www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Articles » L’expérience de la mer » Le journal de bord d’un navire

Le journal de bord d’un navire

Un document utile en généalogie pour reconstituer la vie à la mer d’un ancêtre marin


samedi 3 juin 2006, par Jean-Yves Le Lan

Répondre à cet article

Pour le généalogiste, le journal de bord d’un navire peut être un document intéressant à exploiter. En effet, sur ce document le commandant ou un officier du navire note au jour le jour les évènements survenus en cours de navigation.

Pour chaque jour, il reporte les informations nécessaires à la navigation : latitude, longitude, distance parcourue et direction suivie. En plus, de ces informations, intéressant peu le généalogiste, il est possible de découvrir des renseignements sur un ancêtre. On peut y retrouver :

- La description du voyage effectué par le navire et les escales réalisées,
- Les conditions météorologiques en cours de navigation,
- Les rencontres avec d’autres navires et les événements survenus lors de cette rencontre (combat, collision, etc.),
- Le décès et par fois la cause du décès d’un marin.

Les informations générales permettent ainsi de retracer une période de la vie d’un ancêtre et de se faire une opinion sur ce qu’il a vécu, avec de nombreux détails sur le voyage, sur le temps rencontré et sur les évènements maritimes survenus au navire. Dans le cas d’un décès, il permet d’obtenir souvent la date précise du jour de la mort et les circonstances du décès.

Pour illustrer les possibilités offertes par un journal de bord, nous allons exploiter deux journées du navire Le Miromenil. Ce vaisseau frété par la Compagnie des Indes (Compagnie de Calonne), armé par M. Arnous Dessaulsays, est un vaisseau de 500 tonneaux avec 18 canons de 6 livres. Sa destination est le Bengale et son départ a lieu de Lorient, le lundi 9 avril 1786. Le capitaine du navire est le dénommé Claude Thomas Dorvo de Rennes habitant Lorient et le premier lieutenant est Jean François Vignot de Lorient [1].

Dans la première journée du journal de bord, du lundi 10 avril 1786, nous pouvons découvrir les informations suivantes :

- Les navires attendaient que les vents soient favorables pour quitter Lorient (nord-est ou est-nord-est),
- Le Miromenil a tiré un coup de canon pour signaler son départ,
- Le Miromenil a attendu les vents favorables à la pointe nord de l’île de Groix,
- Un pilote a guidé le navire, et celui-ci se dénommait « Misselle »,
- Le Miromenil est parti avec 4 autres navires dont un s’appelait : L’Isle de France,
- L’Isle de France a embarqué des troupes.

Du dimanche 9 au lundy 10 avril 1786



Le dimanche à 1h du matin les vents étant de la partie du NE variable à l’ENE le temps très gras nous avons mis les perroquets en croix et tiré un coup de canon pour le signial d’appareillage et à 10h le pillote nommé Mr Misselle nous à mis dehors pour la mer en droiture ausitôt que le pilotte et plusieurs autres personnes furent partie nous avons fait servir sous les huniers et perroquets de fouque gouvernant à ONO étant de la compagnie des quatres autres navires qui avoit parti avant nous et à 9h du matin l’Isle de France embarqua c’est troupes et mis aussi dehors pour Maurice, toute la nuit même à 6h du matin mis dehors les bonnettes de vent et derrière et la sivadieu le temps très gras et ayant aparence de pluie sur les 11h le temps est devenu clair c’est ce qui nous à fai observé bonne hauteur et j’ai trouvé que la routte mavalu étant corigée par l’observé des observations de mon point de départ qui est la pointe du nord de Groix à l’E/4NE celle du S. à l’E/4SE.

Latitude nord 47° 30’

Différence sud 1° 18’

Latitude arrivée N 46° 12’

Longitude occidental 6° 5’

Différence ouest 2° 15’

Longitude arrivée occidentalle 8° 20’

Routtes corigée mavalu le SO 5° 3’ ouest

Chemin corigé 121 milles ½

Ou 40 lieus 2

La deuxième journée du journal de bord est moins intéressante mais permet d’apprendre toutefois une autre information et de compléter ainsi celles déjà recueillies avec la première journée. C’est ainsi que l’on découvre le nom d’un des autres navires partis avec Le Miromenil : Le Baron de Breteuil.

Du lundy 10 au mardi 11 avril 1786



Toutes voilles dehors les bonnettes hautes et basses à babord très petit frais lamer houleuse à 2h du matin mis dehors le grand foc et la grande voille d’été. Les vents variable à 5h du matin nous avons vu le Baron de Breteuil et les autres vaisseaux qui ont sorti avec nous. Sur les 11 h nous avons porté au Baron de Breteuil. A midy le temps étant couvers et n’ayant pris hauteur j’ai fai valoir la routte étant corigé par lestime ; mavalu le SO/40 5° sud chemin corigé III milles La latitude nord 46° 14’ latitude arrivée nord 45° 4’ Longt ouest 8° 48’ longt arrivée occidentalle 10° 45’.

La lecture d’un journal de bord est souvent fastidieuse car sa finalité est avant tout destinée à la navigation du navire. La majorité de l’information est à caractère maritime, mais l’exploitation globale du journal de bord permet souvent de recueillir des renseignements sur l’environnement qu’a connu un ancêtre et parfois de découvrir un événement très intéressant survenu en cours de navigation. Pour montrer la forme du contenu d’un journal de bord, nous reproduisons ci-après la journée du 11 avril du Miromenil retranscrite ci-dessus (Ce document est détenu par monsieur Christian Galabert). Pour le Miromenil, pour son voyage aller, le journal de bord comprend 86 pages écrites d’une écriture pas toujours facile à déchiffrer avec parfois plusieurs jours par page. Il débute le dimanche 9 avril 1786 et se termine le lundi 21 août 1786.

JPEG - 91.5 ko
Extrait d’une journée du journal de bord du Miromenil

Notes

[1Service Historique de la Défense - département Marine à Lorient - Rôle d’équipage du Miromenil - 2 P 52 - 24.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

16 Messages

  • > Le journal de bord d’un navire 1er juin 2006 08:03, par Jacques Mouly

    Je suis perplexe sur le lien avec la généalogie (ce qui ne veut pas dire que la lecture de ce journal de bord soit ininteressante) ; ce journal est distinct de la liste des équipages ( qui elle renferme des éléments interessants : noms ages fonction à bord,.. ) ; et puis dans l’exemple donné on ne note rien concernant un quelconque événement survenu survenu à un membre de l’équipage ; c’est dommage.

    Jacques Mouly

    Répondre à ce message

    • > Le journal de bord d’un navire 1er juin 2006 08:05, par Jean-Yves Le Lan

      Bonjour,

      Les journaux de bord des navires ne permettent effectivement pas de faire sa généalogie. Mais sur certains on y trouve des informations très intéressantes et en particulier concernant les décès. Ce n’est pas le cas du Miromenil car il y a eu un seul mort à bord(pendant le voyage de retour) donc non relaté dans le journal de bord du voyage aller. Les rôles d’équipages (liste de l’équipage) donnent effectivement plus d’informations de type généalogique : nom, prénom, âge, lieu de naissance et filiation parfois.

      Par contre un journal de bord est intéressant pour connaître l’environnement qu’a connu un ancêtre lors de la navigation. Il offre la possiblité de remettre en situation le marin dans sa vie à la mer au quotidien (manoeuvre du bateau, mouillage dans les ports, etc.). Il ne faut donc pas s’attendre à avoir toujours des renseignements sur un personnage mais plutôt sur les situations qu’il a rencontrées( tempêtes, îles, navires, etc.). Le journal de bord doit être pris comme l’un des éléments d’archives pour reconstituer la vie et surtout le cadre de vie d’un ancêtre marin. A cette époque, il n’y avait pas de photographie ( sur certains navires, il y avait parfois un dessinateur), c’est donc la seule vision qui nous reste du voyage avec éventuellement des récits de voyage.

      J’ai indiqué que ce document était utile à ceux qui font leur généalogie car souvent ils poursuivent au-delà des noms et des dates d’un arbre généalogique des essais de reconstitution de la vie de leurs ancêtres.

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

      • > Le journal de bord d’un navire 14 juillet 2006 20:48, par Hélène

        Bonjour,
        Je m’adresse à vous car je voies que vous êtes expert en ce qui concerne la vie à bord des bateaux.
        Je cherche comment trouver l’acte de décés d’un ascendant qui serait décédé à bord du bateau qui le ramenait de Baltimore en France le 19 juillet 1863 .
        Il était maître d’hôtel chez une comtesse partie aux Etats Unis et rentrait chez lui en France, il était passager et non marin.
        Il n’y a pas eu de transcription sur les registres de son lieu de naissance.
        Est-ce le port d’arrivée qui enregistre le décés ou existe-t-il une autre procédure ?
        Merci d’avance pour votre réponse

        Répondre à ce message

        • > Le journal de bord d’un navire 19 juillet 2006 15:57

          Bonjour,

          Normalement si votre ancêtre est décédé à bord du navire. Son décès est noté sur les documents du navire pour la traversée (journal de bord et liste des passagers). Son décès aurait dû être reporté sur les registres de décès de son lieu de naissance mais vous n’avez rien trouvé. Avez-vous cherché plusieurs après son décès ?

          Vous pouvez consulter le site (s’il était sur un bateau français) : http://www.frenchlines.com/passager_index_fr.php mais je ne vois de départ de Baltimore en 1863.

          Bonnes recherches

          Bien cordialement

          Jean-Yves Le Lan

          Répondre à ce message

          • > Le journal de bord d’un navire 14 septembre 2006 16:50, par Hélène

            Epilogue :

            J’ ai reçu hier 13 septembre des AD76 (gracieusement) la photocopie du registre d’ état-civil du Havre avec la transcription, en date du 7.9.1871, de la déclaration faite au consulat des Etats-Unis en date du 20.8.1863 pour un décès en date du 19.7.1863 à bord du bateau FW Brune dont je vous donne un extrait :

            "Qu ’il soit connu et rendu évident à tous ceux que cela doit ou peut concerner que ce vingt août mil huit cent soixante trois, comparurent en personne devant moi James Putnam, Consul des Etats-Unis pour le port d’ arrondissement du Havre, D.C. Landie Capitaine, B.B. Landie troisième officier du navire F.W. Brune de Baltimore et jurèrent que François Lagroue, natif de France, passager de chambre qui avait embarqué au susdit Baltimore dans un très mauvais état de santé décéda.
            Que durant le court moment qu’ il resta à bord dudit navire, tout soin et toute attention lui ont été donnés, que ses restes ont été livrés à l’ abîme avec toute la solennité qui leur étaient dûs, ses effets ont été dument déposés entre les mains du Consulat des Etats-Unis en ce port..."

            J’ ai chaleureusement remercié la personne qui s’ est occupée de cette recherche pour sa persévérance et son efficacité !

            Peut-être cela pourra servir à d’ autres.
            Encore merci pour votre aide
            Hélène

            Répondre à ce message

  • > Le journal de bord d’un navire 1er juin 2006 08:06, par Michel Guironnet

    Le Journal de Bord d’un navire, d’après ce que je lis dans votre article, peut s’assimiler au Journal de Marche d’un Régiment : même si on ne parle pas de « son » soldat, on peut connaître ce qui est arrivé (combats, exercices...)alors que l’on sait que son ancêtre était présent (grâce au registre matricule) Pour reconstituer la vie de nos ancêtres, il faut pister toutes les traces et parfois une annotation anodine ouvre un nouveau champ de recherches ! Cordialement.

    Répondre à ce message

    • > Le journal de bord d’un navire 1er juin 2006 08:07, par Jean-Yves Le Lan

      Bonjour Michel,

      Vous avez raison un Journal de Bord d’un navire est à rapprocher d’un Journal de Marche d’un régiment. Ces documents permettent de compléter les informations sur le quotidien de nos ancêtres marins ou soldats. J’ai repris un peu le texte pour tenir compte des observations de Jacques Mouly.

      Bien cordialement

      Jean-Yves

      Répondre à ce message

  • > Le journal de bord d’un navire 4 juin 2006 17:42, par Gérard Giraud

    Le journal de bord est il lui aussi classé aux archives du quartier maritime du bâteau ?
    Par ailleurs un marin ayant 26 ans de navigation dont prés de 10 ans à l’Etat (médaille de Crimée) mais décédé en mer à 38 ans, est il beneficiaire de « demi-solde » en reversion à sa veuve et son fils agé de 10 ans ?
    Bravo pour vos articles qui m’ont personnellement trés interessé.
    Gérard

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Les journaux de bord des navires sont dispersés dans les centres d’archives suivants les catégories de navire et les époques. Il y a des journaux de bord aux Archives nationales à Paris, dans les différents centres des Archives départementales, au Services Historiques de la Défense dans les différents départements (Vincennes, Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort et Toulon), aux Archives nationales de Maurice, etc.

      Dans le cas du Miromenil, le journal de bord est détenu par un particulier.

      Concernant la « demi-solde », pour en bénéficier, il fallait remplir les conditions suivantes :
      - Etre inscrit maritime,
      - Etre âgé de 50 ans,
      - Avoir effectué 25 ans de service civil ou pour l’état.

      Le marin, que vous citez, ne remplit donc pas les trois conditions en particulier, il n’avait que 38 ans. Mais il se peut que sa veuve ait perçu une pension. J’ai vu plusieurs fois dans les documents d’archives, des décisions de pensions versées aux veuves. Mais je n’ai pas fait d’études sur la période de la guerre de Crimée et je ne peux donc vous répondre avec certitude.

      Il faudrait que vous consultiez les bulletins des lois les années après le décès. Mais c’est une recherche un peu longue car il n’y a pas de répertoire par nom et il faut passer en revue de longues listes de noms. Il existe des CD-Rom des pensionnés, vous pouvez peut-être les consulter ?

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

  • Le journal de bord d’un navire 11 juin 2009 21:32, par Rachel LE SAUX

    Bonjour,
    Si j’ai bien compris que de tels documents avaient leur importance pour retracer le parcours d’un ancêtre, je ne sais toujours pas comment les retrouver. En ce qui me concerne je suis à la recherche des journaux de bord de bateaux ayant navigué entre 1885 et 1890 (Le Décrès, La Vire, Le Fabert, Le Requin).
    Bien cordialement.

    Répondre à ce message

    • Le journal de bord d’un navire 12 juin 2009 07:35, par Jean-Yves Le Lan

      Bonjour,

      Les journaux de bord sont conservés aux Archives nationales à Paris (fonds Marine), au Service historique de la Défense (dans les différents centres : Vincennes, Cherbourg, Toulon, etc.), dans les Archives départementales dans la série B de l’Amirauté et aussi chez des particuliers comme le journal de bord qui fait l’objet de cet article. La réponse n’est donc pas toujours simple et surtout pas unique.

      Il me semble que les quatre navires que vous citez étaient des navires militaires et pour la période (1895-1890) il vous faudra probablement chercher les journaux de bord au Service historique de la Défense (série 2C) mais je ne possède pas d’inventaire et je ne peux donc pas vous orienter vers un centre. Suivant le port où était affecté le navire vous pouvez avoir une idée du lieu de conservation des journaux de bord.

      Mais si vos navires, on fait plûtot des missions scientifiques les journaux peuvent-être aux Archives nationales (sous-série Marine 5JJ).

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

      • Le journal de bord d’un navire 8 juillet 2013 17:39, par Hélène Carcenac

        Bonjour,
        Merci pour votre intéressant article. Je suis à la recherche du journal de bord de l’aviso colonial Rigault de Genouilly pour la période 1935-1937.
        Auriez une idée de l’endroit où m’adresser ?
        Cordialement
        Hélène Carcenac

        Répondre à ce message

  • Le journal de bord d’un navire 16 août 2010 20:24

    Ma grand-mère est née en 1893 sur un bateau qui ramenait ses parents du Brésil.... On lui a donné le nom du bateau : Provence ! Je cherche désespérément les archives, le journal de bord de ce bateau qui appartenait à la SGTM V.Où trouve-t-on les archives de ces journaux de bord ? FrenchLines ne les a pas !

    Merci de me donner d’autres pistes si vous en voyez !

    HGinestar

    Répondre à ce message

  • Le journal de bord du vapeur Formosa en 1921 23 octobre 15:09, par claude caillat

    Bjr,

    Mon ancêtre est DCD en juin 1921 sur le vapeur Formosa qui le ramenait de Buenos Aires à Marseille et la lecture du livre de bord pourrait me donner des indications sur les causes de son décès et sur son adresse en Amérique du Sud.

    J’ai trouvé le livre de bord de 19+22 aux archives de la CCI à Marseille mais pas celui de 1921.
    Je sais seulement que le capitaine s’appelait Balthazar Allemand.

    Avez-vs une idée pour m’aider ?
    Merci d’avance.

    Claude Caillat

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |