www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Entraide généalogique ou historique > Mettez l’accent sur les signatures…

Mettez l’accent sur les signatures…

Le jeudi 19 juin 2014, par Michel Baumgarth

Après toutes ces années passées le nez dans les archives départementales en ligne du Bas-Rhin à la recherche de mes racines et après avoir tant et tant de fois feuilleté chacune des pages des registres de Friesenheim, j’avais la sereine certitude d’en avoir extrait toute la substantifique moelle et d’avoir essoré jusqu’à la dernière goutte les données utiles à l’élaboration de mon « arbre des descendants de Jean Baumgarth » (vers 1700 à ? - 6/12/1764 à Friesenheim, le plus ancien porteur connu de mon patronyme).

Mais pourtant j’avais tort : « ils ont des yeux et ils ne voient pas » a écrit Jean (non, pas mon aïeul Jean, mais Jean l’Évangéliste !), il y avait encore à glaner et du solide, du consistant, du costaud !

J’effectuai les ultimes vérifications avant de saisir sur Hérédis la onzième et ultime branche issue de son fils Jean, le seul de ses 6 enfants qui a vécu suffisamment longtemps pour lui donner des descendants, quand mon regard se figea, au bas de l’acte sur la signature de Jean Baumgarth N°2, le fils aîné du patriarche : Il y avait là un détail invraisemblable, tout à fait incongru, inconcevable et pour tout dire quasiment contre nature : là, juché au-dessus du U de mon patronyme, il y avait un accent ! Un véritable et authentique accent, un accent qui n’était pas le tréma germanique dénommé Umlaut, la seule et unique accentuation allemande à ma connaissance.

JPEG - 34.6 ko
Mariage du 7 novembre1790 page 133.

Je restai longtemps sonné, abasourdi, médusé et incrédule : étais-je victime d’un mirage lié à un surdosage d’écran ? Étais-je en pleine crise de généalogite aiguë ? Mais non, je dus me rendre à l’évidence : j’avais beau me frotter les yeux, l’accent était là, il restait là et bien là ; ce n’était pas une illusion d’optique, pas un artefact du papier ou une tâche intempestive laissée par un rédacteur souillon ; quant à évoquer une erreur de mon aïeul, l’élégance de sa belle signature tracée d’une main ferme exclut qu’il eût été un témoin laborieux et quasi analphabète…

A peine sorti de ma torpeur et désormais persuadé que cet accent était bien réel, je m’empressai de vérifier qu’il ne s’agissait pas là d’un fait isolé, incompréhensible certes, mais unique : je me lançai donc à la recherche d’un autre exemplaire du parafe de mon ancêtre. Je ne fus pas long à le dénicher car Jean fut particulièrement prolixe en étant 25 fois parrain, en déclarant la naissance de ses 11 enfants, en en mariant 7 et enterrant 3, en mariant et enterrant amis et voisins. Sur celui-là aussi l’accent était bien présent, comme je le retrouvai ensuite sans exception sur les 88 autres spécimens que j’avais colligés.

L’accent sur le U est bien une composante intrinsèque constitutive du patronyme de Jean Baumgarth, deuxième titulaire connu du nom.

Mais cette quête des griffes apposées par celui-ci fut beaucoup plus bénéfique que prévu car dans les toutes premières pages du registre des mariages, je glanai aussi 4 exemplaires de celles de son père, le fondateur de notre dynastie. Pour mon plus grand bonheur, le U y était aussi couronné du précieux appendice.

JPEG - 43.4 ko
20 Novembre 1752 page 7 gauche en haut.

Fébrilement je passai à la troisième génération : Jean 2 a été père de 11 enfants : Marie-Anne 1, Françoise 1 et François-Antoine sont morts en bas âge, donc pas de signature ; idem pour Françoise 2 décédée à l’âge de 79 ans, mais sans s’être jamais mariée d’après son acte de décès et apparemment sans avoir été ni marraine ni témoin de mariage ou de sépulture. Il restait donc 7 enfants signataires potentiels. Les résultats me comblèrent :

Le cas du dernier fils, François-Xavier-Ignace, était plus problématique car les archives de Friesenheim ne mentionnaient que sa seule naissance et il a longtemps échappé à mes recherches. Avec l’aide précieuse et efficace de ma lointaine cousine et complice Marie-Claire Ancel (comme moi digne descendante de Jean 1 Baumgarth) nous avons fini par le retrouver par une voie quelque peu contournée : il était contrôleur des contributions directes dans le Finistère !

Sur Geneanet.org, une énigmatique petite tribu de Baumgarth avait attisé notre curiosité  [1] : le père était professeur de navigation et d’hydrologie à l’école de la Marine de Saint-Valéry sur Somme et signait Baumgarth-Delisle en l’honneur de sa mère, ses fils étaient marins, l’une des filles et les petites filles épouses de marins ; nos efforts pour relier cette lignée aquatique à nos paysans alsaciens furent laborieux, mais nous finîmes par découvrir que le grand-père, habitait Moëlan dans le Finistère. L’étude des tables décennales de cette ville nous conduisit à son acte de décès et donc à ses date et lieu de naissance : c’était bien notre François-Xavier-Ignace qui avait quitté Friesenheim dans sa jeunesse pour faire carrière dans l’artillerie où il finit capitaine, puis il se reconvertit dans la collecte des impôts.

Nous avons trouvé son mariage (X 7 vendémiaire an 6 - Nantes avec Victoire Henriette Delisle) ; à ma grande déception, la signature fougueuse et tourmentée du bouillant sous-officier, alors âgé de 27 ans, est non-accentuée. Mais l’a-t-elle toujours été ? Il me reste le fragile espoir que la reconstitution de la carrière militaire de François Xavier Ignace l’infirmera…

L’accent sur le U est bien une composante intrinsèque constitutive du patronyme des Baumgarth sur trois générations.

A la quatrième génération, j’ai retrouvé le U accentué sur les 2/3 des signatures des Baumgarth apposées sur leur acte de mariage ; à la cinquième j’ai encore trouvé 4 des enfants de François de Sale Baumgarth pour continuer la tradition :

Au delà, la vérification devient difficile car la guerre de 1870 a changé la donne : les actes de naissance et de décès ne sont plus signés par les parents et témoins. Toutefois il existe des preuves indirectes que le U accentué a perduré : avec 4 nouveau-nés Baumgarth à Friesenheim dans l’année, 1877 fut une excellente cuvée ; dans le répertoire du registre les 4 noms sont mentionnés avec l’accent et le rédacteur a fait de même dans les marges et dans le texte des actes.
La plus ancienne signature date du 2 mai 1752 (les actes antérieurs ont été détruits), la mention dans le texte le plus récent est du 9 juin 1880 (naissance de Louise Baumgarth) :

JPEG - 51.6 ko
Friesenheim Naissances 1880 page 13.
Notre U accentué est resté dans la famille pendant au moins 128 ans !!!

Des puristes grincheux pourraient m’objecter que la signature n’est pas le patronyme, mais seulement une représentation du dit patronyme… Mais mon long travail d’analyse des documents des archives ne s’est pas limité à la seule morphologie des griffes apposées : l‘étude des inscriptions en marge et celle du contenu rédactionnel des textes eux-mêmes furent aussi l’objet de mon attention soutenue.

Dans beaucoup de marges des baptêmes, mariages et décès impliquant un Baumgarth le rédacteur a écrit ce nom avec son accent !

Dans quelques-uns de ces actes le nom Baumgarth figurant dans le texte est lui aussi porteur de son U accentué ; c’est en particulier le cas dans la marge et dans le texte sur l’acte de décès de Jean 2.

JPEG - 84.3 ko
décès Friesenheim 15 février 1811 page 3.

Dans ces deux occurrences, il ne s’agit pas d’une signature avec ses éventuelles fioritures personnalisant son auteur, mais de l’écriture conventionnelle d’un nom, même s’il est probable que celle-ci n’a pas été spontanée de la part de la main (- étrangère au patronyme -) qui transcrit l’acte, mais que, plus certainement, elle fut imposée au rédacteur par le chef de famille vigilant à faire respecter son patrimoine onomastique.

Puisque j’étais devenu un observateur passionné et quasi obsessionnel des signatures, je décidai d’élargir mon champ d’action et de scruter aussi celles des témoins des actes que je consultai ; j’arrivai rapidement à la conclusion que le U accentué n’était pas une lubie de la famille BAÚMGARTH puisqu’il était aussi présent dans de nombreux patronymes de Friesenheim : les BAÚM et les BAÚMER(T) dont les noms sont la même étymologie que le mien, mais aussi les BÚRCKARD, les BÚRGEN, LES HÚTT, les HÚFT, les KÚNTZ, les KÚNTZMANN, les KÚNER, les KÚTT, les HÚMBRECHT, les SCHAÚNER, les STÚPFLER, les WÚNDER… La palme revient à la famille GÚTENGÚNST qui s’offre 2 U accentués.

JPEG - 19.7 ko
Sépultures Friesenheim 28 juin 1790 page 105.

Mais, le plus magnifique accent surplombe le parafe d’Antoine TAŬR :

JPEG - 18.7 ko
Sépultures Friesenheim 4 février 1774 p. 11.

L’existence de ce U accentué [2] m’interpelle : quelle en est l’origine ?
S’agit-il d’un particularisme propre à Friesenheim ou bien existe-t-il ailleurs en Alsace ?

Pendant 70 ans j’ai vécu Baumgarth ; la révélation de ma véritable identité Baúmgarth ne changera qu’une seule chose à ma vie : j’apposerai désormais fièrement mon accent sur mes prochaines signatures ; il me reste à faire le choix parmi les différents modèles utilisés par les membres de ma famille ; j’hésite entre la sobriété de celui du patriarche Jean 1 et l’esthétique de l’accent en croissant lunaire de Jean 3…

Mais il me reste encore deux questions sans réponse :

Tout d’abord se pose le problème de la prononciation de mon nouveau patronyme. Baumgarth, j’y étais habitué, même si ma vie a été un long cortège de balbutiements, d’hésitations et de libellés des plus fantaisistes de la part de mes interlocuteurs tentant de prononcer mon nom (bonnegarde, beauregard, baugmart…), ce qui n’est pas étonnant puisque - hélas ! - je n’ai jamais vécu en terre alsacienne. Alors Baúmgarth, ça se prononce comment ?

En second lieu, un problème technique : l‘accent de notre U familial n’a été exprimé que dans des signatures ou des écrits manuels et son expression est même protéiforme : pas du tout notre accent grave, mais pas vraiment notre accent aigu, parfois accent en croissant de lune horizontal… Dans le paragraphe qui précède j’ai utilisé, faute de mieux, le Ú des caractères spéciaux de mon Mac.
L’authentique U accentué de Friesenheim existe-t-il quelque part en caractère d’imprimerie ? Si oui, comment me le procurer pour que mon arbre puisse s’intituler « les descendants de Jean BAÚMGARTH » ?


[1Je suis un redoutable chasseur de Baumgarth de France dans toutes les sources possibles, en faisant abstraction des faux-Baumgarth induits par des erreurs d’état-civil (cf. : « Le mea culpa du coucou généanaute … » dans www.histoire-genealogie.com) tous les Baumgarth que j’ai trouvés descendent de mon patriarche Jean Baumgarth décédé en 1764 à Friesenheim à l’exception de la famille de Jean-Georges Baumgarth (natif d’Oberbronn qui fut bagnard à Toulon pendant 7 ans) pour laquelle je n’ai pas encore trouvé de lien avec nous.

[2Je n’ai trouvé aucune des autres voyelles pareillement couronnées.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

58 Messages

  • Mettez l’accent sur les signatures… 20 juin 2014 09:21, par Baumgartner

    Bonjour presque-homophone,

    la graphie de l’Alsacien est un sujet complexe (et conflictuel...) Voir par exemple :
    http://christian.huber.pagesperso-orange.fr/graphie%20alsacienne.htm

    A ma connaissance, la graphie aú (accent aigu sur le u) ne donne aucune différence de prononciation avec la graphie au (sans accent). Il s’agit d’une diphtongue germanique bien connue, proche d’une prononciation du genre [ao], avec un a un peu plus ouvert en Alsacien qu’en Allemand. Rien à voir, donc, avec le [o] que les francophones lisent dans nos noms.
    Pourquoi cet accent sur votre nom ? Pour bien distinguer aú de äu, qui serait très différent (prononciation [oeil]).

    Remettre l’accent, donc, aujourd’hui, sur votre signature est davantage une coquetterie qu’un respect phonétique. Pourquoi s’en priver en effet puisque tous les caractères du monde sont dans nos machines électroniques ? Pour l’écrire à partir de votre clavier, appuyez sur la touche Alt et tapez pour la minuscule 0250 et pour la majuscule 0218.

    Cordialement

    Gilbert Baumgartner (dans le Loiret !)

    Répondre à ce message

    • Mettez l’accent sur les signatures… 20 juin 2014 13:48, par GABRIELLE

      Bonjour,

      Chez nous, en Normandie, en minuscules, pour ne pas confondre le « u » et le « n » avec des jambages pointus, on surmontait le « u » d’un tréma « ü ». Cette particularité figure sur l’acte proprement dit mais pas dans la signature.
      Cela ne modifie pas la prononciation mais conforte la lecture
      de la voyelle.
      Bon week-end
      Gabrielle

      Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 20 juin 2014 15:57, par A.BREGERAS

    Bonjour,
    Votre trouvaille accentuée,sur votre patronyme m’incite à poser une question qui me « turlupine » depuis le début de mes recherches généalogiques.
    A savoir :

    • 1° : à quoi servait l’accent au départ du patronyme ?
    • 2° : Le mien ( BREGERAS) est écrit avec accent : tantôt sur le premier E ,tantôt sur le deuxième et parfois sur les deux !!! Ceci sur des actes officiels,plus ou moins anciens ou des signatures d’actes de toutes sortes !
      Ce qui change complètement la prononciation du nom.
      Quelle rèponse apporter à ce petit problème ?
      Cordialement,ab.

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 21 juin 2014 15:26, par GABRIELLE

    « à quoi servait l’accent au départ du patronyme ? »

    Bonjour,

    Un texte intéressant à lire et même à conserver.
    L’accent est aussi utile aux noms propres qu’aux noms communs.

    Voici le lien :
    http://www.langue-fr.net/spip.php?article104

    Bonne lecture
    Gabrielle

    Répondre à ce message

    • Mettez l’accent sur les signatures… 23 juin 2014 15:27, par André Bregéras

      Bonjour,B-)

      • Tout d’abord , merci Gabrielle,pour le lien avec le document très instructif, concernant les accents.
      • Quand à l’utilité d’un accent, je n’en doute pas un instant ! C’est précisément l’objet de mon précédent message.
      • Après avoir vérifié les documents glanés dans les archives ou les sources de famille,il se trouve qu’il y a une majorité de ce patronyme avec deux accents !!!
      • Ceci m’amène donc à penser que je m’appelle : Brégéras,.
      • Cordialement, ab.

      Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 24 juin 2014 12:01, par Dhélin Danièle

    Je fais la généalogie des Ladoë. Mes ancêtres sont originaires de Belgique (Flandres orientales). Dans les registres je trouve Ladoe ou Ladou (oe se prononce ou en flammand) et parfois Ladoë. D’ou vient le tréma sur le e ? Dans le texte langue-fr.net il n’y a pas de référence au tréma.
    Y aurait-il une origine bretonne ? Comme Ploërmel (Morbihan) ou Plancoët (Côte du Nord).
    Qui peut me renseigner ?
    Cordialement
    Danièle Dhélin

    Répondre à ce message

    • Mettez l’accent sur les signatures… 3 juillet 2014 11:02, par Jean-Michel Claeys

      En Belgique flamande, l’écriture des noms dépendait de l’écrivain, de la prononciation, etc. Le son « ou » en français s’écrit « oe » en néerlandais. Mais un francophone qui va lire un nom tel que Ladoe le prononcera Ladoë et l’écrira logiquement avec un tréma afin de respecter les règles d’orthographe en français. Un néerlandophone, lui, le prononcera Ladou.
      Un exemple actuel : le village de Rexpoëde près de Dunkerque en Flandre française qu’un flamand écrirait Rexpoede (sans tréma) et prononcerait Rexpoude.

      Répondre à ce message

      • Mettez l’accent sur les signatures… 14 juillet 2014 18:20, par Danièle Dhélin

        Merci pour ces informations.
        Je ne parle pas le néerlandais. Ladoe aurait-il une traduction en français ? C’est un nom très peu répandu en Belgique, en Flandres orientales je ne le trouve dans les registres qu’à partir de 1708.
        Je cherche d’ou vient ma famille ....

        Répondre à ce message

        • Mettez l’accent sur les signatures… 24 juillet 2014 16:54, par Jean-Michel Claeys

          Bonjour,

          D’après mon dictionnaire Ladoe se traduit par labelle ; mais nous sommes en 2014, je ne sais pas quelle signification ce mot avait au XVII° siècle.

          J’ai été voir sur un site de Flandre Orientale (http://www.vrijwilligersrab.be/). J’ai juste trouvé quelques Ladoe à Waregem vers 1875 et à Kruishoutem vers 1815.
          Peut-être sous d’autres orthographes : Ladou, Ladouze, Ladoueuw, Ladzou, Ladsou qui sont des noms trouvés dans cette province, mais avec 1 ou 2 personnes sous ce nom seulement !

          Répondre à ce message

          • Mettez l’accent sur les signatures… 26 juillet 2014 12:36, par Danièle Dhélin

            Bonjour Monsieur,
            Dans mes recherches je suis arrivée en 1706 à Wannegem mais je n’ai pas encore approfondit cette piste.
            Je me consacre à la généalogie plus en hiver.
            Si je fais le circuit géographique de mes ancêtres ça serait : Wannegem, Kruisthoutem, Olsene, Mouscron.
            J’ai trouvé 2 Ladoë à Gand (1724-1728) et 2 en Bretagne (1700)C’est un nom très peu répandu.
            En connaître la signification m’aiderait peut être à trouver mes origines.
            Bonne fin de semaine.

            Répondre à ce message

    • Mettez l’accent sur les signatures… 11 juillet 2014 18:34, par Martine Bastogne

      Afin de compléter vos informations, je ne prendrai qu’un seul exemple, celui de CITROËN qui vient du néerlandais « citroen », lequel signifie « citron ».

      Bien à vous,
      Martine Bastogne

      Répondre à ce message

      • Mettez l’accent sur les signatures… 14 juillet 2014 18:25, par Danièle Dhélin

        Merci pour votre réponse Mme Bastogne.
        Auriez-vous une traduction pour Ladoe ?
        Ce nom est très peu répandu en Belgique.
        Je cherche d’ou vient ma famille .....

        Répondre à ce message

        • Mettez l’accent sur les signatures… 16 juillet 2014 23:44, par Martine Bastogne

          Bonsoir Madame Dhelin,
          J’ai effectué quelques recherches via dictionnaires, mais sans résultats pour l’instant ; je m’informerai plus avant dans les jours prochains et ne manquerai pas de vous tenir au courant.

          Vous pourriez peut être m’aider en m’indiquant la (les)communes de Flandre orientale où vous avez trouvé le patronymes « Ladoe »

          Répondre à ce message

          • Mettez l’accent sur les signatures… 26 juillet 2014 12:16, par Danièle Dhélin

            Bonjour Madame,
            Merci de votre intérêt.
            Mes ancêtres sont originaires de Kruisthoutem, Olsene et Wannegem vers 1706 dans cette commune rien avant cette date.
            J’ai trouvé des Ladoë en 1700 en Bretagne St Brandan Côtes d’Armor paroisse St Donnan.
            Quel lien pourrait-il y avoir entre des Ladoë en Bretagne en 1700 et des Ladoë en 1706 en Flandres orientales ?
            Connaître la signification du nom m’aiderait peut être avoir un élément de réponse.
            Je vous souhaite une bonne fin de semaine

            Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 27 juin 2014 23:55, par andriant

    Bonsoir,

    Dans les graphies germaniques manuscrites, le U est systématiquement accentué pour ne pas le confondre avec le N.
    Cet accent n’a aucune valeur sonore et ne modifie en rien la prononciation. Ce n’est qu’une aide visuelle.

    L’Umlaut ne s’écrit pas avec 2 points comme le tréma français mais avec 2 traits qui correspondent à la graphie du E de la graphie Sutterlin. !selon les régions on écrivait Bär ou Baer, Höchst ou Hoechst, Händel ou Haendel, etc...
    Cdlt
    Sandy

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 28 juin 2014 21:04, par KANZLER

    Bonsoir,
    je suis née et vit toujours en ALSACE et parle notre dialecte.Mes deux branches sont Alsaciennes (l’une dans le Haut-Rhin jusqu’en 1685 et l’autre dans le Bas-Rhin jusqu’en 1610) et j’ai donc eu à traduire de nombreux actes (état civil, registres paroissiaux, actes notariés)et ai également suivi, pour ce faire, des cours de paléographie au Centre départemental d’Histoire des Familles de Guebwiller/68500, une excellente source de renseignements et de documentation.
    Le « u » pour être différentié de « n » porte toujours une sorte de virgule sur le dessus :tantôt elle ressemble à un accent aigu et tantôt à un accent grave, parfois un simple trait horizontal... en fonction des périodes mais toujours présent, même sur les majuscules, les noms communs et propres.
    Par contre phonétiquement le « u » avec accent se prononce en Allemand comme en Alsacien « ou » si bien que votre nom se dit par chez nous « Bàoumgartner » en prononçant bien toutes les lettres, le « à » ressemblant plutôt à un mélange de a et e. Par contre le « ü » est un vrai « u » phonétiquement parlant.
    J’espère vous avoir éclairé sur le sujet.
    Bien à vous
    Mireille KOHLER/KANZLER

    P.S. : je peux vous procurer,« en OFF », des copies d’alphabets complets, de périodes différentes qui m’ont été très utiles.
    Pour le Antoine TAUR je verrais davantage un BAUR prononcé BAOUER et signifiant « paysan » ? A voir !

    Répondre à ce message

    • Mettez l’accent sur les signatures… 30 juin 2014 11:34, par Michel Baumgarth

      un immense merci pour vos explications très claires.
      je suis extrêmement intéressé par votre proposition d’alphabets car j’ai sué des heures sur la lecture des cursives gothiques au point d’avoir ( presque) béni Hittler d’avoir supprimé ces caractères quand il a appris que leur créateur était un graveur juif…
      Un grand merci
      Michel Baumgarth

      Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 2 juillet 2014 13:05, par Agnès CHANET-GREUILLET

    Bonjour,
    vous venez de m’éclairer, mon patronyme GREUILLET, comportait à une certaine époque, un tréma sur le « ü », et donnait donc trois petits points l’un à côté de l’autre, l’explication est peut être là, ne pas confondre le u et le n .
    bonne journée
    agnès

    Répondre à ce message

    • Mettez l’accent sur les signatures… 5 juillet 2014 14:54, par RENAUD

      Bonjour,
      J’ai remarqué moi aussi la présence du tréma sur les « u » dans les actes anciens, principalement qd le « u » était suivi d’un « i ».
      Cette accentuation me paraissait, peut-être à tort, comme un hommage à la royauté puisque les 3 ... à la suite me font penser à une représentation symbolique de la couronne royale.
      A voir...

      Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 2 juillet 2014 15:35, par egathy

    Bonjour à toutes et tous,

    Ayant un quart de mon ascendance dans les Pays-Bas, j’ai remarqué que jusque dans les années 1850 (disons), les Néerlandais accentuaient la lettre « u » avec un accent aigu lorsqu’il s’agissait de préserver le son tel que nous le connaissons en français, comme p. ex. dans la première syllabe du mot français « unique », et avec un accent grave lorsque le son devait être déformé, comme p. ex. dans le patronyme ancien Sùÿkerbùÿk pour lequel les deux paires « ùÿ » se prononcent comme dans le mot français « œuil ».

    Bien cordialement,
    Éric.

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 2 juillet 2014 18:39, par Georges Schmuck

    Bonjour,
    Dans ma famille (expatriée d’Alsace en 1847) il y a eu de longues discussions au sujet de mettre ou non un tréma sur le « ü » et par là-même de prononcer Schmuck et non pas Schmouck.
    Les tenants du umlaut furent confortés en découvrant sur les anciennes signatures à une époque donnée un signe en demi-lune (presque un cercle).
    Mais l’affaire fut tranchée par le cousin Fernand Schmuck d’une lignée restée en Alsace-Lorraine.
    Il nous apprit que ce signe spécifique existait uniquement sur le « u » de l’alphabet gothique pour le différencier du « n » ou de « m », d’une calligraphie très similaire. Une fois l’écriture gothique abandonnée, ce signe n’eût plus de raison d’être.
    Il nous expliqua aussi que cela n’avait rien à voir avec la prononciation, que les alsaciens prononçaient le « u », « ou » d’où « Schmouck » tandis qu’en dehors de l’Alsace on prononçait « Schmuck », et ce avec ou sans signe sur le « u ».
    Reporté à votre patronyme, je pense que le signe était donc là pour différencier la lecture du « u » et du « m ».
    Quant à la prononciation, en Alsace, ce doit être « Baoumgarth ». A l’instar de « Daoul » pour Daul ou « Baouer » pour Bauer ou « Schmouck » pour Schmuck.
    Bien cordialement,
    Georges Schmuck

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 2 juillet 2014 18:58, par PINAUD Jean-Pierre

    Bonjour,

    Pour les caractères spéciaux ASCII il faut appuyer sur la touche ALT, la garder appuyée, et taper 218 sur le pavé numérique, ça fera Ú...quant on relache.

    Il y a plusieurs sites qui donnent la liste de ces codes, dont celui-ci :

    http://www.toutimages.com/codes_caracteres.htm

    où vous trouverez toutes sortes de U accentués de ALT 217 à ALT 220.

    Par contre je n’ai pas trouvé de U avec tilde...comme toujours en généalogie la recherche continue...

    Cordialement,

    Jean-Pierre PINAUD

    Répondre à ce message

    • Mettez l’accent sur les signatures… 5 juillet 2014 11:20, par John Milton

      A ma connaissance le U ou u avec tilde n’existe pas en caractères Win ou Mac, car il n’apparait dans aucune langue, ce qui n’est pas le cas des lettres Aa, Oo, Nn etc.

      Seule solution, si vous le souhaitez vraiment, est de représenter le U ou u avec tilde est en HTML. En effet, en HTML, pour représenter les caractères avec tilde on écrit les lettres choisies (A, n, etc.), précédées du caractère « & » (ampersand en anglais ou esperluette en Occitan) et sans espace suivi du mot « tilde » accolé et d’un «  ; » ce qui donne :

      & ntilde ;
      & Ntilde ;
      & Utilde ;
      & utilde ;
      & Atilde ;
      & atilde ;

      NOTE : l’espace entre le & et la lettre N, u, A etc, est inclus ci-dessus pour visualiser l’écriture mais pour obtenir le résultat, il faut supprimer cet espace et accoler le « & » à la lettre majuscule ou minuscule souhaitée, suivi de mot « tilde » accolé et du «  ; » également accolé, ce qui donne :

      ñ
      Ñ
      Ũ
      ũ
      Ã
      ã

      et ainsi de suite pour toutes les lettres du clavier.

      Cordialement. John

      Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 2 juillet 2014 19:31, par Dhullu

    Bonjour,

    Vous en avez pourtant l’explication dans tous les cas que vous indiquez, que vous soyez germanophile ou non, ce n’est pas la langue allemande qui voulait cela mais leur écriture jusqu’à encore la seconde guerre mondiale. Seuls les enfants scolarisé à partir des années de l’après-guerre ont une écriture comme nous.

    Ayant un peu plus que chaque année un mois en immersion linguistique en ce pays de 64 à 70, la personne qui me recevait là-bas n’écrivant jamais, j’avais bien une lettre faite par ses enfants. Elle m’a expliqué son pb, elle ne savait écrire qu’en écriture gothique, et cela n’a rien à voir avec l’écriture de l’époque que nous appelons en France aussi gothique ....

    J’ai donc eu l’occasion de voir et d’apprendre seul cette écriture et lui ai donc écrit un jour dans cette graphie ; là seulement elle m’a ensuite écrit.

    En fait, il n’y aurait pas de différence entre un « u » et un « n », aussi pour dissocier les lettres « un » et « nn » ils mettent ce que vous avez pris pour un accent aigü sur le u … pour ce même problème certains faisaient un cercle au lieu du point sur les « i » ; il faut savoir enfin que le « e » s’écrivait aussi comme un « n » mais les jambages bien plus serrés !!!
    J’avais donc trouvé cela dans une vielle méthode d’avant 1960 pour ceux qui voulait alors essayer d’apprendre l’allemand seuls, ce qui n’était donc pas mon cas …
    Si vous me communiquiez une adresse mail, j’enverrai ce qui m’a permis de m’en sortir seul ... mais ce ne sera pas gagner pour autant si vous ne connaissez pas au moins de bons rudiments de la langue de Goethe ...
    mes amitiés.
    AGdH

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 2 juillet 2014 23:00, par Michelle Schott

    Bonjour Michel
    Il faut dire que les patronymes changent souvent et même dans une même génération comme celle de ma grand mère par exemple, qui était Pasquereau, puis devenue Paquereau et quelquefois Pacreau, dans la même génération, mais c’était peut être une erreur de l’écrivain ?
    Je vous raconte tout cela parceque au point de vue accents, la famille de mon père qui s’appelait Buyck ( prononcez comme les voitures).
    Une amie à nous : hollandaise, un jour nous a dit : « Mais votre nom est hollandais »
    Il se prononce ( bu.ijque ) mais s’écrit Buijck et veut dir : ventre
    Et a ce moment mon père a dit. << Ah en effet, il y a des personnes de notre famille qui mettent un tréma sur le Y.
    Cela changeait tout et nous étions peut être d’origine hollandaise.Je cherche toujours et pour l’instant je n’ai rien trouvé, mais donc l’acent peut faire une énorme différence !!!!
    Michelle ( Brésil)

    Répondre à ce message

    • Mettez l’accent sur les signatures… 5 juillet 2014 11:31, par John Milton

      Bonjour. J’habite aux Pays-Bas et une partie de ma famille est d’origine Hollandaise. Le nom Buyck connait plusieurs variantes Buijck, Buijk, Buick, Buik, Buyck, Buyk etc. Il existe un excellent site d’archives aux Pays-Bas qui est Genlias adresse web ; https://www.wiewaswie.nl/en/home/ Ce site existe en Néerlandais et en Anglais. Malheureusement pas en Français et les renseignements fournis de même que les documents numérisés sont, cela va de soi en Néerlandais. Bonne chance et bien à vous. John

      Répondre à ce message

      • Mettez l’accent sur les signatures… 11 juillet 2014 23:45, par Michelle Schott

        Cher John
        Merci beaucoup de votre réponse.
        Je m’excuse de vous répondre si tard, mais j’ai eu quelques petits problèmes et je n’ai vu votre message qu’aujourd’hui.
        Pas de problème pour le « Link » que vous m’avez envoyé car je parle l’anglais couramment.
        Je vais aller voir et essayé de trouver quelque chose.
        Je pense que cela vas être difficile car j’imagine que la famille de mon père, originelle de la Hollande a du passer d’abord à travers la Belgique, et jusqu’à présent je n’ai rien trouvé, mais le « link »que vous m’avez envoyé est un trésor.
        Merci encore John.
        Mes amitiés
        Michelle

        Répondre à ce message

        • Mettez l’accent sur les signatures… 13 juillet 2014 15:01, par John Milton

          Michelle,

          Cela me fait plaisir de vous avoir été utile. La Belgique elle aussi a un site des Archives du Royaume en 4 langues

          http://arch.arch.be/index.php?lang=en_GB

          et ensuite un moteur de recherches pour les personnes.
          http://search.arch.be/

          Le site est plus difficile à consulter que le site Néerlandais, mais il ne faut pas créer de compte, pour une recherche simple. Mettez « Buyck » dans le champ de recherche et vous obtenez déjà 1614 résultats sur ce nom. Actes de naissance, mariage et décès.

          Évidemment presque toutes les réponses sont en Néerlandais car le site est maintenu par les flamands.

          Bonne recherche et au plaisir de vous lire si vous avez des questions.
          John.

          PS. désolé pour la défaite du Brésil par les Pays-Bas :’-(

          Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 3 juillet 2014 11:10, par Jean-Michel Claeys

    Je confirme ce que plusieurs intervenant ont déjà écrit :
    Dans beaucoup de registres paroissiaux en Belgique que j’ai compulsé, les « u » (des noms propres ou communs) sont avec un accent. Que ce soit en latin, en néerlandais ou en français.
    Je ne vois, en effet, pas d’autres raisons que celle d’éviter de confondre le « u » avec une autre lettre. A moins que ce ne soit pour marquer le fait qu’il s’agisse d’une voyelle (j’en ai vu, mais beaucoup moins sur des « a » ou des « o ». Et si il y a des trémas sur les « y » (toujours en Belgique) c’est à cause de la sonorité « ij » écrite assez souvent « ÿ » par le passé et qui se prononce « eille ».

    Répondre à ce message

    • Mettez l’accent sur les signatures… 30 juillet 2014 11:34, par LOBRY Pierre

      bonjour,
      faisant suite à l’indication de Jean-Michel Claeys selon laquelle la sonorité « ij » écrite assez souvent « ÿ » par le passé se prononce « eille, j’étais à la recherche du pourquoi mon nom de famille, originaire de Guise ; 02 donc non loin de la Belgique, était écrit sur les registres anciens avec 2 points sur le Y
      je ne devrais donc plus le prononcer LOBRI mais LOBREILLE
      curieux car ce nom est parfois écrit LOBRI voire LOBRIE
      il faudra que je regarde à quelle période cette façon d’écrire a cessé

      Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 3 juillet 2014 11:58, par delpeuch-arques

    Bonjour
    Dans ma famille Delpeuch, dans les années 1600, il y a eu 3 filles Marie que nous appelons Marie1, Marie2 et Marie3.
    Ces 3 Maries signent prénom et nom en différenciant minuscule et Majuscule.
    Marie1 : tout en minuscule : marie delpeuch
    Marie2 : majuscule au Prénom et Nom : Marie Delpeuch
    Marie3 : Majuscule au prénon et minuscule au nom : Marie delpeuch
    Ceci est vérifié sur de multiples actes de marraine, de mariage, etc.
    Il n’est pas possible d’insérer une image, je la tiens à votre disposition.
    Pha-delpeuch

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 3 juillet 2014 14:47, par Boussier Jean-yves

    Bonjour,
    Humblement, je peux vous proposer que l’accent sur le U renforce la prononciation OU (Baoumgarth) pour le différencier de la prononciation « française » (Bomgarth)

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 3 juillet 2014 18:46, par Michel Glock

    Bonjour,
    Je vois que nous avons une origine Alsacienne, dans mes recherches je n’ai pas eu ce problème d’accents mon nom est Glock j’ai pu remonter mes origines vers 1590 1620 sur Scherwiller avec un peu de complication Latin Allemand gothique et dialecte local, je me suis aperçu d’une singularité : mon ancêtre le plus ancien s’appelait Michel il était fabricant de coffre (menuisier) et 400 ans plus tard je me prénomme Michel et aussi menuisier.
    Par contre au cours des siècles le patronyme n’as pas varié d’orthographe.

    A propos de signature j’ai mon épouse qui est originaire de la Manche son patronyme est Le Dentu en deux mots ce patronyme n’as pas changé non plus d’orthographe en 4 siècles aussi. J’ai pu constater que au cour des années la signature était pratiquement toujours la même dans la calligraphie. Mon beau père aussi pourtant il ne connaissait pas les écris anciens il est décédé avant le début de ma généalogie.

    C’est fou ce que l’on peut découvrir dans nos recherches, après lecture et relecture des actes.

    Bien cordialement.
    Michel Glock dans la Manche

    Répondre à ce message

    • Mettez l’accent sur les signatures… 30 juillet 2014 17:25, par Michel GERMAIN

      Bonjour MG

      votre ancêtre fabricant de coffre...

      j’ai trouvé à plusieurs reprises dans les actes de Sainte Mère Eglise (50) la mention d’abord exceptionnelle puis plus fréquente dans les années 1700- 1800 « enterré dans un coffre » pour des notables et bourgeois

      à toutes fins utiles
      MG

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Lorsque mon épouse était en classe de 6e ( 1952), son prof d’Allemand utilisait encore l’accent grave sur le « u » minuscule et l’imposait à ses élèves prononciation « ou » comme actuellement quand il est seul et « ao » quand il suit un « a » comme dans votre patronyme). Cet accent vient de l’écriture manuelle gothique du « ú » minuscule. Donc pas étonnant que vos ancêtres l’écrivaient « ú » à leur époque.
    Le « u » était toujours assorti d’un accent ou d’un « Umlaut ».

    Très amicalement.

    R. Goichot

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 4 juillet 2014 19:06, par Queiroz Claudine

    Bonjour,
    Pour trouver différents symboles il est plus simple en étant sur Word de cliquer sur « insertion » puis sur « symboles » et là sur « autres symboles ». Vous aurez tout ce que vous désirez. Cordialement ? Clqueiroz

    Répondre à ce message

  • Signatures de différenciations ???? 5 juillet 2014 12:39, par Defrance

    Bonjour,
    J’ai moi aussi un « mystère » lié aux signatures dans trois lieux proches de Soissons dans l’Aisne .
    A Ressons le long une « racine » Deschamps" devient Deschamps pour un des fils et Dechamps pour le second, même chose à Soissons, mais là avec un accent Dèchamps . A Veslud le plus ancien signe De Champs, puis les fils se partagent en Deschamps et Dèchamps ?
    Était ce un problème d’instruction ( 1680-1700 guerres) ou un moyen de se différencier dans les actes notariés qui eux sont tous rédigés au nom de Deschamps ???

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 5 juillet 2014 14:20, par D. Clauß

    Bonjour,
    Je ne peux que confirmer ce que certains affirment : le u et le n pouvant souvent être confondus dans l’écriture manuscrite allemande, l’accent sert donc à différencier le u du n dans un mot. Ce n’est pas seulement le cas dans l’écriture dite gothique. Même les générations scolarisées en Allemagne après 1945 ont parfois appris et conservé cette habitude, mais de nos jours cette méthode a disparu.

    Quant à la diphtongue « au », elle se prononce généaralement « ao » en allemand moderne (haut allemand : donc « Ba-omgartner ») mais se prononce parfois « aou » en dialecte (donc « Ba-oumgartner ») selon les villages du sud de l’Allemagne).
    claudo2 en Allemagne

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 5 juillet 2014 18:27, par andreb

    Bonjour,

    Puisque vous êtes sur Mac, si vous avez un système récent, en maintenant appuyée une lettre vous obtenez, comme sur un iphone, le choix des caractères accentués disponibles.

    Pour le u : ûùüúū, pour le U : ÛÙÜÚŪ

    Le dernier est une barre horizontale au dessus du u ou U

    Cela remplace la répétition continue de la lettre, à condition toutefois que les logiciels tiers (non apple) utilisés soient assez récents, cela ne fonctionne pas avec Word 2008.

    Une possibilité pour avoir l’accent sur le « u » de la forme qui vous plait serait, avec un éditeur de polices, de modifier une police ou d’en créer une personnelle.

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    L’accent sur le u est normal en écriture manuscrite Allemande car il permet de le distinguer du n et ou m . Il était pratiqué systématiquement, puis il subsista lorsque que le U était accolé a un N ou un M de façon a ne pas être confondu . De nos jours la tradition est quasiment éteinte .En Français on a peu prés la même bizarrerie avec le U accolé à un I qui nous donne 3 points ( 2 sur le u et un sur le i Loüis que je rencontre assez souvent dans l’Aisne .

    Bernard

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 7 juillet 2014 11:59, par Raymon HANSEN (racine112)

    Concernant le Ù (alt235) ù(alt151)-voir en DOS !, le cours d’initiation de paléographie allemande édité par AGAWE (Atelier Généalogique de l’Arrondissement de Wissembourg et des Environs ne reconnait effectivement que trois voyelles infléchies, ä, ö ü. Cependant en pages 10 et 11, il est donné en exemple räumen écrit en ancien allemand avec un ù. (plusieurs exemples mais tous dans des noms communs.

    Quant à la pronociation, je prononce Baumgarth à l’allemande ou à la flamande. L’origine du nom ne vient-il pas de baum=arbre et garth (garden)=jardin ? mais je ne suis pas spécialiste.
    Bien à vous, Raymond Hansen

    _

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 30 juillet 2014 09:59, par Bernard Mazières

    Bonjour
    Chercheur..( « trouveur » ) seniorissime,ce travail confirme
    un constat :« Si tu veux trouver,tu dois mouiller ta chemise »
    Bravo pour cette obstination. Cordialement B. M.

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 30 juillet 2014 10:29, par erika64

    A propos du « u » accentué.
    Bonjour
    J’ai connu en fin de vie une ancêtre lettrée mais d’origine étrangère. Elle venait de l’ancien royaume de Bavière avec des ancêtres de Munich, du Haut Palatinat et de ...Berne en Suisse. Elle a toujours accentué les « u » pour les distinguer du « ü » de l’Umlaut« . Je ne suis pas germaniste, mais je suppose que cette habitude devait être courante dans les peuples de langues germaniques. Peut-être pour le cas où l’on aurait oublié le tréma... Ce fameux tréma qui doit être remplacé par un »e« devant suivre la voyelle incriminée lorsqu’on ne peut pas le mettre, au risque de trahir le nom ou le patronyme. Ce qui donne par exemple en Allemand pour Cologne, » Köln « ou » Koeln ".

    Voici une des leçons que j’ai reçue il y a très longtemps de cette vieille grand-mère.
    Elle écrivait son nom de jeune fille « Vogenauer » avec un « u » accentué
    Bien cordialement.
    erika64

    _

    Répondre à ce message

  • autres lettres 30 juillet 2014 11:09, par Etienne

    Petite hypothèse : cet accent sur le u n’est il pas tout simplement destiné à le distinguer simplement (donc sans prononciation particulière) d’une autre lettre (i,e ou n) dont la graphie serait proche dans l’alphabet utilisé, et propre à cette région ? Du coup avec la généralisation de l’alphabet manuscrit cursive « moderne » tel que nous le connaissons, il serait devenu « inutile » et donc abandonné, en premier par les branches ayant « émigré » hors d’Alsace.

    Répondre à ce message

  • Baumgarth avec ou sans accent sur le U 31 juillet 2014 13:33, par CONDAMIN

    Monsieur,

    Impossible pour moi de résoudre l’énigme de l’accent : simplement toutes mes félicitations pour votre texte qui se lit avec gourmandise voire avec avidité.
    Bravo à vous pour votre plume légère et captivante.
    MNC

    Répondre à ce message

  • alphabet germanique 31 juillet 2014 17:14, par jean paul simon

    a l’occasion de cet article ,il me reviens une histoire racontee par un ami mr fusz origine ALSACIENNE.
    pendant la guerre de 70 le grand pere ayant perdu ses papiers fait une declaration sur l’honneur dans une mairie "vous vous appellez comment FUSS (le renard !!) cela s’ecrit comment ? avec l’accent alsacien fu essete le double s
    et depuis il y a des fuss et des fusz dans la meme famille
    courtoisemment

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 1er août 2014 10:45, par Lancelot -Trentesaux Françoise

    Je n’ai pas trouvé le rapport avec les filles Clapasson ....
    Se sont perdues en Alsace ....

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures Ú 11 novembre 2014 18:53, par MAHIEUS Serge

    Bonjour,

    Félicitation pour votre travail de recherches généalogiques.
    Mon propre patronyme, Mahieus aujourd’hui, s’est écrit Mahieú en 1686, puis Mahieuw en 1697 et en 1729, puis à nouveau Mahieú dès 1697(dans la même fratie que le w). le premier Mahieu (sans accent sur le u) arrive en 1762, quand mes ancêtre franchissent la frontière actuelle et quittent les Flandres occidentales Belges, pour les Flandres Francaises.

    Le S final de Mahieus n’est arrivé qu’en 1849, certainement parceque l’on commencait à être nombreux et que la marque du pluriel s’imposait. Non, tout simplement une erreur de l’officier d’état civil de Brouckerque (59), qui a mis un s, sur un acte de naissance, et que le père qui a déclaré la naissance de son fils ne savait pas signer, et donc n’a pu s’apercevoir de l’erreur.

    Toutes ces précisions sont issues de relevés sur des actes d’états civils du Royaume Belge, et du département du Nord.

    Cordialement

    Serge MAHIEÚS

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 14 août 08:52, par giselle.coste

    Bonjour, l’accent sur le u servait à le différencier du n. N’oubliez pas que les 2lettres s’écrivaient de la même façon en gothique. Mon prof de fac qui nous obligeait à écrire thèmes et dissertations en gothique y était très attentif.
    j’aimerais que ce soit aussi simple pour mes « Bec » qui me bloquent en 1400 ,et que je subodore arriver d’Angletetre avec la guerre de 100 ans.
    Alles gute
    giselle

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 14 août 12:32, par gadore

    Juste une idée « comme ça » : vous avez pensé à... la Suisse ?
    Actuellement j’indexe les fiches des gardes suisses et, honnêtement, je vois passer beaucoup de patronymes avec une apostrophe ou un guillemet sur certaines lettres. Peut-être une piste ?

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 14 août 16:07, par BURY Robert

    Mes ancêtres « BURY » étaient présents à Hésingue 68220 depuis le 16e siècle jusqu’à ce jour.

    Les diverses signatures relevées dans les Registres paroissiaux comportent une virgule sur le U et un tréma sur le Y de BURY

    Je me suis toujours interrogé sur leur signification.?

    Répondre à ce message

  • L’accent sur u le de BAUMGART… 14 août 16:35, par FISCHBACH Gérard

    Alsacien et généalogiste amateur,
    je voudrais vous apporter ma version de votre problème :
    en écriture gothique allemande les lettres n et u s’écrivent de la même manière, et pour les différencier,
    le u est surmonté d’un « accent ».
    Ceci n’a rien à voir avec le patronyme BAUMGART en particulier. Dans les textes imprimés le u et le v sont bien différenciés, donc il était inutile d’ajouter ce signe.

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 14 août 16:46, par Albert Wassmer

    Bonjour,

    Je viens de lire votre article dans la Gazette ainsi que les diverses contributions sur le blog.
    Je suis d’accord avec Mireille KOHLER/KANZLER sur l’utilisation de l’accent pour différencier le u du n dans les graphies manuscrites, cela était d’autant plus nécessaire en écriture Sutterlin qui ne différencie pas le u du n. Si vous observez bien la signature de votre ancêtre Jean (11/1752) dont l’écriture est en Sutterlin, le u et le m qui suit se mélangent et ne sont qu’une succession de jambages tous ouverts vers le haut. En allemand, le u suivit d’un n est très fréquent comme le sont les combinaisons « au » et « an ». Sans différencier le u du n de nombreuses confusions seraient possibles.
    J’ai vécu en Allemagne entre 1970 et 1980 et j’ai pu constater que de nombreuses personnes utilisaient encore l’accent sur le u dans leur écriture manuscrite, même ceux ou celles nés après la guerre. Au début de mon séjour en Allemagne j’ai du m’habituer à la graphie allemande qui, bien que proche de celle utilisée en France, inclue encore souvent des aspects de l’écriture Sutterlin. Vous faites la remarque, par rapport à l’acte du 15/02/1811, que le rédacteur n’aurait peut-être pas écrit spontanément avec l’accent ; je pense que si, cette manière d’écrire était naturelle pour un locuteur germanique.
    Pour la prononciation de votre nom le u se prononce en effet « ou » mais la combinaison « au » se prononce normalement « ao » (le o prononcé comme dans chaume) . Donc Baumgarth se prononce Ba-omgarth, l’intonation « a-ou » est rare et a plus à voir avec un parler local qui peut se situer entre a-o et a-ou.

    Cela dit, il est toujours important de d’examiner les signatures des actes lorsqu’elles sont présentes. Non seulement elles indiquent si la personnes savait signer, mais aussi son degré de maitrise de l’écriture et donc indirectement son degré d’instruction. En plus elles permettent d’avoir une orthographe du nom telle que l’individu considérait qu’elle devait être et non telle que le curé ou le scribe l’avait inscrite.

    Cordialement,

    Albert Wassmer

    PS. Je pense également que le mot Taur n’est pas la bonne lecture, c’est certainement Baur qu’il faut lire.

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 14 août 17:05, par Rabiller Nicole

    Ceci n’est pas un avis d’expert, loin de là, juste une interprétation liée à un souvenir.
    Le signe sur les u dans les signatures de l’exposé de Mr Baumgartner est effectivement souvent une espèce de virgule haut placée, souvent aussi une parenthèse couchée. A se demander si ce n’est pas simplement lié à la qualité de l’écriture du signataire !
    Cela étant, le signe est peut-être un souvenir de l’écriture Sütterlin.
    J’étais en Alsace en 1940,ma première année d’école, apprenant à écrire, en Sütterlin. Je mettais des « Umlaut » sur tous les « u », soit sous forme de trémas pour prononcer u, soit sous forme de parenthèse couchée pour prononcer ou. Et je me souviens que quand en 1942 nous avons dû abandonner sur les ordres de Hitler le Sütterlin pour le graphisme « latin », nous continuions à mettre des Umlaut pour prononcer ou, le tréma du u perdurant (je m’appelais à l’époque Müller). Nos ancêtres alsaciens ont peut-être fait de même !!

    Répondre à ce message

  • Bravo 14 août 19:06, par Suzon Charbonnier

    Oui bravo pour ces longues et fructueuses recherches, qui nous tiennent en haleine.
    Bonne chance pour la suite..
    Suzon sans accent ni trémas

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 15 août 12:37, par SEMPERE

    Ŭ
    ŭ
    pour l’écriture de ces deux caractères j’ai utilisé leur code unicode.
    En maintenant la touche alt apuyée vous écrivez &#364 pour la majuscule et &#365 pour la minuscule.
    Vous trouverez la liste des codes sur :
    https://unicode-table.com/fr/search/
    voir aussi :
    http://bohemica.free.fr/caracteres/caracteres4.htm
    bonnes recherches !
    Emilio SEMPERE
    PS du côté de mon épouse (nom KUNZ) Famille emigrée de Tchécoslovaquie en Saxe au 16e siècle on retrouve parfois cet accent sur le U...

    Répondre à ce message

  • Mettez l’accent sur les signatures… 15 août 14:09, par Noëlla FALEMPIN

    mettez l’accent sur les signatures ! J’ai découvert également que mon patronyme GEVENOIS était ppurvu d’ un accent aiguë sur le e de Gévenois, depuis je le revendique -

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP