www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Vient de paraître » Les combats d’un ingénu : Récits d’un temps troublé

Les combats d’un ingénu : Récits d’un temps troublé


mercredi 8 octobre 2014, par Michel Carcenac

Répondre à cet article

Le livre de Michel Carcenac vient d’être réédité complété par de nouveaux récits et enrichi de photos. Six mille exemplaires avaient été édités auparavant suscitant des réactions très favorables de la part de journalistes de la presse régionale, Sud-Ouest bien sûr, mais aussi nationale comme le Figaro, le Monde, Libération, Ouest-France, et même des Dernières Nouvelles d’Alsace !

A 89 ans, Michel Carcenac va toujours de l’avant, toute sa vie il a foncé, dans son métier, comme écrivain, comme animateur de clubs sportifs et comme coureurs à pied de grande distance. Il a créé les 100 km du Périgord Noir. Maintenant il vient de rééditer son livre culte consacré aux témoignages de ses amis résistants et à ses propres aventures évidemment. Sa Résistance commence quand deux policiers viennent l’arrêter dans sa classe au lycée de Périgueux. C’est le proviseur qui a dénoncé ses activités gaullistes, a livré son élève à l’ennemi en février 1942. Beaucoup d’autres expériences suivront et Michel raconte avec vivacité et humour comment un adolescent naïf découvre la réalité parfois brutale du maquis Soleil.

Michel n’a pas oublié ses amis, faisant revivre le destin de son camarade de classe pris dans les filets des ramasseurs d’esclaves ; la tragédie des Républicains espagnols ; l’odyssée de dix volontaires périgourdins dans le camp retranché allemand de l’île d’Oléron. La vie de tous les jours sous l’Occupation est savoureusement relatée, du Pagnol. Un véritable livre d’aventure, écrit dans le style simple d’un excellent écrivain.

Six mille exemplaires avaient été édités auparavant suscitant des réactions très favorables de la part de journalistes de la presse régionale, Sud-Ouest bien sûr, mais aussi nationale comme le Figaro, le Monde, Libération, Ouest-France, et même des Dernières Nouvelles d’Alsace !

« Il était lycéen et scout, la guerre se chargea d’en faire un homme dans un climat de violence et de cruauté. Avec les Combats d’un Ingénu, Michel Carcenac m’a fait entrer dans un autre monde, celui de la Résistance, de la guerre, mais surtout dans une autre France que nos anciens ont bien connue : celle du Périgord lourd de mystère et de fraternité. On y trouve quelques pages succulentes sur l’arrivée des Alsaciens évacués en 1939. Un livre simple, écrit avec les mots de tous les jours, sans effets de manche. » Alain Howiller, rédacteur en chef des Dernières Nouvelles d’Alsace.

Dans le Bulletin National des Médaillés de la Résistance, Bernard Gilles écrit : « Ce livre est admirable par sa fraîcheur, sa simplicité et je dirais sa naïveté au sens noble du terme. Carcenac écrit bien, sans emphase. Il a gardé le sens de l’humour devenu rare à notre époque, et sa simplicité fait éclater comme une évidence l’authenticité du témoignage. »

Quant à Raymond Aubrac, voici la dernière phase de sa lettre : « Dans le calme des Cévennes, j’ai repris la lecture des Combats d’un Ingénu et j’ai pu apprécier l’authenticité, la finesse et la sympathie que vous exprimez pour une époque qui fut dure et qui nous est chère. Lucie joint aux miens ses compliments. »

Pour Jacques Lanzmann, écrivain et ancien FTPF, une phrase suffit : « Mon cher Michel, le prologue de ton livre m’a donné des frissons. Je continue la lecture. Il est bien ton Combat, très très bien. »

« Michel Carcenac, sans le connaître, je lui ai envoyé un message pour le remercier de ces mots qui criaient encore dans le silence : je venais de lire dans le prologue de son livre « Les combats d’un Ingénu » ce qu’il avait écrit sur les Espagnols avec lesquels il avait combattu dans la Résistance française : « Les Républicains espagnols ont toute mon estime. J’ai honte que mon pays les ait accueillis d’une façon si odieuse et les ait livrés quelques mois plus tard à Hitler.
Peu d’écrivains, d’historiens, d’hommes politiques, avaient eu ce courage. Très peu ont reconnu publiquement leur importante participation à la lutte pour la liberté. Contrairement à tant d’auteurs qui ont traité la question et ont passé sous silence ou minimisé le rôle joué par les Espagnols, Michel Carcenac a eu ce courage lucide et ferme, cette générosité profonde qui ne craint pas de rendre hommage à ses compagnons de combat et de leur faire justice.
A travers son propre vécu, son propre combat, Michel Carcenac nous permet d’approcher le quotidien de ceux qui, comme le disait Camus, « se sont levés au milieu des décombres et du désespoir et ont affirmé avec tranquillité que rien n’était perdu. » Un livre à lire pour mieux comprendre. Evelyn Mesquida, Écrivain Espagnol. »
(La Nueve).

« Cher camarade de combat,
C’est avec un réel plaisir que j’ai lu votre ouvrage : « Les Combats d’un Ingénu. » J’ai été d’autant plus intéressé du fait que j’ai bien connu l’équipe Soleil à Belvès au mois de mars 1944. J’admire la façon dont vous faites parler Soleil, c’est bien sa façon de s’exprimer. Je retrouve en lisant votre ouvrage, Soleil tel que je l’ai connu dans le maquis.
Docteur Carcenac, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre vie, en particulier votre vie de lycéen, vous êtes né avec du tempérament, beaucoup de courage et de la volonté, vous pouvez être fier de votre combat commencé très jeune, vous aviez de qui tenir Docteur, il ne manquait pas de courage Zéphyrin Carcenac !
Je ne suis pas surpris que vous ayez eu autant de difficultés pour entrer dans la Résistance. Au Maquis, vous avez quand même réussi à prendre contact et à vous faire remarquer par Soleil dans des circonstances tout à votre honneur.
Vous avez eu de sérieux problèmes en 1968. On a essayé de vous « démolir. » Les ennemis de la Résistance n’ont pas désarmé, rejoints par les attentistes qui trouvent dans la calomnie une belle excuse à leur lâcheté. Vous êtes arrivé à déjouer ce complot imaginaire qui avait mobilisé toutes les autorités civiles et militaires contre vous, l’ancien du maquis de Soleil. C’est rocambolesque. Cette partie de votre ouvrage a retenu toute mon attention, j’aurais voulu être à vos côtés dans ces moments pour vous aider.
Toutes mes plus sincères félicitations pour ce sérieux travail de mémoire. »
Roger Lescure, Compagnon de la Libération.

Michel Carcenac nous a montré de nombreuses autres lettres dans ce style, il les conserve précieusement.

Cette dernière édition des Combats d’un Ingénu, il ne peut malheureusement pas la mettre en vente chez les libraires, des ennuis médicaux inhérents à son âge l’empêchent de parcourir le Périgord. Cependant vous pouvez acquérir ce volume de cinq cents pages, illustré de photos prises dans le maquis, en le commandant à l’auteur : Dr Michel Carcenac, 24170 Belvès. Chèque de 18 € à son nom. Le port est offert.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

5 Messages

  • Les combats d’un ingénu : Récits d’un temps troublé 16 septembre 2014 21:42, par Janine PERRE

    Je vais commander ce livre en souvenir de ces jeunes dont certains sont partis avec enthousiasme dans nos forêts périgourdines, comme pour un camp scout, et ne sont pas revenus, tomber sous les balles allemandes. Un témoin qui avait aussi choisit le maquis, nous avait raconté un peu différemment l’incident du Lycée, Michel M. a, avant de quitter le lycée pour rejoindre le maquis, avertit l’administration de celui ci pour qu’on ne vienne pas ennuyé sa mère.
    Le 15 aout 1944 avec quelle joie nous avons couru avec mon frère (14 ans)féliciter les maquisards qui gardaient le pont de chemin de fer à coté de chez nous, il était persuadé que nous allions retrouver des amis.
    cordialement

    Répondre à ce message

  • Juste une petite remarque d’ordre pratique : la photo du bon de commande ne sert à rien, il vaudrait mieux un lien actif.
    Sur ce, je commande immédiatement.
    Résidente depuis quelques années en Périgord Noir, je m’intéresse à cette période récente (j’ai eu la chance d’avoir des parents « du bon côté »). La plupart des combattants sont bien modestes, donc peu diserts. Quant aux autres... s’ensuit parfois des silences évasifs.
    Merci aux passeurs de mémoire

    Répondre à ce message

    • Les combats d’un ingénu : Récits d’un temps troublé 20 mars 2015 16:04, par Rosée MANSUY

      Vous avez raison, Madame, et je vous remercie de donner d’une façon affirmée votre opinion. Nous avons, en effet, le devoir de témoigner d’une époque troublée, dont beaucoup se sont accomodés, alors que d’autres comme M. Carcenac s’engageaient de la manière la plus logique. je suis arrivée dans cette belle région il y a 30 ans et regrette que si peu de personnes acceptent d’en parler.. Orpheline de Guerre, j’avais rencontré à une cérémonie au Monument aux Morts à Cancon dans le Ht-Agenais, une grande figure M.BLONDEL, qui me disai"moi vivant, certains ne s’approcheront pas du Monument, mais après ...rien ne les empêchera de venir se vanter de faits d’armes qu’ils n’ont jamais accomplis".Merci à M. Carcénac

      Répondre à ce message

  • Les combats d’un ingénu : Récits d’un temps troublé 25 septembre 2015 18:56, par MATHIEU Claude

    Bonsoir,
    Je voudrais savoir pourquoi des Alsaciens ont été évacués durant les deux dernières Guerres.
    Par ex. ma mère qui est née dans les Vosges a été réfugiée en Normandie avec sa mère Alsacienne en 14/18.Elles habitaient en Lorraine.
    Durant la Seconde Guerre Mondiale, ma grand mère Alsacienne donc, mais vivant à Nancy, a été réfugiée temporairement en Charente.
    Je n’ai jamais bien compris cette attitude qui reste pour moi un mystère auquel les intéressées ne peuvent évidement plus répondre.
    Je vous remercie de m’apporter vos lumières.
    Bien cordialement
    Claude MATHIUE

    Répondre à ce message

  • J’ai lu, cet été, ce livre reçu il y a quelques mois accompagné d’une très sympathique dédicace. Je l’ai lu presque d’une traite.
    Michel Carcenac aborde, par un angle très original son récit des événement de cette période ; celui d’un jeune homme dans l’insouciance de l’adolescence mis brutalement dans un monde bouleversé, où les adultes ne sont plus toujours des guides.
    Légèreté et humour ne sont jamais absents et sa mémoire est fidèle -par choix- plus aux personnes croisées qu’à l’événement.
    Un très beau livre. Merci Monsieur Carcenac.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP