www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Témoignages » Les Morinays, feuilleton historique et généalogique » Les secrets d’écriture de « Laboureurs d’espoirs » Acte 12

Les secrets d’écriture de « Laboureurs d’espoirs » Acte 12

Acte 12 - La présence des oiseaux pour vivre le passé au présent


jeudi 26 mars 2009, par Alain Morinais

Répondre à cet article

Avec « Laboureurs d’espoirs », les Morinays mettent en scène l’histoire des laboureurs bretons vivant leur Révolution, au jour le jour, telle qu’elle put être perçue et vécue dans la campagne rennaise, quand l’espoir s’y invite en 1789.

Jan, Simon et Joseph nous font vivre les labours, les fenaisons, les métiers d’antan, la vie des simples gens, perturbés par les événements, mais, attendant tout des changements annoncés. Nous partageons avec eux les coutumes, les véritables croyances et les superstitions, les pratiques amoureuses, les jeux et les fêtes du peuple des campagnes

Acte 12 - La présence des oiseaux pour vivre le passé au présent

Je vous ai déjà parlé de la ponctuation de la couleur du ciel, utilisée comme image éternelle, donnant ainsi des points de repères au présent pour mieux « revivre » le passé.

Il en est de même des oiseaux, dont la connivence familière n’a pas d’âge.

Extraits de "Laboureurs d’espoirs" :

« Posés dans les champs, des vanneaux aux dos verts et cuivrés scintillent par centaines avant de prendre leur envol à notre passage, laissant découvrir des nuées de dessous blancs et leurs « mains » noires, visibles en altitude dans la lumière du jour devenue éclatante en quelques instants... »

« Le chant d’un pinson haut perché dans la haie dénudée, indique clairement

JPEG - 70.7 ko
Le chardonneret élégant

sa volonté d’occuper les lieux avec celle qui voudra nidifier, quand une petite bande bigarrée de chardonnerets piaillants, turbulents comme des enfants, virevolte dans un noisetier bourgeonnant... »

« Un saint-esprit à l’affût, juste au-dessus de lui, l’obligera à faire demi-tour, en remettant son entremise à d’autre jour. Être vu de quiconque en de telles formalités est un trop méchant présage pour les futurs épousés.

Une bavarde traversant le passage, ou une corneille dans un champ voisin, suffit à devoir rebrousser chemin.

Comme une pierre lâchée du ciel, le faucon se laisse tomber sur sa proie, sans doute un rongeur qu’il enserre et transporte au cœur d’un vieux chêne branchu. Ses cris aigus et brefs, en une série rapide de ki-ki-ki-ki… joyeux, indiquent qu’il commence à dépecer sa victime, alors que Jacques revient sur ses pas... »

JPEG - 68 ko
Couple de linottes mélodieuses

« Un couple de linottes amoureuses se pose près de moi, sur le muret du Champ Blanchet que je longe du pas alerte et assuré de celui qui est certain que le destin l’a mis enfin dans le creux du bon chemin... »

JPEG - 88.3 ko
Le rouge-queue noir

« Un rouge-queue noir file d’un bout du mur à l’autre, allant et revenant sans cesse, se posant à chaque extrémité pour me lancer ses espiègles appels, des petits cris faisant comme un léger bruit de crécerelle, qui ne gênent les deux amants perpétuels, face à face, sans bouger, plantés là, à se contempler.

Comment ne pas s’arrêter un moment, à savourer l’instant présent !... »

« Une haute grive m’accompagne de son chant lancinant, un merle noir moqueur lui répond, l’imitant ; le chien de la Longrais, au loin, donne de la voix : sans doute un passant.
Nombreux sont encore les feneurs à courir la campagne pour rentrer se coucher à cette heure avancée.

Et demain, il nous faudra recommencer... »

JPEG - 101.8 ko
La grive draine et le merle noir


Le Jeu des questions du grand Jacques





Question de l’acte 12 : Qu’est-ce qu’une gerbe sous l’Ancien Régime ?

Vous trouverez la réponse la semaine prochaine dans l’acte 13.

Réponse à la question de l’acte 11 scène 2 : Qu’est-ce que cet inventaire auquel procédaient les pères après que l’entremetteur ait fait son office ?

Revoir l’acte 11 scène 2

L’inventaire : l’inspection ou la « gweladenn », c’est la première rencontre, quand les familles se présentent leurs biens respectifs : terres, bâtiments, bestiaux, titres de propriété, jusqu’au contenu des armoires, avant de décider des épousailles. Extrait des notes de fin d’ouvrage de "Laboureurs d’espoirs".

La procédure d’avant mariage

À suivre… Acte 13 - "Les remords de la peur"

P.-S.

Photographies d’oiseaux Alain Morinais

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 Message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP