www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Misérablement occis au devant de sa porte


jeudi 21 janvier 2016, par Jean Magnier, Thierry Sabot

Répondre à cet article

À l’occasion de vos recherches dans les registres paroissiaux et d’état civil, si vous rencontrez des mentions insolites ou des expressions singulières qui vous interpellent, vous pouvez les transcrire, en notant leurs références, puis nous les envoyer par mail. Elles pourront éventuellement faire l’objet d’un article commenté dans une prochaine Gazette du vendredi. Merci à tous pour votre contribution.

Que signifie l’expression : Inhumé « misérablement occis au devant de sa porte » ?

Misérablement tué d’un coup de pistolet

Le 16è Mars 1643 Mre Anthoine Gonnard Bourgeois /
du Bourg de St priest fust miserablement tué /
d’un coup de pistolet
a la teste a Ferrières et /
(le ?) lendemain (fut ?) transporté icy ou il fut/
enterré le 18e du dit mois dans le tombeau des /
Gonnards cy (?) la chapelle de nostre dame utinam - - -
signé Benoist curé de st priest.

Expression singulière signalé par Jean Magnier :
- BMS Saint-Priest la Prugne Sépultures 1643 à 1644.

Commentaire : Le curé Benoist exprime par cette expression misérablement tué son indignation et sa condamnation.

La victime, un bourgeois « honorablement » connu : Me Gonnard était greffier du Prieuré, sera enterré, dans le tombeau familial placé dans la chapelle de nostre dame (voir Inhumé « sous leur banc »), sans formalité particulière. Il n’en sera pas de même le siècle suivant, où un décès par mort violente devra faire l’objet d’une enquête judiciaire avant l’inhumation, comme nous le verrons une autre fois.

On peut s’attarder un instant sur les circonstances et l’auteur du crime : bandit de grands chemins, soldat démobilisé ou règlement de comptes interpersonnel ?
Le modus operandi, une arme à feu, peut surprendre à cette époque et en ces lieux : Ferrières (sur Sichon) et Saint-Priest (la Prugne) sont des paroisses éloignées des grandes voies et villes d’importance, à la frontière du Forez et de l’Auvergne, aux confins des départements actuels de l’Allier, la Loire et le Puy de Dôme.
Un élément ferait pencher pour une « vendetta auvergnate », « un contrat » .
La famille aurait-elle eu de solides inimitiés ?
En effet quelques années plus tard, c’est le gendre de Me Gonnard qui est assassiné à son tour.
Ce soir de la St Jean, notre « hoste » rejoignait-il le feu traditionnel ?

Le 24 Juin 1658 sur les huit ou /
neuf heures du soir benoist Rattier molette /
hoste de St Priest la prugne fut miserablement /
occis au devant de sa porte
- - --- /
enterré a St Just en chevalet

Expression singulière signalé par Jean Magnier :
- BMS Saint-Priest la Prugne Sépultures 1658 à 1660.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

10 Messages

  • Misérablement occis au douane de sa porte 21 janvier 2016 19:32, par Michel Guironnet

    Bonsoir,

    En examinant l’acte original dans les registres en ligne des archives de la Loire, je crois qu’il faut lire tout simplement « occis au devant de sa porte »
    La forme de la lettre E dans d’autres mots du même acte m’autorise à faire cette nouvelle lecture.

    Cordialement.
    Michel Guironnet

    Répondre à ce message

    • Misérablement occis au douane de sa porte 22 janvier 2016 16:13, par Jean Magnier

      Merci Michel pour cette mise au point argumentée. J’avais donc lu (sans conviction certaine) occis « au douane » de sa porte. L’expression paraissait jolie, « à la frontière » de la poésie, l’esprit vagabondait ...
      L’implacable rigueur de l’expertise me ramène au banal. Incorrigible, je l’imagine paisible avant le drame : notre hoste prenait le frais, un soir d’été ...
      Amicalement.
      Jean Magnier

      Répondre à ce message

  • Misérablement occis au devant de sa porte 22 janvier 2016 02:25, par jcdrome

    Pour moi cette expression signifie que le dénommé était ivre mort devant sa porte. Cette expression est encore parfois utilisée de nos jours.

    Répondre à ce message

    • Misérablement occis au devant de sa porte 23 janvier 2016 11:29, par René BRUNIER

      Dans le même genre,je trouve le mot occis dans le texte suivant :
      l’an mil sept cent cinquante et le dix huit novembre a été inhumé dans le cimetière de la paroisse par ordonnance de Mr le bailly de St Gervais en date du 14 du prt le corps du nommé Valet qui a été hommicidé et occis à St Gervais.ont été présents à l’enterrement Mrs Francois Chanut,Champflour acolyte et Benoit Laroche sacristain sousigné.

      D’après le Larousse édition 2000, le mot occis signifie : tuer,faire mourir.

      Le mothomicide(r) Action de tuer volontairement un être humain.

      Répondre à ce message

    • Misérablement occis au devant de sa porte 25 janvier 2016 11:01, par NEGRE VITALIS

      permettez moi de ne pas être d’accord = « OCCIS » du verbe OCCIRE signifie bien « TUER » (LITTRE’ TÔME 3) LE terme n’est plus employé de nos jours
      rien à voir avec IVRESSE

      Cordialement G NV .

      Répondre à ce message

  • Misérablement occis au devant de sa porte 22 janvier 2016 10:32, par Anne des Déserts
  • Misérablement occis au devant de sa porte 25 janvier 2016 19:03, par François Huneau

    Bonjour,
    L’un de mes lointains oncles a été trucidé par des voleurs, chez lui à La Boissière (Mayenne) en 1748. Il fut enterré sous une arcade du choeur de l’église.

    Le dix sept fevrier mil sept Cent quarante et huit
    francois Dugrez qui fut tué et massacré la nuit du
    mardy quinze et mercredy seze du[dit] mois de fevrier
    dans sa maison par des voleurs qui le volerent de plusieurs
    effets, agé denviron soixante et dix sept ans, a ete inhume
    dans l’eglise de St Cristofle sous l’arcade du Coeur et de la
    nef de lad[ite] Eglise en presence de Jean Chevallier soussigné
    et de plusieurs autres qui ne savent signer. iean chevallier
    J Le Breton Curé de la Boissiere

    Archives départementales de la Mayenne,
    Registre BMS en mairie (1740-1760, 1771)vue 33
    http://www.archinoe.fr/ark :/37963/7f0f7fe538a778d7bb34ea46eb9dc977

    Répondre à ce message

  • Misérablement occis au devant de sa porte 28 janvier 2016 09:03, par Jean Magnier

    Bonjour, auriez-vous les références de cet acte ? Il s’agit de quelle paroisse ? Merci

    Bonjour,
    Saint-Priest-la-Prugne Loire BMS 1658-60 vue 1
    Amicalement
    JM

    Répondre à ce message

  • Misérablement occis au devant de sa porte 29 octobre 2016 10:09, par g p Roman

    un regret,dont je demeure inconsolable : : que nos pigistes du 21e ne trouve pas immédiatement sur leur clavier le terme qui met un terme,« occis »,à chaque fait divers pourtant disposé à la UNE,faits qui compètent (de compétition)entre les Bouches du Rhône, la Seine et Marne, la Corse arrivant loin derrière en 3è rang(le bronze)-ce serait autrement poétique sinon éthique,et l’enquête serait close avant même de s’ouvrir

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP