www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Documents > Au fil des registres paroissiaux et des registres d’état civil > Les mentions insolites > Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre

Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre

Le lundi 9 avril 2007, par Alexandre Dumont-Castells, Thierry Sabot

Souvent désarmés devant la soudaineté et la violence des événements climatiques, qu’ils ne peuvent ni prévoir ni dominer, nombre de curés les notent soigneusement au fil des registres paroissiaux. Voici quelques exemples qui évoquent la foudre et ses conséquences sur la paroisse :

« Ce jourd’huy vingt deuziesme d’octobre 1637, on a entendu des tonnerres fort effroyables, tant la nuict que le jour et cantité de pluye après un gros vent, dont les lecteurs à l’advenir recongnoistront ce qu’il a pleu à Dieu nous envoyer et en après recongnoistre les années conséqutyves pour remarquer. » (Registre paroissial de Couzon-au-Mont-d’Or, Rhône).

« Le douziesme jour du moy de juin 1651, sur les trois heures du soir, le fouldre tumba sur une cloche où il fyt grand débrit, et de là, descendit dans l’église, par dessus l’autel de Saint-Roch d’où il passa dans la chapelle Compagnat et il traça ds la muraille l’apparence d’un chapelet, et de là monta vers le grand autel où il eschancra un pan de la muraille vis à vis de la lampe, et de là descendit dans le choeur du costé de la corde de la grande cloche ou fust frappé et tué Tinnet [Tiennet] Maridet agé de quatorze ans figs de Claude et Andrée de la Faye, vu estendu Mre Jean Martinet, prestre, qui sentit ds la teste quelques atteincts du vent qui accompagnat la fouldre, Philibert Larrivière, Jacques Manuel, de plusieurs autres qui sonnèrent les cloches, le tut vu et attesté par moy. Louis, curé de Saint-Clément. » (Registre paroissial de Saint-Clément-des-Montagnes, Allier).

« Le 21 mai 1704, un homme âgé d’environ 31 ans a été déclaré mort après avoir été foudroyé par le tonnerre le 20. Et, au bois des Taillades, venant de Mallemort où il travaillait de son métier. Ayant trouvé sur lui des marques de catholicité a été enseveli selon les rites de notre Sainte-Mère l’Eglise ». (Registre paroissial de la ville de Lambesc, Bouches-du-Rhône, série GG 40).

« Le vingt deux juin de la présente année (1760 ndlr), jour de dimanche, à six heures du soir, le tonnerre tomba sur le clocher de cette parroisse ; il y avoit plus de trente personnes dedans, dont cinq ou six eurent leurs habits brûlés. Ils le furent eux-mêmes, les uns aux visages, les autres à la poitrine, aux jambes et aux cuisses, et restèrent pour morts pendant une heure. Le feu pénétra jusque dans l’église où il y avoit plus de deux cents personnes ; une femme en eut les mains brûlées et son chapelet quelle tenoit fut dispersé de façon qu’il devint invisible ; la seule croix luy demeura à la main. On la crut morte, mais par un effet de la miséricorde de Dieu, ny elle ny ceux qui étoient au clocher ne sont péris : ils ont tous été parfaitement guéris au bout de deux mois. » (Registre paroissial de Renaison, Loire).

Note : En plus de nous donner des indications sur une petite histoire locale de la climatologie pour le mois de mai 1704, cet acte de décès nous montre la mort exceptionnelle d’un homme liée aux caprices du temps.

Les orages et la foudre étaient parfois perçus comme les « présages de l’indignation divine [...], les échantillons de l’ire de Dieu »... La violence et la répétition de tels événements faisaient craindre la « fin du monde »... ou plus simplement la cause de l’incendie d’une grange, d’une maison ou d’une église.

Sources de la notice :

  • Jean Delumeau et Yves Lequin, Les Malheurs des temps, Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, Larousse, 1987.
  • Jean Canard, Le Temps qu’il faisait, chronique du temps passé..., St-Just-en-Chevalet, Artisanat du Pays d’Urfé, 1991.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

20 Messages

  • > Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 30 juin 2007 12:27, par Annick de l’Oise

    Heureusement qu’il y avait des prêtres pour noter dans les registres paroissiaux certains faits plus marquants des problèmes de climat, de météo et de catastrophes naturelles et donc qui nous renseignent sur la vie rude de nos ancêtres ... et qu’il y a actuellement des passionnés qui par leurs recherches nous font connaître ces archives ô combien passionnantes. Merci à vous. Annick

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 18 juillet 2009 07:57, par Jean Pierre de Bretagne

    Zeus frappait bien avec la foudre, il fallait bien que le dieu des chrétiens en fit autant. Les exemples sont nombreux où la religion chrétienne a emprunté aux rites de l’antiquité.
    Les curés, même s’ils en ajoutaient en interprétant à leur manière, ont fait un excellent travail de mémoire.

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 18 juillet 2009 08:31, par Gilles Quignon 35700 RENNES

    Messieurs, Rennes le 18 juillet 2009
    Pour abonder vos informations sur les conséquences des orages notés dans les registres paroissiaux, voici deux faits ainsi notés à « Le Verger », département d’Ille et Vilaine, à 20 kms à l’ouest de Rennes.
    La foudre est tombée à deux reprises sur le clocher de l’église :

    • 29 06 1706 coup de tonnerre qui tomba sur le clocher qui « s’écarta » et fit 4 morts dont R. Boscher, B. Menay et plus de trente ou quarante blessés.
    • 29 01 1724 pendant la grande messe nouveau coup de tonnerre qui fit 2 fois plus de bruit que celui du 29 juin 1706, mais grâce à Dieu elle fut moins funeste. Tempête qui a duré 5 jours. Il n’y eut pas de victime.

    Si vous le souhaitez je peux vous adresser les fichiers .jpeg en photos numériques couleur.
    Avec mes salutations distinguées.
    Gilles Quignon
    Gilles.quignon chez orange.fr

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 18 juillet 2009 09:01, par françoise lechartier

    Merci de nous faire profiter de textes si anciens, on voit aussi la progression du Français dans la façon de s’exprimer au fil du temps.

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 18 juillet 2009 09:36, par Daniel

    Je connais certains edifices religieux, comme des cathédrales certainement munies de cables de paratonnère, preuve qu’il faut s’en remettre aux scientifiques, qui ont pouvoir de prévenir les caprices de la météo.

    Répondre à ce message

  • Extrait du livre Les Jordy de Cabanac gentilshommes en Languedoc de L. et M. de Fitte de Soucy

    « ... D’autres adjudications avaient lieu pour diverses charges. Ainsi, trouvait-on celle d’escaboulier (sonneur de cloches) celui-ci devait être toujours prêt à monter dans le clocher les jours où l’orage menaçait, afin de prévenir de la grêle en sonnant à toutes volées… Combien furent ainsi foudroyés sur leur « lieu de travail » ! L’homme qui entretenait l’orologe de l’église, bien souvent en panne, eut à subir, lui aussi, à plusieurs reprises les méfaits de la foudre... » !

    Renseignements d’après les registres paroissiaux (B. M. S.) de divers villages du Minervois.

    Miren de Fitte de Soucy

    Voir en ligne : « Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre »

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 18 juillet 2009 14:51, par christiane

    Concernant les méfaits de l’orage, j’ai trouvé avec surprise cette mention sur l’acte de décès survenu à Inchy-en-Cambrésis (59), le 5 septembre 1756 de Jeanne Joseph DELAHAYE, « tuée par tonnerre sur les champs ». La mention concernant les témoins est la suivante « en présence d’une partie de la communauté ». J’imagine que l’émotion a été très vive dans ce village. Christiane.

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 18 juillet 2009 16:23, par jean-raymond (compte geneanet jrac)

    Au cours du relevé systématique de Nivillac Morbihan :

    Le 25 aoust 1727 Fut inhumé le corps d’Olivier Purchaud matelot du bourg et paroisse de Billiers diocèse de Vannes qui fut tué par le tonnere dans l’église éstant à genoux à la balustrade pour attendre la messe environ les six du matin le jour de la St Barthélémy le vingt quatrième du dit mois en présence d’Anne Le Goff sa femme, Yves Louvel ? Alexandre Garel, Luc Bouin, Sébastien Guillot.

    Jean-Raymond - Aix en Provence

    Voir en ligne : Relevé systématique de Nivillac

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 18 juillet 2009 19:02, par cjobin

    Il est vrai que l’on rencontre beaucoup d’annotations, généralement sous forme de constat dans les BMS concernant les phénomènes météorologiques et bien sûr au 17 ème siècle il n’y avait pas de paratonnerre pour protéger les édifices. Il est aussi vraisemblable qu’un orage devait avoir beaucoup plus de conséquences dévastatrices qu’aujourd’hui.
    Et puis pour sourire un peu, si à cette époque ils avaient eu les mêmes gourous pseudo-scientifiques que nous aujourd’hui les annotations auraient été enrichies de commentaires avisés « c’est de la faute du réchauffement climatique » ou « c’est de la faute du refroidissement climatique » !

    Répondre à ce message

    • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 19 juillet 2009 12:53, par christiane

      Entièrement d’accord avec vous, nos ancêtres n’avaient pas tous les moyens dont nous disposons aujourd’hui pour prévoir les orages et, dans la mesure du possible, éviter des catastrophes. Mais chaque médaille a son revers, car maintenant nous avons beaucoup de pollution électrique et d’électricité statique dans l’atmosphère, et constatons le, les orages sont très fréquents. En ce qui concerne le « réchauffement climatique » et pour rester dans un « certain » humour, lorsqu’il n’y aura plus de glace aux pôles, certains petits malins y trouveront certainement du pétrole, alors les « vrais » scientifiques pourront aller sur mars mais il leur faudra des masques pour respirer ! Bonne continuation. Christiane.

      Répondre à ce message

  • Il est vrai que les clochers attiraient beaucoup la foudre, étant en hauteur et de forme pointue de surcroit... De plus, les gens ignoraient les règles élémentaires en cas d’orage et les paratonnerres n’existaient pas. Ce qui amenait bien des drames. Mais, de nos jours, ironie du sort, alors que les églises sont équipées de paratonnerres et donc sont plus sûres, elles sont vides !

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 24 juillet 2009 20:57, par Herald

    Je suis étonné que vous n’évoquiez pas la tradition (peut être uniquement dans certaines régions) de sonner les cloches pour éloigner l’orage vers le village d’à côté. Cette tradition s’est poursuivie jusqu’au milieu du 19e siècle.
    Certains sonneurs mourraient même quiand la foudre tombait sur le clocher. Il y a eu un cas similaire à Marmagne en Saoen et Loire, ou village voisin en 1791 ou&792

    Répondre à ce message

  • Bonjour

    Ceci est très intéressant
    J’ai trouvé également une femme morte foudroyée alors qu’elle était entrée dans l’église de Malguénac (Morbihan) pour prier. Je pensais ce phénomène exceptionnel.

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 6 août 2009 21:46, par ROMAN gerard pierre

    CORDES(TARN) registre paroissial de BMS :le huitièsme de juillet 1674,a quatre heures et un quart du matin jour de dimanche,vint une si furieuse gresle du costé de vaour qui emporta a cordes dans un petit quart d heure tout ce quelle trouva des fruits,la moitié de la recolte du blé et tous les autres grains,noix raisins et ce de sorte quon na pas ouy dire que de mémoire dhomme il en soit arrivé une semblable— un prètre de la paroisse a listé ,chronologiquement,pendant son « mandat », un peu de tout,BMS concernant sa propre famille(DAIRES) et cette perle

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 6 août 2009 22:06, par ROMAN gerard pierre

    CORDES(TARN)-registre paroissial de 1649-« memoire—qué le 8 dé cé mois dé fébvriér sur lés sept a huict heures du soir il néyia dé tellé façon qué la térré démeura touté couvérte dé neigé et sans fondré iusqués au 20,dé sorté qué lé beau fils d’Armand Durel print uné pairé dé perdros al garrissou avec lé chapeau si fort lés animaux estoient gélés et affamés et ....... ... .... avéc la main,... ».suivent 2/3 lignes hélas illisibles(bas de page)---- les accents sont bien marqués, à l’époque

    Répondre à ce message

    • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 2 septembre 2018 20:09, par Domi

      Bonjour,
      À toutes fins utiles, voici l’intégralité de la transcription de la mention du 08/02/1649 à Cordes. L’orthographe est celle du scripteur. Cordialement.

      « memoire
      que le 8 de ce mois de febvrier sur les
      sept a huict heures du soir il negea de
      telle façon que la terre demeura toute
      couverte de neige et sans fondre iusques
      au 20, de sorte que le beaufils d’Armand
      durel print une paire de perdros
      al garrissou avec le chapeau si fort / tous / les
      animaux estoient geles et affames et beaucoup
      de lievres avec la main et avec les bastons
      furent prins et quelques jours auparavant les eau[x]
      desborderent generalement partout »

      Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 10 août 2009 11:34, par Roman gerard pierre

    Cordes (Tarn)-toujours du prètre Daires qui, en plus de tenir le registre paroissial,raconte la vie de sa grande famille,et le temps qu’il fait :« le vint huitièmé dé juillét i692 jour dé lundy a huit heures du soir tomba une si furieusé greslé avec un si grand oragé quellé emporta dans un petit quart la plus grandé partié des blés,toutes les vignes,et tous les menus grains,et lé vent et loragé furent si furieux quils renvérsérent quantité darbres,et remplirent dé térré ou dé pierres tous lés valons dé sorté qué du consentément dé tous les vieillards on ne vu rien dé semblablé,et on croit qué dé plusieurs années cetté grandé perté né pourrait estré reparéé,ce qui a causé uné grandé désolation a touté la parroissé dé cordés,... a celles du voisinagé en foy dé quoy » — Daires pdé (qui signifie prètre prébendé)— ce texte se devrait d’être , fin 17e siècle, lu avec les accents, très « toniques », pour qué le lecteur se replace à l’époque du « cé moué le roué »

    Répondre à ce message

  • Les incroyables méfaits de l’orage et de la foudre 4 août 2013 05:37, par Michelle Schott

    Thierry merci pour ces récits de l’ancien temps.
    Mais il faut croire que la population à été traumatisée par ces effets jadis puisque jusqu’a aujourd’hui j’ai plusieures amies qui sont paniquées par la foudre, même dans une maison.
    Sans parler des chiens bien sûr, qui commencent à trembler dès qu’on entend le tonnerre de loin !
    Michelle ( Brésil)

    Répondre à ce message

  • Registres paroissiaux Blois Saint-Solenne :

    L’an 1767, le six août sur les cinq heures après midy a fomenté une orage fameuse qui a duré dans toute sa force jusqu’à huit heures du soir et a eu plusieurs reprises jusqu’au lendemain matin ; plusieurs maisons ont été frappées de la foudre, dans la ville et les endroits voisins ; plusieurs personnes sont mortes après avoir reçu des coups de foudre. Lubin, vicaire.

    orthographe respectée.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP