www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Témoignages » Mon école communale

Mon école communale


jeudi 18 septembre 2008, par Jacques Chedaille

Répondre à cet article

Je l’ai fréquentée de 1937 à 1943, à Laboissière, mon lieu de naissance. Ce petit village de l’Oise, d’environ 500 habitants, se payait le luxe de disposer de deux écoles, l’une pour les garçons, l’autre pour les filles, géographiquement éloignées l’une de l’autre. Elles étaient confiées à un couple d’instituteurs, le mari chez les garçons et la femme chez les filles.

L’école des garçons est fréquentée par une bonne trentaine d’élèves de tous âges entre 6 et 14 ans, se répartissant entre toutes les classes situées dans une grande salle commune, regroupant les cours préparatoires première et deuxième année, les cours élémentaires, le cours moyen et le cours supérieur, lequel prépare au certificat d’études nécessairement passé au canton de Noailles.

JPEG - 120.7 ko
L’école communale de Laboissière

Le maître d’école, comme on l’appelle à l’époque, s’organise pour faire fonctionner seul, sans assistant, toutes ces classes en parallèle, y faisant régner une discipline rigoureuse et distribuant astucieusement travail et savoir entre les différents cours.
Je ne l’ai jamais vu se mettre en grève. Son souci essentiel est d’amener chacun de ses élèves à passer avec succès l’épreuve finale du certificat d’études.
Nous sommes très loin de l’état d’esprit des enseignants du 21e siècle qui exigent assistants, stages de formation personnelle, ou policiers pour encadrer les enfants, et oublient de leur apprendre les notions élémentaires de politesse et de savoir-vivre en groupe.
Durant les cinq années passées dans cette école, je n’ai jamais eu à constater la suppression d’un jour de classe pour absence du maître. Je l’ai parfois vu malade. Il met alors son point d’honneur à assurer ses cours, prenant soin cependant, lors de la récréation, d’aller se soigner dans ses appartements qui communiquent avec la salle de classe.

Cette grande salle est chauffée par un poêle rond vertical placé au milieu et dont les tuyaux de départ de fumées cheminent, à un mètre sous le plafond, sur la plus grande longueur de la salle. Par grands froids, le poêle est allumé, avant l’arrivée des élèves, par la femme de ménage de la mairie dans les locaux de laquelle se situe l’école. Quand il fait moins froid et qu’elle n’a pas jugé utile de l’allumer c’est le maître qui l’allume avec l’aide de certains élèves chargés de faire la noria entre la réserve de bois, sous le préau, et la salle de classe. C’est là que j’ai appris à transporter plusieurs bûches empilées sur un seul bras, et aussi à allumer un feu en disposant, en étage dans le poêle, papier froissé, brindilles puis petits bois.

La cour de récréation est très grande. Elle est divisée en deux parties, l’une réservée aux plus grands et l’autre aux plus petits, pour éviter des accidents. Pendant les récréations, quel que soit le temps, dans la cour des grands, on joue aux barres. Quand il est de bonne humeur et n’a pas de retard dans son travail c’est le maître qui arbitre la partie. Il donne l’impression d’éprouver autant de plaisir à arbitrer que nous à jouer.

La plupart des enfants qui fréquentent cette école sont issus de famille installées depuis longtemps dans le village. Il n’y a qu’un seul enfant noir qui semble un peu perdu au milieu de nous tous. Ses cheveux sont crépus. Il s’appelle Roger Koité. Au début, nous le considérions comme un phénomène. Il a cependant réussi à se faire accepter tellement il est agréable de contact. Son plus grand défaut être d’être bavard comme une pie. Pendant la classe il s’est retrouvé plusieurs fois puni avec une pince à linge sur les lèvres pour l’obliger à se taire. Il a fini par accepter la discipline. Si cette punition avait été donnée au XXIe siècle, on aurait assisté à une réaction de masse des parents d’élèves.

JPEG - 73.9 ko
L’auteur en 1942

Les punitions sont notées sur un cahier de punitions. Elles ne comportent que très rarement des retenues parce que le maître exerce, en plus de sa fonction à l’école, celle de secrétaire de la mairie. La classe se termine à 16h30 et, de 17h à 19h, il est à la mairie. Il ne peut donc conserver les mauvais élèves en retenue que de 16h30 à 17h.
L’essentiel des punitions sont des lignes à copier plusieurs dizaines de fois du genre :

* Je ne dois pas bavarder avec mon voisin pendant le cours,
* Bijou, caillou, chou, genou hibou joujou et pou prennent un x au pluriel.

Ce peut être aussi la table de multiplication par 9 ou une de celles de division.
Chaque lundi matin, on consacre quelques minutes à la présentation des punitions rédigées. La règle est connue de tous : si la punition n’est pas faite, elle est doublée.
Mon voisin de table, en cours élémentaire, Roland Melun, s’était mis dans la tête de ne pas rédiger ses punitions. Elles ont donc doublées chaque semaine. De guerre lasse, le maître a obligé Roland à écrire ses punitions, chaque matin, pendant les heures de classe. Il l’a isolé au fond de la classe, le privant de cours pour qu’il puisse se consacrer à plein temps au rattrapage du retard de punitions. Roland, qui ne manquait pas d’imagination, a mis en place un dispositif constitué de trois crayons papier assemblés par des élastiques pour écrire, d’un seul jet, trois lignes en même temps.
Pour ceux qui omettaient d’apprendre leurs leçons, il y avait l’affront suprême de passer une heure dans un coin au fond de la classe, au voisinage des porte-manteaux, avec un bonnet d’âne sur la tête. Pas physiquement douloureux sauf la station debout sans avoir droit de s’appuyer sur un des murs du coin. Mais quelle honte ce bonnet ! On peut compter sur les copains pour le faire savoir dans le village et surtout auprès des filles.

Les horaires sont de 8h30 à 11h30 et de 13H30 à 16h30. Tous les élèves rentrent à la maison pour le repas de midi. Il n’y pas classe le jeudi toute la journée. C’est le jour du catéchisme.

Pendant la saison d’hiver, tous les quinze jours, en fin de semaine, il y a une séance de cinéma à l’école des garçons. Elle regroupe les enfants des deux écoles : les filles viennent en rang, depuis leur école, accompagnées de leur maîtresse, s’installer dans notre classe aménagée en conséquence avec des bancs prélevés dans la salle de la mairie et installé par nos soins.
C’est le maître qui fait fonctionner le projecteur payé par la coopérative scolaire. C’est un cinéma parlant avec un gros haut parleur installé derrière l’écran. Le programme comprend un documentaire genre Pêche à la baleine ou Fabrication des fromages dans les Alpes, suivi par un comique genre Charlot ou Laurel et Hardy, ou Félix le Chat.
Le son doit être réglé assez fort, pour couvrir le clic-clic du projecteur.
La télévision n’est pas encore née et nous sommes satisfaits de cette nouvelle distraction.
Certains élèves punis, deux ou trois garçons ou filles, sont privés de films : ils sont présents mais assis le dos à l’écran. Ils doivent se contenter du son et des rires de leurs camarades.

C’est grâce à la coopérative scolaire, complété par la Caisse des Écoles, que les deux classes de garçons et filles peuvent bénéficier en fin d’année scolaire, en général le dernier jour de l’année, d’un voyage en autocar pour visiter une curiosité régionale.
Malgré un départ dès l’aube et un retour tard dans la soirée, le rayon d’action est de l’ordre de 150 à 200 km, compte tenu de la moyenne réduite sur des routes départementales ou nationales. Les autoroutes n’existent pas encore. La bonne humeur règne dans les deux cars où un des parents est autorisé à accompagner sa progéniture. Quant plusieurs enfants d’une même famille sont du voyage le regroupement familial est autorisé si bien que les autocars ont exceptionnellement des contenus mixtes, à la grande joie des garçons et des filles des classes terminales.
C’est dans ce contexte que la jeunesse scolaire de Laboissière découvre, au cours de plusieurs années successives :

* les falaises d’Étretat et la plage du Tréport,
* la forêt et le château de Fontainebleau,
* l’aéroport commercial du Bourget, unique en région parisienne.

Ce voyage scolaire annuel est un évènement au village. La contribution parentale très modique le rend accessible à l’ensemble des familles du village dont la plupart n’ont d’autres moyens personnels de locomotion que la bicyclette. En 1939, dans le village qui devait compter une centaine de familles, il n’y avait qu’une dizaine de familles qui possédaient un véhicule.

Chaque fin de mois, c’est l’époque des compositions mensuelles. Ces épreuves conditionnent le classement de chaque classe et les notes obtenues sont portées au bulletin mensuel présenté aux parents. L’originalité de ces épreuves est que, dans notre école, les places physiques sont affectées en fonction du classement : comme chaque classe est constituée d’une seule rangée de tables scolaires à deux places, allant de l’estrade du tableau noir au fond de la classe, les meilleurs élèves du classement occupent les places des premières tables. Ce classement physique m’a beaucoup stimulé pendant le temps de cette école communale. Être premier ou deuxième me permettait de rester dans la première table. Je n’ai été que très rarement troisième. Occuper la deuxième table revenait pour moi à être dilué dans la masse des élèves.

JPEG - 68.1 ko
L’auteur, sa sœur et sa mère en 1938/39

Pendant l’occupation allemande, le maître d’école a utilisé quelques élèves, dont je faisais partie, pour l’assister dans son travail de secrétaire de mairie : à chaque arrivée de tickets de rationnement reçus de la Préfecture de Beauvais, il nous fait timbrer toutes les feuilles de tickets avec le tampon de la mairie, élément indispensable pour déclencher la validité de ces tickets. Nous sommes volontaires, vivement encouragés, pour cette opération qui a lieu pendant la récréation des élèves. Nous sommes répartis en deux groupes. Dans chaque groupe, un élève tamponne, un autre dégage la feuille tamponnée et le troisième réparti les feuilles par paquets de 50. Nous sommes conscients de l’importance de la mission qui nous est confiée et nous nous efforçons de la remplir au mieux.

A partir de 1943, quand la résistance à l’envahisseur allemand s’est mise en place dans le village, les tickets de rationnement ont été l’objet de la convoitise des organisations de réfractaires, ces jeunes gens qui avaient quitté leurs domiciles pour échapper au travail obligatoire en Allemagne. En entrant dans la clandestinité, ils se privaient d’existence légale donc du droit aux tickets de rationnement.
Pour pouvoir disposer de ces tickets, il ne leur restait que la solution de les voler dans les mairies. C’est ainsi que le village apprit un matin, par la voix du garde champêtre précédée d’un battement de tambour, que la distribution des tickets serait différée de quelques jours suite à un vol de la livraison en mairie.
En fait deux jeunes gens du village voisin d’Andeville étaient venus en vélo à la mairie, entre 16h30 et 17h, juste avant l’ouverture de la mairie au public, avertis par le secrétaire, via ma mère, que tous les tickets étaient timbrés et qu’ils allaient être distribués à la population le lendemain. Ils sont venus, ont ligoté le secrétaire et sont repartis avec la liasse de tickets dans leurs musettes. Les gendarmes du canton Noailles sont venus enquêter pour la forme et pour satisfaire l’occupant. Eux non plus n’étaient pas dupes.

Mon école était une école comme les autres, mais c’était la mienne. Je m’y rendais avec plaisir. Elle était en face de la maison. Il n’y avait que la rue à traverser. Le maître était apprécié de la population. De temps en temps il tirait la joue ou les oreilles d’un écolier paresseux. Personne n’aurait eu l’idée de lui faire un procès pour cela !
Il faut dire qu’il connaissait tous les habitants du village, grâce à la fonction de secrétaire de mairie qu’il exerçait en plus de celle d’instituteur. Il connaissait les enfants et était au courant des besoins des parents à travers leurs visites à la mairie.

Je me souviens d’un matin, à l’école, où nous avons reçu une leçon de morale improvisée parce qu’un membre du Conseil municipal s’était plaint, auprès du maître d’école, de ne pas avoir été salué dans le village par un groupe d’écoliers qui sortaient de l’école. Heureuse époque !
De nos jours, lorsque j’entre chez un commerçant et que je dis bonjour, personne ne répond et je dois subir le regard des clients qui se tournent brusquement vers moi avec un œil surpris, sans pour autant répondre à mon salut. On en viendrait presque à s’excuser d’avoir dit bonjour !

Autre époque, autres mœurs. Je ne suis pas certain qu’elles aient évolué dans un sens satisfaisant.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

28 Messages

  • Mon école communale 20 septembre 2008 05:23, par GREGOIRE

    Bonjur - Mon oncle (Roger PAQUET) a fréquenté cette école à la même époque que vous - Peut être vous souvenez vous de lui ? Il est né en 1927.
    Cdt -

    Répondre à ce message

    • Mon école communale 24 septembre 2008 11:50, par CHEDAILLE

      Bonjour,

      Je me souviens très bien de Roger PAQUET. Il était physiquement plus grand que moi. C’était un joueur passionné du jeu de barres pendant les récréations. Il n’aimait pas perdre à ce jeu, allant parfois jusqu’à tricher.
      Je crois me souvenir que son père avait été conseiller municipal en même temps que mon grand-père maternel.
      J’aurais plaisir à recevoir de plus amples nouvelles de lui.

      Répondre à ce message

      • Mon école communale 24 septembre 2008 19:02, par D. GREGOIRE

        Bsr - Mon oncle vit à ANDEVILLE - C’est exact, son père était conseiller à La Boissière et réparait (officieusement) les pendules anciennes - Il faisait partie de l’équipe de foot de l’époque - En principe, je le vois bientôt et je ne manquerai pas de lui faire part de vous - Je vais lui parler du jeu de barres !!!! - Je ne manquerai pas de vous tenir au courant - Cdt -

        Répondre à ce message

  • Mon école communale 20 septembre 2008 08:48, par Marc

    Quel joli texte !

    Merci à vous d’évoquer cette période où, comme vous l’écrivez, le maître d’école était respecté et la politesse une règle naturelle...

    Moi qui fus écolier bien plus tard, dans les années 1960-70, dans une petite ville de 10000 habitants, je puis vous dire que la vie à l’école ressemblait bien plus à la vôtre qu’à celle de maintenant...
    Je suis moi-même instituteur ("professeur des écoles", comme on dit à présent !) et je regrette presque quotidiennement l’école telle que vous l’évoquez. Je constate même une dégradation en 20 ans, année où j’ai commencé le métier. De nos jours, il faut vraiment être motivé et « avoir la vocation » pour choisir cette profession...

    Je ferai simplement une petite remarque concernant un point sur lequel je suis un peu en désaccord avec vous : lorsque vous écrivez que les maîtres d’aujourd’hui n’apprennent plus aux enfants la vie en groupe et le respect, détrompez-vous. Le problème vient plutôt du fait que l’éducation parentale de base n’est plus faite à la maison (par des parents qui, on le voit, n’ont pas retenu grand chose des leçons de leurs instituteurs voici 20 ou 30 ans). Nous n’avons ces chères têtes blondes que 6 heures par jour - et 4 jours par semaine à présent ! - et nous ne pouvons palier aux grands manques constatés dans ce domaine...

    Et puis, comme vous le notez si bien, une remarque à un élève entraîne souvent, hélas, une vive réaction des parents !

    Comme vous à la boulangerie, nous sommes aujourd’hui très étonnés - mais ô combien ravis - quand deux ou trois élèves, sur une classe de trente ! disent régulièrement bonjour en arrivant...

    Voilà pour mon petit coup de g.....

    Et encore merci pour votre magnifique évocation !

    Marc Sylvestre,
    professeur des écoles

    Répondre à ce message

    • Mon école communale 26 septembre 2008 11:28, par CHEDAILLE Jacques

      Cela fait toujours plaisir de recevoir des compliments d’un ancien maître d’école. Je n’aime pas la nouvelle désignation de professeur des écoles.

      Je ne sais pas si les maîtres actuels continuent ou non à apprendre aux enfants la vie en groupe et le respect. Je constate simplement que le résultat n’est pas au rendez-vous. Nos enfants ne savent plus saluer les gens dans la rue. Autrefois, c’était automatique.

      Je partage totalement votre analyse quant au manque d’éducation parentale, laquelle doit impérativement compléter l’action des enseignants. Il suffit d’assister à une rencontre entre parents d’élèves et enseignants pour se rendre compte de la distance qui les sépare : les parents ont trop tendance à penser qu’ils ont donné naissance à des merveilles, incomprises des enseignants !

      Les parents qui prennent position en faveur des enfants, contre les décisions de punition des enseignants, ne réalisent pas à quel point ils font du tord à leurs enfants. Ils encouragent la récidive du mauvais comportement.

      Répondre à ce message

      • Mon école communale 28 septembre 2008 10:18, par Valérie

        bonjour,

        j’ai lu avec plaisir cet article sur l’école de cette époque.
        Je suis moi même « professeur des école » qui ne veut rien dire car j’utilise toujours le mot intitutrice et les enfants m’appellent « maîtresse ».

        Je voulais répondre que « OUI », nous enseignons toujours le respect, la vie en collectivité ainsi que beaucoup d’autres matières que moi même n’ai jamais apprises à l’école (je n’ai que 37 ans).

        Je suis dans une école de village avec 280 élèves et le matin, quand ils arrivent à l’école, seulement une vingtaine disent « bonjour ».
        Ce manque de politesse vient des parents qui eux même rentrent dans l’école sans un regard ni un mot pour les enseignants de service. De plus, s’il nous faut punir un enfant, le mettre dans un coin pour qu’il se calme... certains parents arrivent, crient et nous mettent en tord devant tous les autres enfants de l’école. (Cela a été au point que l’an dernier certains de mes élèves m’ont dit « j’ai peur que tu ailles en prison, maitresse » parce que j’avais dû sortir un enfant qui jettait ses affaires et son bureau).

        Dans la cour de récréation, c’est souvent des jeux calmes (bille corde à sauter...)mais certains enfants ne connaissent que la violence et tapent (il m’est déjà arrivé de me faire insulter et taper par des élèves.)

        Consernant l’absentéisme, je vais à l’école tous les jours même avec 40 de fièvre, et j’ai constaté la même chose chez mes collègues, je me permets seulement un jour d’abscence si mes enfants sont malades : certains enseignants profitent du système, mais ce n’est pas la majorité. Nous avons un conscience professionnelle et savons que notre classe a besoin de nous.

        Le métier de « maître d’école » a évolué depuis toutes ces années : nous enseignons beaucoup de matières pour lesquelles nous ne sommes pas formés ( informatique, anglais, musique ...)
        Les enfants aussi ont changé, ils sont dans la génération du zapping, ne savent pas se concentrer (je suis une maman exigente et je le constate également avec mes enfants) et de nombreux parents ont baissé les bras ou sont débordés pour l’éducation de leurs enfants. Aujourd’hui j’ai un diplôme de professeur des école mais j’ai l’impression d’être également éducatrice, assistante sociale et secrétaire (pour proposer une aide pour des enfants en difficulté, pour faire un projet, sortir de l’école ... nous remplissons de nombreux documents)

        Notre métier est difficile, mais je vais à l’école tous les matins avec beaucoup de plaisir. Etre professeur des écoles est pour moi une vocation et je compte bien le rester jusqu’à ma retraite.

        Répondre à ce message

        • Mon école communale 29 septembre 2008 10:06, par CHEDAILLE Jacques

          Bonjour,

          La réaction de Valérie m’enchante. Je ne pensais pas susciter une telle abondance de réactions en écrivant mon article.

          Je constate avec satisfaction que des enseignants ont encore la motivation, la conscience de l’importance de leur métier au point de prendre la peine de nous expliquer les difficultés qu’ils rencontrent dans leur quotidien professionnel.

          Je reconnais bien volontiers que les enfants ont changé et qu’ils peinent à se concentrer. C’est, me semble-t-il dans le comportement des parents qu’il faille rechercher les causes de ce changement. Ce n’est pas se comporter en parents responsables que de laisser ses enfants se délecter de scènes de violences devant une télévision. Pas plus d’ailleurs que de tolérer un coucher tardif de ces enfants au prétexte qu’il y a un beau film à regarder ou un jeu de Nintendo à poursuivre. Un enfant qui n’a pas assez dormi ne peut se concentrer.

          Je persiste à croire que la solution ne viendra que de l’amélioration des relations entre parents et enseignants. Les échanges doivent être fréquents et personnalisés. J’ai toujours douté de l’efficacité des réunions globales de parents d’élèves et d’enseignants : dans ce genre de réunion, il y a toujours une mère qui monopolise la parole pour ne parler que des problèmes de sa progéniture douée de toutes les qualités.

          Quant à la réaction violente des parents à la punition de leurs enfants par le maître ou la maîtresse, elle est irresponsable. C’est la preuve d’un manque de maturité.
          Cela tourne même à la folie quand on voit des parents faire appel au Tribunal pour condamner l’enseignant un peu trop vif. Malheureusement le ridicule ne tue plus de nos jours.

          Répondre à ce message

  • Mon école communale 20 septembre 2008 08:49, par bailly5

    Trés bon résumé de l’école que nous avons connu après la guerre ,
    ou le respect la dicipline et la politesse étaient enseignés au même titre que le français et les mathématiques ,sans que personne n’y trouve a redire,j’ajouterai que lorsqu’on était puni ,se plaindre auprès des parents nous valait une punition doublée , et non un procés où des coups ,envers l’instituteur qui était approuvé.
    j’étais dans un petit village du morvan ou le déscritif de l’école était le même,un institeur pour 4 divisions ou plus .
    et pas un jour de grève ou de maladie
    Bravo a nos anciens instituteurs

    Répondre à ce message

    • Mon école communale 20 septembre 2008 16:04, par SELLIER Lionel - 207 chemin des Grives - 83300 DRAGUIGNAN

      Bonjour,
      Je m’appelle Lionel Sellier et habite Draguignan, dans le Var. A l’époque de cette relation de « Mon école communale », je résidais à Meaux, en seine-et-Marne, et bien que ce pays ait été une ville au lieu d’un village, les faits étaient les mêmes, à part quelques petits détails, pourtant très importants pour moi. La Résistance étant importante autour de cette cité, je me souviens d’un jour, qui a dû me marquer (on dirait traumatisé maintenant), un haut gradé SS, tout de noir vêtu, fit irruption dans notre classe de CM2 et, appelant un de nos bons camarades, lui dit sans ménagement : « Papa kapüt ». Je crois que notre copain n’a pas bien réalisé sur le coup. Le lendemain il était absent. Les bruits courent vite dans un village ou une ville. Nous avons vite appris qu’étant un grand Résistant, cet homme avait été arrêté par la Gestapo qui sévissait durement, et avait été torturé jusqu’à sa mort. D’ailleurs, après la Libération, une plaque a été apposée sur le mur où les faits se sont passés, et une rue porte son nom de Résistant.
      Justement, je me demande comment les jeunes d’aujourd’hui, qui ne connaissent la violence que par la télé ou autre jeu électronique, auraient réagis devant un fait similaire.
      Très cordialement (j’ai 78 ans).

      Répondre à ce message

      • Mon école communale 29 septembre 2008 11:42, par CHEDAILLE Jacques

        Comme je l’ai dit dans ma réponses à Valérie, ci-dessus, si les jeunes connaissent la violence, par la télé ou les jeux électroniques, c’est à cause du laisser-aller des parents.

        En période de guerre, la violence fait partie de la vie de tous les jours et elle n’a pas besoin d’être alimentée par la télévision. Entre 1939 et 1945, nous n’avions pas la télévision. Nous devions nous contenter de la radio. L’impact de l’image n’existait pas comme de nos jours.

        Nous n’étions pas non plus, à l’époque, formés ou avertis des violences que nous allions vivre. Nous nous sommes adaptés, bon gré mal gré.
        Si nos jeunes actuels devaient connaître la guerre, ce que je ne leur souhaite pas, ils feraient comme leurs anciens, ils s’adapteraient.

        Ce qui me reste de l’époque de la guerre, bien que je l’ai connue très jeune, c’est, d’une part, le souvenir d’une grand solidarité des habitants de mon village face à l’occupant et, d’autre part, la grande prudence des gens quant aux projets d’avenir. Il était difficile de faire des projets alors qu’on ne savait pas quand et comment finirait cette guerre.

        Répondre à ce message

    • Mon école communale 26 septembre 2008 11:53, par CHEDAILLE Jacques

      Je ne crois pas que nos enseignants actuels soient moins bons ou moins motivés que ceux d’autrefois.

      Je pense surtout qu’il n’y a plus de relations positives (pour reprendre une expression à la mode) entre les maîtres d’école et les parents.

      Il faut que les uns en les autres se parlent et se fassent confiance. Après s’être mutuellement reprochés leurs insuffisances, ils devront, s’ils sont moralement honnêtes, convenir des attitudes respectives à adopter vis-à-vis des enfants, de façon que ceux-ci prennent conscience qu’il n’est pas possible d’échapper à l’emprise combinée des parents et des enseignants pour faire d’eux des adolescents polis et disciplinés.

      A l’encontre des enseignants, j’ajouterais aussi qu’ils auraient besoin, du moins pour certains du sexe masculin, de soigner leur aspect physique. On ne peut imposer le respect que si soi-même on l’inspire. Je suis de ceux qui pensent que le contenu a autant d’importance que le contenant.

      Répondre à ce message

    • Mon école communale 27 septembre 2008 09:43, par CHEDAILLE Jacques

      Par différence avec la situation actuelle, les instituteurs des villages étaient plus proches des parents d’élèves parce que, le plus souvent, ils exerçaient la fonction de secrétaire de mairie qui les rapprochaient des parents.
      Maintenant cette fonction est séparée : j’ai vu récemment dans l’Aisne, département de mes ancêtres, un secrétaire de mairie professionnel qui se déplaçait de village en village chaque soir. Il ne peut donc entretenir la même relation avec les habitants que le maitre d’école-secrétaire de mairie d’autrefois.

      Quand à la grève récurrente des enseignants, qui devient une obligation à chaque rentrée scolaire, elle ne disparaîtra que lorsque les enseignants auront compris que cette grève cause surtout du tord aux enfants qu’ils ont la prétention d’éduquer en liaison avec les parents.

      On peut comprendre que le corps enseignant ait parfois le besoin de manifester son mécontentement, mais on ne peut admettre que ce corps enseignant prenne les enfants en otages en les privant d’un ou de plusieurs jours d’école du fait de grève.

      Ils pourraient, par exemple, manifester leur mécontentement en s’abstenant de participer à des réunions de formation proposées par leur hiérarchie. Ils ne feraient du tord qu’à eux-mêmes !

      Répondre à ce message

  • Mon école communale 20 septembre 2008 10:06, par Annick de l’Oise

    Que ça fait du bien de lire cet article, j’ai 69 ans, j’ai donc connu cela. Nous étions 40 par classe, personne ne parlait, nous étions polies, nous nous levions lorsque la maîtresse entrait dans la classe. Après le certificat d’études, j’ai continué mes études dans un autre établissement jusqu’à 18 ans, nous étions toujours 38 ou 40 en classe, toujours disciplinées, toujours polies, parfois un petit dérapage qui nous valait une réprimande, mais rien de vraiment grave. De plus, ainsi que le dit un autre lecteur, la punition aurait été doublée par les parents en cas de contestation, bien improblable, de notre part. Je n’ai jamais connu la blouse grise, ni les coups de règle sur les doigts .... cela fait vraiment partie des images véhiculées par de mauvais esprits. Merci encore pour cet article, j’ai été très heureuse de « rajeunir » Annick, Nantaise devenue Isarienne par adoption et j’en suis très satisfaite.

    Répondre à ce message

    • Mon école communale 21 septembre 2008 11:00, par bailly5

      si annick moi qui est connue l’école tel que le décrit monsieur Sellier j’ai connu le tablier noir avec un liseré rouge et les coup de régle sur le bout des doitgs les punitions a genoux sur l’estrade , et les tours de cour le cahier accroché dans le dos ,mais jamais je ne me serai plainte auprès des parents car la punition double était instantanée.
      Et le tribunal c’était pour les voleurs ,les criminels et non pour les instituteurs qui faisaient leur métier .
      Je les en remercie grace a cette discipline j’ai appris a travailler, et a faire la différence entre le bien et le mal .J’ai 67ans je n’ai jamais regretté d’étre aller à l’école pour apprendreles régles de la vie..

      Répondre à ce message

      • Mon école communale 21 septembre 2008 21:31, par Annick de l’Oise

        Merci pour votre réponse, mais je vous jure que jamais je n’ai connu de punitions à genoux sur l’estrade ou les autres punitions dont vous parlez, ni blouses grises et pourtant j’ai deux ans de plus que vous. Il est vrai que j’ai été élevée dans un gros bourg de la région nantaise et de plus chez les religieuses.... je me souviens avoir seriné des règles de grammaire, c’est vrai quelquefois dans la cours de récréation, mais sans être punie c’était simplement pour qu’elles me rentrent bien dans la tête .... je ne comprend pas, je devais être dans une école sympa !!!! nous étions au moins 200 car il y avait entre 5 et 6 classes. Ce sont quand même de bons souvenirs d’école ! Cordialement. Annick de l’Oise

        Répondre à ce message

  • Mon école communale 20 septembre 2008 11:29, par Germaine

    Je retrouve mon enfance, à cette époque, si bien décrite par Jacques. C’est tout à fait cela.

    Moi j’étais dans un petit village 1000 habitants, mais même parcours, même enseignement, même discipline.

    Ta photo en communiant avec le joli brassart brodé...me rappelle mon frère aujourd’hui disparu.

    Merci d’avoir réveillé en moi tant d’émotions.

    Répondre à ce message

  • Mon école communale 20 septembre 2008 15:34, par mamie jo

    Bonjour,
    Je viens de lire avec attention votre témoignage sur votre école communale.
    Je suis plus jeune que vous, je suis née en 1945.
    Je peux témoigner que mon école communale, dans un village de la vallée du rhône, coincé entre la montagne et le fleuve, avec une classe maternelle, une classe de moyens, une classe de grands pour le côté des filles, et deux classes moyens et grands, pour le côté garçons, avait le même souci d’éducation et de réussite des enfants.

    Les institutrices pour les filles, et les instituteurs pour les garçons, étaient des personnalités respectées dans la commune, par tous les habitants.

    Il ne serait pas venu à l’idée d’un parent de contester une punition donnée à son enfant par « le maître ». Bien souvent, au contraire, la punition était accentuée par les parents qui se souciaient de l’instruction de leurs enfants.

    Je me souviens avoir appris dans mon école publique, bien sûr, à lire, à écrire, l’orthographe, la grammaire, les conjugaisons, à compter, la géographie de la france, son histoire, les civilisations romaine, greque, égyptienne, mais aussi les bases de la vie en société : la politesse, l’exactitude. les règles élémentaire de bonne tenue, le respect des autres, le partage.
    La connaissance de base, celle qui sait ouvrir la fenêtre du savoir, celle qui encourage la curiosité, qui fait que plus l’on apprend, plus on a soif d’apprendre, de voir, de savoir, de connaître, de comprendre, de partager, de transmettre.

    Je souhaite à tous les enfants d’avoir de bons souvenirs de leurs années de « primaire ».

    Répondre à ce message

  • Mon école communale 20 septembre 2008 17:35, par papyoyo

    Laissez donc les enseignants travailler sans leur mettre dessus tous les fautes de la terre
    Papyoyo écolier de 1939 1945

    Répondre à ce message

    • Mon école communale 22 septembre 2008 00:32, par David

      Ce doit être la mode du « c’était mieux avant ». Je n’ai quitté l’école primaire qu’en juin 2000 (je suis né en 1989), et pourtant, je dis toujours bonjour à la boulangère et au conducteur du bus, nous avons toujours respecté notre Maître, et tout comme vous, si nous avions une punition à l’école, nos parents nous repunissaient en rentrant, ils n’allaient pas porter plainte. Alors, à moins que l’école ait totalement changé en moins d’une décennie, je ne pense pas qu’il faille faire un « mauvais procès » à notre société actuelle, elle n’est ni meilleure, ni moins bien que celle d’il y a 70 ans.
      Cordialement,

      Répondre à ce message

    • Mon école communale 30 septembre 2008 07:55, par CHEDAILLE Jacques

      Non Papyoyo, il n’est pas question de mettre toutes les fautes de la terre sur les enseignants.

      Il se trouve que ces enseignants consomment un des plus gros postes du budget de la France et qu’en plus ce sont les contribuables qui financent ce budget. Il est donc tout a fait logique que ces payeurs disent ce qu’ils pensent de leurs employés, surtout lorsque ceux-ci ont en charge leurs enfants.

      Il est indéniable que certains enseignants, comme Valérie ci-dessus, aient choisi ce métier par vocation et c’est tant mieux. Il est aussi indéniable que certains n’y aient vu que l’avantage d’être fonctionnaires avec la sécurité d’emploi qui y est attachée.

      Le nombre de réflexions suscitées par mon article montre que le sujet est d’actualité. Il n’y a aucune gène, avec des interlocuteurs de bonne foi, à échanger des idées sur le sujet. De la discussion naît la lumière .

      Ni les enseignants seuls, ni les parents seuls ne peuvent prétendre détenir la vérité quant à la façon d’enseigner. Si les uns et les autres arrivent à mieux se comprendre en échangeant leurs idées, ce sont les enfants qui en sortiront gagnants.

      Répondre à ce message

  • Mon école communale 20 septembre 2008 18:25, par tina

    Merci pour ces souvenirs merveilleux.

    Je garde aussi beaucoup d’amour pour mon école primaire de 1955 à 1961, j’ai reçu une très bonne éducation.Des instituteurs adorables, mais ne laissant rien passer. En hiver on devait absolument bouger dans la cour de récréation pour ne pas avoir froid. Les punitions, les images, les bons points, et toujours heureuse d’aller en classe, les bureaux à nettoyer 3 fois par an avec le papier de verre, la cire, la cougnou (c’est une brioche) que venait nous apporter Mr le Maire à Noël avec ses adjoints, la fête de fin d’année, avec les fleurs en papiers, le concours du vélo le mieux décoré, la distribution des prix, la fête des mères dans la salle des fêtes et son goûter au chocolat, que du bonheur ! Et pourtant nous étions dans une région minière du Nord très pauvre.

    Répondre à ce message

  • Mon école communale 20 septembre 2008 18:44, par Vaucluse

    Merci pour cette belle évocation qui m’a rappelé l’école de ma banlieue ouvrière des années 50-60.
    A l’image de ce que vous évoquez, l’Ecole communale des filles était séparée de celle des garçons et mes maîtresses étaient des femmes dont l’autorité n’était jamais mise en défaut : les punitions et les colles tombaient comme à Gravelotte et nos parents nous rajoutaient au minimum une fessée ou une bonne eng...lorsque nous ramenions une ’péno’...
    Je suis de la génération de 1968 qui a occupé son lycée (toujours en banlieue) et je n’ai eu qu’à me louer de mes professeurs de lycée qui étaient souvent excellents.
    Mais après 1968, les choses se sont degradé et le climat de contestion a gagné tout le monde.
    Je crois que désormais, l’école à l’ancienne est bien révolue et c’est fort dommage, car en ce qui me concerne , l’Ecole de la République n’a pas failli à sa mission...

    Répondre à ce message

  • Mon école communale 20 septembre 2008 20:51, par JANIJA

    bonjour,
    je suis très surprise, je dois avoir sensiblement le même âge que l’auteur, mais il me souvient qu’il y avait toujours des écoles de filles et des écoles de garçons dans toutes les communes de France !même encore de 120 habitants !bien plus éloignées que Laboissière dans l’Oise !
    JANIA

    Répondre à ce message

  • Mon école communale 4 octobre 2008 16:42, par Myriam Hériché

    Bonjour,
    C’est avec un grand intérêt que j’ai lu votre article. J’habite Laboissière depuis de nombreuses années, et ce matin grâce à la photo de votre mère avec votre soeur je suis partie à la recherche de votre ancienne maison. Je l’ai trouvé !elle est presque en face de la mienne (ma maison appartenait autrefois à Mlle Lefévre). Me voyant dans la rue à la recherche de « quelque chose » ma voisine est venue à ma rencontre, je lui ai parlé de vous et de votre article, et elle m’a dit se souvenir d’avoir été à l’école avec un enfant Chédaille ! peut être vous ? son nom de jeune fille est Lachapelle.
    Etant passionnée d’histoire et de généalogie je fais depuis 3 ans des recherches sur mon village et je serais très heureuse de pouvoir vous en parler.
    Merci pour votre magnifique témoignage.
    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Mon école communale 4 décembre 2008 20:07, par Une passionnée de 6e

    Bonjour Monsieur.Je suis une passionée de l’école à travers les âges.J’ai appris beaucoup de choses en lisant votre document.Je ferais des études aprofondies.Je vais bientôt crée un site sur ce thème.Il s’appelera « www.écolesdautrefois.skyblog.com ».
    Bravo pour votre document !!!!

    Répondre à ce message

  • Mon école communale 11 février 2010 20:24, par leblond

    Bonjour, Bien que j’ai pris plaisir à lire votre texte,ce n’est pas sur « l’école communale » que je cherche à vous joindre, mais pour un sujet sur votre ancêtre Charles
    Jedaille. C’est d’autant plus intéressant que votre recherche se situe dans une région où j’effectue moi-même des recherches : Le Laonnois. En effet je vois que vous êtes très trés documenté sur le clergé du 19 siècle. Or mes grands-parents ont vécu dans une maison-presbytère à Presles et Thierny.( Disjointe géographiquement du presbytère officiel au pied de l’église).Dans leur jardin (de curé) existait jadis une chapelle minuscule. j’aimerais retracer l’histoire de cette maison et par conséquent retrouver la trace curé qui l’a occupé. A quelle instance ecclésiastique ou historique me conseillez-vous de m’adresser ? Avec cette difficulté matérielle suivante. J’habite assez loin dans les Vosges et la consultation d’archives n’est guère facile.
    En vous remerciant du temps et du soin que vous mettrez à me répondre, veuillez agréer, Monsieur Jedaille, mes plus cordiales salutations.
    Jean-Michel Leblond
    35 chemin du réservoir
    88100 Saint Dié des Vosges
    03.29.51.25.40

    Répondre à ce message

  • Mon école communale 2 avril 2010 14:28, par Gomez Jeremy

    Bonjour, j’ai pris grand plaisir à lire votre article. Vous avez un très beau coup de plume. Je me permet de m’adresser à vous, dans le cadre d’un exercice m’ayant été demandé de faire. Auriez-vous d’autres textes sur l’école en 1930/40 svp ? En effet, il m’a été demandé de tirer un témoignage d’une personne ayant fait des études en ces périodes, puis de retranscrire cet interview sous la forme d’une histoire plaisante à raconter. Par la même occasion, je dois souligner tout au long de mon histoire, les différences entre l’école d’aujourd’hui et celle d’autrefois. En attendant votre réponse, je vous prie monsieur d’agréer mes plus sincères salutations.

    SC

    Répondre à ce message

    • Mon école communale 2 avril 2010 15:05, par Jacques Chedaille

      Je n’ai pas d’autres textes sur l’école en 1930/40.
      A votre disposition si vous souhaitez des textes sur d’autres sujets.
      Je peux aussi en écrire sur mes études de la 6e à la 1re : dans un internat de cours complémentaire c’était assez intéressant.

      Bien cordialement.

      Jacques CHEDAILLE

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP