www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Les mystères du rosaire


mardi 1er octobre 2002, par Eric Varin

Répondre à cet article

La prière au Moyen Age

Les psaumes (de l’hébreu, signifiant louanges) ont constitué, dès les premiers siècles du christianisme, la majorité des prières récités par les Frères, dans les Monastères. Néanmoins, même si le clergé recrutait ses membres parmi ce qui était considéré, à l’époque, comme l’élite, bon nombre de ces religieux ne savaient pas lire (à l’instar du peuple).

Aussi, ces derniers remplacèrent la prière des psaumes par la répétition de « Notre Père » (Avec le Credo, le Notre Père constitue la prière de base des Chrétiens). Cette répétition de prières fut rapidement utilisée parmi les laïcs.

On appelait donc, à l’époque, Psautier du Christ, une série de 150 Notre Père (il y a, dans la Bible, 150 psaumes). Pour ne pas « perdre le fil », les fidèles utilisaient des fils (cordelettes) avec des nœuds, ou des colliers de grains, appelés patenôtres (Ils servaient à compter le nombre de Notre Père ou Pater Noster), à l’origine de nos actuels chapelets [1].

Dès la fin du XI ème siècle, on commence à utiliser ces patenôtres pour réciter les Ave Maria. Par amalgame, on désigne alors Psautier de la Vierge, une série de 150 Ave, divisée en 3 groupes de 50. L’importance des prières mariales croit tout au long du XIe siècle, et au début XII ème siècle, la première partie du Je vous salue Marie (telle que nous la connaissons actuellement) revêt la même importance que le Notre Père et le Credo. A cette époque, on aimait associer cette répétition d’Ave au rappel des 5 joies de la Vierge Marie (Annonciation ; Nativité ; Résurrection ; Ascension ; Assomption), puis aux 7 joies (en rajoutant l’Epiphanie et la Pentecôte, ou Visitation), soit une par jour de la semaine. De même, au début du XIVe siècle, en relation avec les 5 plaies du Christ ( ou les 5 versements de sang), apparaît la dévotion aux 5 douleurs, puis aux 7 douleurs de Marie (Notre Dame des 7 Douleurs est fêtée le 15 septembre)... Ainsi, la dévotion (quelle que soit sa forme) à la Vierge Marie prend une place de plus en plus importante, au sein de l’Eglise et de ses fidèles.


Les mystères du rosaire

Certains auteurs [2] font remonter à 2e moitié du XIII ème siècle le fait d’ajouter à chacun des Notre Père (ou Ave) une courte phrase sur la vie de Jésus et Marie. Néanmoins, ils s’accordent (à quelques nuances près) à souligner l’importance de l’apport de Dominique de Prusse.

En août 1415, des Chartreux [3] s’installent au couvent de Marienfloss [4], à proximité de Sierck les Bains. Leur prieur [5], Adolphe ESSEN, est également le directeur spirituel de la duchesse de Lorraine Marguerite de BAVIERE. Esseulée, réfugiée dans son château de SIERCK, cette dernière se tourne vers la prière, et A. ESSEN lui propose de prier Marie, avec la prière, que Marie préfère entre toutes, l’Ave Maria [6].

Mais, le supérieur de Marienfloss souhaite échapper aux reproches autrefois adressés à Israël par Marie elle même : « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi ». Il suggère alors à sa protégée d’unir l’Evangile et le chapelet.Elle méditera le texte sacré, pendant que ses lèvres récitent. Il lui propose donc de faire d’une prière vocale, une prière de méditation.

Au même moment, Dominique de Prusse, un frère de Marienfloss, inscrit noir sur blanc 50 formules (clausule), résumant la vie de Jésus, disposant ainsi d’un aide mémoire, lui permettant de prier avec profit [7].

Mis au courant, Adolphe Essen en fit profiter Margueritte de Bavière
La rose, se rapportant à Marie, est un symbole de joie, et concrétise la relation de Marie (Ave) à Jésus (Clausule ou Evangile). Et, la répétition des 150 Ave plantent, autour d’elle, un superbe jardin , une roseraie, un Rosaire. Aussi, Dominique donne le nom de Rosarium à ce « nouveau » Psautier de Marie, composé alors de 50 mystères.


L’évolution vers les 15 mystères du rosaire actuel

A peu près au même moment, Henry KALKAR, un autre chartreux, organisa les Ave en groupe de 10 (dizaine), avec avant chacun d’eux un Notre Père.Puis, en 1464, Alain de la Roche, un dominicain [8], organisa ces clausules en 3 séries selon le mystère du Christ (Incarnation, Croix, Résurrection). Dès 1480, on retrouve dans les livres de rosaire, 15 mystères, correspondant, à 2 exceptions près, à ceux utilisés aujourd’hui. Enfin, c’est un autre dominicain, Alberto de Costello, qui fut le premier à désigner ces méditations avec le terme de mystère (1521).

Ce rosaire à 15 dizaines se popularisa tout au cours du XVIe siècle, consacré par la bulle papale de PIE V, Consuevrent Romani Pontiffices (1569).En 1974, le pape PAUL VI rappela « l’orientation christologique [9] claire » du rosaire [10].

Les 15 mystères

« Mystères Joyeux » :

  • l’Annonciation
  • la Visitation
  • La Nativité
  • La présentation de l’enfant Jésus au Temple
  • Le Recouvrement de l’enfant Jésus au Temple.

« Mystères douloureux » :

  • Agonie de Jésus au jardin des Oliviers
  • Flagellation
  • Couronnement d’épines
  • Portement de Croix
  • Mort de Notre Seigneur sur la Croix.

« Mystères glorieux » :

  • Résurrection
  • Ascension
  • Pentecôte
  • Assomption
  • Couronnement de la Très Sainte Vierge au ciel.

Notes

[1Il est à noter que l’idée d’utiliser des cordelettes, pour faciliter la prière et la méditation n’est pas une exclusivité catholique, mais est pratiquée par de nombreuses religions (bouddhisme, Hindouisme,....).

[2On se reportera à : Père Frédérick M. JELLY, La madonne dans la tradition catholique.

[3Ils venaient de la Chartreuse de Saint ALBAN à Trêves.

[4Le couvent de MARIENFLOSS, ou Marie RIVULUS, a été fondé en 1238 par Matthieu II, duc de Lorraine.Les moniales cisterciennes, l’occupant depuis l’origine, vécurent, tout au long de leur histoire, dans la précarité, les conduisant à abandonner le couvent au profit des Chartreux, et à se transférer à l’abbaye de FREISTROFF.

[5Il n’existe pas d’abbés dans l’Ordre des Chartreux, mais le Prieur est le supérieur de chacun des monastères.

[6Personne n’a encore trouvé et ne trouvera de plus belles paroles que celles prononcées par l’Ange Gabriel : « Je te salue, pleine de Grâce, le Seigneur est avec toi », et personne pour m’honorer ne s’est mieux exprimé que ma cousine Elisabeth « Tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de tes entrailles est bénie ».

[7On décrit, dans les archives, le personnage de Dominique de Prusse.Entré chez les chartreux après des années d’errance, il avait du mal, lors de son noviciat à Saint Alban (Trêves), à se concentrer sur la prière.Et, la rédaction, de ce qui deviendra les Mystères du Rosaire, ne serait en fait qu’un remède à ce problème de concentration.

[8Une légende indique que le rosaire fut donné à Saint Dominique (1170-1221), fondateur des frères dominicains, par la Vierge Marie.

[9La christologie est la partie de la théologie, consacrée à la personne et à l’œuvre du Christ.

[10Lettre apostolique Dévotion à la Vierge Bienheureuse.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

8 Messages

  • > Les mystères du rosaire 20 mars 2006 22:13, par claire

    bravo pour vos informations.
    pourriez-vous rajouter les 5 mystères lumineux tels que le pape Jean paul II les a introduits en octobre 2002 ?
    baptême de Jésus au Jourdain ; noces de cana ; enseignement ; tran,sfigutation ; institution de l’eucharistie.
    Merci
    C de la b

    Répondre à ce message

    • > Les mystères du rosaire 24 juillet 2006 17:22, par Francis André-Cartigny

      Peux-ton rajouter les mystères lumineux au rosaire canonisé par saint Pie V et par le concile de Trente ?

      Le rosaire tel qu’il a été défini alors comporte 153 AVE et ce chiffre est hautement symbolique. Le nombre 153 (Ave) est le développement du chiffre 17 (1 credo et 16 pater) en effet : 1+2+3+4+5+6+7+8+9+10+11+12+13+14+15+16+17=153. (Quand on parle de symbole il s’agit bien d’un instrument sacré qui permet d’être en communion avec le ciel) L’ave lui même est composé de 153 sons.

      Peux-t-on alors introduire dans la prière de l’AVE des clausules ? Cette pratique revient à la « mode » et brise la prière répétitive de l’AVE. Le rosaire médité, tel qu’il fut conçu par Dominique de Prusse et Marguerite de Bavière, alors en résidence à Sierck les Bains (Marienfloss) au 15e siècle n’a pas été retenu et on comprends pourquoi.

      Mais le rosaire est chose encore bien plus complexe qu’il n’y paraît. Il est sacré. Notre époque priviligie le changement perpétuel : la mode. Francis André

      Répondre à ce message

      • > Les mystères du rosaire 26 juillet 2006 14:24, par Lionel

        Bonjour,

        Une rapide recherche sur l’ensemble des décrets du concile de Trente ne m’a pas permis d’y retrouver la trace d’une « canonisation » du Rosaire. Auriez-vous une référence précise à ce sujet ?

        Par ailleurs, je cherche vainement le sens que peut bien avoir la correspondance entre le nombre d’Ave Maria du Rosaire traditionnel et le développement du nombre 17. J’y trouve plutôt une inutile source de « complexité », là où j’aime, pour ma part, la grande simplicité et la transparence de ce joyau qu’est la prière du Rosaire.

        Lionel.

        Répondre à ce message

        • > Les mystères du rosaire 26 juillet 2006 18:15, par Francis André

          Chacun peut s’adresser au Bon Dieu comme il l’entend. Il ne s’agit pas de cela. Mais quand l’église est unie dans la prière elle le fait selon des règles, c’est d’une seule voix qu’elle sera encore le mieux entendue. Nos prières d’aujourd’hui sont les maillons d’une chaîne qui a commencé il y a 2000 ans et qui s’achèvera quand NSJC le décidera. La simplification dans tous les domaines est un phénomène d’usure qui a commencé avec la chute d’Adam. Quand NSJC reviendra notre monde sera totalement simplifié, voir uniformisé.
          Le Rosaire (traditionnel) symbolise à juste titre cette chaîne. Le fil qui traverse chacun des grains de buis symbolise la lumière, le verbe. Le développement du nombre 17 (qui rappelle les 153 poissons de la pèche miraculeuse, les apparitions mariales de Lourdes ou surtout la création du monde avec toutes les connaissance ce que cela comprend etc...) n’est pas l’objet du Rosaire mais la « réponse » voir « l’écho » à la promesse qui se trouve dans le prologue de l’Evangile de Saint Jean réalisée dans les paroles de l’Ange annonciateur à la Sainte Vierge (que nous récitons trois fois par jour).
          Merci à vous de m’avoir répondu.
          Ad Jesum per Mariam.
          Francis

          Répondre à ce message

      • > Le rosaire : une mode comme tant d’autres... 19 mai 2008 07:15, par Dom Quichotte

        Le rosaire n’a de sacré que son objet : le Christ et ses mystères. Sinon il est une forme de prière comme une autre qui est la conséquence d’une mode. Pendant les 15 premiers siècles de son histoire, l’Eglise a ignoré le rosaire, pas la prière. L’Ave Maria que l’on récite aujourd’hui est apparu pour la première fois dans sa teneur intégrale à la fin du XVIe siècle, après le Concile de Trente !
        Il n’y a pas de mystère derrière le chiffre de 150 Ave du chapelet : le chapelet a été imaginé pour remplacer la récitation intégrale des 150 Psaumes que les gens pieux récitaient chaque jour (sic) entre le 5e et le 15e siècle. Pour alléger la prière et la simplifier, et surtout pour subvenir à l’analphabétisme, on a eu l’idée de commuer un Psaume par un Pater, puis par un Ave. Le chapelet fut, à l’origine, la psalmodie des illettrés.

        Dom Quichotte

        Répondre à ce message

      • > Les mystères du rosaire 18 février 2011 14:53, par Christophe

        Bonjour
        Je crois plutôt que c est 150 AVE et 3 PATER pour faire 153

        Répondre à ce message

  • Les mystères du rosaire 13 juin 2009 15:40, par ste.philomene

    le rosaire de la vierge de lourdes comporte 6 dizaines pourquoi ?

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP