www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Témoignages » La messe de onze heures

La messe de onze heures

Souvenirs d’enfance


jeudi 1er décembre 2005, par Jean-Pierre Bernard

Répondre à cet article

Souvenirs de dimanches de mon enfance, dans les années 60, où la vie était simple et belle.

Orléans.

Nous n’allions pas à la messe de onze heures !

Mes parents considéraient que ceux qui y participaient avaient pour but de se « montrer » et d’étrenner les chapeaux et colporter les cancans du jour.

Celle de dix heures nous convenait parfaitement. Notre paroisse était Saint-Paterne, presque sur les lieux de l’ancien Saint-Pouair du temps de Jehanne d’Arc. Une grande église, presque une cathédrale, avec son autel monumental, et sa chaire de bois sculpté, de toute beauté.

Le sanctuaire s’élève toujours sur la place de l’Etape, au bout du faubourg Bannier, et à l’entrée de la rue Bannier, non loin de l’endroit où se dressait la porte du même nom en 1429.

A l’époque de mon enfance, le commissariat principal de police se trouvait juste en face, sur l’endroit où l’on a depuis édifié la Médiathèque.

C’était à dix heures qu’il y avait le plus de monde : l’église était bondée. Nous nous mettions quasiment toujours sur le côté gauche, non loin de la chaire du haut de laquelle monsieur le Curé déclamait des sermons solennels.

Les officiants arrivaient, du fond de l’église, précédés des enfants de choeur en aube rouge et surplis blanc. Le curé, personnage important, entouré de ses vicaires, dans leurs stalles.

Introïbo ad altare Dei... et la foule répondait : ad Deum qui laetificat juventutem meam... Toute la cérémonie et la majorité des chants étaient en latin, et nous savions tout par coeur. Que le culte en latin était beau ! Le rite se déroulait, émaillé de chants et de prières, jusqu’à la communion. Nous répondions et chantions avec ferveur jusqu’à l’ite missa est que l’officiant jetait à tous, les bras ouverts, et nous sortions de l’église suivis par la musique grégorienne que diffusait à tout va le grand orgue qui trônait majestueusement sur son grand balcon, au fond de l’église, face à l’autel. Nous nous sentions régénérés et forts, et sans doute l’étions-nous !

Venaient ensuite les congratulations habituelles entre nos parents et leurs amis et connaissances sur le parvis. Puis, à pied, nous rentrions à la maison, rue Pasteur, à cinq ou six cent mètres de là, en empruntant le faubourg Bannier.

A mi-distance, ma mère entrait « chez Panier » (ainsi se nommait le boulanger habituel de la famille) où il sentait si bon, pour y acheter les pains et les brioches du dimanche.

Ma grand-mère maternelle, que mes soeurs et mois appelions « mémère », restée à la maison, avait cuit le rôti de boeuf et préparé les frites, qui seraient suivis par son admirable et succulente tarte aux pommes.
Repas du dimanche, repas de fête !

Mais auparavant, il nous fallait retirer nos « habits du dimanche » que ma mère rangeait pour le reste de la semaine.

Une fois à table, c’était mon père qui coupait le pain, sans oublier au préalable d’y tracer en dessous, rapidement, une croix avec son couteau.
Après le repas, mon père sortait l’auto, et nous partions pour une balade en Sologne.

Que de suaves dimanches avons-nous ainsi passés !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

12 Messages

  • > La messe de onze heures 1er décembre 2005 21:21, par Nicole Verdière

    La messe à laquelle j’assistais n’était pas très différente mais elle n’était pas en latin ; ma grand-mère avait son banc (très près de la sortie) ; pour le reconnaître il y avait une étiquette comme celle que l’on mettait sur les livres scolaires blanche entourée de bleu ; et surtout à la messe il y avait des chants ; Madame la Comtesse tenait l’harmonium ; 5O ans après il m’arrive de me mettre à chanter ces cantiques souvent touchants et en tout cas beaux sur le plan musical ; et pourtant je n’ai pas la foi....

    Cela se passait aussi en Sologne du Cher
    Merci à votre article d’avoir réveillé ces souvenirs

    Répondre à ce message

    • > La messe de onze heures 13 décembre 2005 17:38, par André

      Dans mon petit village belge ( 85 habitations ) le rituel de la messe était identique à toutes celles de la chrétienté. pour les garcons la foi était limitée et se résumait pârfois à agacer les filles et souvent à fumer une cigarette en cachette sitôt la messe terminée. En 1939 la drole de guerre avait amené au village un petit contingent de soldats réservistes mobilisés et comme la messe était dite à 10 heure cela nous laissait l temps d’aller rendre une petite visite à ces hommes dont certains, pére de famille, trouvé notre visite bien agréable. Hélas, le jour de l’Ascension, le 12 Mai 1940, jour de ma communion solennelle, il ne fût pas question de faire visite à nos militaires,la Belgique venait d’être envahie par les hordes allemandes. Le repas prévu pour cette occasion fût réduit à son minimum , les convives se résumérent à deux tirailleurs africains dont le camion était en panne devant chez nous, les autres invités étant trop occupés à préparer leurs bagages pour fuir devant l’ennemi dont le souvenir de 14-18 était gravé dans les esprits.Pendant les quatre années qui suivirent la messe fût célébrée sans que ne retentisse le son des cloches de notre petite église. André.

      Répondre à ce message

  • > La messe de onze heures 7 décembre 2005 12:01, par Jacques CHEDAILLE

    He bien moi, j’y suis allé à la messe de 11 heures. Et pour cause, j’étais enfant de choeur et il n’y avait qu’une seule messe le dimanche dans mon village de 350 habitants, dans l’Oise. C’était avant la guerre de 39/45. J’avais huit ans.

    C’est vrai que la sortie de la messe était le lieu de rencontre de la plupart des gens du village. C’est là qu’on échangeait les derniers ragots, qu’on commentait les décisions du dernier conseil municipal ou la disparition d’une personnalité locale.

    Ce que j’appréciais, dans la fonction d’enfant de choeur, c’était le découpage de la brioche, dans la sachristie, pendant la messe : nous estimions que ce n’était pas pêcher que de goûter cette bonne production de notre boulanger avant que le curé ne la transforme en pain béni !

    Chaque semaine, à tour de rôle, un notable du village faisait fabriquer, à ses frais, la brioche chez le boulanger et la faisait livrer, avant la messe, sur une table disposée à cet effet dans l’église. Le curé annonçait en chaire le nom du généreux donateur à l’origine la brioche, laquelle deviendrait bientôt, au cours de la cérémonie, après avoir été découpée en petits morceaux par les enfants de choeur puis bénie par le prêtre, le pain béni distribué dans des corbeilles aux fidèles. Une façon originale de célébrer la communion.

    Selon les dimanches, la brioche était plus ou moins importante. Celles du dimanche des Rameaux ou du dimanche de Pâques étaient des monuments parce que l’assistance attendue à la messe était très nombreuse. Le boulanger s’en sortait en fabricant plusieurs brioches en forme de tores, avec des diamètres de plus en plus petit. Il revenait aux enfants de choeur de transporter cette montagne de brioches, les unes sur les autres, depuis la table d’exposition jusqu’à la sachristie, pour le découpage. Nous dispositions, pour cela, d’un plateau en bois, avec de longues poignées à chaque extrêmité, que nous transportions à deux, les poignées posées sur nos épaules. Nous traversions ainsi l’église sous le regard admiratif des fidèles, en bombant le torse et en essayant de marcher en cadence pour ne pas faire tomber notre précieux chargement..Il y avait toujours trop de volontaires pour le transport des brioches, parce que ceux qui les transportaient étaient ceux qui les découpaient !

    Avec la guerre et le rationnement du pain, la brioche a disparu de la messe.

    Répondre à ce message

    • > La messe de onze heures 9 décembre 2005 22:57, par Daniel PANIER

      Pour parler de la brioche, c’est aussi une façon de recevoir l’eucharistie.
      Peut être pour partager un goûter entre paroissiens, comme à l’Epiphanie
      pour la Galettes des Rois.
      La messe était pour moi comme d’autre enfants catholiques, de montrer
      mon élégance en complet veston.J’étais malgré moi assez fièr le jour de ma Profession
      de Foi en 1964.

      Voir en ligne : souvenirs d’enfance la messe de onze heure

      Répondre à ce message

  • > La messe de onze heures 11 décembre 2005 19:21

    Moi ausi j’allais à la messe de 11 heures.. puisque j’étais enfant de choeur et même « cérémoniaire » le dimanche en aube rouge et surplis blanc. Je dirigeais les autres enfants de choeur et était chargé, principalement, de rytmer la cérémonie en frappant d’une tape sonore sur le livre de messe pour les « lever » "assis" « à genoux » qui ponctuaient la cérémonie.

    Ma grand-mère tenait l’harmonium et dirigeait dons le choeur des jeunes filles. C’est à l’âge de 17 ans qu’elle d’ébuta . Elle a écrit dans son carnet de mémoires « . Mlle X étant partie je pris le titre d’organiste, titre non sans épines et semé de contrariétés, mais tout pour la gloire du Bon Dieu ». Fonction qu’elle assuma jusqu’à l’âge de 80 ans...

    Il n’y avait pas de brioche au sortir de la messe. C’était le pain béni, coupé en petit cubes par le paroissien qui fournissait la ou les miches, sortant du four.

    Dans chaque maison il y avait un four. Chez nous le pain était fabriqué, par ma grand-mère qui se levait vers les 4 heures du matin, brassait dans le pétrin, à la main, farine, sel, eau et levain. La pâte levait dans le pétrin, était ensuite réparti dans des paniers d’osier les vanotes, pour la deuxième « pousse ». Une partie de cette pâte était conservée dans un pot, c’était le levain qui circulait ainsi de maison en maison. Avec mon cousin on alimentait le four dans la cuisine, avec les fagots de bois jusqu’à ce que les briques de la voute changent de couleur et deviennent blanches. ensuite enfournage et la bonne odeur de pain envahisait la cuisine. Ces miches (bio ??? on savait même pas que ça existait)) était conservées à la cave dans une cuve de bois, une sapine, et se conservaient toute la semaine.

    J’ai commencé à servir la messe vers mes 9 ans. C’était dans les années 1939 et pendant une semaine, chaque enfant de choeur servait, à tour de rôle, la messe du matin de 7 heures, qui durait une demi-heure. Peu de fidèles à cette messe, ou le curé officiait seul avec un enfant de choeur. Une triste anecdote à ce sujet. Pour ma première semaine on m’avait adjoint un « ancien » et un matin alors que nous attendions en vain l’arrivée du curé, on nous a annoncé son décès.

    Cette messe était suivie par le cathéchisme, environ une demi-heure et à 8 heures on partait à l’école.

    L’ instituteur enseignait toutes les matières à une vingtaine d’élèves répartis dans toutes le sections du primaire. Ces sections étaient assez hétéroclites, de 1 à 6 élèves par section. Oui, j’étais le seul élève dans ma section, sauf au début de la guerre lorsque l’instituteur est parti à la guerre et ou l’école de filles a fusionné avec l’école de garçons. Et il y avait 5 filles de plus dans ma section.

    Pas de problèmes pour les déplacements, l’église était à 20 mètres, et l’école à 100 mètres.

    Mon village comptait environ 300 habitants. Enfin il en reste 250....les écoles sont fermées. Les enfants prennent le car pour le village voisin qui regroupe les élèves de plusieurs communes..

    Répondre à ce message

  • > La messe de onze heures 13 décembre 2005 09:59, par annick harang

    j’ai eu les larmes aux yeux en lisant votre article
    Moi j’habitais Fécamp mais cela se passait de la même façon
    Nous alloins aussi à la messe « basse » et cela donnait toute son importance au dimanche
    Quelque rares fois nous allions à la grand-messe de 11h mais c’était parce que nous étrennions une tenue sinon cela était réservé aux riches !!!
    mais, mes plus beaux souvenirs dans cette église c’était notre communion solennelle
    la retraite, la cérémonie et le fête de famille... qui durait 2 jours
    que de beaux souvenirs !
    Annick

    Répondre à ce message

  • > La messe de onze heures 13 décembre 2005 13:47, par Marie-Christine

    Que de souvenirs et d’émotions votre article a réveillé. Mon frère et moi allions à la messe du 11 heures surtout parce que nous n’étions pas prêts avant ! Mes parents étaient agnostiques, mais nous ont néanmoins donné une éducation catholique. Notre église se trouvait à100 mètres de chez nous, et quand nous revenions de la messe, le poulet haricots verts dominicaux nous attendait, ainsi que les choux à la crème ou les babas au rhum. Si mes grands-parents étaient en visite, nous aussi nous régalions de la tarte aux pommes de ma grand-mère maternelle, ainsi que les chaussons qu’elle nous faisait pour notre 4 heures. Parfois, elle nous faisait un quatre quart. Je la revois encore mesurant la farine sur la table en formica jaune de la cuisine, la rassemblant ensuite en un petit tas et façonnant un trou pour y rajouter le beurre fondu.
    Aujourd’hui, ma mère est veuve et habite dans un quartier différent. L’église est fermée depuis des années par manque de fidèles. Cette église est liée à tout jamais à mes souvenirs de catéchisme et à son curé impressionnant. Le jeudi matin (à l’époque où les écoles étaient fermées le jeudi), j’allais à l’église pour une messe de 9 heures. C’est là où le fameux curé nous a inculqué la peur de l’enfer si nous osions lever les yeux pendant l’élévation. Oh ! Comme il était féroce à nos yeux innocents et nos esprits fébriles. Après la messe, nous allions à pied au pensionnat qui se trouvait en haut d’une côte, à environ 500m de l’église. Le catéchisme nous était enseigné par les sœurs et, en particulier, Sœur Justine. J’ai encore, dans mon missel qui a la messe en latin, une image qu’elle m’a donnée. Des odeurs mélangées de cire, de rôti de porc et de chou pénétraient dans les classes et nous donnaient faim. A midi, nous rentrions à pied chez nous. Le reste de la journée se passait à faire les devoirs, ou à griffonner sur les buvards dont je faisais la collection ! Oui, la vie était belle en ce temps-là. Nous prenions le temps de vivre.

    Répondre à ce message

  • > La messe de onze heures 13 décembre 2005 17:31, par PLANCOT Christian

    Le Dimanche vers 10h30, mon grand-père venait me chercher pour la messe de 11h00. Celle de 06h30 était pour la grand-mère. J’étais fier de me retrouver à côté de lui avec les grandes personnes. Les cloches, le bedeau etc... A la fin l’apéritif au café de l’Eglise où j’avais droit à un petit verre de Malaga. Merci pour votre article, les souvenirs remontent à la surface.

    Répondre à ce message

  • > La messe de onze heures 13 décembre 2005 18:21, par Ezam95170

    Il y a des sujets comme celui-ci qui réveillent des souvenirs enfouis profondément auxquels on ne pense jamais et qui refont surface en lisant un article particulier.

    Dans les années 60, mes parents allaient à la messe de 11h00, histoire de retrouver leurs amis, à l’apéro, après la messe.

    La messe était obligatoire à la campagne, sinon vous étiez montrés du doigt. Si vous n’étiez pas à la messe, les « bons chrétiens » allaient forcément se poser des questions à votre sujet, à l’apéro. Le rendez-vous, au bar, était crucial pour tout savoir sur la vie des habitants de la commune. C’était « radio lavoir ».

    Dans mon village du Nord Finistère, à cette époque, les bars étaient tellement importants qu’il y en avait environ une douzaine pour 2500 habitants.

    Ensuite, la messe du samedi soir est devenue l’alternative de la messe du dimanche 11h00. Elle permettait d’enchaîner avec une soirée entre ami chez l’un ou chez l’autre.

    Moi, j’étais très proche de mes grands-parents. J’avais donc pris l’habitude d’aller avec eux à la messe du dimanche matin. Je ne me souviens plus exactement de l’heure, mais c’était entre 07h00 et 08H00. Très vite, ma grand-mère m’a poussé à devenir enfant de coeur.

    Dans les années 60, il y avait beaucoup d’enfants de coeur pour servir la messe. J’y suis allé de bon coeur. J’en ai gardé de bons souvenirs, car les curés et vicaires de l’époque étaient vraiment chaleureux. De plus, mes parents et mes grands-parents donnaient beaucoup d’importance à l’église. Le curé était forcément un saint homme qu’il fallait respecter et écouter. Il n’était pas concevable de critiquer l’église et les discours de Monsieur le curé.

    Forcément, les jeunes de mon âge n’avaient pas envie de se lever vers 06h00-06h30, le dimanche matin, pour aller à la messe. Je me suis donc retrouvé seul assez rapidement pour servir la première messe du dimanche. Cela ne me dérangeait pas du tout. Je prenais mon rôle très au sérieux. J’ai donc servi la messe avec dévotion pendant de nombreuses années.

    Dans les années 60, les textes en latin et en breton étaient encore très importants. J’aimais tout particulièrement les champs en breton. D’ailleurs, je les trouve toujours très beau. [Pour mon mariage en Bretagne, j’avais choisi quelques champs en breton pour me faire plaisir et pour montrer à ma belle-famille Val d’Oisienne combien la langue Bretonne est belle]

    Un peu avant ma première communion, j’ai commencé à me poser des questions sur l’église et la pratique de la religion. J’étais d’acord de me comporter en bon chrétien (faire la part des choses entre le bien et le mal, venir en aide à mon prochain), mais j’étais contre la vénération de Jésus ou de Dieu dans les champs religieux que je trouvais absorde. Je n’étais pas pour le culte de l’adoration que ce soit pour un Dieu ou autre chose (référence au veau d’or). J’ai donc pris mes distances avec l’église au grand dame de ma grand-mère. J’étais devenu un mauvais chrétien. Cela ne me touchait pas car je crois que j’avais mieux assimilé qu’elle la notion du bien et du mal. Ma grand-mère avait pris l’habitude de chasser pratiquement tous mes copains qui venaient à la maison. Poue elle, ils n’étaient jamais assez bien. Ils n’étaient pas de bonne famille : trop pauvre ou père alcoolique (alors que mon grand-père était un grand alcoolique !!!).

    Quand j’ai arrêté de servir la messe, j’avais une tête de plus que Monsieur le curé.

    Grâce à vous, je me suis replongé dans quelques vieux souvenirs. Il est extrêmement rare que je parle de mon passé. Je suis tourné vers l’avenir et j’ai toujours avancé sans m’accrocher au passé.

    Je referme la pâge sur mes années 60 et vous dit KENAVO.

    Henri

    Répondre à ce message

  • > La messe de onze heures 14 décembre 2005 10:44, par Lucien

    Dans ma ville judiciaire d’Auvergne la messe de 11 heures était la messe des « gens biens » ; traduction : notaires, avocats, juges.
    Les autres assistaient à la messe de 9 heures sauf si l’on avait quelque affaire « difficile » à traiter.

    Répondre à ce message

  • > La messe de onze heures 2 janvier 2006 11:48

    J’ai 75 ans. Sans être rétrograde, j’ai aussi la nostalgie de ces temps, où la messe en latin, notamment aux grandes fêtes, était si belle. J’étais basse dans la chorale, une partie assez ingrate, comparée à la mélodie, mais ces offices à quatre voix procuraient un plaisir sans nom aux choristes et à l’assistance. Et j’apprécie moins les offices actuels. Mais l’essentiel est toujours dans cette présence invisible vers laquelle on fait notre démarche. Bonne année.

    Répondre à ce message

  • > La messe de onze heures 13 mars 2006 18:56, par Arsène

    C’était pendant une période de l’occupation,j’allais à la grand messe en l’église Notre Dame de Lourdes à Ronchin (Nord) ;J’ai encore en mémoire ,alors que la messe était commencée, d’y voir arriver un soldat allemand,il restait dans le fond de l’église, posait son fusil contre le mur, faisait une génuflexion,sortait son missel et suivait l’office avec une grande ferveur.C’était un soldat ennemi, mais je finissais par le regarder avec une certaine sympathie et j’espère qu’il a survécu à ce conflit.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP