www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Témoignages » Les Morinays, feuilleton historique et généalogique » Les secrets d’écriture de « Laboureurs d’espoirs » - Acte 3

Les secrets d’écriture de « Laboureurs d’espoirs » - Acte 3

Acte 3 – Quels lieux de vie et d’actions ?


dimanche 14 décembre 2008, par Alain Morinais

Répondre à cet article

Avec « Laboureurs d’espoirs », les Morinays mettent en scène l’histoire des laboureurs bretons vivant leur Révolution, au jour le jour, telle qu’elle put être perçue et vécue dans la campagne rennaise, à Vezin (aujourd’hui Vezin-le-Coquet 35132) quand l’espoir s’y invite en 1789.

Jan, Simon et Joseph nous font vivre les labours, les fenaisons, les métiers d’antan, la vie des simples gens, perturbés par les événements, mais, attendant tout des changements annoncés. Nous partageons avec eux les coutumes, les véritables croyances et les superstitions, les pratiques amoureuses, les jeux et les fêtes du peuple des campagnes.

Acte 3 – Quels lieux de vie et d’actions ?

Sur documents d’archives, j’ai identifié et dressé la liste des lieux principaux de vie qui constituent le décor à dépeindre, le cadre dans lequel ont été vécus les événements :

L’église Saint-Pierre de Vezin, « Elle est l’unique témoin de tous les précédents ancestraux et la gardienne des actes qui consacrent notre identité. En dehors d’elle, il n’y a pas d’existence sociale possible. » C’est dans l’église que seront réunis les inscrits à la capitation, à la demande du roi, pour préparer les États généraux.

Caradeuc, est le lieu déclaré des naissances et des décès des Morinays-laboureurs.

Caradeuc est une tenure de Vezin, exploitée par Gilles. J’en ferai le domaine congéable de Caradeuc, originalité bretonne faite d’un étonnant mélange de propriété et d’aliénation, entre un seigneur propriétaire et un sujet exploitant, congéable à merci. « C’est mon frère qui a versé le « pot-de-vin » lui donnant le droit d’exploitation. Il est donc propriétaire des bâtiments, de l’aire à battre, du puits, des fossés et des talus, des haies, des barrières, des labours et de tout ce qu’ils produisent, mais aussi de l’herbe, des litières, de la paille, du foin, de la taille des arbres et des fruitiers, des engrais du sol et du fumier. Les « de la Baluchère » sont propriétaires du sol, du sous-sol et des arbres propres à donner du bois d’œuvre. Ils en accordent la jouissance à Gilles, contre le paiement d’une redevance annuelle et l’obligation de certaines corvées. »

La métairie de Pontchâteau, « La métairie peine à nourrir la fratrie, quand il faut acquitter le cens en argent et le champart en nature, les impôts dus au seigneur du lieu. » Anne, « la Morinays de Pontchâteau » en est la métayère quand son père exploite Caradeuc avec l’aide de son oncle Jan. Elle devra assumer la charge de ses frères pour bénéficier de leurs bras.

Rennes, la capitale, « Même si la distance n’est pas très grande, l’écart est immense entre la misère des cultivateurs de la campagne bretonne et les conditions de vie des notables, ces bourgeois qui détiennent les trois quarts des richesses de la ville. » Si proche et si lointaine.

Le Parlement, « Sortant du passage de la Trinité, nous découvrons devant nous, de dos, le long cordon des hommes en noir, progressant lentement, de front sur toute la largeur des rues en enfilade, de la rue de l’Évêché à la rue Royale, formant une belle ligne droite jusqu’à la place du Palais. » Le siège du Parlement de Bretagne.

Le Grès de saint-Méen, « Bien que l’obscurité et le brouillard empêchent encore d’y voir quoi que ce soit, nous savons être les mieux placés, pour avoir fait déjà tant de fois le chemin qui conduit au Grès de saint-Méen. »

Le Grès de saint-Méen

« Notre boqueteau est le plus proche de la pierre, située au centre d’une trouée, à l’orée de la forêt de Montfort, là où commence la légendaire Brocéliande... Jadis, cette pierre était la table d’un grand autel, sur lequel le druide faisait égorger des hommes, sacrifiés lors de rituels païens… Tout le monde sait bien que les grands garçons sont tous là, tapis entre les arbres, dans chaque creux du terrain tout autour de la pierre… » Mais que peuvent-ils bien attendre ?

La place aux Arbres, « Le dimanche suivant, habitants de la ville et paysans mêlés sont réunis sur la place aux Arbres, à deux pas de celle du Palais rennais. » La source de l’information officielle du peuple avide de savoir.

La « maison du lion d’Or », « … cet ancien relais de diligence situé à deux pas de l’église, sur la route de l’Hermitage à la sortie du bourg, est l’unique auberge de Vezin. » L’autre lieu, à l’époque, disparu depuis, de rencontre et d’échanges des habitants de Vezin.



Le Jeu des questions du grand Jacques





Question de l’acte 3 : Que signifie "les inscrits à la capitation" ?

Vous trouverez la réponse la semaine prochaine dans l’acte 4.

Réponse à la question de l’acte 2 scène 2 : Qu’est qu’une « métivière » , un métivier ?

Revoir l’acte 2 scène 2

La métive est la période pendant laquelle on engage des domestiques pendant les gros travaux de récoltes, le plus souvent de la saint Jean (le 24 juin), ou de la saint Pierre (le 29 juin) à Rennes, jusqu’à la saint Martin (le 11 novembre). Laboureurs d’espoirs page 244. La métivière est engagée pour travailler uniquement à la métive.

"Les hommes qui ne veulent prendre d’engagement que pour le temps de la moisson (qu’on appelle la métive), ont un épi de blé vert au chapeau." Coutumes et usages d’Ille-et-Vilaine d’Adolphe Orain, Bouhet La Découvrance éditions 2002.

D’après Marcel Lachiver : en Haute-Bretagne surtout, moissonneur. Plus généralement, journalier qui travaille pendant la récolte et qui est payé en nature sur la récolte. Dictionnaire du monde rural "Les mots du passé" Fayard 1997.

À suivre… Acte 4 – Comment faire revivre les lieux avant même l’action ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP