mon grand-père !
    J’ai pris connaissance de cette affaire il y a juste une semaine. Depuis ce jour je ne sais donner un nom à mes émotions ! et un questionnement énorme vient de surgir qui perturbe mes nuits !
    Colère ? Sûrement ! Mais contre qui ?!... Mes aïeux qui de génération en génération ont sûrement tout fait pour que « cela ne se sache pas » !? Et en même temps ils ont voulu sûrement se protéger et nous protéger ! Pourquoi leur en vouloir !? Et qui savait alors que j’étais enfant et que nos parents étaient encore parmi nous ? Qui d’entre les cousins, sait peut-être encore ?
    En tout cas, voilà un terrible exemple d’effacement de la mémoire familiale !
    Ce n’est que vers l’âge de 26 ou 30 ans que j’ai appris fortuitement par une rencontre de salon que mes ancêtres étaient verriers. A l’époque déjà, je m’étais dit : mais pourquoi on ne m’a jamais rien dit ! Mais c’était plutôt une joie de savoir cela. Et je me suis construit une nouvelle histoire familiale.
    Aussi, autant vous dire que à 59 ans, après avoir toujours pensé être né dans une famille vertueuse et laborieuse, apprendre qu’un de ses aïeux à fait du bagne, puis a été guillotiné pour meurtre, cela a de quoi perturber mes nuits ! Tout l’idéal familial mis à bas en quelque minutes.
    Depuis, autour de moi, on me dit qu’il y a plus de 200 ans, et que je dois relativiser !
    Effectivement, voyons de l’avant ! Je pense que j’avais surtout besoin d’exprimer mon ressenti. Je sais, ce blog n’est pas le lieu pour ça, et vous ne ferez sûrement pas paraître mon message. Et tant mieux, sûrement.
    Jean-Pierre BERTIN

    Répondre à ce message

    • Meurtre à Magrinet sous le Directoire 29 août 2018 10:48, par Colette Boulard

      Qui déjà a écrit que parmi nos aïeux figuraient inévitablement un saint et un escroc (ou quelque chose d’approchant) ?. la classique description de ceux qui nous ont précédés (quelques centaines, quelques milliers d’aïeux) comme étant tous des gens de bien relève d’une idéalisation totalement gratuite, non réfléchie, et pas de la connaissance de l’histoire, pas de la vie des hommes. La réalité est bien plus variée, plus accidentée, comme tous les parcours humains. Dans le cas de cet homme, tout commença par une assez banale dispute à propos d’argent. Le meurtrier n’avait pas l’intention de le devenir.
      Sans pour autant l’en absoudre, constater qu’il avait été précédemment faux-saunier montre sa capacité à sortir du cadre légal, peut-être tiraillé par le besoin. C’est cela qu’il est plus difficile de savoir, sans doute. Ne jugeons pas trop vite !
      Votre réaction se comprend, mais dites-vous que vous venez juste d’abandonner une certaine forme de naïveté au profit d’un peu de connaissance, voire de compréhension. C’est tout gain.

      Répondre à ce message

  • Meurtre à Magrinet sous le Directoire 24 septembre 2017 16:35, par Bertin Jean-Pierre

    PS : Merci à Mr GUIBERT pour le travail colossal qu’il a réalisé sur l’histoire des verriers du Rouergue.
    Cela constitue désormais une somme d’informations précieuses pour la postérité.

    Répondre à ce message

    • Meurtre à Magrinet sous le Directoire 30 août 2018 10:27, par Guibert Dominique

      Bonjour Mr Bertin,
      Je viens de prendre connaissance de vos messages, non sans une certaine émotion. Je comprends que cela puisse être ressenti comme un choc d’autant que c’est pour vous un ancêtre agnatique (qui porte votre patronyme). C’est un peu comme si on apprenait par la télévision qu’un assassin, son propre homonyme, venait d’avouer un meurtre atroce. Même s’il n’a y aucun lien de parenté, on doit ressentir un certain malaise, a fortiori s’il y a un lien de parenté.
      J’ai un peu hésité à publier cette histoire, mais après en avoir parlé autour de moi, tous m’ont invité à le faire. Si cette affaire avait lieu un siècle plus tard, je ne l’aurais pas fait, d’autant que je savais qu’il y avait encore des descendants de l’une ou l’autre famille Bertin.
      Avant la parution de mon livre, j’avais contacté le dernier descendant agnatique pour lui demander s’il avait des informations ou des archives sur ces ancêtres. Il savait vaguement que ses ancêtres avaient été verriers mais ignorait qu’ils étaient nobles. Il m’avait dit qu’il connaissait l’emplacement de la dernière verrerie de Magrinet qui avait été démolie au XXe siècle. J’emploie l’imparfait parce que j’ai appris qu’il était décédé au printemps dernier.
      En revanche, je suis surpris de retrouver un descendant aujourd’hui, grâce à Internet. Je serais heureux de pouvoir échanger directement avec vous si vous le souhaitez. Vous pouvez m’écrire à cette adresse sgdg at aliceadsl.fr
      Puis-je savoir où vous vous êtes procuré mon livre sur les verriers du Rouergue ?
      A bientôt, peut-être.

      Répondre à ce message

      • Meurtre à Magrinet sous le Directoire 31 août 2018 12:57, par Jean-Pierre BERTIN

        M. GUIBERT bonjour,
        J’ai pris connaissance de votre message hier un peu tard.
        Oui, bien sûr, je serais très heureux de discuter avec vous. Je vous parlerai de la descendance d’Etienne Ignace, et de tous ceux que je connais plus ou moins. Mais ils sont nombreux, dont plusieurs « agnatique » (j’ai découvert ce mot !)

        Je vais essayer de vous répondre sur l’adresse courriel que vous mentionnez dans le message précédent.

        Cordialement.

        Répondre à ce message

  • Meurtre à Magrinet sous le Directoire 29 août 2018 14:38, par fchevreau1

    qui a dit « que tout le monde avait un squelette dans son placard ? ». L’histoire de nos ancêtres est ce qu’elle est et il faut la prendre comme telle. Mais la question que je me pose dans ce récit « quid de sa femme qui était innocente », a-t-elle été libérée ou est-elle restée en prison ? Y a-t-il eu une suite au procès-verbal de l’accusation ?

    Répondre à ce message

    • Meurtre à Magrinet sous le Directoire 30 août 2018 10:02, par Guibert Dominique

      Marianne Vérol épouse de l’assassin fut relâchée. Elle mourut à Magrinet à l’âge de 84 ans, après s’être remarié en 1806 avec Pierre Azémar.
      Non, il n’y pas eu de suite au procès verbal de l’accusation.
      En ce qui concerne la condamnation au bagne pour faux saunage, je n’ai pas encore fait de recherches car ce genre d’affaires était traité à la cour des Aides qui se trouvait à Montauban. Il faudrait donc que je me rende aux archives du Tarn et Garonne.

      Répondre à ce message

  • Meurtre à Magrinet sous le Directoire 27 juillet 2019 17:12, par Patrick Darbeau

    Bonjour,

    L’article semble ne pas être indexé dans la bonne rubrique.

    Merci de rectifier si nécessaire

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP