www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Vient de paraître » La référence » Les Gens de métier de la vie quotidienne du Lauragais sous l’Ancien (...)

Les Gens de métier de la vie quotidienne du Lauragais sous l’Ancien Régime

Contribution à l’histoire économique et sociale d’un pays du Languedoc


dimanche 2 mars 2008, par Thierry Sabot

Répondre à cet article

Présentation par l’éditeur : Il appartient à l’historien de faire connaître les structures des temps écoulés et les hommes qui les animèrent. L’auteur s’est penché sur les gens des métiers de la vie quotidienne qui œuvrèrent en Lauragais durant la période allant des derniers Valois au crépuscule de la monarchie.

Les « brevets » d’apprentissage, parfois contrat de travail déguisé, aux dispositions souvent léonines, témoignent de la diversité des clauses, d’une ville ou d’un bourg à l’autre, mais aussi, au sein d’une même cité, d’un maître à l’autre et, chez un même maître, d’un contrat à un autre.

Cette diversité se retrouve dans l’éventail largement ouvert des dots constituées en faveur des artisans, indicatrices des fortunes des familles - généralement modestes - et suggérant une hiérarchie, au demeurant fluctuante, des métiers dans la pyramide sociale. La faible valeur des maisons que font apparaître les actes notariés surprend, comme surprend aussi l’inconfort des logements, révélé par les inventaires dressés après décès ; cet inconfort procède d’un esprit d’économie excluant tout superflu et poussé jusqu’à l’extrême, ainsi que l’attestent les guenilles des vestiaires.

Les statuts régissant certains des ces corps de métier nous dévoilent, par-delà la finalité religieuse affichée, la défense jalouse des intérêts des maîtres garantis par les privilèges accordés aux corporations. Les délibérations du conseil politique de Castelnaudary font de nous les témoins du conflit, aux rebondissements multiples qui, sur fond d’envolée du prix du blé, opposa, au XVIIIe siècle, les boulangers aux consuls de la ville, tandis que charpentiers et menuisiers se querellaient sur des questions de préséance pour le plus grand profit des gens de justice.

Extrapoler les données de cette étude sur l’ensemble de la province et a fortiori du royaume serait une grave erreur, mais voir dans le Lauragais une terre d’exception serait une erreur plus grave encore.

Le sommaire : Le sommaire complet est disponible sur le site de l’éditeur.

L’auteur : Henry Ricalens, docteur en histoire, a notamment publié aux Presses de l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse deux études économiques et sociales : l’une, en 1994, sur Moissac du début du règne de Louis XIII à la fin de l’Ancien Régime, l’autre, en 1999, sur Castelnaudary au temps de Catherine de Médicis, comtesse de Lauragais.

Un avis : Les villages abritaient autrefois une foule d’artisans, tous aussi indispensables les uns que les autres aux besoins du monde rural et de la bourgeoisie des petites villes. Or, les ouvrages qui traitent des gens des métiers et de leur implication dans la vie quotidienne sous l’Ancien Régime ne sont pas nombreux (voir par exemple, Des ateliers au village, les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien Régime, par Alain Belmont). Le livre d’Henry Ricalens, même limité géographiquement au Lauragais, apporte une contribution majeure au sujet.

Pour mener à bien son étude, l’auteur s’est appuyé principalement sur les actes notariés (notamment les contrats d’apprentissage, les « pactes de mariage », les inventaires après décès) et les délibérations du conseil politique de Castelnaudary (série BB des AD).

Henry Ricalens analyse successivement :

  • les gens de métiers dont l’activité avait pour fin la nourriture des hommes (la place des meuniers, des boulangers, des rares pâtissiers et des bouchers dans la société),
  • les artisans qui oeuvrent à la construction des maisons et à leur aménagement intérieur (tuiliers, « trasseurs », tailleurs de pierre, scieurs de bois, maçons, charpentiers, plâtriers, vitriers, menuisiers, tapissiers, peintres),
  • le groupe des gens de métier concourant à l’habillement et à la confection du linge de maison (tisserands, peausiers, peigneurs, tailleurs, chapeliers, perruquiers, tanneurs, corroyeurs, cordonniers),
  • les ouvriers travaillant les métaux ( forgerons, maréchaux-ferrants, taillandiers, couteliers, armuriers, serruriers, cloutiers, épingliers, martineurs, chaudronniers, fondeurs de cuivre, orfèvres, doreurs, potiers d’étain),
  • les métiers liés au transport des marchandises et aux déplacements des hommes ( bâtiers, selliers, éperonniers-bridiers, charrons, voituriers, « maîtres d’aisse » charpentiers de marine, « patrons » sur le canal).

    Et même si, d’entrée, l’auteur met en garde son lecteur : « Extrapoler les données de cette étude sur l’ensemble de la province et a fortiori du royaume serait une grave erreur, mais voir dans le Lauragais une terre d’exception serait une erreur plus grave encore », il n’en reste pas moins que les historiens locaux et les généalogistes, du Lauragais ou d’ailleurs, trouveront dans cet ouvrage matière à réflexion pour leurs propres recherches et notamment de précieuses indications sur la valeur des maisons, l’apport des actes notariés, les origines sociales, les alliances matrimoniales ou encore les rémunérations...

    Enfin, signalons que l’auteur illustre ses propos par l’étude et la présentation de nombreux exemples concrets tirés de sa lecture des documents d’archives :

  • Parcours et cadre de vie de deux charpentiers de Castelnaudary.
  • Une famille de menuisiers d’Avignonet au siècle des Lumières.
  • Un intérieur de tisserand de toile du Lauragais à la fin du règne de Louis XIII.
  • Le cadre de vie et le quotidien d’un tisserand de drap de Revel au temps du Roi-Soleil.
  • Une femme fabricante sous le règne de Louis XVI...
  • La maison et la boutique de Barthélemy Marty.
  • Jean Barou, maître taillandier de Lasbordes en sa maison.

    etc.

Voir en ligne : Le sité de l’éditeur, les Presses de l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse

P.-S.

L’ouvrage est disponible dans les principales librairies de Toulouse et du Lauragais, au prix de 24 euros. L’auteur peut également, à réception d’un chèque de 24 euros franco de port, faire l’envoi aux lecteurs, avec, s’ils le souhaitent, une dédicace.

Coordonnées de l’auteur : Henry Ricalens, 11 avenue d’Occitanie, 31290 Avignonet-Lauragais.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP