www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Album photo » Une carte, une photo : une histoire » Le géant Savoyard...

Le géant Savoyard...

Réponse à la petite énigme de Noël 2021

Le vendredi 7 janvier 2022, par Franck Boulinguez

Un grand bravo et un grand merci aux fidèles lecteurs de la Gazette pour leur perspicacité et leur participation à notre petit jeu. Vous avez très rapidement décrypté cette énigme et trouvé sa solution. Voici quelques éléments complémentaires à tous ceux que vous avez déjà dévoilés dans vos messages visibles ici. Rdv l’année prochaine !

JPEG - 338.3 ko

VISITES À LA FOIRE D’ÉTÉ
SOUS LA TOISE : 2 MÈTRES 35
SUR LA BASCULE : 207 KILOS

— Pardon, Monsieur, le géant savoyard ?
— C’est moi !... On s’en serait douté en voyant surgir de la roulotte ce grand gaillard qui doit baisser la tête pour ne pas emporter le fronton !

Sa stature est tellement imposante qu’on reste un peu stupéfait dès qu’il approche. Gulliver, en débarquant au pays des géants, ne dut pas éprouver une moins grande surprise en voyant apparaître le premier colosse...
Après la traditionnelle poignée de main du sympathique Savoyard, on est tout de suite à l’aise, bien qu’il subsiste un sentiment d’inégalité qui vous fait penser que vous n’êtes pas à la hauteur.

— J’aurais bien dû apporter une échelle !
— Oh ! Ça ne fait rien, dit le « grand homme » qui par ses intonations et ses mimiques, fait penser à un héros de film qu’aimerait à incarner Fernandel, et qui serait : « Ferdinand le géant »

Toutes proportions gardées. M. Ferdinand Contat évoque un peu par sa jovialité le grand comique de l’écran, et ce qu’il raconte ne manque pas de saveur.

— Montez donc dans la roulotte. C’est un peu bas de plafond pour moi, mais en m’asseyant sur ma petite chaise cela va tout seul...

Le home roulant du géant savoyard est pourtant de grandes dimensions. Mais la largeur est réglementée par le code de la route : 2m. 50. Or, il touche aux deux parois en étendant les bras et comme il mesure 2m. 35 de hauteur, il toucherait encore le plafond si ce dernier n’était surélevé au centre. Son lit qui se déplie le soir venu est renforcé, étayé, pour ne pas céder sous le poids des 207 kilos du dormeur.
Sa chaise enfin est ce que vous appelleriez un fauteuil, en considérant son volume.
Le voilà assis. Elle résiste, sans craquer, alors tout va bien.

— Dites-moi, M. Contat, il y a longtemps que vous êtes grand comme cela ?...

Il n’en faut pas davantage pour étendre de quelques centimètres le sourire du bon géant, qui nous raconte sa naissance, dans un village de Savoie, où ses parents cultivent la terre.

— Je suis le quatrième d’une famille de six enfants. Mes parents, mes frères et sœurs, sont de taille normale et jusqu’à 13 ans j’étais plutôt faible et mince.
— Vous avez bien « profité » depuis, comme on dit à la campagne. Mais quel âge avez-vous ?
— Je vais avoir 35 ans le 30 septembre. Je ne grandis plus, maintenant, mais j’ai toujours grand appétit. Vers l’âge de 18 ans, je ne mangeais jamais assez, j’avais toujours faim.
— Que mangez-vous le matin ?
— Un litre et demi de café au lait, quelquefois deux, et si on m’apporte des croissants, la douzaine y passe. Au déjeuner, il me faut quatre côtelettes et s’il y a des « frites », j’en avale un kilo... arrosé de deux litres de vin. J’ai même un verre qui tient le litre ! Au dîner, la pleine soupière ne me fait pas peur. Je mange quatre kilos de pain par jour.
— En somme, vous n’êtes pas un invité facile à régaler à l’improviste.
— Ah non ! C’est souvent gênant quand je vais à la chasse ou à la pèche et que je tombe dans une guinguette où le boulanger n’est pas passé...
— Vous aimez la chasse ?
— Ah oui ! On m’emmène en auto, mais quand je bats les fourrés, je m’accroche aux basses branches des arbres... J’aime beaucoup la pêche, aussi. C’est mon grand bonheur de fuir les villes où je ne peux pas faire un pas sans me faire suivre par des gamins. Je provoque des attroupements ; il faut que je me baisse pour entrer par les portes : alors, ça m’ennuie.
— Je comprends que vous n’aimiez pas aller dans les magasins ; d’ailleurs rien n’est à votre taille au rayon de confection !
— Non, bien sûr. Mais je n’aime pas aller chez le tailleur. A Paris, j’y suis allé dans une torpédo, ma tête n’est pas passée inaperçue. On croyait que j’étais porté sur les épaules d’un plaisantin Les agents voulaient m’arrêter. La Préfecture de Police m’a dit de revenir le lendemain, à cause des embouteillages. Trente agents faisaient le service d’ordre ; j’ai été filmé à mon entrée chez le tailleur. A la sortie, la foule poussait l’auto : plus moyen de circuler... Alors, vous comprenez, j’hésite à sortir en ville !

La glace est tout à fait rompue, le géant ne s’arrête plus de nous conter de bonnes histoires... marseillaises mais véridiques.
C’est la tête que faisait le major quand Ferdinand passa le conseil de révision, à Thône (Savoie). La toise ne put enregistrer ses 2 m. 27, mais la bascule accusa 167 kilos.

— On m’a réformé, bien entendu, pas pour faiblesse de constitution ! Mais qu’est-ce que j’aurais pu faire à la caserne ?

Une anecdote en appelle d’autres.
Celle de l’automobiliste découvrant dans ses phares le géant revenu voir sa Savoie, à la nuit tombée, et sortant d’un bois avec une ombre démesurément grandie. L’automobiliste appela au secours et stoppa, n’osant aller plus loin.

Enfin, Ferdinand Contat rit encore en pensant qu’il ne craint pas la concurrence. Il a mis au défi des géants américains, il dépasse de beaucoup le géant Bronner, décédé il y a dix ans Mais ce n’est pas tout :

— En passant par la Haute-Loire, je suis allé dans une mairie où les célèbres géants Hugo ont écrit leur nom sur le mur. Alors, j’ai essayé à mon tour, mais j’ai signé cinq centimètres plus haut. Les frères Hugo ne faisaient que 2 m 18 et 2 m. 30. Moi, 2 m. 35, répète fièrement notre géant.

D’ailleurs, jusqu’ici, aucun géant net venu réclamer les mille francs offerts à celui qui égalera Ferdinand Contat, et la Foire de Nantes se terminera sûrement sans qu’il se présente !
Le bon géant savoyard donnera encore de nombreuses et mémorables poignées de main, fera passer sa chevalière entre les mains de ses admirateurs, qui pourront presque s’en faire un bracelet, permettra à chacun de se mesurer avec lui et, la foire terminée. Il s’évadera de sa baraque pour aller tremper le fil dans l’eau, sur une chaussée clissonnaise ou saumuroise qui, un instant, deviendra la « Chaussée du Géant ».

Article paru dans "Le Phare de la Loire" du 5 septembre 1937 et disponible sur Retronews
JPEG - 112.2 ko
Le petit journal Illustré du 10 mai 1931 © Retronews

Inutile de détailler ici l’état-civil de notre Géant, vous l’avez déjà amplement commenté. Je ne livrerai donc à votre curiosité que ce document qui n’est pas disponible en ligne ailleurs et qui indique que Ferdinand, en dehors de son "gigantisme" avaient quelques autres "particularités" qui aurait pu le faire réformer... Inutile de s’y étaler, je vous laisse découvrir lesquelles...

JPEG - 140.4 ko

Encore merci à toutes et à tous et bonne année 2022 !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

16 Messages

  • Le géant Savoyard... 7 janvier 09:39, par Pierrette MYSAK

    Bonjour,
    J’ai adoré votre énigme. Que de découvertes passionnantes sur votre géant Savoyard ! De plus, il devait être un homme d’exception s’il ne l’avait déjà été par sa taille !
    J’attends avec impatience votre énigme du prochain Noël. Le temps va être bien long.........
    Merci de nous avoir fait découvrir cette belle histoire.
    Pierrette

    Répondre à ce message

    • Le géant Savoyard... 7 janvier 14:04, par Franck Boulinguez

      Merci Pierrette pour votre message.

      Le nombre de bonnes réponses a confirmé un réel engouement des lecteurs de la Gazette à ce genre d’exercice.

      Je vais m’appliquer pour la prochaine "petite énigme de Noël" de faire plus compliqué ! 😉 Il faudra être effectivement patient...

      Bonne année !
      Franck

      Répondre à ce message

      • Le géant Savoyard... 8 janvier 15:52, par catherine marquet

        Bonjour, Franck,

        Et qu’est-ce qu’on gagne ? A part la satisfaction , bien sûr ?
        C’est vrai, sinon qu’il ressemblait un peu à Fernandel.
        Bonne année.
        Cordialement.

        Répondre à ce message

        • Le géant Savoyard... 8 janvier 17:55, par Franck Boulinguez

          Bonsoir Catherine,

          Il n’y a rien à gagner à part la satisfaction, comme vous le dites, de progresser dans nos propres recherches. D’aller chercher le tout petit indice qui débloquera une petite branche de notre arbre ou de celui de quelqu’un d’autre.

          Pour la ressemblance avec Fernandel, le journaliste l’avait déjà signalé en 1937

          Cordialement
          Franck

          Répondre à ce message

  • Le géant Savoyard... 7 janvier 12:17, par Sonia Landgrebe

    Bonjour,
    Merci pour la solution de l’énigme et ces détails supplémentaires.
    Effectivement il avait d’autres raisons que sa taille pour être réformé ... Sans doute la tuberculose fut-elle la cause de son décès survenu très tôt ? Quoi qu’il en soit, les "géants" n’ont jamais vécu très vieux semble-t-il.
    (Pardon pour cette note un peu ’tristounette’ !).
    Cordialement,
    Sonia

    Répondre à ce message

    • Le géant Savoyard... 7 janvier 14:56, par Franck Boulinguez

      Bonjour Sonia.

      Comme vous le dites, ce "gigantisme" a du lui poser plein d’autres problèmes de santé. Ses poumons étaient faibles pour alimenter longtemps en oxygène un si gros volume.
      Et il est certain, d’autre part, que Ferdinand, avec toute la volonté du monde, n’aurait pas pu avoir de descendance.

      Amitiés
      Franck

      Répondre à ce message

  • Le géant Savoyard... 7 janvier 14:32, par pierrick chuto

    Bravo Franck. Je n’ai pas cherché car je suis nul en devinettes. Mais pourquoi sur son registre matricule est-il noté : taille : 1 m 99 ?
    Bonne continuation
    Pierrick
    1 m 75 et 1 m 50 roulé en boule (comme aurait dit le regretté Francis Blanche)

    Répondre à ce message

    • Le géant Savoyard... 7 janvier 14:51, par Franck Boulinguez

      Bonjour Pierrick,

      Merci.

      Je suppose que la toise n’était pas fixée assez haut ou pas assez "longue" et que la personne en charge de la mesure a noté, par dépit, le plus gros chiffre indiqué... 1m99 ! 😉

      Amitiés
      Franck

      Répondre à ce message

    • Le géant Savoyard... 11 janvier 10:04, par marie-christine sandou

      C’est dit dans l’article : il a continué de grandir jusqu’à 26 ans

      Répondre à ce message

  • Le géant Savoyard... 7 janvier 19:18, par catherine marquet

    Bonjour,

    Atrophie testiculaire ? Le pauvre !! Vu sa taille, on aurait pu penser à hypertrophie ??

    Répondre à ce message

  • Le géant Savoyard... 8 janvier 05:24, par puyal

    Bonjour
    Merci pour l’archive militaire de Ferdinand , ce gaillard impressionnant hors norme .
    Fiche explicite sur ses particularités physiques qui lui sont propres. Dont celle intime évoquée plus haut . Qui n’est pas exceptionnelle chez les garçons , la science à bien évolué depuis .
    Par contre
     ? Rien dessus sur son niveau scolaire , ses capacités intellectuelles ; peut-être sur une autre page du livret de réforme. Lecture , écriture

    A la lecture de cet article de presse /1937 on est presque devant lui .
    L’interview plutôt moderne de Ferdinand n’a rien à envier à ce qui se pratique au 21e siècle sur nos chaînes tv en continu .
    C’est un récit pris sur le vif sur cet homme hors norme dont on en sait un peu plus sur ce qu’a du être son existence relativement courte .
    Notemment ce passage devant ces militaires face à lui qui le toisaient la tête en l’air ... Une rude épreuve
    qui a dû rester ancrée dans les souvenirs de ce tout jeune homme.

    Bonne année
    Danielle

    Répondre à ce message

    • Le géant Savoyard... 9 janvier 18:25, par Lucette HUSSON

      Bonjour
      Il ne manque rien sur cette fiche.
      Sur la droite, on lit : Degré d’instruction 1. Ce qui doit correspondre aux bases de l’instruction : savoir lire et écrire.

      Répondre à ce message

      • Le géant Savoyard... 9 janvier 21:33, par Franck Boulinguez

        Bonsoir Danielle et Lucette,

        Voilà ce que l’on trouve concernant cette notation :

        Degré d’instruction générale :
        Il est inscrit dans les registres matricules sous forme de code, composé d’un chiffre entre 0 et 5.
        0 : ne sait ni lire ni écrire
        1 : sait lire seulement
        2 : sait lire et écrire
        3 : possède une instruction primaire plus développée
        4 : a obtenu le brevet de l’enseignement primaire
        5 : bachelier, licencié, etc. (avec indication de diplôme)
        X : dont on n’a pas pu vérifier l’instruction.

        Notre Ferdinand devait donc certainement ne pas savoir (ou pouvoir...) écrire.

        Cordialement
        Franck

        Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2022 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP