www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Documents > Au fil des registres paroissiaux et des registres d’état civil > Les mentions insolites > Le récit de la mort d’un ancêtre

Le récit de la mort d’un ancêtre

Le jeudi 20 octobre 2011, par Paul Bernay, Thierry Sabot

Les généalogistes et les historiens locaux connaissent bien les registres paroissiaux dans lesquels les curés enregistrent plus ou moins consciencieusement les baptêmes, les mariages et les sépultures de leurs administrés, source indispensable et incontournable de la recherche généalogique, de la démographie historique et de l’histoire des communes.

Mais dans beaucoup de paroisses, ces livres sont aussi le confident du prêtre qui, en véritable «  journaliste  » local, note dans les actes, dans les marges ou sur les feuillets restés blancs des mentions insolites, événementielles, sur le temps, les récoltes, les fléaux, la fluctuation des prix, les faits divers, les naissances ou les sépultures extraordinaires et bien d’autres sujets encore…

Seule une longue et harassante lecture systématique du registre permet de découvrir au fil des pages et des actes cette extraordinaire et si précieuse chronique du quotidien. La collecte et l’utilisation de ces textes complémentaires à une recherche historique ou généalogique demeurent pleines d’enseignements pour ceux qui veulent approfondir l’histoire de leur commune ou la connaissance de leurs ancêtres.

Ainsi, depuis plus de vingt-cinq ans, et toujours avec le même plaisir, je parcours régulièrement les registres originaux (et maintenant numériques) dans une lecture intégrale et transversale, de la première à la dernière page, en quête de ces anecdotes du temps passé. Que de déception souvent, mais que de bonheur parfois à la découverte d’annotations inattendues. J’ai depuis longtemps pris l’habitude de les transcrire, de les indexer puis de les classer selon les thématiques de mon choix. Travail de fourmi, car il reste encore bien des mentions insolites inédites à tirer de l’oubli. Mais travail indispensable pour qui à la passion de l’histoire, aussi indispensable que le dépouillement des registres pour en dresser l’inventaire des noms de famille.

Que l’on en juge avec l’acte de décès ci-dessous, l’un de mes préférés !

Le récit de la mort d’un ancêtre

Louys Demont dict Le Duc vigneron de Sainct Nizier aagé de quarante cinq ans après avoir expié ses pechez par le sacrement de penitance et donné toutes les marques d’un bon et veritable chrestien est deceddé et a esté enterré dans l’eglise de St Nizier tombeau de ses predecesseurs par moy curé soubsigné dudict lieu le dixièsme jour du mois de mars mil six cens septante et un. Ledict Demont est deceddé par un at etrange et funeste accidant dont le recit au vray est comme s’en suit. La nuict du neuf au dix de mars mil six cens septante et un environ la minuict un loupt loup naturel et sauvage que la plus part ont estimé estre loup enragé, d’autant que après l’accidant arrivé par le loup audict Demont plusieurs chiens, chèvres et autre bétail en ayant esté mordus en sont mort enragés  ; cette ditte nuict à l’heure susdite ce loup estant entré dans l’estable dudict Demont par des ouvertures qui y estoient, et ayant blessé une de ses vaches, tant laditte vache blessée que les autres firent tels hurlement que le dict Demont jugeant bien qu’il y avoit quelque chose dans sa ditte estable dont son betail avoit peur et dont il pourroit estre endommagé, pourquoy il accourut en chemise sans armes et sans lumière, et ayant ouvert la porte de l’estable le loup en sortit en furie et rancontrant à la porte ledict Demont se guinda dessus luy, et se levant luy fit une morsure dangereuse dont il mourut trante six heures après. La morsure estoit de deux dantéés dont l’une estoit un peu derrière et au dessous de l’oreille gauche, mais l’autre estoit plus mortelle puisquelle luy a osté la vie, cette autre dentée estoit au dessous du col en montant, laquelle perça la trecheartère, et par laquelle playe il perdoit beaucoup de sang et en recevoit la respiration. S’yl a fait pitié pour l’accidant peu commun qui luy est arrivé, il a donné en peu d’heures qu’il a survécu de l’admiration à ceux qui l’ont veu dans son mal, sa patiance a esté sans pareille dans ses douleurs, ses santimens ont esté tous chrestiens, il a esté regretté pour sa bonne vie, elle fut douce et sa fin la fut ancor plus, et ceux qui l’ont assité et servy temoigneront comme je fais qu’il eut toujours une grande fermeté d’esprit et que sous l’habit d’un paysan la mort y trouva une âme genéreuse, et qu’il prononça des choses à l’avantage de la vie chrestienne qu’un grand docteur auroit paine d’en dire ou autant, imitons sa vertu et sa constance et prions Dieu pour son ame.

St-Nizier-sous-Charlieu (42) - Champfray, curé - AD - 3NUMRP5/1MIEC268X1 - BMS 1651-1674 - Vue 90/105.

Cet acte insolite remarquable m’a été communiqué par Paul Bernay. Louis Demont était son ancêtre. Pour la petite histoire, lorsque Louis est décédé, son épouse était enceinte, une fille Catherine est née deux mois après la disparition de son père.

Avec cet incroyable récit, on mesure bien l’intérêt historique et généalogique d’une mention insolite. En quelques lignes, Paul Bernay apprend beaucoup de choses sur son ancêtre  : sa personnalité exemplaire, la cause et les circonstances exceptionnelles de sa mort, sa lente agonie (36 heures tout de même  !), sa religiosité (bel hommage du prêtre), sa pluriactivité agricole (un vigneron qui dispose de bétail), la configuration de sa ferme (avec notamment une grange mal fermée), enfin ses habitudes nocturnes (il dort en chemise de nuit)…

Quelle chance de disposer d’un tel témoignage sur un ancêtre  ! Certes, une information nominative comme celle-ci reste exceptionnelle. Mais, pour qui prend le temps et la peine de consulter les registres paroissiaux, bien des surprises sont encore à dénicher au fil des pages.

Lire l’avis des premiers lecteurs

Cet ouvrage, étude inédite, se propose de vous faire découvrir quelques-unes de ces mentions insolites et de vous en montrer la richesse historique et généalogique. Il répond à bien des questions au sujet de ces textes insolites qui parsèment les registres paroissiaux : Pourquoi certains curés notent-ils des mentions insolites ? Que nous apprennent-elles sur la vie quotidienne de nos ancêtres ? Comment repérer, déchiffrer, transcrire et commenter ces témoignages du passé ? Comment les utiliser pour compléter notre généalogie et l’histoire de notre famille ou de notre village ?

Il s’agit du premier numéro de Théma, la nouvelle collection d’histoire et de généalogie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

12 Messages

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 21 octobre 2011 11:30, par Michel Glock

    Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant, c’est vrai que l’on peut trouver des détails important sur la vie de nos ancêtres, je m’y attarde souvent quand j’en trouve et me pose des questions pour comprendre leur vies.
    Il peut parler du temps exceptionnel une inondation ou autres moment de la vie, j’en récupère ou les laisse cela dépend de mon humeur.
    Je vous souhaite bonne chance pour vos recherches.
    Bien cordialement.
    Michel Glock

    Répondre à ce message

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 21 octobre 2011 15:22, par A.BREGERAS

    Bonjour,

    Quelle triste fin tout de même,mais aussi il est vrai, des informations passionnantes !

    Mais il est étonnant qu’aucune « battue » n’est été organisée puisque des dommages importants sont signalés auparavant et relativement graves pour l’époque ?

    Cordialement, A.Bregéras

    Répondre à ce message

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 21 octobre 2011 19:32, par laurent

    Un site existait sur ces anecdotes mais il n’est plus mis à jour, malheureusement...
    http://j.marchal.pagesperso-orange.fr/anecdotes/petitehist.html

    Voir en ligne : ANECDOTES & ARCHIVES de JACQUES MARCHAL

    Répondre à ce message

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 22 octobre 2011 07:56, par jorain

    Bonjour,
    Merci pour votre article très intéressant.
    Je vous signale pour la Bretagne le livre de l’historien Alain Croix qui s’intitule « Jean Martin, recteur de Plouvellec » ou« les curés »journalistes« de la Renaissance à la fin du XVIIe siècle » aux Editions Apogée, Rennes 1993. Ce livre passionnant recense les évènements figurant dans les registres paroissiaux pour une partie de la Haute et Basse Bretagne. Merci encore.

    Répondre à ce message

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 22 octobre 2011 13:00

    Bonjour,
    Merci de nous rappeler qu’une recherche généalogique ne doit pas conduire qu’à une collection de patronymes, de dates ...

    Il faut quand même être objectif et ne pas accepter pour absolument vrai tout ce qui est dit sur une personne. Dans un éloge funèbre n’y a-t-il pas toujours que des qualités d’indiquées....c’était le meilleur, le plus grand, le plus... et dans le cas présent un très bon catholique.

    Amicalement
    jean louis talbot

    Répondre à ce message

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 22 octobre 2011 17:54, par LE ROCH

    Ce sont souvent les actes de décès qui fournissent le plus d’informations. Au fil de mes recherches, j’ai trouvé dans les registres de Royère de Vassivière (23) l’inhumation d’une jeune fille d’onze ans, dont on a retrouvé le corps « à demi dévoré par le loup » (décembre 1699). A Châtel-Censoir (89), le corps d’un de mes ancêtres a été retrouvé dans l’Yonne. Il s’y était noyé 25 jours auparavant. Toujours à Châtel-Censoir, un autre ancêtre a été « écrasé par sa voiture » (à cheval). Toujours dans le Morvan, un homme exerçant le métier de couvreur s’est tué après avoir glissé du toit de l’église de la paroisse. Il a été immédiatement « muni des sacrements de pénitence et d’extrême onction », le prêtre ne se trouvant pas loin ...

    Répondre à ce message

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 22 octobre 2011 20:05, par COURCIER Jeannine

    oui, c’est triste de découvrir ce « Fait Divers » lorsqu’il se rapporte à son ancêtre ; je voudrais apporter ici une petite précision - vous dites « il couchait en chemise de nuit »- j’ai envie de vous dire « non » - en campagne ils se déshabillaient peu lorsqu’ils se couchaient ; ils gardaient selon ... la flanelle sorte de maillot de corps, leur chemise du jour , un caleçon long en flanelle, vêtements qu’ils portaient toute la semaine, peut-être même plus longtemps...et aussi un bonnet de nuit - vu encore dans nos campagnes il y a moins de 50 ans
    Il est bien dit : il est sorti en chemise, c’est tout.
    De plus en Mars il fait froid

    Pour ma part j’ai un ancêtre qui est mort noyé ; il a été entrainé par ses boeufs en traversant la rivière à pied ; rivière dont la profondeur varie selon les caprices de la météo ; il avait 49 ans ; il était notablement connu , père d’une famille importante ; on ne retrouva son corps que deux jours plus tard ;etc.. sa disparition fût source d’une grande émotion ; (12-8-l726) ; cet évènement est resté ancré dans les mémoires dans le village et un demi siècle plus tard à cet endroit il y eu la bénédiction d’une croix par le curé de la paroisse autorisé par l’Evêque etc.. jeannine.courcier chez voila.fr

    Répondre à ce message

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 29 octobre 2011 05:13, par Michelle Schott

    Bonjour tout le monde
    C´est évident que la vie de nos ancêtres n´était pas toujours très rose, mais quand je vois ( par votre histoire) et que je sais les terribles accidents provoqués par les loups, je ne peux m´empécher d´être très surprise quand j´entend qu´il faut remetre les loups dans nos campagnes soit disant parceque ce sont des animaux natifs de nos régions.
    Michelle

    Répondre à ce message

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 29 octobre 2011 10:58, par aaparicio

    en recherchant l’acte de décès d’un de mes ancêtres, je suis tombé au dessus du dit acte, sur l’acte de décès d’une quinzaine de personne noyés lors d’une tempête près de Belle île en mer

    c’est un des « plaisirs » des recherches dans les archives dont se prive bon nombre de « généalogistes » qui se contentent de copier coller les recherches des autres

    Répondre à ce message

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 29 octobre 2011 11:26, par idemirard

    Bonjour
    merci pour cet interessant récit.
    Il est dit qu’il est enterré dans l’église de st nizier. S’agit-il d’une expression ou a-t-il été enterré effectivement dans l’église ? J’ai aussi un ancêtre enterré dans l’église de luriecq (42)mais je n’ai trouvé aucune trace dans l’église actuelle.
    Merci isabelle

    Répondre à ce message

  • Le récit de la mort d’un ancêtre 30 octobre 2011 02:59, par Michelle Schott

    Paul Bernay
    Dans mon message précedent j´ai oublié de vous congratuler pour votre histoire super interessante. Je m´en excuse
    C´est à cause de recherches comme les votre que la généalogie peut devenir dynamique.
    Merci de nous avoir fait profiter de votre travail.
    Michelle

    Répondre à ce message

  • Gare au loup 31 octobre 2011 09:23, par Yves Dubost

    Un de mes ancêtres Charles Gressard, est mort à cause d’un loup enragé en 1714 jour de la Sainte Cécile ,vers Lyon alors qu’il était en voyage et a été enterré à Feysin. Voir sur le registre BMS de St Boil en Saône et Loire 1693-1721 page 168 sur 200, le Certificat du curé Claude Honoré BON

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP