www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Chroniques de nos ancêtres » L’assassinat du garde forestier Jean Dechame, en 1812, à St-Remèze

L’assassinat du garde forestier Jean Dechame, en 1812, à St-Remèze

Que s’est-il vraiment passé ?


jeudi 6 octobre 2016, par Alain Charmasson

Répondre à cet article

L’histoire qui suit n’a jamais été bien élucidée, les anciens en ont beaucoup parlé, mais le déroulement des faits reste incertain.
Dans cette fin du XVIIIe, début du XIXe siècle, à Saint-Remèze (Ardèche), vivait un garde-chasse nommé Jean Dechame. De nature très coléreuse, il ne pouvait supporter que la loi soit bafouée ; c’est ainsi qu’il avait verbalisé son épouse prise en flagrant délit en train de ramasser de l’herbe dans une parcelle interdite.

Le patronyme Dechame était très répandu à Saint-Remèze (Ardèche), huit familles portaient ce nom et chacune avait un sobriquet. Ainsi, Jean Dechame était surnommé Marjal ou Marzal, d’après le nom d’une graminée.

JPEG - 290.6 ko
La route de Saint-Remèze

Ce garde forestier était né à Saint-Remèze le 12 août 1764 et il est décédé le 15 janvier 1812, jour de son assassinat.

Ce matin-là, il se trouvait à l’endroit actuel de l’aven Marzal, avec son chien. Depuis quelque temps, il guettait un braconnier nommé Jean François Boulle, propriétaire du mas de Beauregard. Ce même jour, celui-ci se trouvait dans les parages en compagnie de son jeune berger, Nicolas Lunel, originaire de Bidon.

Vers le milieu de la matinée, les deux hommes Boulle et Dechame se sont trouvés face à face. La colère a très vite monté et la poudre a parlé : Jean François Boulle venait de tuer le garde-chasse et son chien. Ensuite, il les a jetés dans un trou (l’aven Marzal actuel) devant les yeux horrifiés de Nicolas Lunel, son berger.

Peu de temps après, lors d’une battue, les corps du malheureux et de son chien furent retrouvés.

JPEG - 273.3 ko
Le squelette reconstitué du chien du garde forestier est présenté, de nos jours, à l’intérieur du gouffre de l’aven Marzal.
L’acte de décès de Jean Dechame :

L’an 1812, le dix neuf du mois de janvier par devant nous Jean Antoine Madieu maire et officier de l’état civil de la commune de St-Rémèze, département de l’Ardèche, canton de Bourg Saint-Andéol, sont comparus Jean Louis Dejour demeurant à St-Remèze, profession de cultivateur, qui a dit être beau frère du défunt, et Antoine Dechame, profession de cultivateur, demeurant à St-Remèze, qui a dit être cousin du défunt lesquels nous ont déclaré que Jean Dechame, âgé de 45 ans, profession de garde forestier, demeurant à St-Remèzin, mari de Cécile Mancuer, est décédé le quinze du mois de janvier courant l’heure de six du soir audit St-Remèze. Et les déclarants ont dit ne savoir signer de anquis et requis.
Source : AD de l’Ardèche, Saint-Remèze, Etat civil, Décès 1803-1812, vue 101/114).

Plusieurs versions existent

Nous savons que cela s’est réellement passé le 15 janvier 1812, cependant plusieurs versions ont été dites sur la suite de cette affaire.

D’après Charles Boulle, ancien maire de Saint-Remèze, Jean François Boulle aurait plaidé la légitime défense devant le tribunal de Nîmes. En effet, selon lui, les deux hommes auraient mis en joue en même temps et il aurait été plus rapide pour tirer... Ce qui lui aurait valu d’être acquitté. Cette version est assez difficile à croire car, à cette époque, un crime contre l’autorité vous garantissait la guillotine (on guillotinait d’ailleurs pour moins que ça !).

Mais, un article évoquant cette affaire, paru il y a fort longtemps dans le Dauphiné Libéré, disait que le jeune berger aurait parlé de cette histoire longtemps après, sur son lit de mort, peu avant le 26 septembre 1859. Toutefois, d’après une autre source, le jeune berger aurait dénoncé son maître juste après le crime.

Quelle est la version exacte ? Le saurons-nous un jour ?

Jean Dechame était le fils de Pierre Dechame et de Marguerite Saladin, de Saint-Marcel-d’Ardèche. Il était l’époux de Cécile Maucuer et leur fils Jean a fait souche à Saint-Remèze.

Jean François Boulle, né le 21 février 1760, était l’aîné de douze enfants. Il était le fils de Jean François Boulle et de Jeanne Dallen. Il avait épousé Marguerite Chenivesse de Gadix, petit hameau du village de Gras, et il était le père de six enfants. Il est décédé le 5 décembre 1824.

Nicolas Lunel, dit Coulaud, né en 1796 à Bidon (Ardèche), épousa Marie Elisabeth Soufletel, originaire de Bagnols-sur-Cèze. Ils s’installèrent à Saint-Remèze où il exerça la profession de cabaretier. Il est décédé le 26 septembre 1859.

J’ai pu localiser les trois acteurs de cette triste affaire grâce aux études généalogiques publiées par Martin Charmasson (1781-1859), expert géomètre. Celui-ci avait établi la généalogie de toutes les familles de Saint-Remèze de 1650 à 1850.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

13 Messages

  • Bonjour , Alain
    Si procès il y a eu ,il aurait dû se dérouler plutôt aux Assises de l’ Ardèche,me semble-t-il.Mais il faudrait vérifier dans les deux départements, dans les archives judiciaires . Si on n’y trouve rien , il se pourrait bien que l’affaire ait été étouffée .Rien ne laisse penser dans l’acte de décès à une mort suspecte .Le berger aurait pu parler et ne pas être écouté ou parler après le décès du présumé coupable ...La famille Boulle était honorablement connue .Bien cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

    • Bonjour Martine, Je vous remercie de votre message et de vos conseils, j’en tiendrai compte. D’après les témoignages que j’ai eu je ne pense pas que l’affaire ait été étouffé. C’est vrai, la famille BOULLE était importante, mais il y avait pas mal de jalousie ? Dans l’acte de décés de Jean DECHAMES il n’y a aucun commentaire ? Je vais fouiller dans les Archives judiciaires du gard et de l’Ardèche, mais j’ai peut être une piste que je vais essayer d’exploiter, mais je ne tiens pas en parler pour l’instant. Bien Cordialement. Alain

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Une piste à creuser :

    Dans le « Dictionnaire des arrêts modernes en matière civile et criminelle, de procédure et de commerce. Tome 2 » par Loiseau et Dupin, édité en 1814 ; on lit page 68 :

    « II. Les violences exercées à main armée contre les gardes forestiers des communes, agissant légalement dans l’exercice de leurs fonctions, sont de la compétence des cours spéciales.
    …/.. Arrêt du 5 mars 1812 au rapport de M. Oudart, confirmatif d’un arrêt de compétence de la cour impériale de Grenoble.
    Arrêt du 2 juillet suivant, au rapport de M. Ralaud, confirmatif d’un arrêt de compétence de la cour impériale de Nismes, contre Jean-François Boulle. »

    Il faut donc voir du côté des archives judiciaires du Gard.
    A suivre.

    Cordialement.
    Michel Guironnet

    Répondre à ce message

    • Je vous remercie de votre message, je me suis rendu aujourd’hui à Nimes et sans succés, dans l’arrêt du 2 juillet 1812, il n’y avait rien concernant cette affaire.
      Par contre je viens de recevoir aujourd’hui un courrier des AD de Nismes qui me dit que cette affaire figure dans l’arrêt
      du 13 juin 1812, par ailleurs l’arrêt nous apprend que cette affaire Boulle/Dechames avait fait l’objet d’un premier jugement par le tribunal de première instance à Privas.
      Je vous tiendrai au courant de la suite. Merci, cordialement. Alain

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    L’Ardèche, ayant été, pendant la Révolution, très fortement divisée entre Royalistes et Républicains, il se pourrait que, pour ce crime, une simple broutille ait réveillé des rancœurs datant de cette période troublée qui n’était pas si lointaine(seulement 10 ans). Le fond Mazon, disponible sur le site des AD de l’Ardèche et très complet concernant la Révolution, pourrait nous en apprendre beaucoup sur le contexte de l’époque à St-Remèze.

    Répondre à ce message

  • bonjour
    je suis un descendant de jean francois boulle vivant au quartier beauregard a st remeze (le dernier jean francois boulle est mort à la guerre de 1914 2 jour apres y être arrivé sa sœur c’est marié avec marcel dumas mon grand père ) et je suis bien sur tres interesé par cette affaire
    si vous avez des informations je suis preneur
    merci beaucoup
    christian dumas
    domaine de beauregard 07700 saint remeze
    tel 0634330986 mail : christiandumas@aol.com

    Répondre à ce message

  • Les archives des Eaux-et-Forêts, et notamment les dossiers du personnel, permettraient peut-être de compléter vos informations. Cette piste est-elle à creuser au niveau national ou du département ? Je ne crois pas que ces archives soient disponibles en ligne.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Ce fait divers me remet en mémoire une histoire similaire que j’ai entendu dans le petit café de village que tenait mes parents.
    Dans les années 50 j’écoutais dans ledit bistrot, des conversations parfois alcoolisées où des protagonistes belliqueux « voulaient lui faire subir le même sort comme au garde du comte (de Meffray de Césarge à Maubec en Isère) »
    Ces souvenirs sont restés enfouis dans ma mémoire jusqu’au jour où je me suis demandé si cette histoire avait vraiment un commencement de vérité.
    Internet m’a permis de découvrir qu’effectivement le garde particulier du comte de Meffray avait bien été retrouvé mort le 14 octobre 1816 sur la commune de Chezeneuve (mon village natal)
    L’acte de décès nous dit que Denys Cordival âgé d’environ 40 ans disparu depuis le 12/10/1816 a été trouvé assassiné aux confins des communes de Chezeneuve et Maubec (Isère)
    C’est malheureusement tout ce je connaît de cette affaire et en particulier si un ou des coupables furent découverts
    Acte de décès : Archives départementales de l’Isère et du Dauphiné image :96 cote : 9NUM/5E103/4
    Bien cordialement,
    Jean-Paul Bouvard

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |