www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Album photo > Entraide photographique > Une photographie un peu funeste ?

Une photographie un peu funeste ?

Le jeudi 22 octobre 2009, par Sophie Rousset

Il s’agit d’une carte postale réalisée à partir d’une photographie de famille, qui se trouvait parmi le courrier familial.

Il pourrait s’agir d’une simple photo de famille, mais plusieurs éléments retiennent l’attention :

Était-il courant de réaliser des cartes postales familiales ? Était-ce pour un usage privé ? Fallait-il être riche (c’était relativement le cas ici, certaines personnes tenant commerce à Lyon : fleuriste, artisan chemisier…) ?

La carte est de format 13,8 x 9 cm, et sur le verso se trouvent seulement imprimés « carte postale » et des lignes pour l’adresse, sans aucune mention d’éditeur. Concernant la localisation, c’était sans doute à Lyon ou dans ses alentours (Ain). Le « décor » mural ne nous donne aucun indice. Les vêtements, peut-être... ?

On voit qu’un montage a eu lieu et que certaines têtes ont été détourées, notamment l’abbé et l’homme en bas à gauche (mon arrière grand-père). Mais alors, à qui appartient le « corps » où la tête a été placée ?
D’autres personnes ont été ajoutées (mes arrière-arrière-grands-parents paternels, en médaillon à gauche). Pourquoi ?

Pourquoi l’abbé (qui ne fait pas partie de la famille) se trouve-t-il là ? Est-ce parce qu’il s’agit d’un événement familial ? Cet événement date-t-il de peu de temps ?

Surtout (et est-ce lié au-dit événement), qui est cet enfant dont on a placé la photo en bas à gauche (médaillon) ?

Cet enfant paraît dormir mais en regardant de plus près on note dans sa position, ses yeux fermés et la couronne qui se trouve à ses pieds, une certaine mise en scène. Ce pourrait-il qu’il se trouve dans un cercueil ? S’il s’agit d’un baptême, l’ensemble paraît bien funeste. S’il s’agit d’un décès, était-il courant à l’époque de représenter des événements aussi particuliers que la mort d’un enfant ?

Sur cette photo se trouvent mes arrières-grands-parents maternels et leurs parents (Je n’ai pas identifié l’homme assis au milieu, peut-être le frère de mon bisaïeul, l’un des deux encore en vie, la fratrie de mon arrière-grand-mère ayant disparu très jeune).
Mariés en décembre 1881 à Lyon, ils ont eu 9 enfants entre octobre 1882 et janvier 1901. Un seul mourra : un garçon né en décembre 1895 et décédé (de diphtérie) en juillet 1898 - premier garçon de la famille, après 6 filles...
J’ai d’abord pensé qu’il s’agissait de lui, mais l’enfant de la photographie semble être beaucoup plus jeune.
Les parents de mon arrière-grand-père sont décédés en 1884 et 1900 ; lui-même est décédé en janvier 1903. La photographie daterait donc d’après... ce qui expliquerait le montage. Une sorte d’hommage familial à la mémoire des morts...?

Quelqu’un a-t-il une idée du pourquoi de ce genre de photographie, de qui l’a faite et de la date où elle a pu être réalisée ?

Merci par avance pour votre aide...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

78 Messages

  • Une photographie un peu funeste ? 22 octobre 2009 11:13, par Christophe D.

    Concernant la personne assise en bas, à gauche, j’ai l’impression que ce n’est pas seulement sa tête qui a été détourée, mais tout son corps (même sans pouvoir zoomer, on le voit très bien le long de son côté gauche — à droite pour nous).

    Pour le cas de l’abbé, dont uniquement la tête a été remplacée, cela pourrait s’expliquer par un attachement pour cet homme d’église en particulier. D’autant que si on lui imagine une moustache, on pourrait surement lui trouver quelques traits de ressemblance évidents avec votre arrière grand père, détouré en bas à gauche (regardez les yeux). Un abbé qui ne pouvait pas être là le jour de la photo, puisqu’il y a eu montage. À l’origine était probablement photographié son « remplaçant », moins connu ou apprécié de la famille, mais qui est pourtant placé au centre, peut être l’a t-on placé ici volontairement, dans le but d’un montage à venir ?

    Peut être est-ce tout simplement une photo en l’hommage de l’abbé (enfin celui dont on a ajouté le visage), sur laquelle sont représentées toutes les personnes d’une même famille qu’il aurait bien connu, marié, baptisé ou enterré, au court de son exercice ? (Sachant que le visage de l’abbé, tout comme celle de l’enfant décédé, a peut être été photographié des années avant le montage.) Peut être même que cette photo a été prise le jour de l’inhumation de l’abbé et que votre arrière grand père n’ayant pu se déplacer, on avait tout de même souhaité le faire figurer sur cet hommage, d’où l’ajout détouré sur le banc, à gauche. D’ailleurs, si c’est le cas, il est fort possible que la photo ait été mise en en scène au moment de la prise de vue, dans l’optique d’un montage à suivre — en gardant de la place sur le banc pour votre arrière grand père, et en gardant également de la place à gauche du groupe, en terme de cadrage, pour insérer la vignettes des disparus.

    Ce n’est qu’une hypothèse parmi d’autres possibles. La seule chose dont je suis sûr, c’est que cette image est propice à l’imagination ! Me suis bien amusé 😉

    Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 09:56, par Sophie Rousset

      Bonjour,

      Vous avez raison, je n’avais pas remarqué que le corps lui-même avait été retouché...
      Concernant le curé, il est certain qu’il n’est pas de la famille.

      Merci de votre message,
      S. Rousset

      Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 12:51, par bouffort chantal

      oui il s’agit d’un enfant mort avec sa couronne de fleur, j’ai trouvé moi meme ces photos dans les albums datant de 1920 et les adultes aussi -ma belle mere en 1995, a voulu la phto de son epoux sur son lit de mort... j’etais tres surprise, que les photographes fassent des photos, de nos jours ! mais pourquoi pas

      Répondre à ce message

      • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 19:49, par Sophie Rousset

        Bonsoir,

        Merci de votre témoignage. Il me surprend car je ne pensais pas que cette pratique était encore actuelle...

        Cordialement,

        SR

        Répondre à ce message

      • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 10:38, par Mouni

        Ma grand’tante (1891-1972) a pris des photos de ses parents sur leur lit de mort dans les années 30. Je me souviens très bien en avoir vu, mais je les ai retirées des albums...
        Mouni

        Répondre à ce message

      • Une photographie un peu funeste ? 2 novembre 2009 18:14

        bonjour et bien se que je sais en ayant vy un reportage et en aessayant de retrouver des photo c est qu a l epoque il avais pour abitude de photografier les mort non pas ds un cercueuil ni sur le lit de mort mais ds des posture de tous les jour j ai vu aussi des freres et soeurs mort et abiller comme si ils allaient a l ecole et photographier sur un banc assent comme si de rien n etai.j essai de retrouver se reportage pour savoir le pourquoi si je me souvient bien ils y avait une histoire d ame les gens vous que meme si le corp est enterer que l ame reste avec eux par le biais des photos et ds des posture de tous les jours (said)

        Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 25 octobre 2009 08:23, par lacste 44

      supposition
      remplacez la tete du cure par celle de l homme en bas a gauche et on obtient le vrai cure et le vrai pere de l enfant defunt

      Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 09:13, par #

    Bonjour,
    Je suis arrivé ici en suivant ouinon...
    J’ai dans la collection de cartes postales familiale (région de Dole, Jura) quelques photos de bébé mort, datant de début XXè ou fin XIXè...
    C’était peut-être une certaine mode à l’époque...

    Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 09:59, par Sophie Rousset

      Bonjour,

      Oui, j’ai entendu parler de ces photos de personnes photographiées juste après leur mort... mais je n’en sais pas davantage, et c’est ce qui m’intéresse.

      Avez-vous la possibilité de scanner vos photos et de les envoyer ?
      Cordialement,
      S. Rousset

      Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 18:13, par Michele

      et si c’était tout simplement une question d’amour...dans l’ancien temps on ne prenait pas le temps d’extérioriser ses sentiments mais on les « concrétisait » pour prouver son attachement. MB

      Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 10:21, par Michèle DRIEU

    Bonjour,

    J’ai trouvé , moi-aussi, dans les archives familiales des photos représentant des enfants ou des personnes sur leur lit de mort. Notamment la photo d’une grand-tante, dont le fils était prisonnier en Allemagne. Je pense que c’était pour qu’il ait une dernière image de sa mère.
    Pour les enfants, autrefois, les photos étaient rares ; et lorsqu’un enfant était mort trop jeune, sans que l’on ait eu le temps de le prendre en photos pendant sa vie, je pense qu’on le prenait sur son lit de mort pour garder son image.

    Michèle

    Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 19:46, par Sophie Rousset

      Bonsoir,

      Merci de votre message. Je trouve intéressants tous ces témoignages qui arrivent, cette trace de mort qui ne faisait pas si peur qu’aujourd’hui - il faudrait pouvoir montrer ces photographies...

      Cordialement,

      SR

      Répondre à ce message

      • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 15:21, par Brigitte

        Bonjour Sophie
        A propos de la mort des enfants, j’ai entendu ma mère (qui vit encore) dire qu’en Bretagne les enfants vivants allaient rendre hommage à l’enfant décédé.Ils allaient voir l’enfant chez lui et assistaient à l’enterrement. La mort faisait partie intégrante de la vie. On ne mourrait pas à l’hopital. Il y avait parfois de nombreux décès sur une courte période et on se devait d’honorer les morts.
        Quant à ce genre de photographie, j’ai moi-même souvenir d’une camarade d’école qui m’avait montrée la photo de son frère sur son lit de mort et j’avais été très choquée que l’on puisse prendre de telles photos.
        Sujet très intéressant qui porte à réflexion.
        Brigitte

        Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 11:22

      Tous ces messages me touchent beaucoup, car j’ai moi-même photographié mon Père dans son cercueil en 2006, peut-être pour me mettre dans l’esprit qu’il n’était plus là, car c’est très difficle d’accepter la mort d’un être cher, disparu en si peu de temps ; mais je n’ai jamais pu encore regarder les photos.
      Michèle Drieu

      Répondre à ce message

      • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 14:07, par GillesG.

        Bonjour à tous.
        J’ai également photographié mes parents décédés, en 1999 et 2003, juste avant leur inhumation.
        Je pense que ce n’est pas si exceptionnel que cela.
        Qui peut dire qu’il n’a jamais vu d’innombrables tableaux de mise au tombeau de gens importants de tous âges, de masques mortuaires ...?
        C’est le sentiment contemporain de la peur et de l’éloignement de la mort qui limite ces pratiques. Nous la cotoyons de moins en moins, ce qui ne veut pas dire qu’elle ne mérite aucune représentation.
        La mort nous effraye beaucoup plus que nos ascendants d’il y a 100 ans à peine : pensez à tous les enfants et jeunes gens décédés dont nous avons lu les noms par milliers dans les registres d’état civil et paroissiaux.

        Concernant la question plus « technique » sur la pratique familiale des cartes postales : ayez en tête que l’on trouvait encore, il y a 10 ans, chez tous les photographes revendant des fournitures courantes pour les amateurs pratiquant les agrandissements eux mêmes, des boites de 100 feuilles de papier photo préimprimées au verso, pouvant servir de cartes postales.

        Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 11:54, par Aziz

    Bonjour,

    Je possède moi aussi quelques photos familiales sous forme de cartes postales, comme quoi nos aîné avaient eux aussi le sens du commerce et de l’inovation !
    Je ne sais pas si l’enfant représenté est mort bien que cela me semble possible vu sa posture très rigide (ce que pourraient expliquer les langes). Mais les photos mortuaires étaient assez courantes pour permettre aux gens de les garder dans leurs missels et de prier pour les âmes des défunts. J’en ai deux et suis même à la recherche d’une troisième dont j’ai connaissance.
    Il existait en librairie un beau livre (un peu macabre) de photos mortuaires, dont beaucoup d’enfants (dans le lit ou le cercueil), mais je n’ai plus le titre en tête.
    Tout cela ne vous aide pas trop dans vos interrogations personnelles mais c’est ma petite pierre à l’édifice.
    Cordialement

    Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 23:55, par Sophie Rousset

      Bonsoir,

      Merci de votre message.

      Je ne connaissais pas cette coutume « religieuse ». J’aimerais beaucoup voir ces photographies... Peut-être pourriez-vous les placer sur le site ?

      Bien cordialement,

      SR

      Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 12:22, par Christophe D.

    Mon imagination a sans doute été un peu loin hier, mais il y a quelques points qui me paraissent importants à creuser :

    • Le cadrage : le photographe a volontairement laissé de la place à gauche de l’image, probablement dans l’optique d’y ajouter des vignettes. Ou alors la photo a été cadrée tout aussi large à droite et en haut (homothétie du cadre oblige) puis recoupée pour le montage, mais je ne vois pas l’intérêt de cadrer si large une telle photo… s’il n’y a pas l’idée du montage derrière, autant concentrer l’optique sur les personnages.

    • La tête de l’Abbé a été ajoutée (d’ailleurs un peu trop petite en taille par rapport au corps).

    • Le corps tout entier de votre arrière grand père semble avoir été ajouté en bas à gauche (même le trait blanc entre ses jambes, probablement dessiné par le photographe, ne semble pas bien aligné avec le banc). Si c’est le cas, on lui a forcément laissé de la place sur le banc au moment de la pose. Et si ça se trouve, pour le montage, on a même carrément utilisé une photo de lui sur laquelle il était assis sur ce même banc, histoire d’avoir la bonne hauteur d’assise et le bon éclairage.

    • Ressemblance entre l’abbé et votre arrière grand père — sur les gros plans que vous avez fait, on a même l’impression qu’ils ont tous les deux leur œil droit qui ne ne part pas dans l’axe (bon, en même temps, je trouve aussi qu’il y a une grosse ressemblance entre la femme qui est en médaillon et celle qui est debout, à côté, alors que d’après ce que vous écrivez, ces deux personnes ne peuvent pas être liées au 1er degré).

    • Autre chose aussi : d’après ce que j’ai pu observer, à cette époque, ce sont surtout les familles qui se déplaçaient pour prendre la pose chez le photographe, et non l’inverse (à confirmer par un spécialiste, s’il y en a un dans la sale ?). Il y a donc sans doute une raison précise qui a contraint le photographe a se déplacer (un évènement particulier ? le photographe était un ami de la famille ? un membre de la famille ? un ami ou un membre de la famille présent sur la photo ?)

    • Je ne suis pas un expert mais je sais que les photos de morts étaient effectivement courantes (surtout les jeunes enfants qui n’avaient pas eu le temps d’être photographiés vivant). Il pouvait même y avoir des mises en scène pour faire croire qu’ils étaient vivants sur la photo (yeux ouverts, assis, sourire). Et je sais aussi que les tirages façon carte postale étaient très courants, voire même majoritaires à cette époque. Donc normalement, rien d’exceptionnel sur ces deux aspects de l’image.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 12:25, par Christophe D.

    Je n’avais pas vu les précédents commentaires (pas facile de discuter avec la modération à priori). Voici un lien avec quelques infos sur les photos de défunt :
    http://filiation.ens-lsh.fr/mort/mort_3.html

    Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 19:55, par Sophie Rousset

      Impressionnant...

      On devrait faire un forum pour présenter toutes ces photos...

      Cordialement,

      SR

      Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 25 octobre 2009 12:14, par regine.liard354

      Bonjour,
      Je vous signale que le site que vous nous conseillez contient un cheval de 3 merci à mon anti virus mais pas de merci pour vous au contraire Régine LIARD

      Répondre à ce message

      • Une photographie un peu funeste ? 25 octobre 2009 13:00, par Thierry Sabot

        Bonjour à tous,

        Non non non, il n’y a pas de virus cheval de troie sur le site indiqué par le lien ! C’est simplement votre antivirus Avast qui fait du zèle et interprète abusivement une chaîne de caractère, en l’occurrence XIX. Vous pouvez visiter le site sans aucune crainte ni aucun risque pour votre ordinateur.

        Bien cordialement,

        TS

        Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 14:23, par Duhem

    Bonjour !

    Votre document est très intéressant !
    Dans le film « les autres », de l’espagnol Amenabar, est évoquée une tradition espagnole qui consistait à prendre en photo les morts. Vous trouverez des exemples sur ces sites :
    Cette coutume s’est développée (en Espagne et Amérique du Nord) avec l’apparition du daguerréotype, et « dès les années 1860, pratiquement toutes les familles pouvaient se permettre de financer un portrait » (personnages faussement endormis ou les yeux ouverts, dans des postures du quotidien ; parmi les photos, l’une d’elles ressemble à une carte postale). Il semble que cette coutume se soit aussi développée en France : Joëlle Bolloch, du Musée d’Orsay, s’est intéressée à cette question : peut-être a-t-elle publié un livre sur le sujet.
    http://www.paris-art.com/editeur-design/Post%20Mortem/Jo%C3%ABlle-Bolloch/1917.html). Il serait intéressant de trouver d’autres exemples...
    Quant au fait de détourer les portraits : cette pratique est attestée dans la peinture dès le XVIe s.

    Bien à vous
    Sophie Duhem, Toulouse

    Voir en ligne : photographies post-mortem

    Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 23 octobre 2009 19:42, par Sophie Rousset

      Bonsoir,

      J’ai beaucoup aimé « The others », et je pensais à ces photos, mais sans savoir si c’était de la fiction ou non. Apparemment, cela a existé...

      Quant au livre Post Mortem de Joëlle Bolloch, présenté sur (l’excellente revue) Paris-art, il me semble effectivement très intéressant...

      Merci !

      SR

      Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 12:30, par Magali

      Faîtes attention au lien « Voir en ligne : photographies post-mortem », avast indique à son ouverture qu’il y a un virus (cheval de troie). Donc si votre ordinateur n’est pas ou mal protégé, vous pouvez installer Avast, c’est gratuit.

      Sinon article très intéressant, je pense en établir une rubrique à l’avenir dans ma chronique familiale (geneanet) à partir de mes propres recherches. Merci !

      Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 06:13, par Danielle ODIN

    Je me rappelle chez ma grand mère maternelle un portrait de famille : ma grand mère, ma mère et ses soeurs. Derrière le groupe il y avait le portrait de mon grand père disparu en 1918. Ils étaient tous à Lyon.
    Et plutart chez d’autres personne pendant l’occupation de 1940 - 45, j’ai vue d’autres portraits du même genre. Ça se faisait beaucoup dans la première moitier du XXe siècle. C’était une façon d’honorer ceux qui sont morts trop tôt et de les garder dans la famille.

    Comme j’ai été dans la photographie, moi aussi j’ai fait certaines improvisation pour faire un effet spécial.
    Il faut aussie se rapeler que les photgraph de ce temps là fesaient de la retouche sur toutes les photos qu’ils présentaient. La tête du curé a probablement été remplacée parce qu’il avait bouger. La photographie a beaucoup évolué depuis. Ils se servaient de gros appareils. Ils n’y avait pas toujours d’obturateur. Ils prennaient qu’une pose et souvant il fallait prendre une ancienne photo pour ’coller’ où c’était flou.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 08:06, par GEBOSAM

    Les photos de groupes étaient fréquentes au XIXe / XXe siècle. J’en possède un certain nombre à l’occasion de mariages ou tout autre événement (excursions en montagne, réunions familiales, etc.). Il faut dire que mon cas est un peu particulier car mon arrière grand-père, receveur des postes de son état, était un photographe amateur très éclairé et a laissé quantités de clichés dont des photos stéréoscopiques que l’on peut visionner avec un appareil fait de ses mains (il était aussi excellent menuisier).
    Quant aux photos d’enfants décédés, j’en possède également une, ce qui prouve, a contrario, que cela se pratiquait aussi assez couramment.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 10:32, par vazen29

    Je n’avais jamais vu une telle photographie, par contre à cette époque photographier les personnes mortes et surtout les enfants était fréquent.

    Un peu étrange surtout chez des gens qui n’étaient pas fortunés.
    J’ai moi-même trouvé plusieurs de ces photos dans les papiers de mes beau-parents, datées de la fin du 19e et début 20e environ 1920

    Renée Cécile

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 11:12, par nicolegerard

    Votre photo est très étrange par son sujet.A-t’on voulu faire une réunion virtuelle d’une famille éprouvée par de nombreux deuils ?L’expression des présents est en effet des plus tristes.Le dos en carte postale était la règle en cette époque:toutes mes photos de famille sont ainsi,elles étaient rares et s’envoyaient par la poste à la famille avec une correspondance.Les photos d’enfants sur leur lit de mort s’expliquent par cette rareté,on n’avait pas eu l’occasion de les photographier avant,nous connaissons la photo d’un frère de mon beau-père mort en 1888 à l’age de deux ans pourtant dans une famille assez aisée.
    Cordialement.

    Répondre à ce message

    • Photo Postmortem 24 octobre 2009 12:23, par ioisis1

      Bonjour,
      Votre photo est effectivement un montage post mortem, très courant à la fin du 19e et début du 20e.
      Ici le nourrisson décédé semble dormir, au point que vous envisagiez un baptême, mais parfois, les photographes spécialisés dans les photos postmortem donnaient une impression de vie aux trépassés. On les voit souvent debout (soutenus par une sorte de « valet de chambre » en bois sous les esselles) ou assis. J’ai vu une très belle photo d’une mère et de ses deux enfants, tous décédés, avec pour mise en scène une plage, la mère dans un fauteuil et les deux enfants « jouant » dans le sable à ses côtés, avec une toile de fond représentant la mer et les vagues. Les yeux sont en général retouchés avec un petit point blanc dans la pupille pour donner une impression de vie là aussi. On remarque pour les jeunes enfants, que ceux-ci ont souvent des chaussures et effets neufs trop grands pour eux : ce sont des cadeaux de naissance qui n’ont pas eu le temps d’être utilisés et dont on revêtissait l’enfant pour son dernier (souvent premier aussi) portrait.
      Votre photo est un beau témoignage d’époque.
      Bonne journée.

      Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 11:28, par Edith

    Bonjour,

    J’ai été très intéressée par votre article. Il y a environ un an je suis allée voir une de mes tantes et j’ai récupéré une photo d’un enfant mort dans les années 30, c’était une soeur de ma mère. J’ai été très choquée. Aujourd’hui je comprends mieux pourquoi mes grands-parents ont fait faire cette photo

    http://gw2.geneanet.org/index.php3?b=lapaine&lang=fr;p=eliane+germaine+gilberte;n=menard

    Quant au personnage du milieu de votre photo, il ressemble étrangement à un personnage d’une photo retrouvée dans la maison de mes arrières-grand-parents. Ils habitaient dans la Drôme, mais une partie de la famille habitait Lyon, c’étaient des notables. J’ai déposé cette photo sur geneanet dans « inconnu ». On ne sait jamais.

    Cordialement,

    Edith de LAVALADE-LAPAINE

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 12:04, par mchd44

    Concernant la personne assise en bas, à gauche, il semblerait que sa place d’origine serait à gauche de la dame assise. Le trait blanc du banc serait dans ce cas à sa place.
    Photo très intéressante qui soulève des questions. Vous avez peut-être d’autres photos qui pourraient vous aider dans cette énigme.
    Christine

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 12:19, par jhjh

    Dans les années 1950/1955 alors que j’étais au collège, une camarade de classe qui venait de perdre son frère (d’environ 12 ans) nous avait montré sa photo sur son lit de mort.
    Ce sont peut-être des coutumes dans certaines familles.

    Cette carte postale, en partie photo-montage est vraiment particulière. Je comprends que vous essayiez de comprendre le pourquoi de ce montage.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 13:34, par Ivan-D.-L.

    bonjour.

    Il se peut que ce soit une photo datant d’après le décès des personnes « rajoutés », et que pour en garder un souvenir (tous les êtres chers sur une même image), les photographies, les photographes, le matériel étant rares à cette époque (une seul photographie de mon grand père enfant), la famille ait demandé à certaines personnes de poser, et au photographe de « rajouter » les personnes décédées, d’après des photos plus anciennes. Sur la photo, on voit bien qu’il y a eu un espace laissé libre lors de la prise de vue, pour y adjoindre les morts. Le photographe a du faire un premier cliché, puis après le tirage, il a rajouté les médaillons et les visages et a photographié son montage.

    Ivan D.-L.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 14:53, par Christine

    Je voulais vous informer que même si les familles tres modestes ne pouvaient s’offrir un photographe dans certaines campagnes |dpt 50] le photographe se deplaçait dans les communes pour prendre des groupes de familles souvent au pied du mur de la paroisse et il etait parfois remunéré par des offrandes alimentaires ou autres (dire de mon arrière grd mère maternelle née en 1890 au coeur de la manche.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 14:57, par MALLET

    Bonjour,

    je ne reviendrai pas sur le pourquoi et le comment de cette photo, amplement débattus avant moi.

    Mais en ce qui concerne le papier « carte postale », je puis préciser que les photographes amateurs utilisaient couramment ce papier au début du XXe siècle (j’en ai moi-même acheté des pochettes dans les années 60). La cartoline comportait au verso, imprimés à l’avance, les traits et mention caractéristiques des cartes postales. Il n’était donc pas requis d’être riche et de faire imprimer en quantité par un imprimeur ces cartes postales, elles pouvaient très bien n’être tirées qu’en quelques exemplaires seulement, selon les besoins de l’amateur.

    Cordialement

    Bernard MALLET

    Répondre à ce message

  • Une photographie très intéressante ! 24 octobre 2009 15:03, par Angélique Rabary

    Toutes les réponses et les réactions postées sont passionnantes.
    J’ai moi aussi plusieurs vieilles photographies (fin XIXe) de personnes sur leur lit de mort. A la vérité, j’ai même la photo de mon arrière-arrière-grand-père (mort en 1883) sur son « fauteuil de mort », fauteuil sur lequel il est décédé et fauteuil que nous avons toujours dans la salle-à-manger de mes parents et où on s’assoit volontiers en disant : « pardon, Pépé » sans aucun tabou, plutôt avec une certaine forme d’affection taquine envers notre illustre ayeul mort en paix depuis des lustres.
    Pour ce qui est des retouches, mon avis est plus pragmatique que certains et me vient pareillement de mes vieux clichés de familles : je retrouve ces mêmes traces qui font un peu comme si un personnage avait été rajouté, mais (je sais, vous ne serez pas d’accord, ce n’est pas assez mystérieux... mais cette photo l’est de toute façon déjà en elle-même, mystérieuse !), ce sont simplement les retouches du photographe pour souligner et redessiner les contours trop flous ou pas assez contrastés (ton sur ton) des personnes photographiées par rapport au décor ou des costumes, c’est parfois plus ou moins maladroitement fait, mais plusieurs photos cartes-de-visite que j’ai de ma famille portent des traces similaires.
    Disons pour le moins que je serais extrêmement étonnée que des têtes ou des visages voire des personnes entières aient été rajoutées sur cette photographie autrement que par le système de médaillon déjà utilisé.
    Je suis prête à parier sur « mon » hypothèse...
    Cordialement à tous, Angélique

    Répondre à ce message

  • Précisions sur les personnages ? 24 octobre 2009 15:20, par hjartoux

    Passionnant.

    D’accord entre autres avec Christine (mchd44) et Danielle Odin pour les retouches.
    Mais je n’ai pas tout compris des liens entre les personnages : vous parlez de vos aïeux paternels et maternels.

    La femme, assise à droite, est-elle l’épouse de votre aïeul à gauche ?

    L’homme à la longue barbe et la femme, debout, qui sont-ils ?

    En clair, qui est qui ?

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 16:05, par Jean-Luc

    Bonjour,

    Cette photo est en effet un peu funeste. Après avoir lu les diverses contributions, je voudrais vous faire part de mes réflexions.
    Tout d’abord, il est exact que les photos étaient frequemment retouchées à cette époque et personne n’y voyait une escroquerie quelconque : on rosissait les joues sur les photos de mariage noir et blanc, par exemple.
    Là, manifestement, c’est le cas avec des photos en médaillon et des retouches sur d’autres personnages.

    Contrairement à Christophe, je ne crois pas qu’on prenait une photo en vue de la retoucher, par contre, on retouchait éventuellement une photo existante et le projet d’en faire une carte postale à l’usage de souvenir pour la parenté plus ou moins proche est une bonne motivation pour cela !
    Pour moi, la photo originelle a été prise dans un cadre plus large, car on ne voit pas ici le bout droit du banc, ni les chevilles et pieds des personnes assises. Or le cadrage était à cette époque essentiel (on prenait les gens en pied ou en buste, pas en format « américain », surtout de la part d’un professionnel.
    On a donc utilisé une photo existante, plus large, avec le projet de la retoucher pour en faire une carte postale en relation avec un évènement.
    Cet évènement, c’est peut-être bien la mort de l’enfant, car avec sa couronne, il s’agit bien d’un bébé décédé. Cette mort non prévue et probablement subite a pris de court les survivants, d’où le recours à une photo existante mais retouchée pour en informer la famille plus ou moins proche.
    Le fait qu’il manque la génération intermédiaire et notamment les parents de l’enfant sur la photo, indique que cette photo relève d’une initiative des grands-parents à destination de connaissances ou alliés de leur génération (les parents auraient plus facilement fait appel à un photographe pour les obsèques, c’est à dire pour une photo authentique). Le rappel de 2 ancêtres en médaillon, précédemment décédés, mais certainement connus de la plupart des destinataires de la carte le laisse penser aussi.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 16:07, par Jean-Luc

    (Suite)
    A propos, du « tourage » que vous indiquez, la tête du curé semble en effet avoir été changée, certainement parce que celui qui a officié lors des obsèques de l’enfant, n’est pas celui qui était sur la photo originelle qui est donc antérieure. On aura donc remis la bonne tête sur le corps de son prédessesseur, sur une photo prise à l’occasion d’un précédent enterrement (peut-être celui de l’une des 2 autres personnes en médaillon). Car en effet, la photo originelle a sans-doute été prise en mémoire d’un défunt et à l’occasion de ses obsèques, étant donnée la place faite au curé (qui n’était pas de la famille) et la mine des gens présents.

    Ensuite votre ailleul, assis sur le banc a gauche, semble effectivement avoir été rajouté : sa posture n’est pas naturelle. Le corps et la tête n’ont rien à voir ensemble !
    Dans la photo originelle, on a pu superposer sur un personnage assis le corps d’un autre, car pour moi, il y avait quelqu’un à cette place, je doute que la moitié du banc n’aurait pas été occupée, sinon les deux autres personnes assises se seraient davantage centrées. Le défaut d’alignement du trait blanc est en effet remarquable !
    A cette substitution du corps, on a associé la tête de votre arrière grand-père. C’est effectivement du bidouillage, mais le photographe a dû traiter au mieux la commande qu’on lui a faite.
    Le personnage qui était assis dans la photo originelle n’avait peut-être qu’un lien d’alliance avec votre ancêtre et peut-être aucun avec le bébé mort. En revanche, ce bébé mort représentait peut-être beaucoup pour votre ancêtre (premier petit-enfant, ou premier petit-enfant du même nom...). D’où le fait que ce personnage supprimé n’apparaisse plus dans la photo qui a fait la carte postale.....

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 16:40, par boulou28

    bonjour il s’agit bien de photo j’en possede une trentaine ce sont les photographes qui les faisait rien d’exeptionnelle la dedans je connais ces photos car mes grands parents en faisait faire des mariage et des enfants cela se faisait partout ainsi les poilus ce faisait prendre et les envoyait à leurs familles ne chercher pas plus loin ce serait du temps perdu (en voici une de 1921 il s’agit de mon père faite par le photographe rumeau de janville 28)

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 17:17, par gda_7

    Bonjour,
    Je suis surpris que personne n’ait pensé à vous demander les patronymes connus sur cette photo, voire les prénoms.

    Je suis lyonnais de souche très ancienne et j’ai accumulé beaucoup de photos anciennes et d’histoires familiales. Alors un patronyme permettrait peut-être de faire le « lien ».

    Parmi ces photos, j’en ai plusieurs de personnages dans leur cerceuil ou sur leur lit de mort, des enfants en bas age notamment.

    A++

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 17:46, par Madeleine ARNOLD TETARD

    J’ai eu l’occasion moi-même de découvrir dans un album photo chez une de mes tantes aujourd’hui décédée plusieurs photos faites sur le lit de mort de plusieurs enfants de la famille - c’était donc, je pense assez fréquent chez nos anciens de garder une trace photographique de ces pauvres petits - également photo post-mortem de plusieurs adultes également sur leur lit de mort. Je sais ce n’est pas très gai... par contre je n’avais jamais vu un tel montage mais comme vous le dites, certainement réalisé dans le but de rassembler les morts et les vivants en une seule photo !
    Je pense qu’il ne faut pas trop chercher à comprendre les motivations.. Quant au bébé il semble effectivement bien décédé.. la couronne de fleurs l’atteste s’il en fallait une preuve..
    En tous les cas une curiosité que vous avez bien fait de nous soumettre.
    Madeleine

    Répondre à ce message

  • Juste une petite précision au sujet de l’enfant :

    il ne repose pas dans un cercueil mais bien dans un berceau typique de la région lyonnaise et que l’on identifie facilement par les trous oblongs sur les côtés et qui servaient probablement à y passer des rubans pour enserrer l’enfant comme c’était l’habitude à l’époque.

    Ces berceaux avaient les côtés en biais et des pièces de bois courbes à la tête et aux pieds permettaient de les balancer.

    PC

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 24 octobre 2009 23:47, par Jarry Marie Jeanne

    A cette époque il arrivait souvent que les gens aisés se fassent photographier en famille pour en faire des cartes postales. Cela représentait des heures de pose, car ils ne disposaient pas des moyens techniques. Cela avait un sens historique et c’était moins onéreux que des tableaux. C’était moins que de poser pour un tableau , mais c’était long quand même.C’est devenu une mode de la bourgeoisie de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.
    Je pense que c’est un enfant mort :certains décès sont parois des tabous dans les familles car ils représentent de grandes souffrances. J’ai trouvé une de mes sœurs,née et décédée avant moi, sur un lit de mort avec des fleurs comme ceci. j’en connaissais l’existence mais la famille n’en parlait pas. Et j’ai aussi découvert que mon père avait eu une sœur morte de diarrhée verte très petite, mais je ne crois pas qu’il l’ai su.
    Marie Jeanne Jarry

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 25 octobre 2009 13:37, par Christophe D.

    La photographie post mortem est un sujet que je trouve fascinant (du moins, lorsqu’il est traité de façon poétique, sensible). Sophie Duhem a donné la référence du livre qui semble le plus proche du sujet (je ne connaissais pas ce livre, je me le suis d’ailleurs commandé dans la foulée — une chance, enfin je l’espère, puisqu’il me semblait que la collection Photo-Poche avait disparue).

    Si vous cherchez d’autres références livresques, j’en ai quelques unes en stock mais pas forcément ciblée sur la France et pas forcément de la même époque. Par exemples :

    • « Wisconsin Death Trip », par Michael Lesy (photos anciennes mais USA) — Site dédié.

    • « Der Ewige Schlaf : visages de morts », par Rudolf Schäfer (Allemagne, 1989)

    • « Facies Dolorosa », par Hans Killian (1939, Allemagne)

    Ces livres sont soit difficile à trouver, soit très cher en occasion. Cependant, en tapant les noms des auteurs ou les titres des ouvrages dans Google images, vous pourrez en voir quelques images. Après il y a aussi des gens comme Joel-Peter Witkin mais ce n’est plus le même registre (son expo parisienne avait été très controversée il y a 10 ans).

    Plus récent mais c’est l’une des séries photographiques les plus bouleversantes, toutes catégories confondues, qu’il m’a été donné de voir, la série « Life Before Death », par le photographe allemand Walter Schels. Je l’ai découvert il y a un peu plus d’un an et il m’est arrivé de passer plusieurs dizaines de minutes à regarder certaines de ces photos. Un aperçu ici, sur le site du Gardian (faire défiler les images avec le menu en haut à gauche).
    L’artiste a photographié ces sujets dans un hôpital, condamnés par une maladie, avant et après leurs morts. Avec quelques lignes retraçant le contexte de chacun. Bouleversant. D’autres images de cette séries, visibles via Google images.

    Voilà, j’ai remarqué qu’au delà de la photo de Sophie Rousset, le sujet intéressait pas mal de monde, c’est pourquoi je me permets d’ajouter ce message.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 25 octobre 2009 16:35, par Christophe D.

    Aux États-unis, il existe même le musée de la photographie de deuil, dont voici la galerie en ligne. (Utiliser uniquement le bouton « next » pour voir toutes les photos une par une — la pagination de la colonne de gauche est trompeuse). Particularité de cette galerie : les vivants posent couramment avec les morts (jeunes frères et sœurs ; parents ; epoux…). Pratique qui semblait familière aux USA. D’ailleurs, j’ai trouvé d’autres photos américaines de la même période et du même genre sur ce blog.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 25 octobre 2009 20:20, par crichroux

    J’avais vu cet article avant qu’il y ait eu des commentaires ; je les découvre aujourd’hui, et n’aurai pas de précisions importantes à apporter, si ce n’est qu’il y a eu au Musée d’Orsay, il y a quelques années, une exposition consacrée aux photos post-mortem (et dans ma famille j’ai vu pendant longtemps la photo d’un petit garçon sur son lit de mort, exposée dans la pièce où on l’avait couché après l’accident, dans les années 30).

    Vous dites que votre petit parent décédé était trop âgé pour correspondre au bébé mort de la photo : il avait 2 ans 1/2, cela me parait compatible.

    Ce sujet a attiré beaucoup de monde, dont des spécialistes de Lyon, des noms seraient en effet bienvenus.

    Merci pour ce document, j’espère que vous arriverez à une synthèse satisfaisante.
    CR

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 25 octobre 2009 21:18, par chgodard

    Article et commentaires sont très intéressants. tout semble avoir été dit, mais... je voudrais tout de même ajouter ma petite pierre à l’édifice :

    • la représentation en médaillon, d’après ce que j’ai pu voir, est assez classique pour représenter des personnes décédées. La carte daterait donc d’après le décès des personnes en médaillon.
    • Je n’ai pas personnellement vu d’exemple de carte postale au sujet d’un décès. Par contre, des images religieuses, oui, représentant parfois la personne sur son lit de mort.
    • Les photos cartes postales n’étaient pas si rares (du moins : en ville, ou près des villes), et les photographes se déplaçaient... Je possède plusieurs cartes de membres de ma famille devant leur maison ou leur boutique. Courantes aussi : les cartes de régiments prises devant les casernes (guerre de 14 entre autres).
    • Le fait que les parents de l’enfant soient absents me ferait penser qu’il ne s’agit PAS d’une carte consécutive au décès. Mais, par exemple, une carte dédiée à des parents éloignés (dans l’espace), connaissant mieux les « anciens » que les « jeunes ».
    • J’aurais tendance à penser que l’enfant est : ou bien un enfant unique (portant donc tous les espoirs de plusieurs générations) ou bien le seul garçon de la famille (donc porteur du nom).

    Merci pour ce document extraordinaire et toutes les discussions qui ont suivi...

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 26 octobre 2009 09:03, par Christophe D.

    Il y a un détail tout bête, mais qui semble être passé inaperçu : sur la photo, il manque une femme. À moins que la moustachu assis au milieu du banc (inconnu de Sophie Rousset) ne fut célibataire au moment de la prise de vue, ce qui n’aurait rien extraordinaire.

    Ou alors la femme de cet homme n’était pas là car c’est elle qu’on enterrait ce jour là. Une des six filles de vos arrières grands parents ? (la différence d’âge entre vos arrières grands parents et l’homme assis au milieu, qui serait alors leur gendre, semble importante — et si leur première fille est née en 1882, ça se tient). Ce qui expliquerait au passage la position centrale de ce moustachu inconnu, qui ne serait rien de moins que le mari de la défunte. Celui-ci pourrait également être le père de l’enfant en médaillon (petit fils de vos arrières grands parents), peut être décédé plusieurs jours, semaines ou mois auparavant.
    Encore une fois, c’est une hypothèse parmi des centaines possibles.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 26 octobre 2009 10:27, par flixange

    bonjour
    cette photo est bien évidemment « montée », mais il y a une intrigue à mon sens, vos papiers de famille vont surement vous permette de trouver ( s’ils vous en restent)et à mon avis les personnages sur le banc entre l’enfant et la personne de droite -face à l’écran- sont les personnes qui connaissent une situation (ou secret de famille) style tabou ; mais le « monteur » qui a surement eu connaissance d’une situation inconvenante /et ou régulière, a réalisé ce cliché en atelier. je vous livre mon avis il est relatif...bien à vous

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 26 octobre 2009 15:36, par Mireille

    Mon père est mort subitement en 1968, et des photos ont été prises de lui sur son lit de mort.
    Je ne sais pas vraiment pourquoi, peut être pour avoir une dernière image de lui. Toujours est-il que je n’ai regardé ces photos qu’une fois et je les ai détruites. C’était insupportable pour moi, j’ai préféré le souvenir d’une personne vivante.
    Mireille

    Répondre à ce message

    • Une photographie un peu funeste ? 29 octobre 2009 18:12, par Sophie Rousset

      Bonjour à tous,

      Que de messages et témoignages ! je n’arrive plus à suivre. Je ne peux que répondre collectivement pour vous remercier : je suis ravie de TOUT ce qui s’écrit... Chaque hypothèse éclaire différemment le sujet et révèle une parcelle d’histoire (langage photographique...).

      En ce qui concerne les personnes en question, vous pouvez vous reporter à la page geneanet suivante :
      http://gw5.geneanet.org/index.php3?b=siclone&lang=fr;p=leon+emmanuel;n=olivier

      Bien cordialement,

      S. Rousset

      Répondre à ce message

      • Une photographie un peu funeste ? 30 octobre 2009 12:49, par Magali Bizot

        J’ai moi-même, en 2003, pris quelques photos de mon beau-père dans son cercueil, à la demande de ma belle-sœur polonaise, pour les envoyer à sa famille. Elle m’a demandé non seulement de photographier le défunt, mais elle, son mari, ses enfants et la veuve, ma belle-mère autour. Ce fut une expérience étrange...que je n’ai aucune envie de revivre. J’ai gardé des tirages, dans une enveloppe, pour mes enfants qui voudront peut-être les revoir, ils étaient adolescents à ce moment là, et avaient décliné l’invitation de leur tante à poser. J’ai d’autre part vu des photos d’enfants morts dans les souvenirs de famille de ma belle-mère, elle d’origine italienne.
        Ma grand-mère maternelle, provençale, a toujours regretté d’avoir interdit a sa petite sœur de se faire photographier, elles étaient en deuil de leur père victime du tremblement de terre de 1909, et cette enfant est morte a huit ans, sans qu’aucune image n’en reste, mais elle n’a jamais évoqué, malgré ce cuisant regret qui l’empêchait de se laisser photographier elle-même, la possibilité d’avoir pu faire une photo post-mortem.C’était une pratique inconnue dans la région, dans ma famille et mes connaissances en tout cas.
        Par contre le photomontage était courant. Mon arrière grand-mère a fait retoucher une toute petite photo amateur de son fils ainé, mort en quinze au front. Il refusait les photos, surtout en uniforme. Elle a donc fait supprimer la casquette et le costume civil jugé trop décontracté de la photo d’origine pour le faire remplacer par un dessin de l’uniforme et du képi de son régiment. C’est un montage assez bancal qui est la seule image que son fils ait connue, je n’ai eu connaissance de l’original qu’après la mort de ce dernier.
        Merci pour ce sujet, morbide certes, mais passionnant et combien émouvant !

        Répondre à ce message

      • Une photographie un peu funeste ? 31 octobre 2009 23:35, par Christophe D.

        Bonjour Sophie,

        Vous avez eu un problème dans la saisie du lien vers votre arbre. Voici le bon lien pour ceux qui voudraient y jeter un œil.

        En regardant rapidement les données de votre arbre en ligne, il semble y avoir un problème de date. En effet, les parents de votre arrière grand mère sont notés comme décédés en 1865 et 1877. Votre arrière grand mère avait donc 4 ans lorsque son père est mort, je ne vois pas comment ces deux là pourraient cohabiter sur une photo — photo qui, de surcroit daterait de début 1900. Et pour le coup, la silhouettes du supposé père et de la supposée fille n’ont assurément pas été trafiquées au montage. Problème à éclaircir de votre côté, donc.

        Je précise au passage qu’en format carte postale, il est peu probable que cette photo soit beaucoup plus ancienne que 1900. Les photos beaucoup plus anciennes étaient plutôt contrecollées sur un support cartonné rigide, beaucoup plus épais qu’une carte postale (P. V. Archassal, dans son livre « Généalogie d’aujourd’hui », avait écrit au sujet de la datation des photos d’après le type de papier — je n’ai pas été fichu de retrouver ce bouquin dans ma bibliothèque, je cite donc de mémoire).

        J’ai également eu du mal à reconnaitre votre arrière grand père : sur la photo ci-dessus, il a les yeux plutôt enfoncés, tandis que sur la photo de sa page Geneanet, le contour de ses yeux est plutôt boursoufflé — mais bon, cela peut être trompeur, surtout en petit format.

        Répondre à ce message

        • Une photographie un peu funeste ? 1er novembre 2009 11:14, par Sophie Rousset

          Bonjour,

          Vous avez raison. Comment n’ai-je pas vu ce problème de dates !?...
          Pour le coup, le mystère s’épaissit. Emmanuel et Antoinette ainsi que les parents d’Emmanuel ont été identifiés par des membres de la famille (l’une d’elle est d’ailleurs le portrait craché de Marie...). Mais alors, qui sont les autres ? Des frères et soeurs, des oncles et tantes ? A creuser...

          Merci pour les liens, très intéressants.

          Cordialement,

          Sophie

          Répondre à ce message

      • Une photographie un peu funeste ? 1er novembre 2009 00:11, par Christophe D.

        (Suite de mon précédent message)

        En insistant un peu, j’ai retrouvé le livre de P. V. Archassal et le passage en question sur la datation des tirages photo. Entre autres détails, Archassal indique que le tirage carte postale date d’après 1918 (« à la fin de la 1re GM, la photo devient carte postale »). Je pensais que l’impression sur carte postale était un peu plus ancien mais effectivement, en y réfléchissant, les photos de ce type que j’ai chez moi datent plutôt d’après guerre, entre 1918 et 1930.

        Puisqu’on semble un peu perdu dans les dates, j’ai fouillé un peu sur le net et trouvé ce lien, pour aider à dater le tirage. Il existe même un livre sur la question.

        Répondre à ce message

        • Une photographie un peu funeste ? 26 avril 2013 19:29, par nanou

          les habits des 2 femmes ne sont pas de la même époque et on voit une montre à gousset

          cela me fait penser que j’ai fait ( évidemment en informatique à notre époque) un arbre généalogique en photo, cela pourrait y ressembler

          autre cas chez moi :
          ma grand mere a eu 16 enfants mais elle ne les a jamais vu ensemble. par contre il existe une photo « montage » où ils sont tous ensemble avec les parents.

          les parents pourraient être les 2 médaillons ( et ils sont décédés) et les autres les enfants de ses 2 personnes.

          Répondre à ce message

        • Une photographie un peu funeste ? 27 avril 2013 09:33, par Robert Carlier

          Bonjour à toutes et tous.
          Pour ce qui concerne la datation des cartes postales : j’en possède une représentant, avec sa mère, ma tante vers l’âge de deux ans. Or, elle est née le 1/1/1915 à Leigh, en GB, et la carte porte bien la mention « post card » au verso.
          Je possède tout une série de telles cartes, familiales, de personnages en costumes de scène ou mis en scène en studio, que je ne peux malheureusement pas tous identifier, et donc pas non plus dater avec certitude.
          Sauf pour quelques-unes, datées (cachet de la poste) de 1907-1908, et représentant, j’en suis presque certain, ma grand-mère maternelle.
          Mais ces photos viennent de Belgique. Peut-être l’indication d’Archassal ne concerne-t-elle que la France ?
          Pardon si mon intervention dans cette discussion est un peu hors sujet par rapport à l’image proposée : c’est juste une précision par rapport à la datation des « cartes postales familiales ».

          Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 26 avril 2013 19:32, par Pierre STREICHER

    J’avais vu l’expo qui est évoquée au Musée d’Orsay
    Si la photo de Françlois Mitterrand avait choqué, c’est aussi en raison des conditions clandestines de sa prise et de sa parution. Mais lorsque Bismarck et Victor Hugo sont décédés, leur photo sur leur lit de mort avait paru dans de nombreux journaux. Ca a aussi été le cas du commandant Charcot sur la plage où il avait échoué.
    Mais concernant les hommages envers les morts, le plus surprenant a été montré lors d’une exposition à la Porte Dorée, il y a une dizaine d’années : Dans la région de Frbourg en Brisgau, au début du XXe sècle, une femme avait peint le crâne de sa propre mère. Une carte postale (on y revient....) en avait été éditée, que j’ai achetée.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 27 avril 2013 04:00, par correg

    Les tenues, le cadrage et la composition me font penser à une photo de ma famille, prise en 1896 dans l’Aisne, à l’occasion d’un « bout de l’an », réunion organisée un an après le décès d’un membre de la famille. Les médaillons pourraient alors représenter les personnes décédées depuis un an ?!

    Cordialement,

    Gérard Corré

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 27 avril 2013 08:28, par rsauger

    il s’agit des obsèques de l’enfant les médaillons sont la pour des parents qui n’on pu venir oui les cartes postale familiale sont extrêmement courantes dans les brocantes on les trouvent par centaines c’était la présentation de l’époque pour beaucoup de photographe j’en n’ai une trentaine de ma famille et non pas besoins d’êtres fortunés pour preuve mes grands parents en faisaient et n’était que des ouvriers de ferme on en faisait faire pour toutes les cérémonies mariage communion enterrement etc...

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 27 avril 2013 08:32, par nicolegerard

    Je ne suis pas d’accord sur la datation des photos cartes postales,elles ont existé pendant la première guerre,je possède beaucoup de photos de famille,certaines en double avec des poses différentes mais prises le meme jour,l’une sur carton rigide portant au dos le nom du photographe,l’autre sur carte postale.L’explication est très simple:les cartes postales étaient envoyées aux parents qui habitaient loin (j’en possède qui ont voyagé,surtout des photos du front de 14-18) les autres photos étaient distribuées aux membres proches de la famille et allaient enrichir les albums.Tout a été dit surles photos d’enfants morts,c’était simplement pour en garder l’image,les photos étant rares et certainement couteuses.

    Répondre à ce message

  • Ces deux cas de figure sont représentés dans mes photos de famille : pour la carte postale : l’enfant envoyait à ses parents un souvenir de lui en uniforme soit de ville, soit tenue de corvée ou d’exercice.
    Pour le portrait post-mortem, il s’agit simplement du souvenir de la 13e « livraison », morte sans doute du croup comme l’on disait alors (2 cas, 1 côté matern., 1 côté patern. Commo quoi ce devait être assez fréquent !
    Excusez les fautes de frappe : un chat squattant mes genoux et cherchant à participer à la rédaction ! ! ! ! !
    Bernard

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 27 avril 2013 11:29, par JPFORET

    Bonjour,
    Je pense qu’il s’agit de la commémoration du décès d’un petit enfant, qui avait été photographié après son décès.
    J’ai ainsi la photo post-mortem d’une tante, en 1907 en Saône et Loire.
    Quant aux 2 têtes détourées, c’est peut-être simplement pour avoir un meilleur portrait que sur le cliché (sorte de retouche donc), et les 2 médaillons sont probablement les portraits de 2 ascendants défunts (on mettait ce genre de plaque sur les tombes) qu’on a voulu associer dans cette commémoration.
    Cordialement
    JP.Foret

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 27 avril 2013 12:31, par Michèle ICHTERS-BOZONNET

    Bonjour.j’habite dans l’AIN et peut-être pourrai-je vous aider si vous m’indiquez les noms,lieux et dates des ancêtres que vous pensez concernés par cette photo.J’aurai tendance à penser que ce photo-montage concerne la mort ou l’enterrement de cet enfant-présence du prêtre et expressions des personnages-Peut-être le visage était-il flou sur la photo initiale,ou les personnes décédées,et ce ’’trucage’’ a peut-être servi à ’’regrouper’’ la famille complète sur un même document.
    Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 27 avril 2013 18:12, par Albertine

    Bonjour ne pensez vous pas que cette photo aurait pu etre un montage pour un soldat pendant la guerre de 1914 en souvenir de sa famille ; j ai le cas dans mon histoire familiale d une photo montage avec gds parents, parents, enfants,(freres et sœurs ils sont 7) du soldat parti à la guerre) et qui a garder sur son cœur et dans son portefeuille cette carte durant toute la guerre et elle a poursuivi son chemin dans les lettres de familles transmises de generation en generation jusqu à ce jour dans l album de photos que je détiens ; une piste comme une autre ; bonne chasse pour la suite...Albertine

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 27 avril 2013 18:35, par Maryse SENETAIRE

    Bonjour !

    Indépendamment de ces photos « post mortem » qui peuvent nous surprendre, et qui viennent d’être commentées par les contributeurs précédents,voici un petit commentaire de cartophile.
    Les cartes postales relatant des événements familiaux étaient très courantes, et même dans les milieux plutôt modestes : nouveaux-nés nus sur le traditionnel coussin, communiants, le couple,le couple avec les enfants, militaire,etc.
    Des événements plus exceptionnels pouvaient eux aussi provoquer un cliché, comme une excursion en famille.
    Le dos est effectivement celui que vous décrivez. Ces « cartes-photos » étaient tirées à relativement peu d’exemplaires, et destinées aux archives familiales et aux autres membres de la famille.
    Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 27 avril 2013 22:03, par LANG Roland

    Bonjour.J’ai moi-même récupéré la photo de mon frère dans son cercueil en 1959 , vu la photo ,je pense même que c’était mon père qui l’avait prise, ce devait être courant encore à cette époque pas si lointaine.
    Toutes ces photos de personnes complètement inconnues que l’on trouve par dizaines dans les brocantes pour une poignée de figues ont elles de l’intérêt pour les généalogistes ? Si oui ,je vais acheter tout ce que je trouve mais pourrait on les déposer sur généanet gratuitement et ainsi les généalogistes pourraient les consulter et éventuellement les récupérer ?

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 28 avril 2013 01:33, par René du Var

    Une photographie « funeste » ? « Funêbre » ne serait-il pas plus approprié ?

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 29 avril 2013 17:18, par FORRLER

    Je suis d’Annonay pas trés loin de Lyon et j’ai plusieurs photos cartes postales. le plus souvent de militaires, elles datent du tout début 19e. Bien que nous pensions que les gens ne voyageaient pas beaucoup à cette époque certaines familles suivant les métiers exercés partaient d’une région à l’autre ce qui fait qu’en envoyant ces cartes photos ils gardaient le contact visuel. J’en ai une de mes arrières arrières grands parents ou ils sont pris avec mon arrière grand père assis entre les deux sur un banc.
    Lorsque mon arrière arrière grand mère est décédée, à partir de cette photo son mari à fait faire un portrait d’eux deux en grand format (30X40) comme on en trouvait à cette époque cette reproduction a été faite par BERGERAC-PORTRAIT rue neuve à Bergerac. donc il faisait déja des arrangements avec des médaillon qu’il incrustait sur une autre photo.
    Ils ne faisaient pas de la généalogie mais étaient soucieux de laisser des traces soit d’une famille complète ou d’un évènement important. Les photos militaire dates de 1914

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 29 avril 2013 17:23, par jordan

    Bonjour,
    dans cette époque, peu de personnes avaient un appareil photo, et le photographe se déplaçait pour tous les évênements familiaux ; les familles achetaient ou pas les photos ,qui étaient d’office réalisées en carte postale,et pouvaient être vendu à d’autres personne (je ne crois pas qu’il faisait attention au droit à l’image !) j’en ai de ma famille qui se situait en Haute-Saone, mais je n’en ai jamais vu avec ce genre de montage
    Merci pour cette info Nicole J

    Répondre à ce message

  • Une photographie un peu funeste ? 25 septembre 2020 10:59, par Pier-Yves Menkhoff

    Bonjour,
    La photographie Post-Mortem n’est pas « morte » > LesFilmsThanatos.Online.
    Nous la pratiquons depuis 1994...
    Cordialement,

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP