www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Au fil des registres paroissiaux et des registres d’état civil » Les expressions singulières » Mariages » Le mariage par procuration au Havre pendant la Grande Guerre

Le mariage par procuration au Havre pendant la Grande Guerre

Deuxième article : premier mariage par procuration au Havre


jeudi 4 février 2016, par Martine Hautot

Répondre à cet article

La pratique du mariage par procuration va se répandre en province rapidement après la promulgation de la loi. Sans doute l’information a-t-elle bien circulé. Au Havre le premier mariage par procuration, à notre connaissance, est célébré le 2 Juin 1915, entre Paul Léon Legay et Jeanne Marie Zoé Le Gac. Paul Legay est tréfileur, il a 25 ans. Depuis le 3 août 1914, il est mobilisé et il sert au 39e régiment d’infanterie. Comme il ne peut abandonner le champ de bataille pour se marier et comme la loi du 4 avril 1915 le lui permet, il a donné procuration à son oncle, Emile François Bouillon, charretier de son état et âgé de 54 ans, pour le représenter à la cérémonie. Celui-ci remplit toutes les conditions pour le faire : l’âge et l’absence de lien de famille très proche avec la mariée, et surtout il est disponible puisqu’il n’est plus mobilisable.

Jeanne Le Gac est domestique, elle a 24 ans et a un petit garçon Paul, né le 29 Novembre 1914. Paul et Jeanne ont donné la même adresse : 139 Rue de Graville.
C’est donc Emile Bouillon et Jeanne Le Gac qui se présentent à la mairie du Havre, ce deux juin 1915.

La cérémonie va suivre son déroulement habituel, mais la rédaction de l’acte en sera modifiée en raison de l’absence du mari. Le vocabulaire employé est parfois un peu compliqué, avec ces fondés de procuration spéciale, ces mandants et ces mandataires mais il faut prendre quelques précautions pour que la valeur juridique du mariage ne soit pas contestée.

Lors d’un mariage selon les règles communes, apparaît d’abord le nom du mari, avec son état-civil, son domicile, le nom de ses ascendants. Dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, c’est le nom du représentant du mari, celui qu’on appelle le fondé de procuration spéciale qui apparaît en premier :

Ont comparu en la maison commune, Emile François Bouillon cinquante-quatre ans, charretier, demeurant au Havre, agissant comme fondé de procuration spéciale de Paul Léon Legay, son neveu, tréfileur, né à Graville-Sainte-Honorine (Seine-Inférieure ) le quinze Septembre mil huit cent quatre vingt dix, domicilié au Havre, 139 boulevard de Graville, fils majeur de Gustave Gaston Legay, décédé et de Emélie Anaïs Bouillon, sa veuve, journalière, demeurant au Havre présente et consentante,lequel actuellement soldat de deuxième classe au trente neuvième Régiment d’Infanterie a obtenu les autorisations prévues par la Loi du quatre avril mil neuf cent quinze. Archives départementales de la Seine-Maritime 4E20000 1915-1915/06/28 Le Havre

Arrêtons-nous un instant et voyons comment Paul a pu obtenir ces indispensables autorisations. Ce n’était pas chose facile. Le mandataire trouvé, Paul a adressé sa demande d’autorisation, accompagnée de sa procuration, par la voie hiérarchique au ministère des Armées, avec l’avis de ses chefs. Après accord du ministre des Armées sa demande a été transmise au ministre de la Justice. Ce dernier s’est alors assuré que la demande était justifiée par l’une des “causes graves” prévues par la circulaire du 8 Avril 1915 [1] :

  • des enfants à légitimer
  • grossesse de la future épouse
  • mariage in extremis, danger de mort imminente de l’un des futurs époux
  • promesse de mariage antérieure

Comme nous le verrons plus loin, Paul Legay remplit au moins un de ces critères.
L’autorisation lui est donc accordée et l’ensemble du dossier est envoyé aux services de l’état-civil du Havre pour suite à donner.
Et voici comment Emile et Jeanne se retrouvent, ce deux juin, à onze heures, devant André Begouen-Demeaux, conseiller municipal du Havre, officier de l’état-civil délégué qui s’apprête à marier... Paul et Jeanne.

Mais poursuivons la lecture de ce premier acte de mariage par procuration : Aucun changement en ce qui concerne la présentation de la mariée. Elle se fait, selon les formes habituelles.

Puis vient l’interrogation sur la signature d’un contrat de mariage.
Dans ce cas, on se contente de remplacer la mention les époux déclarent par les comparants déclarent. En l’occurrence, Paul et Jeanne n’ont pas fait de contrat de mariage.
Arrive enfin le moment solennel où l’homme et la femme doivent déclarer vouloir se prendre mutuellement pour époux. L’absence du futur marié entraîne une rédaction différente : le fondé de procuration spéciale a déclaré que son mandant veut prendre pour épouse Jeanne Marie Zoé Le Gac.
Sans changement pour la déclaration de la femme.

On pourrait penser que la cérémonie va s’arrêter ici mais voici qu’apparaît " la cause grave ", un petit garçon prénommé également Paul :

A cet instant le mandataire de l’époux au nom de son mandant et l’épouse ont déclaré reconnaître en vue de la légitimation, Paul Jean Legay,né au Havre, le vingt neuf novembre 1914.

Cet enfant, né le 29 Novembre 1914, déclaré par la sage-femme qui avait procédé à l’accouchement et portant initialement le nom de Paul Jean Le Gac avait été au préalable reconnu par sa mère, le 8 Décembre 1914 puis par son père, à Hermonville dans la Marne, le 19 Mars 1915.
Tout est maintenant en ordre.
La cérémonie s’achève par la lecture et la signature de l’acte, le fondé de procuration spéciale signant en lieu et place de l’époux.

Le mandataire et la mariée peuvent se retirer. L’officier d’état-civil doit encore faire part de ce mariage aux autorités militaires qui, à leur tour, préviendront le nouveau marié. On peut supposer qu’il en aura été informé plus rapidement par son épouse. En tout cas, Paul et Jeanne sont bel et bien mariés, ce qui ne signifie pas qu’ils sont près d’être réunis. Paul devenu caporal est fait prisonnier en Juin 1916 et rapatrié seulement en Janvier 1919. Ce mariage aura au moins assuré une protection à l’enfant de Jeanne et Paul en cas de malheur. Et c’est sans doute ce que voulait principalement le législateur.
Dans le prochain article, nous poursuivrons l’examen des registres de mariage du Havre pendant la Grande Guerre à la recherche d’autres mariages en urgence pour cause de guerre.

Notes

[1Almanach illustré du petit Parisien en 1917

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

  • Le mariage par procuration au Havre pendant la Grande Guerre 5 février 2016 11:27, par Chantal Davourie

    Bonjour,

    Les grands-parents maternels de mon époux, Adrien Olivier PALICO et Marie-Françoise Valentine PROVOST, se sont unis à Levallois-Perret (92) le 27 mai 1916.

    Au début de mes recherches généalogiques, il y a une trentaine d’années, j’avais essayé de me procurer la copie intégrale de cet acte auprès de la mairie mais sans succès. Bien que fille unique, ma belle-mère n’avait pas le livret de famille de ses parents, mais ayant connaissance de toutes les dates d’Etat Civil les concernant, cela ne m’a pas empêché à l’époque de continuer à remonter ces deux branches.

    Un peu plus tard, alors que nous annotions quelques photos, je m’étonnais qu’elle n’en possède aucune du mariage de ses parents. Elle me répondit que c’était la guerre, que le mariage avait dû se faire pendant une permission et sûrement que le couple n’était pas très argenté pour se payer les services d’un photographe. Elle s’était toujours contentée de ces explications données par sa mère (son père est décédé alors qu’elle n’avait que 11 ans).

    Puis quelques années passent encore avant que je ne reprenne des recherches sur cette famille et que je réussisse à obtenir la copie intégrale de cet acte de mariage. Quelle ne fut pas ma surprise, (et celle de ma belle-mère absolument pas au courant), en lisant cet acte, de constater que l’époux, soldat au 1er Régiment d’Infanterie Coloniale, n’était pas présent mais représenté par son frère aîné François (ou Francis) fondé de procuration suivant la loi du 4 avril 1915. Pas étonnant alors qu’il n’existât pas de photos de ce grand jour.

    Je recommande de lire à ce sujet :
    Vidal-Naquet Clémentine, « S’épouser à distance. » Le mariage à l’épreuve de la Grande Guerre, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2006/3 no 53-3, p. 142-158.
    http://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2006-3-page-142.htm

    Chantal Davourie

    Répondre à ce message

    • Le mariage par procuration au Havre pendant la Grande Guerre 5 février 2016 13:00, par Martine Hautot

      Bonjour,Chantal
      Je vous remercie de votre témoignage. C’est une procédure exceptionnelle que je ne connaissais pas avant de lire des entrefilets dans le journal de Rouen de juillet 2015 qui en parlait comme d’une nouveauté. Légalement cela ne posait pas de problème mais psychologiquement ,c’était sans doute une situation difficile à vivre ,d’où ce long silence dans votre belle famille .Parfois lors de recherches généalogiques ,il nous arrive de mettre à jour des secrets de famille .C’est toujours un peu troublant.

      Bien cordialement,
      Martine

      Répondre à ce message

  • Le mariage par procuration au Havre pendant la Grande Guerre 5 février 2016 20:04, par danièle Godard-Livet

    Bonsoir,
    C’est très intéressant. J’exploite actuellement les lettres de guerre d’un chasseur cycliste à sa femme enceinte et je découvre à quel point il a été amené à bouger tout au long du front. Chose que j’ignorais complètement.
    Sa fille est née en 1915 mais lui n’est jamais revenu, disparu à Douaumont en février 1916.
    On attend la suite.
    Cordialement
    Danièle Godard-Livet

    Répondre à ce message

    • Le mariage par procuration au Havre pendant la Grande Guerre 6 février 2016 09:36, par Martine Hautot

      Merci, Danièle de votre commentaire. Les correspondances entre les soldats de la Grande-Guerre et leurs familles sont toujours émouvantes ,avec ce qu’elles disent et aussi ce qu’elles cachent pour ne pas accroître l’inquiétude de ceux et celles qui attendent à l’arrière. Je vous signale l’ouvrage "Les mariés de la grande Guerre "de Françoise Thill-Million qui donne à la fois les lettres envoyées par le soldat et les lettres reçues de sa famille.
      Bonne réussite dans vos recherches.
      Bien cordialement,
      Martine

      Répondre à ce message

  • Le mariage par procuration au Havre pendant la Grande Guerre 6 février 2016 14:26, par Robert Girard

    Bonjour à tous,

    Au cours de mes recherches sur une branche collatérale, j’ai également trouvé un tel mariage par procuration, à Brest le 24/08/1915.
    Ce mariage a régularisé la naissance d’une fille du couple, née en 1911.

    Mais cet acte présente une particularité notable : l’époux militaire était déclaré disparu au combat depuis le 16/16/1915. Son décès a été officialisé à cette date du 16/06/1915 par le Tribunal de Brest le 18/11/1920 seulement.
    Il s’est donc marié plus de 2 mois après son décès !

    La généalogie nous réserve souvent des surprises...

    Robert Girard

    Répondre à ce message

  • Le mariage par procuration au Havre pendant la Grande Guerre 6 février 2016 14:43, par martine hautot

    Bonjour et merci de votre passage .J’ai trouvé un cas similaire .J’en parle dans un prochain article .
    Bien cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

  • Le mariage par procuration au Havre pendant la Grande Guerre 7 février 2016 19:42, par André Vessot

    Bonsoir Martine,

    Merci pour cet excellent article qui décrit un des aspects de la grande guerre. J’ai découvert ainsi cette notion de mariage par procuration que je n’avais pas eu l’occasion de rencontrer dans mes propres recherches généalogiques.
    Cordialement.

    André VESSOT

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP