www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice

Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice


jeudi 8 février 2018, par Barthélémy Fenoglio

Répondre à cet article

En établissant la généalogie de mon épouse, j’en arrive au mariage de Pierre Rebeyrol et Marie Tixier, le 12 Février 1840 à Jabreilles les Bordes en Haute Vienne. Sans aucune difficulté je trouve l’acte sur le site des AD 87, commune de Jabreilles les Bordes, registre 3 E 76/5 vue 46 ; ainsi rédigé :

« Le douze du mois de février mil huit cent quarante à neuf heures du matin par devant nous Joseph Lemarchand maire et officier de l’état civil de la commune de Jabreilles canton de Laurière département de Haute Vienne sont comparu Pierre Rebeyrol cultivateur domestique demeurant au village des Bordes commune de Jabreilles âgé d’environ vingt cinq ans, exposé à l’hospice de St Yriex le dix sept novembre mil huit cent seize suivant l’extrait du procès verbal dressé par le maire de St Yriex le dix sept novembre mil huit cent seize en date du vingt quatre janvier dernier dans lequel procès verbal est dit que le dit Rebeyrol avait vingt mois lors de son exposition, majeur fils de père et mère inconnus, et Marie Tixier demeurant Les Saules au chef lieu de la commune de . . . . . . . . âgée de vingt six ans née au village de Cros commune de St Goussaud département de la Creuse le quatorze septembre mil huit cent treize suivant l’extrait de naissance délivré par le maire de St Goussaud le six du courant, majeure fille de feu Léonard Tixier décédé au dit village de Cros le spt mars mil huit cent six et de feue Léonarde Roudet décédée au dit village de Cros le onze novembre mil huit cent vingt suivant qu’il est constaté par les extraits de décès délivrés le six du courant par le maire de la dite commune de St Goussaud, lesquelles parties nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entre eux et dont les publications ont été faites tant à la porte principale et extérieure de notre Maison Commune qu’à celle de la dite de commune de St Goussaud, la première le dix neuf janvier et la deuxième le vingt six du même mois, jours de dimanche. Aucune opposition au dit mariage ne nous ayant été signifié,, faisant droit à leur réquisition et après leur avoir donné lecture de toutes les pièces ci-dessus mentionnées et du chapitre 6 du code civil intitulé Du Mariage, avons demandé aux futurs s’ils veulent se prendre pour mari et pour femme, chacun d’eux ayant répondu séparement et affirmativement, nous déclarons au nom de la loi que Pierre Rebeyrol et Marie Tixier sont unis en mariage.
De tout quoi avons dressé acte en présence de Martial Ducheix tailleur âgé de trente cinq ans demeurant au village de Chéraux commune de Jabreilles, ami de l’époux, de Guillaume Gardeix métayer demeurant au village de Chéraux âgé de vingt six ans, ami de l’époux, de François Pirieux sabotier âgé de vingt quatre ans demeurant au chef lieu de la commune de La Jonchère ami de l’épouse, de Léonard Roudet menuisier âgé trente cinq ans demeurant au dit chef lieu de La Jonchère canton de Leprante, lesquels ont tous déclarés ne savoir signer le présent acte après que lecture leur a été faite. Lemarchand »

Je me dis qu’une fois trouvé l’acte de « déclaration », cette branche n’irait pas plus loin, et je ne connaîtrais pas les ascendants de Pierre, mais je pourrais peut-être savoir les circonstances de l’abandon.

Je m’en vais donc rechercher cet acte sur le site des AD de la Haute Vienne, dans l’état civil de la commune de St Yriex la Perche, sauf que…
Une étourderie de ma part ou une erreur de frappe me fait inscrire l’année 1813 au lieu de 1816, et naturellement je ne trouve rien. Je consulte Généanet pour voir si d’autres généalogistes proposent une autre date ; je ne trouve que deux arbres qui indiquent la même date que moi.

Je m’adresse donc à « l’Amitié Généalogique du Limousin » et les bénévoles de cette association m’éclairent très rapidement sur l’erreur de date et me donnent les références exactes. Et en effet je trouve bien l’acte en question sur le site des AD de Haute Vienne, commune de St-Yriex la Perche, naissances 1815/1817, 3 E 187/20, vue 135/211.

Et c’est là que le mystère s’épaissit, et la lecture de cet acte m’intrigue :

« le dix sept novembre mil huit cent seize par devant nous Charles Dugarreau adjoint au maire de St Yriex, chef lieu d’arrondissement communal, département de la Haute Vienne, faisant les fonctions d’officier de l’état civil, est comparu Marthe Belarbre âgée de cinquante deux ans, gouvernante de l’Hospice Civil de cette ville, laquelle nous a déclaré qu’étant en compagnie de Françoise Pétignaud infirmière, elle a trouvé en ce lieu à dix heures dans la boite du dit hospice un enfant ……………la présent ayant pour marque distinctive un certificat de Mr le Maire de Chalus qui porte que l’enfant a été baptisé et qu’on lui a donné le nom de Pierre Rebeirol. Il avait un bonnet d’indienne, une chemise et une mauvaise robe de coton. Après avoir visité l’enfant ayant reconnu qu’il était de sexe masculin et paraissait être âgé de vingt mois, déclare l’avoir inscrit sous le nom et prénom de Pierre Rebeirol et ordonné qu’il fut remis au dit Hospice.
De tout quoi ayant dressé procès verbal en présence de Martin Dufour et ………. Breuil sacristaine demeurant en cette ville qui n’ont signé ………. la dite Belarbre pour ne savoir, après lecture faite. Dugarreau »

Les indications contenues dans cet acte posent plusieurs questions, que je voudrai bien arriver à résoudre.

  • 1°) si l’enfant a été baptisé il existe quelque part dans une paroisse un acte de baptême qui pourrait nous renseigner sur la date exacte de la naissance, le lieu, les parrain et marraine, peut-être aussi un parent ou les deux. L’enfant est-il né à Chalus ?
  • 2°) Pourquoi le Maire de Chalus a-t-il pris le soin d’établir un certificat attestant du baptême ? S’il l’a fait c’est qu’il a eu accès à l’acte de baptême, ou qu’il connaissait bien la famille.
  • 3°) Qui a donné le nom de Pierre Rebeirol ?
  • 4°) Pourquoi l’enfant a-t-il été abandonné à St Yriex, sachant que les villes de Chalus et St Yriex sont distantes d’environ 30 km.
  • 5°) l’enfant parait âgé de 20 mois, ce n’est plus un nourrisson. Ou a-t-il vécu jusque-là, chez ses parents ? en nourrice ?
  • 6°) Il était vêtu pauvrement (un bonnet d’indienne une chemise et une mauvaise robe), c’est un peu léger pour la saison, à la mi-novembre.
  • 7°) Pourquoi avoir attendu près de vingt mois avant de l’abandonner ?

Pierre Rebeirol serait-il l’enfant honteux dans une famille bourgeoise de notables, ou d’un personnage important ? Ou alors le fils d’une famille très pauvre qui, à un certain moment, s’est retrouvé submergé par les difficultés et contrainte d’abandonner son enfant ?

Et si Pierre Rebeirol n’était pas « né de père et mère inconnus » ?

Qui pourras m’aider à résoudre ces mystères.
Merci à tous ceux qui pourront me donner quelques pistes de recherches. J’attends une réponse des AD pour contacter les Archives Diocésaines.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

35 Messages

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 8 février 09:53, par Martine Hautot

    Bonjour,Barthélémy

    Parmi les nombreuses question que vous posez,la plus simple à résoudre est la quatrième :Napoléon a organisé l’accueil des enfants trouvés dans les hospices de chaque département avec l’installation d’un tour pour déposer les enfants,Dans l’acte que vous avez on l’appelle « la boîte » .Saint Yrieix était certainement l’hospice la plus proche de Chalus ,Limoges est un peu plus loin.
    Pour le reste ,l’enfant n’étant pas un nourrisson,sa naissance a fort probablement était déclarée .Il a donc un nom et un prénom qu’on doit retrouver au baptême. La naissance doit avoir eu lieu d’après l’acte vers 1814.Pour cette époque ,les tables décennales existent ,il faudrait regarder les naissances de « Ribeyrol »,nom très répandu à Chalus et dans les environs autour de l’année 1814.
    Bien cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 8 février 11:13, par TRALLERO Marie-Dominique

    Bonjour,

    Il y a une naissance d’un Pierre REBEYROL le 20 novembre 1814 à PAGEAS soit 3km de CHALUS fils d’une demoiselle Marie REBEYROL qui a accouché au château du Masnadaud
    Amicalement
    Marie-Dominique

    Répondre à ce message

    • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 8 février 13:07, par martine hautot

      Cet enfant qui aurait 2 ans au moment de l’abandon pourrait donc correspondre à celui que vous cherchez. Sa mère Marie Rebeyrol est qualifiée de servante.Né d’une mère célibataire ,Pierre est un enfant naturel . C’est parmi ces enfants-là qu’on compte le plus d’enfants abandonnés . Il me semble lire 25 ans pour l’âge de la mère . Sur Chalus ,on trouve une Marie Rebeyrol,née le 7 novembre 1795 (elle n’aurait que 20 ans à peine à la naissance de Pierre ,l’erreur est possible ?) ,elle est la fille aînée du couple Bertrand Rebeyrol et Louise Limousin qui a eu au moins neuf enfants .Ceci n’est qu’une hypothèse .
      Quant au lieu où a vécu l’enfant ,ce peut-être chez une nourrice qu’il faut pouvoir payer ou chez un membre de la famille (la grand-mère) qui a déjà ses propres enfants en charge ,dans tous les cas la raison de l’abandon est fort probablement la misère .
      Cordialement,
      Martine hautot

      Répondre à ce message

      • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 8 février 15:32, par FENOGLIO Barthélémy

        Voila donc un piste qui s’offre à moi.
        Merci à Martine Hautot et à Marie Dominique Trallero pour ces précieux renseignements.
        Je m’en vais tout de suite consulter les AD pour trouver ces documents. Ce ne sont bien sur que des hypothèses, mais cela me parait tout à fait plausible.
        Mille fois merci à vous.
        L’entraide généalogique existe et ça c’est formidable.

        Répondre à ce message

        • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 8 février 18:18, par martine hautot

          Désolée , la maman que j’ai suggérée n’est pas la bonne .Son prénom est en fait marguerite et elle se marie en 1813 ! Mais il me semble probable que la mère de Pierre soit originaire de Chalus ou de Pageas.Mais le nom et le prénom sont trés répandus,ce qui rend votre tâche difficile .
          Martine

          Répondre à ce message

      • Bonjour
        Si cet enfant est le bon Pierre Rebeyrol, on peut lire sur son acte de naissance que cette déclaration a été faite en présence de Pierre La Bidoire,(si je lis bien son nom) cultivateur,22 ans, demeurant au Mas Nadaud,
        et de François (Delavaurie ? ou Delaumerie ?), cultivateur, 57 ans, demeurant au lieu de (Provenssot ?).
        Ce Pierre La Bidoire est peut-être aussi une piste à creuser ?
        Cordialement
        JBE

        Répondre à ce message

        • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 14:31, par martine hautot

          Bonjour,
          Il y a un pierre labidoire qui se marie le 8 Janvier 1818 à Pageas ,mais les âges ne correspondent pas :il est né le 27 germinal an VI soit le 16 avril 1798 et n’a que vingt ans à son mariage ,sauf erreur sur l’âge au moment de la déclaration de la naissance de Pierre rébeyrol.
          Bien cordialement,
          Martine

          Répondre à ce message

      • Bonjour Martine
        Il y a une Marie Rebeyrol née le 1er/10/1795 à Maumont,
        Janailhac .
        Son père s’appelle Jean ( Reberol) écrit de cette façon sur l’acte !
        et ce monsieur est journalier à Maumont ( à une 20aine de kms de Pageas.
        Cordialement
        JBE

        Répondre à ce message

        • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 15:02, par Martine Hautot

          Ce pourrait être la bonne Marie Rebeyrol ,mais en vraie normande ,je dirai
           :" pt’être ben que oui, ,pt’étre ben que non !
          le nom et le prénom sont tellement répandus !
          Bien cordialement,
          Martine

          Répondre à ce message

          • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 18:07, par FENOGLIO Barthélémy

            Bonjour,
            Je crois moi aussi que c’est la bonne Marie Rebeyrol,. J’ai bien trouvé son acte de naissance. Dans la rédaction de l’ acte elle est prénommée MARGUERITE par le déclarant, mais en marge et en en-tête de l’acte il est indiqué MARIE.
            Quel prénom est le bon ?
            Aurait-elle eu les deux prénom ? et donc une erreur dans la rédaction ?
            Je vais encore fouiller les registres en ligne, à Chalus, et les communes voisines, pour voir si je découvre d’autre Marie Rebeyrol.
            En tout un grand merci
            Cordialement, Barthélémy.

            Répondre à ce message

        • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 18:20, par FENOGLIO Barthélémy

          Bonjour
          Je vais aller consulter son acte de naissance. Mais je me dit quand même que Maumont est un peu loin de Pagéas, et si le Pierre Rebeyrol est bien celui qui est né « dans le château de Masnadaud », sa mère y travaillant, il est plus probable que celle-ci soit la Marie ou Marguerite née à Chalus en 1795.
          Merci de votre contribution.
          Cordialement
          Barthélémy

          Répondre à ce message

    • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 09:10, par Anne Marie Guillot

      Bonjour, je rebondis sur cette naissance dans ce Château. Cette indication est importante. Il faudrait chercher qui était le propriétaire de ce Château à cette époque. Il n’était pas rare que des enfants naissent de relations entre la servante et le maître. On trouve ici quelques indications sur ce Château mais il faudrait faire des recherches complémentaires sur le maître des lieux : http://journals.openedition.org/adlfi/7946
      Quant à la possibilité de l’enfant déposé dans le tour d’un hospice : il avait déjà 22 mois. il marchait sans doute. Les tours étaient plutôt destinés à des nourrissons. Il était trop grand pour entrer dans un tour. Je l’imagine plutôt, tenu par la main, abandonné à l’hospice et bizarrement habillé légèrement en plein hiver. Bon courage pour la suite....

      Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 09:52, par Nicole Leduc

    Bonjour Barthélémy,

    Vous pourriez consulter au AD 87, les archives de la commune de JABREILLES série E DEPOT, qui ,si les archives sont déposées, vous donneront d’autres précisions. Ainsi que la série 4 U, car le procès verbal dressé par le maire a du être transmis au juge de paix, voir bureau qui s’y rattache..
    Cordialement
    Nicole

    Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 09:59, par BELLETIER Ginette

    Bonjour
    Mon arrière grand - père est aussi un enfant trouvé à Saint Léonard. il est nommé Léonard Sannicolas
    Il y a été baptisé avant d’être confié à l’hospice de Limoges , pour lui donner une identité ...
    Il était vêtu de même façon que votre ancêtre qui a été baptisé sûrement à Châlus et confié à L’hospice des enfants trouvés de St Yrieix car je pense qu’il n’y avait pas ce genre d’accueil dans toutes les villes

    Répondre à ce message

    • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 14:50, par Charles Vollet

      Bonjour,
      c’est vraiment curieux le patronyme qui fut donné à votre aïeul ! Sannicolas et bien c’est tout simplement Saint-Nicolas, est-il né le jour de la saint Nicolas, le 6 décembre ou peut-être l’église où il fut trouvé était St-Nicolas, mais je pense que c’était plutôt St Léonard, vu la commune et le prénom de votre arrière-grand-père. Le gd-père de ma bisaïeule fut trouvé près ou sur un puits en janvier, dans la Creuse aussi, il devait être avec des habits bien chaud car on le trouva le matin, et fut appelé simplement : Dupuis.
      Bien à vous,
      Charles Vollet

      Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 11:23, par collignon

    Peut-être pouvez vous consulter aussi les registres de catholicité des communes de CHALUS et environs (aux ad) !!

    Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 12:12, par TISSOT-GIRARD Bernadette

    Bonjour,
    Le maire de Chalus paraissant bien renseigné, il faudrait peut être voir de ce coté. Entre 1806 et 1830, c’était Antoine HALLARY, notaire. Il y a de bonnes chances pour que ce soit son fils illégitime ou celui d’un de ses clients.

    Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 13:31, par Guillot Anne Marie

    Bonjour,
    Il faut creuser la piste de la mère à partir de ce qu’on sait d’elle, la date de naissance de l’enfant :

    • Rechercher l’acte de décès de la mère, entre cette naissance et l’abandon de l’enfant, ce qui expliquerait peut-être cet abandon. Voir donc dans les actes de la commune et des communes environnantes puis prolonger la recherche sur les années suivantes autant que vous le pourrez.
    • Rechercher un éventuel mariage dans les communes limitrophes toujours à partir de la naissance de l’enfant.

    Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 14:37, par Charles Vollet

    Oui c’est vraiment curieux. Mais il faut savoir que la Creuse est le département français où il y eut le plus d’enfants abandonnés ou nés de mère sans père connu. Sans doute parce que tous les hommes de cette région pauvre partaient parfois comme « maçon de la Creuse » jusqu’en Norvège pour construire des églises, pendant l’hiver, et revenaient l’été pour labourer leur petite terre. Aucun, ou peu savaient signer et écrire. Un de mes ancêtres fut trouvé près d’un puits, en janvier, on l’appela Dupuis (j’ai retrouvé tous les actes et autorisations etc.), de deux autres côtés, le mari et la femme auraient dû s’appeler autrement, lui était né sans père et elle sans grand-père paternel. A chaque naissance, leur mère était jeune et célibataire. Je suppose que le père de l’enfant était les hommes plus âgés qui ne partaient pas avec les maçons, ils étaient déjà mariés et ne pouvaient reconnaître l’enfant, il n’y avait pas d’ADN à l’époque. Ce qui est étrange chez vous c’est l’âge auquel il arriva à l’hospice. Les miens furent toujours élevés par leurs grands-parents ou des gens qui l’adoptèrent, sans porter leur nom ! Bon courage, c’est cela aussi ce qui rend la généalogie intéressante et d’aller voir où eurent lieu les faits, sinon les voir avec l’ordinateur. Moi je fais de la généalogie depuis l’âge de 8 ans et j’en ai 63 ! Bien à vous. Charles Vollet

    Répondre à ce message

    • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 14:47, par Pierrick Chuto

      Bonjour
      Rien d’étonnant pour l’âge d’abandon.
      Âmes sensibles, s’abstenir pour la suite :
      dans mon livre Les exposés de Creac’h Euzen où je cite le parcours de 3816 enfants exposés dans le tour de l’hospice de Quimper, de nombreux enfants sont abandonnés tardivement jusqu’à l’âge de 8 ans.
      Comme le tour est trop petit, ils sont souvent attachés à côté, le temps que la sœur tourière vienne les chercher...
      Pierrick
      http://www.chuto.fr/

      Répondre à ce message

    • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 18:03, par Gisèle Lameth

      J’ai l’impression que vous avez fait une inversion. Les maçons creusois avaient l’habitude de partir aux premiers beaux jour. Ils revenaient vers la fin novembre (la morte saison)avec les premiers frimas rendant leur travail non praticable.Quand ils revenaient, car beaucoup sont morts sur les chantiers.

      Répondre à ce message

      • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 9 février 18:54, par Charles Vollet

        Oui vous avez parfaitement raison, en fait je disais ça sans regarder le livre, très intéressant, concerné à ces « Maçons de la Creuse » que j’ai lu voici vingt ans.
        Encore aujourd’hui, ce magnifique département est un des plus pauvres et des moins connus de la France, pourtant pas loin de Paris par l’autoroute.
        Merci d’avoir signalé ce que j’avais confondu.

        Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 10 février 07:18, par Monique DECROOCQ

    Bonjour Barthélémy,

    Avez vous épluché les recensements on y trouve parfois des renseignements fort utiles ! certains employés administratifs étaient très bavards !

    Cordialement Monique

    Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 10 février 18:02, par bouteiller christine

    bonjour Barthélémy
    votre histoire , me fait penser à celle d’un de mes ancêtres.
    Il a été abandonné par ses parents dans une paroisse de Rouen le 13 novembre 1835.
    sur le papier était noté , qu’il s’appelait louis senesle (senes le) , qu’il était baptisé sous ce nom.Que ses parents viendraient le chercher quand de meilleurs jours seront plus favorable
    il porte le collier 496 , hospice de Rouen .
    et évidemment je ne trouve rien sur sa naissance ?
    c’est aussi une bouteille a la mer ...
    christine

    Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 10 février 18:30, par bouteiller christine

    bonjour
    votre histoire me rappelle celle d’un de mes ancêtres appelait Brice Hader par l’hospice de Rouen 76.Collier 496
    il a été déposé par ses parents dans un église de Rouen le 13 novembre 1835 .
    sur le papier , il est dit ; qu’il a entre 5 et 6 mois , qu’il a été baptisé sous le nom de Louis senesle ’louis senes le) etles parents demande que l’administration prennent soin de l’enfant et qu’ils reviendront le chercher quand des jours seront plus favorable....
    je ne trouve rien sur sa naissance , c’est aussi pour moi une grande question ?
    cordialement
    christine

    Répondre à ce message

    • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 11 février 11:48, par Martine Hautot

      Bonjour Christine ,

      Peut-être faudrait-il lire" lenesle ",nom moins rare en seine maritime.Bon courage ,
      Martine

      Répondre à ce message

    • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 11 février 14:13, par martine hautot

      Bonjour Christine ,

      Finalement je pense ,comme il vous a été indiqué sur un autre forum ,qu’il n’y a pas le prénom Louis et un nom de famille mais deux prénoms donnés au baptême :Louis et Sevestre ou Seveste ,une forme du prénom Sylvestre utilisée en Normandie(transcrit phonétiquement) : il ne vous reste plus qu’ à feuilleter les registres de Rouen ,en début d’ année 1835,et à regarder si un enfant a alors reçu les deux prénoms Louis et Silveste ,ce qui doit quand même être rare .Bonne chance
      Martine

      Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 18 février 18:01, par lelia allegret

    Bonjour Madame
    je recherche des informations sur les métairies attenantes au Masnadaud.
    ma grand mère y est née en 1892. Son père et une partie de sa famille y travaillait.
    si vous aviez quelque idée....
    bien cordialement.
    Lelia Allegret ...

    Répondre à ce message

  • Le mystère de l’enfant exposé à l’hospice 21 février 09:29, par Michèle FERRIER

    Bonjour,

    J’habite à 25km de St-Yrieix La Perche.J’apprends qu’il
    n’y a pas « si longtemps » il y avait une boîte pour recevoir les petits abandonnés.20 mois c’est étonnant.Logiquement ce petit devait déjà marcher.

    Peut être pourriez vous contacter HISTOIRE ET PATRIMOINE
    à ST-GERMAIN LES BELLES.Je n’ai pas leurs coordonnées.
    La mairie devrait pouvoir vous les donner.
    Cette association est réputée pour ses connaissances
    de la région et des us et coutumes d’autrefois.

    cordialement

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP