www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La mobilité » La saga des Monange » Les cochers de fiacre et les chauffeurs de taxi

Les cochers de fiacre et les chauffeurs de taxi

Réflexions sur les migrations des ouvriers et artisans originaires du Massif Central


vendredi 1er juin 2001, par Jean Monange †

Répondre à cet article

A partir du XIX° siècle, avec le développement de l’industrie, l’horizon de nos ancêtres ne se limite plus à l’espace du village ou du « pays ». Pour des raisons diverses, les migrations se font plus nombreuses. Jean Monange nous livre ses réflexions sur le sujet.



Le cochers de fiacre de Tulle et Meymac

Certains petits paysans de Haute-Corrèze de la région de Meymac et d’Ussel vont aussi migrer à Paris. Cette migration couvre a peu près deux générations, de 1875 a 1925. Tous sont paysans au départ, petits métayers pour la plupart. Ils vivent dans des conditions extrêmement médiocres qui les obligent à pratiquer des métiers d’appoint. Les familles sont, sans exception, très nombreuses : 5 ou 6 enfants est une moyenne fréquemment rencontrée. Dans de telles conditions, on comprend pourquoi, quand il y a un oncle ou un frère aîné fixé à Paris, l’avenir des autres enfants est tout tracé. Au cours de ces cinquante années le schéma évolutif suivant a été grosso modo suivi par nos migrants. Le premier métier pratiqué est souvent celui de palefrenier, ce qui s’explique par l’origine paysanne de nos migrants corréziens. Non pas que dans les métairies du Plateau ils aient eu a élever des chevaux, seuls les grands domaines en possédaient, mais, l’habitude de soigner les bêtes était pour eux un « état naturel ». Si certains sont restés palefreniers, d’autres sont devenus cochers dans les grandes compagnies de l’époque : la Générale et l’Urbaine qui avaient plusieurs milliers de véhicules à elles deux. Les Corréziens et les Savoyards monopolisaient la profession. Pour apprendre le nom des rues et passer l’examen de « remisage », il n’était point besoin d’une grande instruction. Dans les années qui précédèrent la grande guerre, les cochers devinrent progressivement des chauffeurs de taxi.


Les chauffeurs de taxi, une colonie corrézienne fortement soudée

Le recrutement était basé sur la solidarité familiale. A l’échelle de la colonie tout entière installée à Paris. C’est tout d’abord le Syndicat des Cochers-chauffeurs, fondé vers 1898 et affilié a la C.G.T., qui a peut-être le plus organisé et suscité le sentiment d’appartenance a un même milieu. Les grandes grèves du début du siècle, puis de 1928, de 1936, les améliorations dans les conditions de travail obtenues par la lutte ont certainement beaucoup contribué à façonner une mentalité particulière. La cohésion professionnelle renforçant la cohésion ethnique. Cette dernière s’exprimait de différentes façons. Par l’emploi du patois lorsqu’on était « entre pays », par la fréquentation de certains cafés, tenus par des compatriotes. On y déposait sa boîte a outils le soir, après la journée, moyennant une ou plusieurs consommations. Mais on y venait également taper la belote le jour de congé. On participait aux bals fréquentés par la jeunesse corrézienne. On cite celui de la place Dalubert, devant le jardin des Plantes, plus tard celui du dimanche à la maison des journalistes rue du Louvre. On dévorait les journaux comme « Lou Cantou » qui diffusaient les nouvelles du pays, on participait au banquet annuel des Corréziens de Paris. Celui-ci eut lieu successivement à la Porte de Versailles, au Pont de Saint-Cloud « Au Pavillon Bleu » et à la salle Wagram. Entre les deux guerres, il était d’usage que Henri Queuille, homme politique corrézien, honorât ses compatriotes en assistant à leur banquet. On le voit donc la colonie corrézienne à Paris ne se distinguait guère de la Colonie Auvergnate.

Les mêmes ferments de cohésion existaient, la langue, les journaux, les bals, les amicales et leur banquet. Il est à souligner, cependant, que le Syndicat concourt à donner au milieu des cochers et des chauffeurs, une originalité supplémentaire. Ce Syndicat s’est délibérément rangé, depuis l’origine, dans le camp des travailleurs pour les défendre contre « l’exploitation » des employeurs. Les chauffeurs de taxi ont donc gardé une sensibilité politique de gauche assez marquée. Ainsi aux élections du Front Populaire en 1936, les chauffeurs de taxi montrèrent bien, en votant pour Marius Vazeille, militant du parti communiste et forestier d’une grande compétence, de quel côté leur sentiment penchait.

P.-S.

Merci au Syndicat des Cochers-Chauffeurs de Taxi, au service culturel de la mairie de Meymac, à Monsieur Curlier archiviste de la mairie d’Arbois, à Jean Fualdes, à Pierre Vaux fabricant de parapluies à Saint-Claude, à Marie Louise Monanges épouse de cordonnier marchand de parapluie à Quingey et aux auteurs des ouvrages suivants qui m’ont permit d’écrire cet article :

  • Marc Prival, Les migrants de travail d’Auvergne et du Limousin au XXe siècle, IEMC Clermont-Ferrand 1979.
  • Roger Girard, Quand les Auvergnats partaient conquérir Paris, Fayard 1980.
  • Jean-Claude Roc & Huguette Pagès, Migrants de Haute-Auvergne, Watel 1994.
  • François-Paul Raynal, Les Auvergnats de Paris, Revue L’Auvergne, littéraire, artistique & historique N° 86 1936.
  • Marc Prival & Madeleine Jaffeux, Artisans & Métiers d’Auvergne, Société d’Ethnographie du Limousin Bulletin 56/58 1975.
  • Abel Poitrineau, Remues d’hommes, les migrations montagnardes en France au 17è/ 18è siècles, Aubier/ Collection historique 1983.
  • Jean Anglade, La vie quotidienne dans le Massif Central au XIXe siècle, Hachette 1971.
  • Hebdomadaire « L’Auvergnat de Paris ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

18 Messages

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP