www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Album photo » Entraide photographique » Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée"

Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée"

Enquête inachevée à plusieurs mains : qui pourrait nous en dire plus ?

Le vendredi 5 juin 2020, par Jacques Lafaure, Michel Guironnet

Je te glisse en pièce jointe une photo que j’ai dans mes archives (côté Delay/Louis en Isère) mais sans nom ni date ; le col du militaire m’interpelle : qu’en penses-tu ? Si jamais tu avais déjà rencontré ce genre d’uniforme…
C’est la question de Jacques Lafaure à son ami Thierry

JPEG - 137.7 ko
Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée"

Michel, mon ami Jacques Lafaure vient de m’envoyer une photo qu’il a dans ses archives. Est-ce que tu peux jeter un oeil sur le col du soldat ? Merci...

JPEG - 53.6 ko
Le bel officier

Thierry, à transmettre à ton ami.
Les pattes de collet de la veste portent le caducé des médecins du Service de Santé...donc il a, peut être, été affecté à une Ambulance ou à un Hôpital d’ Evacuation...
Il s’agirait de Louis Delay....mais que sait-il de plus sur cet homme (environ 40 ans, deux enfants, originaire de l’Isère ?) N’y a t’il rien d’écrit au dos de cette photo ? D’où vient-elle ? ....et autres questions ! Amitiés.

Jacques, auquel Thierry a transmis ma réponse, nous répond :
Eurêka !!! Et merci Thierry et Michel !

J’ai bien dans ma généalogie (pas en ligne directe) un Charles Joseph Antoine Delay né le 22 janvier 1871 à Artas (Isère), décédé à Bourgoin Jallieu le 8 juillet 1922 et marié à Félicité Petitjean à la Mulatière (Rhône) le 6 juillet 1897.

JPEG - 235 ko
Extrait de la fiche matricule de Charles Delay

Il est de la classe 1891 [1] :

  • Infirmier pendant son service militaire
  • A accompli une période d’exercice à l’hôpital militaire de Villemanzy (Lyon) en août 1909
  • Mobilisé en 1914 comme officier d’administration de seconde classe de réserve à l’hôpital d’évacuation de l’armée des Alpes
  • Au service de santé de la place de Lyon en 1916
  • Promu officier de réserve en août 1916

Ce Charles Joseph Antoine Delay n’était pas médecin dans le civil puisqu’il a fait des études de droit et s’est installé comme notaire à Champier (Isère). Il a d’ailleurs été maire de cette commune.
Le caducé sur le collet n’était-il pas réservé qu’aux seuls médecins ? Etait-il seulement pour les officiers ?

Je ne lui connais pour l’instant qu’un seul enfant : Antoine Joseph Delay, né le 30 janvier 1901 à la Mulatière, décédé le 11 février 1945 à Roanne, marié à Magdeleine Vareille le 6/12/1926 à Neyron (Ain) (descendance inconnue).

Il s’agit sans doute du jeune garçon à droite de la photo. Quel âge peut-il avoir ? Si la photo date de 1914 il aurait plus de 13 ans alors ; il ne me paraît pas si grand.

JPEG - 36.8 ko
Le "Petit Marin"
Question à mes deux complices Thierry et Franck : "pouvez-vous défricher ce qui est inscrit sur le bonnet du petit marin ? Coula...quelque chose !"
"Cette inscription pourrait donner un indice supplémentaire à ton ami Jacques Lafaure pour sa belle photo d’un officier de santé à identifier."

Le “COULAPIC” ... Chouette nom pour un bateau ! Amitiés Franck.
Félicitations ! Je pense qu’avec un nom pareil ce bonnet doit pouvoir être daté...donc dater la photo. A suivre. Michel

La photo a-t-elle pu être prise en 1909 au moment où le père a fait une période d’exercice ? Son fils aurait alors 8 ans….Je dois chercher la naissance de la petite fille à gauche de la photo. Je ne la connais pas.

JPEG - 37 ko
La "fillette à la poupée"

Les deux parents, le fils et son épouse sont tous les quatre dans la même tombe au cimetière de Champier. Encore un grand merci à tous les deux !

Même s’il n’est pas Médecin, il est officier d’administration du Service de Santé pendant la Grande Guerre. A ce titre, il a "droit" à porter le caducée et il fait une belle carrière dans des hôpitaux de Lyon et de sa région. Des recherches complémentaires devraient pouvoir éclairer son parcours.

Nous y voilà ! Qui peut nous en apprendre plus ? Merci de votre aide.

Portfolio


[1Numéro 345 au recrutement du bureau de Vienne, vues 72 et 73/160 sur le site des archives de l’Isère.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

59 Messages

  • Bonjour,

    La photo représente-t-elle Louis DELAY ou Charles Joseph Antoine DELAY ?
    Votre texte prête à confusion.

    Cordialement.
    Jacques

    Répondre à ce message

  • bonjour ;
    la petite fille est un mystère en 1906 au recensement de champier ,il n’y a qu’ un enfant Antoine ! les recensements ultérieurs ne sont pas en ligne.Dommage !
    Martine

    Répondre à ce message

    • Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée" 5 juin 2020 12:27, par Michel Guironnet

      Bonjour Martine,

      Charles Joseph Antoine Delay et Félicité Petijean, cités dans l’avis de décès de Félicité Grobon (grand mère maternelle de Félicité) à La Mulatière en janvier 1913, n’ont toujours qu’un enfant.

      La belle soeur de Joseph Delay, Marie Madeleine née en 1880, se marie en 1900 avec Alfred Hoffmann de Nancy.

      Elle sera veuve dès 1908...avec au moins deux enfants : peut-être ceux sur la photo posant en 1914 avec leur oncle ?

      Cordialement.
      Michel Guironnet

      Répondre à ce message

      • Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée" 5 juin 2020 14:16, par Michel Guironnet

        Une recherche dans les recensements de La Mulatière où vit la famille Petitjean m’apprend que :

        • en 1911, Antoine Delay vit chez ses grands parents
        • en 1921, leur fille veuve Hoffmann est chez ses parents avec ses deux garçons Jean né en 1901 et Laurent né en 1903, les deux nés à Nancy.

        Toujours pas de fillette à la poupée !

        A suivre.
        Michel Guironnet

        Répondre à ce message

  • ....il est officier d’administration du Service de Santé pendant la Grande Guerre. A ce titre, il a "droit" à porter le caducée....
    C’est exact, mon oncle qui était officier d’administration et appartenait au service de santé n’était pas médecin mais ses insignes de corps étaient ornées d’un caducée.

    La photo a-t-elle pu être prise en 1909 au moment où le père a fait une période d’exercice ?

    Il faudrait vérifier sur sa fiche matricule quel était son grade en 1909. Sur la photo il a des galons de lieutenant.

    Portrait assez saisissant,j’ai cru revoir le regard de mon oncle(sans la moustache) !

    Répondre à ce message

  • Bonjour

    L’intéressé est lieutenant.
    Il a le képi polo de l’époque...
    Par contre il est chaussé d’une façon qui m’est inconnue...
    Il n’a pas des bottes d’officier..
    On dirait qu’il a des chaussures a lacets, surmontées non pas de guêtres ou du bandage de la troupe mais d’epèces de protège tibias en cuir tenus par des lanières a sangle...
    La lanière supérieure passe horizontalement sous la rotule, l’inférieure fait le tour du mollet et vient se fixer sous la précédénte.
    Purement au hasard, serait ce une coquetterie du service de santé des armées, la lanière symbolisant les courbes du caducée ???
    Ce n’est qu’une supposition, il n’a pas l’air de sortir d’un club...

    Sinon, il a la montre a gousset dans la poche gauche, un peu comme les infirmières.
    Et sur la poche droite, on dirait qu’il a placé deux oeillets...
    Qu’on dirait colorisés en bleu.
    Et c’est la seule fantaisie qui serait tolérée sur une tenue d’officier à l’époque..
    Si vous pouvez le confirmer, c’est un usage né en 1916. Ce qui permettrait d’affiner l’âge de l’enfant..
    Mais celui en photo à moins de 15 ans, c’est certain...

    Finalement, j’apporte plus de questions que de réponses...
    Cordialement

    Thierry

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      ces protège tibias me font penser a une tenue d’équitation, il existe des versions modernes de cet equipement qui remplace les bottes.

      Une autre hypothèse, était il cavalier à titre personnel, ou faisait il partie d’un regiment de cavalerie ?

      Cordialement

      Répondre à ce message

      • Bonjour Solange

        C’est un officier et un officier doit montrer l’exemple, surtout chez des administratifs, les plus tâtilons sur la tenue... Surtout pendant la guerre..
        Je ne pense pas qu’il se soit fait photographier sans être en tenue correcte.
        Il a une tenue du service de santé, il ne se proménerait pas avec des chaussures de cavalier ou personnelles...
        De plus, les bandoulières classiques faisaient contention et aidaient pour les longues stations debout, mais lui était un administratif assis...
        A la limite, il aurait pu retrouver ces avantages avec de vraies bottes, plus élégantes..
        Officier en ville, il avait son automobile et son ordonnance..
        Un mystère, cet équipement...
        Je ne lui vois pas d’avantage par rapport à l’équipement standard...

        Cordialement
        Thierry

        Répondre à ce message

    • ce n’est pas plutôt le bleuet ?

      Répondre à ce message

      • Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée" 5 juin 2020 16:37, par Franck Boulinguez

        Je suis d’accord avec Martine.
        Et si ce sont des bleuets, la photo date très probablement d’après 1916...

        L’origine de l’insigne remonte à 1916. Mme Suzanne Lenhardt, infirmière-major de l’hôpital militaire des Invalides, veuve d’un capitaine d’Infanterie coloniale tué en 1915, et Mme Charlotte Malleterre, fille du général Gustave Léon Niox et femme du général Gabriel Malleterre, toutes deux émues par les souffrances qu’endurent les blessés de guerre dont elles ont la charge, et devant la nécessité de leur redonner une place active au sein de la société, décident d’organiser des ateliers où ils confectionnent des bleuets dont les pétales sont en tissu et les étamines en papier journal.

        Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bleuet_de_France

        Répondre à ce message

        • Il est possible que ce soit 1916 si c’est à cette date qu’il est devenu officier, comme nous ne savons rien de la composition de sa famille après la naissance d’ Antoine ,les enfants pourraient être des enfants plus jeunes ,nés après 1906. Je crois que pour connaître le fin mot de l’histoire ,il faudra se rendre aux archives et consulter par exemple la succession de Charles,

          Répondre à ce message

        • Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée" 5 juin 2020 19:20, par Michel Guironnet

          Bonsoir à toutes et à tous,

          Merci pour vos contributions.

          Ne vous focalisez plus sur ces "bleuets". En effet,en zoomant sur la photo en haute définition reçue de Jacques, il apparait nettement qu’à cet endroit la photo est retouchée par la suite...
          Ce ne sont donc pas du tout des fleurs qu’il porte !

          JPEG - 196.1 ko

          Par sa fiche matricule, visible sur le site des archives -voir la référence en note- je sais qu’il est nommé officier de réserve le 21 avril 1897.

          Sur la photo, on voit distinctement son alliance à la main gauche : donc la photo date au minimum du 6 juillet 1897 !

          A suivre.
          Michel

          Répondre à ce message

      • Bonjour

        Oui, je voulais dire bleuets, le souvenir français, ils m’ont perturbé..
        Je suis sur la tablette avec une résolution moyenne, je ne les distinguais pas bien..
        Et je me demandais si c’en était bien, et surtout pourquoi ils sont en couleur alors que la photo est noir et blanc..
        Pourquoi les rajouter plus tard ???
        J’ai une autre photo d’un soldat de 14-18...il porte une medaille créée un an après son décès au front, et le rajout n’est pas terrible, ça saute aux yeux...
        Mais pourquoi ajouter des bleuets ???

        Cordialement
        Thierry

        Répondre à ce message

    • bonjour à vous

      Je me suis concentré sur la vareuse sans boutons, qui est assez rare.
      Les autres avaient 5, 6,7 boutons cuivrés. Là, ils sont dissimulés par un rabat.

      Il s’agit du modèle 1913, et le personnage a des galons faible visibilité introduits en janvier 1915, les gros galons dorés exposant trop les officiers au combat.

      Un texte du site "lesfrançaisaverdun-1916 sur l’évolution des vareuses pendant le conflit..

      Une nouvelle coupe de vareuse officier est donc adoptée le 22 septembre 1913 et définitivement obligatoire le 1er avril 1914.
      Ce nouveau modèle est taillé dans un drap de couleur gris de fer bleuté, mais dès la fin de l’année 1914, il sera réalisé en bleu clair. La vareuse posséde un col droit, ferme par 7 boutons en corozo ou recouvert de drap qui sont dissimilés sous une patte de tissu. Elle est dotée de 2 poches de poitrines et de 2 poches de hanche, toutes les 4 à soufflet. Elle est munie d’une ceinture de tissu intégrée, qui ferme par 2 boutons au niveau du ventre. Ce dernier élément est sans doute le plus caractéristique de ce modèle de vareuse.
      Comme pour la capote, le numéro du régiment est reporté sur le collet. Le grade est placé au bout des manches et comme le stipule le règlement, sa taille a été réduite afin de le rendre moins visible. Cette mesure a été rendue indispensable en raison des fortes pertes en officiers des premiers mois de guerre. L’insigne de spécialité est porté au bras gauche sous les chevrons de présence aux armées et les chevrons de blessures se trouvent au bras droit (voir chapitre sur la capote).

      Vareuse de Colonel modèle 1913

      Vareuse de Sergent modèle 1913 confectionnée ne bleu horizon

      A partir du printemps 1915, la silhouette des officiers subi une profonde mutation sans qu’aucun texte officiel ne vienne s’ajouter au réglement en vigeur. En effet, la proximité d’officiers britanniques très élégants commence peu à peu à blesser l’orgueil des officiers français de tous grades.

      Des modifications apparaissent donc peu à peu dans la coupe de la vareuse et se généralisent rapidement. La ceinture de tissu intégrée tend à disparaitre, soit en n’étant tout simplement omise au moment de la conception de l’effet (elle est alors remplacée par une couture), soit en étant purement et simplement découpée et ôtée, des pattes d’épaules apparaissent, le col devient demi-saxe, les boutons deviennent apparents et sont confectionnés en métal, frappés ou lisses.
      Les nombreux modèles de vareuses qui résultent du panachages de toutes ces modifications, sont très clairement inspirés du modèle anglais, qui symbolise à l’époque l’élégance masculine. C’est pour cette raison qu’ils sont très appréciés par les jeunes officiers soucieux de leur apparence. Il faut dire qu’ils ont en exemple les haut-officiers qui n’hésitent pas eux aussi, à revêtir ces nouveaux modèles.
      A noter toutefois qu’un nombre non négligeable d’irréductibles porteront le modèle 1913 jusqu’à l’armistice (en y apportant également quelques modifications d’ordre esthétique)

      Un modèle en vente ...
      http://1ereguerremondiale1418.org/wp-content/images/14-18-Sante-Vareuse-13-medecin-en-drap-d-importation-01-smsx.jpg

      Un autre modèle en vente, la teinte de bleu est totalement différente...plus méditerranéenne..
      https://royal-dragons.fr/media/h-335-w-335-veste-et-culotte-mdle-1915-velour-cotelyo-bleu-horizon--11-1542016261.JPG

      La photo est donc d’après le début 1915...

      Cordialement

      Thierry

      Répondre à ce message

  • Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée" 5 juin 2020 16:20, par Franck Boulinguez

    Bonjour à tous.

    Je ne sais pas si c’est un effet de perspective. mais en considérant que le "jeune marin" mesure 1m20 ( calculé sur la photo grosso-modo par rapport à la distance des yeux d’environ 6cm chez la majorité des individus ), le " bel officier" semble très grand... Or la fiche matricule de Charles Joseph indique 1m65...

    Je fais d’autres mesures...

    Cordialement
    Franck

    Répondre à ce message

    • Bonjour Franck,
      vous avez raison le doute peut subsister quant à l’identité de ce "bel officier". Je n’ai aucune preuve qu’il s’agit sur cette photo de Charles Joseph Delay… il n’y a aucun nom au dos, pas de date non plus...
      Cette photo m’est parvenue il y a très longtemps de cousins (décédés) et apparentés eux aussi aux Delay de la région de Saint Jean de Bournay en Isère.
      J’ai réalisé sur ces branches une généalogie le plus large possible ; l’immense majorité des individus rencontrés dans ce nord Isère sont des gens de la terre et/ou des artisans : aucun n’appartient à ce milieu bourgeois (notaire, maire, officier...)

      Pour moi cette photo ne peut correspondre qu’à notre DELAY... mais je ne peux en apporter la preuve.

      Il a été maire de Champier (38). Qui sait ? un portrait, des photos sont peut être dans les archives communales et l’on pourrait comparer.

      Il semble grand, cela est vrai ; ne serait-ce pas une impression du fait qu’il soit assez peu "épais" et "flotter" dans son uniforme ?

      Répondre à ce message

      • Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée" 5 juin 2020 19:26, par Michel Guironnet

        Bonsoir Jacques,

        J’ai pensé aussi aux photos qui ont pu être prises lorsqu’il prend ses fonctions de notaire à Champier puis à Bourgoin.
        Le tout est de les retrouver !

        A suivre.
        Michel

        Répondre à ce message

      • Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée" 5 juin 2020 21:26, par Franck Boulinguez

        Jacques,

        Je me suis amusé au jeu des "petits-bâtons" que j’utilise régulièrement pour essayer de déterminer la taille d’un personnage (chacun d’entre eux représentant en gros 6cm : l’écart moyen entre les 2 yeux d’un individu)

        Effectivement, bien que paraissant très grand, notre officier pourrait ne mesurer que 1m65 une fois rassemblés tous ces petits bâtons...

        JPEG - 323.6 ko


        Je précise par avance que cette méthode n’a aucune valeur scientifique et qu’elle n’apporte aucune certitude !

        Cordialement
        Franck

        Répondre à ce message

  • Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée" 5 juin 2020 20:41, par Anne des DESERTS

    Bonsoir,

    Ne serait-il pas intéressant de se pencher sur la tenue de la petite fille qui a une bien belle poupée à cheveux longs.
    Cette petite fille semble avoir une robe assez simple, courte. Elle a les cheveux courts, une frange et un gros noeud sur l’oreille, personnellement, je pencherai pour une date vers la fin de la guerre. La mode enfantine 1900 est beaucoup plus chargée et les cheveux sont le plus souvent longs et bouclés artificiellement.
    Si cet officier n’est pas le père des enfants, il pourrait être un parrain, un oncle ami. Mais cela ne donne aucune identité, j’en ai bien conscience.
    En cherchant dans la presse de l’époque on pourrait peut-être trouver une photo.
    Anne

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Pour retrouver une photo permettant une comparaison j’ai trois idées

    • rechercher des tracts édités pour la campagne des municipales de l’époque en espérant que la photo de la tête de liste y figure
    • a-t-il été élu à la chambre des notaires de l’Isère. je connais une photo de la chambre du Rhône d’avant 1914
    • la photo de jeunes mariés sur les marches de la mairie avec le maire et son écharpe (attention les adjoints et dans certains cas les conseillers peuvent marier). La probabilité me semble plus forte pour un mariage uniquement civil par exemple des divorcés.
      Bonne recherche
      Roland

    Répondre à ce message

  • Bonjour ,si la photo date au plus tôt de 1915 ,comme l’explique Eric ,et que ce soit la bonne personne ,Antoine aurait 14 ans ,je lui en donne plutôt sur la photo 10-11,la petite serait née autour de 1913.Michel Guironnet semble avoir accés à d’autres recensements que ceux que je vois en ligne qui s’arrêtent en 1906,Charles Delay a été maire de Champier,de 1900 à 1912,on devrait le retrouver plus tard à Bourgoin.Je suis perplexe,je vois mal un militaire poser avec d’autres enfants que les siens !IL faudrait voir ses héritiers à son décès en 1922 à partir des tables de successions.

    Répondre à ce message

    • Le bel officier, le "petit marin" et la "fillette à la poupée" 6 juin 2020 11:05, par Michel Guironnet

      Bonjour Martine,

      Je dispose des mêmes renseignements "en ligne" que vous.
      Les recensements de Champier, en ligne sur le site des archives de l’Isère, s’arrêtent bien en 1906.
      Ceux de La Mulatière,où habite la famille Petitjean, sur le site des archives du Rhône vont jusqu’aux années 30.

      Je crois qu’il ne faut plus chercher la petite fille de Charles Joseph Delay. Antoine n’a jamais eu de soeur.
      Il faut en déduire que c’est peut être Antoine le "petit marin" posant avec son père et une cousine du même âge.

      Pas de filles nées des mariages des trois enfants Petitjean. Si c’est bien Charles Joseph Delay, il faut trouver une petite fille née du côté paternel.
      Charles Joseph a t’il des frères et soeurs ?
      A creuser.

      Michel

      Répondre à ce message

  • Bonjour à tous,

    Je confirme que Charles DELAY n’a pas eu de fille.
    Je viens de trouver dans ’Le salut public’ du 02 et 03.1924, l’avis de décès de son épouse, Félicité PETITJEAN, morte le 02.03 à Lyon 6e à 46 ans.
    Cet avis nomme Antoine, son fils, sa mère Mme Emile PETITJEAN, et d’autres membres de sa famille.

    https://www.lectura.plus/Presse/show/?id=69SALUTPUBLI-19240302-P-004.pdf&query=&back=%2FPresse%2Fsearch%2F%3Fquery%3D%26fromDate%3D02%252F03%252F1924%26untilDate%3D02%252F03%252F1924%26publications%255B%255D%3D69SALUTPUBLI
    En haut à droite.

    Cordialement.
    Jacques

    Répondre à ce message

  • Quant à charles ,il n’aurait eu qu’un frère mort en bas âge !
    Pas sûr que Charles soit le bel officier !

    Répondre à ce message

  • Bonsoir
    Je ne me prononcerai pas sur les particularités de l’uniforme ,ce qui m’étonne ayant vu de nombreuses photos de militaires avec leurs enfants ,(cf site Delcampe)c’est l’absence de la femme et mère .Serait-il veuf ?

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2022 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP