www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Album photo > Entraide photographique > Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ?

Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ?

Le jeudi 29 janvier 2015, par Georges Senetaire, Roseline Camlong

Nous sommes trois cousins/cousines, Roseline, François et Georges, qui nous sommes retrouvés grâce à Geneanet. Nos ancêtres communs : un couple d’arrière-arrière-grands-parents, François MERCIER et Marie NENY.

Ils ont eu trois fils :

  • Bravi Alphonse MERCIER, né le 04/11/1845 à Pionsat (Puy-de-Dôme, 63), et dont nous perdons la trace en 1871 (démobilisé de la guerre de 1870).
  • Alphonse Cyprien MERCIER, arrière-grand-père de Roseline et François ; né le 02/02/1854 à Commentry (Allier, 03) et décédé le 10/04/1915 à Blois (Loir et Cher, 41), sabotier/galocher d’abord dans le Puy-de-Dôme, puis dans la Loire, à Boën (Boën sur Lignon). Ce que nous savons d’après différents actes d’état-civil : il est à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, 63) à partir de 1891 ou 1892, jusqu’à 1897 de façon certaine. Puis il est recensé à Boën en 1901, 1906 et 1911. Il part pour Blois vers 1912.
  • Jean Victor Edmond MERCIER, arrière-grand-père de Georges ; né le 12/02/1857 à Commentry (Allier, 03) et décédé le 27/06/1912 à Roche d’Agoux (Puy-de-Dôme, 63), sabotier puis aubergiste à Roche d’Agoux.

François possède cette photo d’une usine de sabots/galoches, qui n’indique ni photographe, ni lieu, ni d’éventuelles annotations familiales au dos.

Justement, vu son histoire familiale, nous supposons qu’elle aurait pu être prise à Boën (Loire), ou dans cette région.

En effet, son arrière-grand-père Alphonse Cyprien y a été galocher, et sa grand-mère Marie Adrienne MERCIER, épouse RUDEL, y a hérité d’une usine (de sabots ???).

Un indice : le père de François, Aimé Alphonse Nestor RUDEL, est né à Largentière, commune de Boën, en 1912 ; ce lieu-dit peut peut-être se révéler intéressant ?

Dimensions de la photo elle-même : 17x22 cm, du carton : 27 x 22 cm.
Support : carton plutôt épais.
Date approximative : entre 1900 et 1920 ?

Les personnes présentes sur la photo : au vu de nos photos familiales respectives, nous n’y reconnaissons a priori personne.

Merci d’avance à celles et ceux qui se pencheront sur notre mystère, et qui nous apporteront peut-être des réponses :

Où se trouvait cette usine ? (Avait-elle peut-être un nom ?)

A qui appartenait-elle ?

Jusqu’à quelle période a-t-elle fonctionné ?

Reconnaissez-vous des personnes présentes sur cette photo ?

Merci à tous pour votre aide...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

76 Messages

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 11:18, par Ruellot Jean-François

    bonjour,
    Aucune garantie mais le document proposé chez Delcampe concerne une usine de galoches en 1941 ; cette usine était l’ancienne maison Véfour tenue par la Vve Filloux, successeur.
    Peut-être une piste avec ces patronymes ?
    cordialement
    JF Ruellot

    http://www.delcampe.net/page/item/id,173953092,var,42-755-BOEN-SUR-LIGNON-LOIRE-1941-Fabrique-de-Sabots-Galoches-VEUVE-FILLOUX-succ-MAISON-VEFOUR-rue-Roanne,language,E.html

    Répondre à ce message

    • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 17:20, par roseline camlong

      merci de l’info ; les noms ne nous disent rien, cependant nous avons là une bonne piste

      Répondre à ce message

      • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 20:46, par Jacques

        Bonjour,

        Vous parlez « d’usine ».
        Il semblerait qu’il s’agisse plutôt d’un atelier familial, où comme il était courant à l’époque, toute la famille pose pour la photo avec les quelques employés. Probablement les grands-mères assises au centre avec les petits-enfants, le patron peu-être à droite, les enfants au fond et les ouvriers à gauche.

        Cordialement.
        Jacques

        Répondre à ce message

    • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 15 février 2017 10:23, par catesson

      J’ai cette photo.
      Elle est bien celle d’un atelier « sabots-galoches » situé à l’ARGENTIERE, sur la commune de BOEN.
      La jeune fille assise au milieu est ma grand-mère « marguerite Viallis ». Elle est accompagnée de sa mère, la dame en noire, près de la fenêtre, mon arrière grand-mère « Virginie Viallis ». Nous sommes toujours domiciliés à Largentière, dans le village de l’autre côté du Lignon, alors que l’atelier était en dessous de la RN 89, à proximité du cimetière de Corbines. Il me semble me rappeler que l’atelier était à M.Mandrillon.(celui-ci a été maire de BOEN.
      Cette photo a été prise pendant la guerre de 1914-1918, alors que les hommes étaient au front et que l’on voit seulement des femmes travailler.
      En suite, sur cet emplacement il a été édifié une scierie
      tenue par la famille Chalet.
      Par contre, je n’ai pas gardé en mémoire, le nom d’autres personnes.
      Si j’ai pu vous apporter quelques infos, c’est avec plaisir.

      Répondre à ce message

      • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 16 février 2017 07:05, par camlong roseline

        bonjour,
        je viens de recevoir votre message et je suis vraiment heureuse de voir qu’une avancée se profile sur cette enigme que nous n’avons toujours pas résolue.
        je vais donc reprendre mes recherches.
        je vous tiens au courant de l’avancée
        merci beaucoup
        roseline

        Répondre à ce message

      • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 16 février 2017 16:12, par camlong roseline

        bonsoir martine
        voilà j’ai commencé des recherches
        sur les recenssements de population de 1906 (archives en lignes) (p42)
        vos grand parents et votre grand mère
        paul viallis cultivateur né à boen en 1878
        massacrier virginie né à noirétable 1880
        viallis marguerite (2 ans)

        vos arrières grand parents
        viallis etienne
        plasse marguerite

        en 1911
        il y a toujours vos grands parents et grand mère
        mais en plus il y a
        (p27) viallis jacques
        philiberte sa femme
        marie leur fille
        mais ce qui est curieux c’est que Etienne est dit GALOCHER et patron

        alors cette photo que vous possédez ne serait elle pas l’atelier de jacques qui est d’ailleurs le frère de etienne
        votre arrière grand père ? Cela ne semblerait pas étonnant alors qu’une fillette ( marguerite qui semble agée d’environ 7 à 8 ans y figure)

        Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 11:46, par Martine SCHERRER FEAUGAS

    Bonjour,

    Je possède une photo d’école de mon grand-père avec exactement le même format et même cartonnage trés épais, même liseré autour.
    Ce genre de photo est du début du XX° qui pourrait correspondre à la période de Boën.
    Avez-vous essayé de voir avec les archives départementales du lieu ?
    A Toulouse par exemple ils mettent en ligne des photos à identifier par les habitants de la région.
    Bonne suite.
    Martine.

    Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 13:09, par HIERNAUX Frédéric

    Bonjour,

    Essayez peut-être de vous mettre en rapport avec ce passionné des sabots et galoches :
    Autrefois les sabots

    Cordialement.
    Fred HIERNAUX

    Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 13:14, par Hélène FAUDOT

    Bonjour, Il y a dans l’Allier une personne, adhérente je pense à une association généalogique - à moins que ce soit le travail de l’association - qui a fait une étude sur les sabotiers de l’Allier. Cherchez de ce côté-là, ils reconnaîtront peut-être quelque chose de déjà vu... Si je retrouve quelque chose de plus précis, je vous mettrai un message.

    Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 13:18, par roman g.p.

    les recherches sur les sabotiers des monts du Livradois/Forez sont sans doute parlantes-interroger Mr Cohas-
    en tout cas,voici des ayants droit qui « n’ont pas les 2 pieds dans le même sabot »,fourré de paille et résonnant sur le pavé verglassé

    Répondre à ce message

    • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 20:53, par roseline camlong

      merci de ces renseignements
      mais où contacter ce Mr Cohas ?

      Oui, en effet, avec mes cousins Georges et son épouse Maryse et françois, nous voulons faire ressurgir les pans oubliés du passé de nos ancêtres et nous menons pour cela depuis plusieurs mois une véritable enquête « presque policière » comme le dit Maryse.
      Cordialement
      Roseline camlong

      Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 14:44, par Franck Boulinguez

    Bonjour Roseline et Georges

    En postant cette énigme sur histoire-généalogie, vous êtes au moins sur d’avoir retrouver un « Sabot »... :-)

    Bon ok, elle est facile.
    Je me remet à chercher...

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Recherchez les ateliers de cette région ayant l’électricité _rare à l’époque_ et/ou fabriquant des barriques/tonneaux dont on aperçoit les cercles métalliques accrochés au mur du fond.

    Bonnes recherches.

    Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 18:05, par Martine Hautot

    Bonjour
    D’aprés le recensement de 1911, Cyprien Mercier est galocher à Boen ,il n’est pas son propre patron mais travaille pour un dénommé Raymond Garrat.
    Peut-être a t-il monté son affaire en arrivant sur Blois,ce qui expliquerait l’héritage de sa fille .
    Cordialement
    Martine Hautot

    Répondre à ce message

    • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 20:46, par roseline camlong

      oui, nous avons déjà exploré cette piste, mais l’héritage ne vient pas de là. mais de sa marraine et nous sommes en passe de connaitre son nom par les archives du diocèse.
      le nom est peut être garrat, nous en seront plus dans quelques jours.
      mon arrière grand père est venu à Blois après avoir travaillé chez sa fille.

      merci de vous être penché sur cette énigme.
      cordialement

      roseline camlong

      Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 30 janvier 2015 22:09, par yves67000

    bonsoir
    un detail
    la forme des sabots qui me donne l’impression
    de devoir etre porter avec des charentaises (des chaussons)
    talon haut et bride devant courte
    necessite une laniere a mon avis sur le haut du pied
    certainement typique d’une region

    usine non mais atelier bien organise car poste de travail en ligne pour facilite la fabrication
    qu’elle est cette machine au fond a gauche ?
    scie pour debiter les ebauches de sabot ?
    une autre est devant ???un des hommes a la main dessus

    datation
    voir le materiel electrique ampoule et systeme a contre poids
    voici mes petites observations
    salutation
    yves strasbourg

    Répondre à ce message

    • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 31 janvier 2015 10:26, par roseline camlong

      merci tout d’abbord de vous êtes penché aussi longuement sur notre photo
      vos déductions sont très pertinentes

      concernant la machine au premier plan, on en retrouve sur le site que nous a indiqué frédéric herniaux « autrefois les sabots » et les outils sur le mur a gauche aussi.
      je pense comme vous que les sabots devaient avoir une lanière
      et un talon comme on en voit sur le site indiqué.

      toutes vos déductions nous donnent à réfléchir et nous « creusons » nous aussi en tenant compte de vos observations

      roseline camlong

      Répondre à ce message

  • SVP un détail photographique à préciser 31 janvier 2015 02:31, par FERREOL

    Un de mes grand-oncles fabriquait des galoches à Bellegarde en Forez (Loire). J’aimerais si possible avoir un zoom sur l’homme chauve au centre de la photo. Il me semble reconnaitre la tête de ce grand oncle

    Merci si vous pouvez faire quelque chose dans ce sens

    Répondre à ce message

    • SVP un détail photographique à préciser 31 janvier 2015 09:33, par roseline camlong

      ce serait formidable que vous puissiez reconnaitre votre grand oncle, à quelle époque était il sabotier.
      concernant l’aggrandissement vous pouvez capturer l’image qui vous interesse en cliquant sur le menu de droite de votre souris, l’enregister dans votre ordinateur et ensuite l’aggrandir. dites moi si cela vous convient. et tenez nous informé de la suite de votre recherche
      merci
      cordialement
      roelne camlong

      Répondre à ce message

      • SVP un détail photographique à préciser complément 31 janvier 2015 20:40, par FERREOL

        J’ai retrouvé une photo de mariage où cet oncle figure, malheureusement je ne sais pas la transmettre via le site.
        La ressemblance est troublante (l’agrandissement d’une image Internet perd énormément de précision donc pour moi difficile d’aller plus loin.

        Je précise bien que ce grand-oncle était « galochier-sabotier » j’ai bien connu son échope à Bellegarde en Forez (quelques kilomètres de Boën et de Montbrison) Peut être était-il présent sur la photo : entre confrères on pouvait faire des photos………

        JPEG - 7.9 ko
        L’homme chauve au centre de la photo
        JPEG - 37.5 ko
        Le grand-oncle Claudius Ferréol 1877-1963

        Répondre à ce message

        • Suite au complément 31 janvier 2015 20:53, par FERREOL

          Ce grand-oncle Claudius Ferréol 1877-1963 est toujours resté dans le secteur de Bellegarde en Forez. La photo de mariage date de 1933, la calvitie typique était déjà à l’époque bien dessinée à sa place.

          La photo de mariage est tête nue

          Répondre à ce message

        • SVP un détail photographique à préciser complément 1er février 2015 07:54, par roseline camlong

          bonjour, je découvre ce matin votre message, vous pouvez si vous le souhaitez aller sur geneanet, sur mon arbre chercher « camlong » et via geneanet vous pouvez m’envoyer un message et nous pourrons communiquer ainsi
          je vais chercher à bellegarde en attendant votre message
          a bientôt
          roseline camlong

          Répondre à ce message

        • SVP un détail photographique à préciser complément 1er février 2015 09:21, par Thierry Sabot

          Bonjour,

          Je viens d’ajouter la photo... S’agit-il bien du même personnage ?

          Bien Cordialement,

          Thierry Sabot

          Répondre à ce message

        • SVP un détail photographique à préciser complément 1er février 2015 09:35, par roseline camlong

          oui, la ressemblance est frappante ! d’autre part Claudius Ferréol est à bellagarde en 1911, mais pas en 1901 et 1906, ce pourrait il qu’il soit à boen à cette époque, je vais vérifier
          merci
          Roseline camlong

          Répondre à ce message

          • SVP un détail photographique à préciser complément 1er février 2015 14:28, par ferreol

            Claudius Ferréol est né à saint André le Puy(42)
            mobilisé pour la guerre 14-18
            il est identifié comme agriculteur
            maintenant je fais des hypothèses :
            il appartient à une fratrie de 6 garçons dont 2 sont morts à la grande guerre le peu de terres appartenant aux parents ne pouvaient certainement pas nourrir les familles : chacun a du trouver du travail
            mon grand père ( le frère de claudius) a trouvé un travail de manœuvre en ville

            il est possible que claudius devant trouver du travail soit parti comme ouvrier dans cette petite entreprise et que par la suite il se soit installé à son compte
            ceci est une hypothèse

            Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 31 janvier 2015 09:53, par GUILLIN

    A Boen sur Lignon, rue de Roanne, il y avait une fabrique de sabots et de galoches en tous genres : "Vve Filloux, successeur de la maison Vépour, jusque dans les années 1940

    Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 31 janvier 2015 10:14, par EPINAT René

    Bonjour,
    Vu l’épaisseur et la forme des ébauches,elles sont destinées à la fabrication de galoches uniquement.
    Ayant vécu à 20 km de BOËN dans les années 1950, J’ai porté des galoches « hautes », c’est à dire qu’elles avaient une semelle de bois sur laquelle était cloué une partie en cuir qui remontait au-dessus de la cheville. La partie en cuir était fendue sur le pied, et se fermait avec des lacets aussi en cuir.
    Les machines à l’avant et gauche de la photo sont des presses qui maintenaient de façon précises les ébauches en place pour les travailler. Remarquez qu’elles ont une inclinaison différentes. A l’aide de gabarits il était possible de fabriquer des semelles à la fois identiques et de pointures différentes.
    On portait généralement les galoches en hivers surtout en cas de neige. Le reste de l’année on portait des sabots plus facile à mettre et beaucoup moins chers.
    Il y avait aussi des galoches « du dimanche » décorées avec des dessins sur le cuir.

    Répondre à ce message

    • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 31 janvier 2015 10:49, par roseline camlong

      merci pour cette réponse et de l’évocation de ce passé pas si lointain
      effectivement vous avez raison concernant les galoches et de plus en allant sur le site : http://www.virieu.fr/galoches.htm
      j’ai retrouvé la photo d’une machine identique a celle sur la photo (au premier plan a gauche) et qui sert effectivement pour les galoches

      tout ceci nous permet d’avancer dans notre réflexion,
      cependant la photo au vu des vêtements portés date
      certainement des années 1910 ( enfin il me semble)
      roseline camlong

      Répondre à ce message

      • Bonjour,
        J’ai été faire une visite sur les archives départementales de la Loire en ligne. A la rubrique recensement 1911 on trouve un MERCIER qui demeurait à BOEN SUR LIGNON. Il travaillait comme quelques autres habitants à la scierie mécanique Raymond GARRET. Par contre, lorsque l’on regarde toute la liste des personnes demeurant à BOEN SUR LIGNON cette année là, on ne trouve pas de GARRET, Raymond. Il se peut que cette scierie était implantée dans les villages des environs. On trouve des GARRET à ARCONSAT (63) qui avaient une scierie mais sans plus de précision. Sur Généanet, il y a un GARRET Raymond de Paris !!! A suivre !

        Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 31 janvier 2015 16:50, par Martine Hautot

    Bonjour :
    J’ai fait des recherches sur le recensement de 1901 à Boen .Cyprien Mercier est galocher .Il travaille comme d’autres habitants de la commune dans l’entreprise Raymond .On y trouve un contremaître nommé Joseph Garret.Cette entreprise est une scierie mécanique ,avec galocher ,scieur et scieur à la mécanique,menuisier ,sabotier ,ouvrier d’usine .
    Autrement l’usine qui emploie le plus de monde dans la commune est l’entreprise David ( certainement dans le textile ,beaucoup de veloutières)Je poursuis mes recherches ,avec le recensement de 1906.
    Cordialement ,Martine Hautot

    Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 31 janvier 2015 20:13, par Martine Hautot

    Effectivement l’entreprise s’appelle Raymond en 1901 et 1906.
    et en 1911 elle est devenue Raymond et Garret . En 1906 les deux industriels Raymond Durand(Durand est le prénom),époux de Galley Eugénie et Garret Benoît habitaient tous deux Rue du moulin à Boen mais ils habitent Rue de l’Argentière toujours à Boen en 1911 . La famille Raymond est bien implantée à Boen :il existe actuellement une rue Philippe Raymond à Boen :il fut maire de la commune (source Wikipedia ) du 15 Mai 1892 au 28 Mai 1911. Pour l’héritage je pencherais pour l’héritage de cette scierie mécanique puisque le fils de Marie Adrienne ,Aimé est né dans cet endroit,si j’ai bien compris . Mais les archives diocésaines et ,si vous les trouvez ,les archives ,notariales devraient vous en dire plus .
    Voilà tout ce que je peux vous dire ,n’ayant aucun ancêtre dans cette région ni ayant pratiqué ce métier :les miens étaient plutôt dans la boulange et la charcuterie .De quoi ne pas mourir de faim et s’acheter de bons sabots. Mais la généalogie ,plus sérieusement ,permet de découvrir d’autres mondes. Bien cordialement,Martine

    Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 1er février 2015 11:50, par Martine Hautot

    Bonjour , précision le commentaire de la photo présentée par françois Pezet signale que cette usine est sur le site de l’argentière ,par ailleurs ,lieu de naissance du père de François . J’ai remarqué aussi que Marie Adrienne ,née en 1883 ,a perdu sa mère à sept ans .Sa marraine aurait pu la prendre en charge ,d’autant que le père s’est remarié et a eu d’autres enfants. Marie Adrienne a pu venir s’installer à l’argentière après son mariage ou encore venir accoucher chez sa marraine du petit Aimé .L’acte de mariage de Marie -Adrienne n’est pas en ligne .Il pourrait sans doute nous éclairer .
    Bon Dimanche
    Martine

    Répondre à ce message

    • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 1er février 2015 12:29, par roseline camlong

      martine,
      en réalité l’affaire est plus complexe que cela.
      ma mère fille de céline mercier (soeur de marie adrienne) nous disait que marie adrienne avait été élevée par sa marraine après la mort de sa mère marie Guilhen et qu’elle avait hérité de son usine.
      leur père cyprien mercier est venu à boen après 1897 et avant 1901 où il est recensé.
      l’acte de mariage de marie adrienne en décembre 1911 précise qu’elle demeure à Boen (les recensements sont de mars 1911)
      alors forcément il y a quelques mois inconnus et c’est bien de là que vient la difficulté.

      merci de votre résonnement qui est le bon, nous avançons doucement vers la resolution de ce mystère

      roseline camlong

      Répondre à ce message

      • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 1er février 2015 14:15, par François PEZET

        C’est un peu mon métier de gendarme qui ressort. J’aime bien chercher à élucider certaines affaires.
        Concernant Adèle MERCIER j’ai simplement chercher par internet sur les pages blanches de la poste, et, j’ai trouvé une Adèle MERCIER demeurant « Cassis » à BOEN SUR LIGNON.
        Plusieurs fois sur internet je suis tombé sur Galoches Mercier mais cela ne me dirigeait nul part !!!
        On va y arriver !!!!!
        François

        Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 1er février 2015 14:10, par Martine Hautot

    Pouvez-vous nous dire ,la commune où habitait l’époux d’aimée adrienne lors de son mariage ? peut-être ,cela pourrait orienter nos recherches .
    Merci

    Martine

    Répondre à ce message

    • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 1er février 2015 15:24, par roseline camlong

      eugène rudel l’époux de marie adrienne est originaire de mezel (63) et bien que « dit » habiter mezel au moment de son mariage, il n’y est pas recensé en 1911.

      la même chose que marie adrienne, ce qui nous faire dire qu’ils étaient ailleurs, mais où ?

      Roseline camlong

      Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 3 février 2015 07:57, par François PEZET

    Bonjour,
    Avez-vous pu contacter Mme Adèle MERCIER à BOEN SUR LIGNON ?
    Je pensais vous avoir mis le N° de téléphone mais il ne figure plus sur le message, à moins qu’il ait été retiré par le modérateur !!!
    En regardant la photo de la scierie RAYMOND et GARRET que je vous ai transmise, et la votre, il se pourrait que la maison qui se trouve à droite de la grande cheminée, corresponde à celle qui abritait la fabrique de sabots. Ce n’est qu’un avis !
    Sur votre photo, la maison a plusieurs fenêtres, toit pointu ! - A confirmer !!!
    Cordialement.
    François

    Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 4 février 2015 13:38, par Pierrette MYSAK

    Bonjour,
    Je suis très intéressée par votre recherche.
    Je ne suis pas originaire du département de la Loire mais j’y habite, dans la région de BOËN/LIGNON, depuis de nombreuses années.
    J’ai posé votre question à un ami originaire lui de Boën/Lignon.

    Je ne pense pas que sa réponse fasse progresser votre enquête mais je vous la retransmets telle quelle :

    "Etant natif de Boën en 1951,mes parents ne s’y sont installés qu’en 1945, par contre ma belle-mère y est née en 1904 et sa famille y était depuis toujours ; L’arrière grand-mère de mon épouse y tenait un commerce d’épicerie Place de l’Eglise en 1900. Mes beaux-parents y tenaient une pâtisserie dans les années 30 et nous avions une foule de tantes, oncles, cousins et cousines dans cette commune, aussi vigneronne.

    On peut dire qu’on connait un peu mais on ne peut répondre vraiment à la demande visée.
    Il ne s’agit pas d’une usine mais d’un atelier comme il y en avait tant aussi bien dans les villes que dans les campagnes car tous les gens du peuple avaient des sabots ; dans les zones boisées comme l’Allier voisin, les réputés et connus artisans fabriquaient des sabots dans des huttes en pleine forêt !!!!
    Des saboterie nombreuses étaient associées aux moulins sur les cours d’eau pour utiliser la force motrice : Mare, Vézezy...En campagne les paysans étaient également sabotiers en complément (2 ou 3 membres de la famille + 2 ou 3 ouvriers).
    Notre région très boisée exportait des sabots (essor des transports avec le chemin de fer). Jusqu’à la 1re guerre mondiale, la fabrication était essentiellement artisanale puis se mécanisa ; scies à rubans pour les ébauches, machines à copier ...

    Par contre, sur BOËN avant la guerre, plusieurs zones comprenaient des usines travaillant le bois :

    • grande scierie à l’entrée de BOËN vers le passage à niveau, en venant de Montbrison ;
    • fibre de bois, caisserie, palettes dans la zone de Giraud (vers le camping actuel) ;
    • meubles, palette... dans le hameau de l’Argentière (en direction de Sais-sous-Couzan)."

    Voilà ce qu’a pu me dire mon ami.
    En complément, je peux vous préciser que sur une petite commune proche de BOËN (12 km) qui s’appelle St-Germain-Laval, il y a des gens portant le nom de « RAIMOND ».
    Peut-être pourriez-vous également essayer de les contacter. J’ai vérifié, ils figurent sur l’annuaire téléphonique du département.

    De mon côté, je recherche dans mes nombreux livres sur le département de la Loire tout ce que je peux trouver sur la fabrique des sabots dans ce coin et vous le communiquerai.

    Cordialement, Pierrette

    Répondre à ce message

    • merci de tous ces renseignements, ils peuvent nous aider a continuer nos recherches et les ancêtres de votre ami et les miens ont dû se croiser à boen sur lignon.
      mon arrière grand père MERCIER y est venu après 1897 et jusqu’en 1911, début 1912.
      par contre la famille de mon grand père maternel BOUVIER y est né et sa famille y était depuis plusieurs générations.
      n’hésiter pas a me contacter si vous avez de nouvelles informations je vais chercher de mon côté selon vos indications à sail en couzan
      cordialement
      roselne camlong

      Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 4 février 2015 13:43, par Pierrette MYSAK

    Re-Bonjour,

    Je viens de vous envoyer un message, malheureusement, j’ai fait une faute d’orthographe dans le nom d’un village :
    au lieu de « Sais-sous-Couzan » lire « Sail-sous-Couzan »

    Avec toutes mes excuses,

    Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 7 février 2015 10:42, par martine hautot

    Bonjour,

    Je reviens vers vous,un renseignement trouvé .Pour Eugène Rudel ,s’il n’est pas sur le recensement de 1911 à Mezel ,c’est qu’il faisait son service militaire ,étant de la classe 1908( Archives du Puy de Dôme centre de recrutement de Clermont -Ferrand matricule 604) Il a été incorporé le 6 Octobre 1909 ,mis en disponibilité de l’armée active le 24 Septembre 1911 .Il a signalé avoir changé de Domicile pour Boën en 1912. Avant son service il travaillait dans la ferme de son père à Mezel . Cela ne nous dit pas comment il a pu rencontrer sa future femme .Est-ce que sur son acte de mariage ,elle a un métier ? l’identité des témoins du mariage pourrait également donner des pistes . Bonne fin de semaine .Martine Hautot
    Martine Hautot

    Répondre à ce message

    • bonsoir martine,
      oui effectivement nous avons déjà exploré cette piste et eugène rudel a été incorporé en 1908 au 16e régiment d’infanterie qui est à montbrison et c’est certainement là qu’il a rencontré marie adrienne, cependant cette piste ne nous mène nulle part
      d’autre part les temoins habitent st etienne ( roux joannès mari et femme « dits » habiter place paul bert, mais n’y sont pas en 1911 sur les recensements ? d’autre roux y sont mais pas eux ?
      Un autre témoin jean Peyrat habite boen et y est recensé en 1911, il est cordonnier, mais la piste s’arrête là

      voilà l’état de nos recherches actuelles

      merci de vous pencher avec autant de constance sur notre mystère

      roseline camlong

      Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 7 février 2015 22:56, par martine hautot

    oui,votre histoire m’intrigue .J’ai bien trouvé des roux Joannés sur mémoire des hommes ,dont un né en haute -Loire à Villemontais ,mais il ne semble pas qu’il ait quitté son village .
    Une dernière question :est-ce que vous avez trouvé la mention d’un contrat de mariage dans l’acte,ce qui serait compréhensible vu la situation particulière de la mariée . .Si oui ces contrats ne sont pas en ligne,mais vous pourriez les consulter ou trouver quelqu’un susceptible de le faire pour vous dans un cercle généalogique de la Loire . Mais sans doute y avez-vous déjà pensé .Et les archives diocésaines se font attendre ? Bien cordialement, M.Hautot

    Répondre à ce message

    • bonjour martine
      non pas de mention d’un contrat de mariage et très peu de détails.
      nous avons reçu les archives diocenaires, sa marraine est amélie guilhen (cousine) et son parrain victor mercier (il s’agit de son frère) mais peu de détails.
      je suis sur la piste d’amélie guilhen à st maurice près pionsat ( ily en a deux) succptibles d’avoir été sa marraine. je suis acuellement en pleine recherche sur les recensements. une est née en 1868 et l’autre en 1862. je cherche la filiation la plus plausible. et surtout leur parcours et mariage éventuel.
      la première s’est mariée en 1888 avec auguste chaput ( mais il est cultivateur et elle est la fille de jean guilhen 2e du nom et marguerite aumaitre (qui est le frère du grand père de marie adrienne)
      elle est donc cousine de marie guilhen (mère de marie adrienne)

      je suis sur la piste de l’autre qui est la fille d’une marie guilhen et petite fille d’un gilbert guilhen.

      mais cette marie guilhen n’est pas la soeur des deux jean puisque celle ci est rencensée en 1872 habitant avec jean guilhen et amélie.

      de plus des jean, gilbert et marie guilen sont légions a saint maurice et sa proche région ! et de plus plusieurs prénoms identiques dans la même famille

      j’en suis là de mes recherches et l’affaire n’est pas simple
      mais au fond c’est ce qui nous passionne !
      bonne journée
      roseline camlong

      Répondre à ce message

      • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 8 février 2015 11:42, par martine hautot

        Bonjour,Effectivement la situation ne s’éclaircit pas ,la première Amélie est bien une cousine ,tout à fait conforme aux choix traditionnels de la marraine .Je me demande si la piste de la marraine de baptême pour l’héritage de l’usine est bien la bonne .Ne serait-ce pas le nom donné par l’enfant à sa « mère adoptive »(l’adoption de jeunes enfants n’est alors pas légalisée),une âme charitable d’un milieu aisé qui l’a recueillie lors du décès de sa mère biologique ? ce qui pourrait expliquer ce curieux changement de situation .La piste de la recherche dans les archives notariales ,cette fois, dans les successions,à Boën dans les années 1910-1911 me paraît la plus susceptible d’éclairer cette étrange affaire .
        Bon courage ,
        Martine Hautot

        Répondre à ce message

    • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 8 février 2015 10:59, par EPINAT René

      Moi aussi je suis intéressé par cette énigme.
      Vous devez commettre une erreur.
      D’après Google Earth et un atlas, il y a une seule commune nommée VILLEMONTAIS. Elle est dans la Loire à 40 km de Boën. S’il y a un Villemontais en haute-loire ce doit être un lieu dit.

      Répondre à ce message

      • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 8 février 2015 11:25, par martine hautot

        Mea culpa ! c’est bien sûr du département de la Loire qu’il s’agit.MH

        Répondre à ce message

      • bonjour guy

        merci de la précision, une erreur est si vite arrivée, surtout quand les recherches partent un peu, comme c’est le cas, dans tous les sens, puisque nous avons peu d’éléments.

        une précision sur la seconde amélie guilhen ( il semble qu’en fait elle s’appelle marie de son prénom de naissance) mais c’est un peu l’habitude, il semble que mes ancêtres donnaient un prénom et appelaient leur enfants par un autre prénom. je l’ai constaté chez les MERCIER.

        je continue .......

        Roseline camlong

        Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 21 février 2015 13:36, par Renée Frugier

    Bonjour,

    Peut-être pourriez vous regarder le site de l’usine fabrication de sabots.

    Site saboterie BAUDIN, il avait leur usine dans l’Allier. ¨Peut-être un début de piste.

    SLTS Renée

    Répondre à ce message

    • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 17 février 2017 09:53, par CATESSON Martine

      Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ?

      Il s’agit des deux frères viallis, mon arrière grand-père qui s’est installé à L’Argentière et son frère Jacques qui travaillait comme sabotier-galocher, place de l’église à Boën
      (actuellement place Carnot) dans une maison située au n° 9. Mais celui-ci n’est jamais venu travailler à l’atelier de l’Argentière. J’essaie de ma rappeler de noms de personnes, il y avait certainement des Moussières, qui étaient locataires chez mes arrières grands-parents. Dans le village, les anciens qui auraient pu reconnaître des personnes ne sont malheureusement plus là.

      Répondre à ce message

  • Qui pourrait identifier cette usine de sabots/galoches ? 23 février 2017 10:52, par CATESSON Martine

    Les deux frères Viallis étaient bien galochers tous les deux.
    Jacques, l’ainé fabriquait et vendait à Boën, 9 place Carnot, la maison existe toujours.
    Etienne s’est converti « viticulteur-cultivateur » à l’Argentière.
    Ils n’ont jamais travaillé à l’atetier Raymond-Garret-Mandrillon à l’Argentière.
    Mon arrière grand-mère Virginie et sa fille Marguerite qui sont sur la photo avaient été invitées à venir « se faire photographier » cela avait du être une fête.
    Mon arrière grand-mère devait être amie et connaître tout le monde. Elle vendait le lait à la maison et la plupart des employés devaient être ses clients.
    Ne cherchez pas du côté des Viallis, mais votre parent devait être vivant et travailler pendant les années de la guerre de 14-18 époque de la photo, car mon arrière grand-
    père, Paul Viallis était à la guerre, quand la photo a été prise.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP