www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Album photo » Entraide photographique » Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît !

Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît !


jeudi 27 septembre 2012, par Arlette Renaud-Boué

Répondre à cet article

Une petite photographie (format 85mm x 60mm), trouvée dans les archives familiales, attise notre curiosité.

JPEG - 204.3 ko

D’après nos informations, nous supposons qu’elle a été prise avant 1929. Nous avons bien connu notre grand-mère (°1872 - †1964) – ici, au milieu du cliché – mais pour ce qui est de notre grand-père (°1865 - †1931), si désormais nous avons pu reconstituer les grands traits de son histoire, nous avons toujours cru ne jamais posséder aucune photo lui. Après avoir abandonné le domicile conjugal, il termina sa vie misérablement quelques années plus tard à l’hôpital Saint-Joseph de Nantes (inhumation dans le carré des indigents au cimetière du même nom). Cependant par sa fiche militaire, nous le savons de petite taille. En zoomant, nous voyons nettement que le voisin de Joséphine a passé son bras derrière elle et nous nous prenons à rêver d’avoir ENFIN trouvé une photo de cet ancêtre énigmatique.

JPEG - 90.2 ko

Jean et Joséphine, qui vivaient ensemble depuis 1904, ne s’étaient mariés à Nantes qu’en 1911. À notre connaissance, ils vécurent dans cette ville et ses environs à Orvault et Pont-du-Cens.

Joséphine, native de Toulon, était handicapée. Sur les rares photos en notre possession, elle paraissait toujours triste et plus vieille que son âge. Sur celle ci-dessus :

- Dans l’angle de la pièce il semblerait qu’une étoffe de couleur noire ait été posée.
- Sur le mur principal, on devine un drap également noir et le reflet d’un flash portatif de l’époque. - La table est décorée de centres de table floraux ; on note un même gobelet par personne.
- Hormis la jeune femme souriante qui pourrait être au service de l’établissement, les personnages sont vêtus de couleurs sombres.

Ce qui nous intrigue c’est que seule notre grand-mère a devant elle une sorte de torchon plié et roulé et nous pensons voir comme un papier glissé sous sa bague.

JPEG - 13.6 ko

Passionnés, nous avons continué à passer en revue les photographies transmises de génération en génération. Nous nous sommes arrêtés sur un cliché de format 90mm x 140mm.

JPEG - 238.5 ko

Au dos, en lettres d’imprimerie :

CARTE POSTALE – Correspondance – partie illisible se terminant par … et Cie Paris.

Deux inscriptions de la main de notre tante, « Mon père et Gustave Thoret avec sa pipe », nous confirment qu’assis au premier rang, marqué d’une croix, il s’agit bien de Jean [1], notre grand-père

JPEG - 45.1 ko

et sous l’autre croix, au dernier rang, de Gustave, un collègue.

JPEG - 15.8 ko

Hasard de la vie, Gustave est-il devenu un intime de la famille car douze ans après le décès de Jean, ledit Gustave âgé de 57 ans épouse notre tante âgée de 37 ans ? Par leurs actes d’état civil respectifs l’un est déclaré serrurier, l’autre brossier.

En octobre 2007, les amis de La Gazette de Thierry Sabot – que nous remercions une nouvelle fois – avaient fait preuve d’une observation particulièrement pertinente relative à une photographie de ma grand-mère. Nous avions été stupéfiés par les suppositions détaillées qu’elle avait suscitées.

L’entraide et la persévérance faisant souvent des miracles en généalogie, peut-être :

- que de judicieuses remarques nous éclaireront sur la nature de la cérémonie de la première photographie ;
- que certains détails qui pour l’instant nous échappent nous guideront sur l’année et le lieu approximatifs de la manufacture de la seconde ;
- et que des témoignages nous apporteront quelques évidences sur les coutumes et habitudes de l’époque.

Merci à tous pour votre aide...

Notes

[1Jean François Gustave RENAUD (°1865 - †1931),
Mars 1886 : engagement volontaire dans l’armée
1889 n’a pas répondu à la convocation de la classe pour la 2e période d’exercice (déclaré insoumis)
07/02/1890 : Saint-Nazaire
26/03/1890 : Paris, Saint-Denis
24/08/1892 : Vannes, rue du Commerce
07/09/1892(?) à Tours
17/01/1894 : Elbeuf - Rouen Sud
26/11/1894 : Béziers (vagabondage)
1903 à 1907 : Toulon
1907 à 1931 : Nantes

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

42 Messages

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 28 septembre 2012 08:35, par PUYSSÉGUR Françoise

    bonjour,

    je ne suis pas de la région donc pas très au fait des traditions, coutumes et festivités du coin , mais ma mère et ma grand-mère avaient l’habitude de mettre sous leur alliance les tickets (autobus, entrée d’une manifestation quelconque cinéma dans l’arrière salle du café de la comunne ,bal, fête parroissiale....)

    Si ce cliché a été pris par un « professionnel »(ombre sur le mur)le matériel devait coûter cher à l’époque. Il s’agit peut-être d’un jounaliste qui immortalisé un moment important et publié dans le journal local. Je pense que vos aïeux sont le centre d’interêt ils posent, rapprochés tournés vers l’objectif.

    Tant qu’au tissus pendu, je penche pour le manteau de l’une de ces dames.

    Désolée, beaucoup de suppositions et peu de réponses, je vous souhaite une bonne enquête !!

    Cordialement
    F. Puysségur

    Répondre à ce message

    • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 29 septembre 2012 11:46, par Arlette Renaud-Boué

      Merci ; comme vous nous penchions sur l’idée qu’ils étaient le centre d’intérêt de cette tablée.

      Répondre à ce message

    • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 29 septembre 2012 22:43, par Gérard Zumbiehl

      Je ne pense pas que ce soit la photo d’un journaliste, ni d’un photographe professionnel (les deux auraient pu avoir, effectivement, un flash (coûteux) à leur disposition. Je pencherai pour un amateur « éclairé » (si je peux me permettre cet adjectif). Dans les années 40 mon père faisait de telles photos à l’aide d’un éclair produit par la combustion -rapide et vive- d’un sachet de poudre de magnésium vendu, dans ce but, dans le commerce photo. Ici, l’appareil, sur pied, devait être à la hauteur d’une personne debout (correspondance avec les ’fuyantes’ du cliché). Mais -comme bien souvent- le ’flash’ était bien plus haut, au bout d’un manche à balai ! Voyez les ombres portées des 1re pers. à droite, ainsi que des timbales. Sur 12 pers. il n’y en a que 1 ou 2 qui ne regardent pas l’objectif, les autres y ayant été ’invitées’ par un bras levé tenant une casquette (ou autre couvre-chef) et se trouvant devant le ’flash’ d’où son ombre portée sur le mur !
      Quant au ’rideau noir’ c’était pour assombrir (de jour !) suffisamment la pièce pour ne pas impessionner la pellicule (ou plaque ?) pendant la prise de vue qui doit se faire avec une courte ’pose’.
      Tout cela ne résoud pas vos 1res demandes, mais donne peut-être un ’éclairage’ pour résoudre d’autres ’énigmes’ ...
      Bien à vous
      Gérard Zumbiehl

      Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 28 septembre 2012 14:52, par CARLES Gérard

    Bonjour.

    Deux détails sans grande importance, mais...!
    Cette tenture noire sur le mur masque presque une grande fenêtre (une partie est visible en bas)et les marques de dossiers de chaises sur ce même mur laissent à penser que cette pièce devait par moment être utilisée comme salle de danse.
    Les chaises, lors de ces moments étaient le plus souvent plaquées contre le mur pour les non-danseurs comme cela existait il n’y a pas très longtemps. Rien de bien important donc, mais cela vous le saviez surement déjà !
    Amicalement

    Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 28 septembre 2012 15:08, par A.Bregéras

    AMICAL BONJOUR,

    Le rideau noir est bien là, pour masquer la fenêtre et augmenter la qualité de la photo au flash !

    Quand au motif de cette réunion,il y a des fleurs sur la table,mais surtout les cravates et costumes sont sortis pour « marquer » l’événement,qui a du être plutôt heureux !

    La position des personnages quelque peu « fiers » me rappelle les photos de nos anciens,toujours très « posés » !
    Cordialement,AB

    Répondre à ce message

    • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 29 septembre 2012 09:38, par Pannetier Christine

      Bonjour,
      Cela peut aussi bien être la « table des anciens » au banquet d’un mariage (ou d’un baptême). Le rideau masque une fenêtre qui donne à penser que le reste de la salle est bien plus important.
      je pense aussi à une possible réunion de conscrit(e)s avec leurs conjoints. Pour ceux nés la même année, donc à l’école ensemble, voir partis au service militaire et/ou à la guerre au même moment. Voir si cela peut correspondre à l’époque. Cordialemement

      Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 28 septembre 2012 16:09, par Pasquis-Heyer

    Bonjour,
    On ne fait pas de photo lors du repas après un enterrement... et on sourit pas au photographe.
    Le couple de vos grands-parents se trouve bien au milieu de l’assemblée (comme les mariés) ... ne trouvez-vous pas que votre gd-mère montre ostensiblement son alliance ? Ne trouvez-vous pas qu’elle se serre affectueusement contre son époux qui l’enlace discrètement, comme pour dire :« tant d’années de mariage (50 ? à vérifier avec les dates en votre possession) et nous nous aimons toujours » ?
    C’est une photo officielle. On a fait venir un photographe avec son flash pour l’occasion. Il y a certainement eu des invitations... et peut-être un placement des convives ?
    La place des convives est également importante. A côté de la « mariée » peut-être son frère (en avait-elle un ?) et son épouse ?
    La vieille femme à côté de votre grand-père, semble ne pas se sentir concernée par l’évènement de la photo, les 2 autres femmes par contre si... Avait-il des soeurs ? Des cousines ?
    L’homme plus jeune en face du couple, peut-il être leur fils ? Et la toute jeune femme, leur petite-fille (qui a quitté sa place pour bien paraître sur la photo) ?
    Le reste de l’assemblée est en tenue plutôt festive.
    Je penche donc pour un anniversaire de mariage. Où ? Pas la moindre idée. Dans la salle des fêtes du lieu ?
    Bonnes recherches.
    A-M

    Répondre à ce message

    • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 29 septembre 2012 11:38, par Arlette Renaud-Boué

      Intéressant votre première observation : pas de photo après un enterrement ! Donc on oublie cette hypothèse.
      Oui la première chose qui m’a « sauté aux yeux » c’est cette impression que notre grand-mère « montrait sa bague ». Pour l’avoir connue, nous savons qu’elle était fort discrète, ne se mettait jamais en avant, toujours très effacée. Nous avons tout d’abord pensé à leur mariage qui eu lieu le 16 septembre 1911 à Nantes (lui 46 ans, elle 39 ans). Même si notre G-M a toujours paru plus vieille que son âge, là lui comme elle semblent avoir plus que 46 et 39 ans (?). Quand ils se sont mariés ils avaient déjà deux filles de 7 et 5 ans. Leur 3e enfant, un garçon, est né en 1912. Ils étaient de condition modeste : à part une alliance, une bague devait être du luxe.

      Répondre à ce message

      • si leur fils est né en 1912 et que la photo date d’environ 1929, ce n’est pas lui à gauche de la photo en face d’eux... peut-être un gendre ?
        Vous dites 2 filles de 5 et 7 ans en 1911. Ca les fait naître vers 1904 et 1906, donc en 1929, elles avaient ca 23 et 25 ans... C’est peut-être l’une d’elles derrière eux ?
        La photo n’a pas été prise dans un café ou un restaurant. La salle a l’air très improvisée. J’en reste á une salle des fêtes, où avaient peut-être lieu des bals ?

        Voilà tout ce que je peux vous dire sans rien connaître à votre arbre. A vous de comparer les dates et voir qui peut-être qui.
        Cordialement.
        A-m

        Répondre à ce message

    • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 29 septembre 2012 11:57, par Arlette Renaud-Boué

      Pour elle ni frère, ni soeur, elle était née de parents inconnus et avait vécu en Provence jusqu’en 1906. Pour lui, oui de la famille à Nantes, Orvault,... mais par nos recherches généalogiques, ni frère ni soeur connu à ce jour.

      Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 28 septembre 2012 19:28, par Agnès HECTOR

    Bonjour,

    Pour ce qui me concerne, je trouve que la personne la plus intrigante est la femme jeune et souriante de cette photo est habillée comme une « Miss », vêtement qui semble « lamé », maquillage, mise en plis, bijoux voyants ; il me semble même qu’elle a une écharpe et un brassard.
    Les autres personnes ne mangent pas et il n’est pas prévu qu’elles mangent, car il n’y a ni assiettes, ni couverts. Elles sont toutes âgées, assises et correctement habillées. La plupart ont conservé un couvre-chef à l’intérieur (signe d’impolitesse, à ma connaissance) ; elles sont donc simplement installées pour boire un verre ; pour l’élection de la « miss » à la salle des fêtes ?

    L’autre photo montre manifestement la cour d’une usine avec le patron, bien habillé, et les deux contremaîtres à casquette ; sur la droite, je pense qu’il s’agit du tableau pour pointer ou pour les livraisons.
    Seulement trois femmes mais aussi un enfant en bas à droite. Il y a une quarantaine d’ouvriers ; c’est suffisament important pour pouvoir en retrouver la trace.

    Bonnes recherches.

    Répondre à ce message

  • J’ai l’impression que cette photo n’as pas été prise par un professionnel, car la photo est mal cadré, certaines personnes sont coupé.
    Ce qui m’intrigue aussi c’est que certains personne ne regardent pas le photographe, ceux du fond regarde a coté !

    Répondre à ce message

    • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 29 septembre 2012 09:28, par monique simon

      Je doute un peu que la photo ait été prise avant 1929. La seule jeune personne de l’assemblée semble moderne pour cette époque, elle ressemble davantage aux jeunes filles de 1940/1945 ne serait-ce que par la coiffure. Elle paraît avoir un brassard ???

      J’ai des photos des années 1925/1930 où les femmes ont soit des chignons, soit des cheveux très courts « à la garçonne ».

      Effectivement on glissait souvent les tickets de bus ou autres dans une bague ou dans l’alliance.

      Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 29 septembre 2012 09:19, par Pannetier Christine

    Bonjour,
    au sujet de votre grand-mère, elle a les mains posées sur son sac à main, sac en cuir, qui se fermait sur le dessus avec des petites barres métalliques qui se clippaient ... désolée, je ne connais pas les termes adéquates, mes grands-mères avaient ce genre de sac à cette même époque.
    Pour le « torchon roulé », je pense plutôt à une « serviette de table » non dépliée sur ses genoux, contrairement aux autres convives. Une de mes grands-mères vendait des articles similaires.
    J’ai aussi des clichés de cette époque, même sur les photos de mariage, les visages sont très sérieux. Le sourire pouvant être assimilé à de la séduction et le rire considéré comme vulgaire ... si, si
    Merci de nous partager cette tranche de vie.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je ne sais pas si cela peut vous aider, mais je pense qu’il pourrait s’agir d’un repas d’anciens.
    Moi-même j’ai servi ces retraités où un repas était servi toutes les fins d’années par l’entreprise qui les avait employés. (cela existe encore)

    Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 29 septembre 2012 12:02, par corinne lebeau

    Pour la 1re photo :

    La jeune femme peut tout simplement porter une robe fleurie à petits motifs floraux sur fond très clair ce qui peut être trompeur sur la qualité du tissu. Elle semble porter au bras 2 élastiques (?) avec un papier (?) glissé dessous. Pour le grand tissu sombre, je pencherais également pour un rideau. Le tissu accroché au fond de la salle pourrait être une veste ou un manteau. La dame juste devant n’est vêtue que d’un gilet ce qui dénote avec les autres personnes qui semblent vêtues plus chaudement. La présence de décorations florales sur la table donne un petit air festif.

    Avec ces éléments et le fait que les personnes photographiées sont toutes d’un certain âge, je me demande s’il ne s’agirait pas là d’un « repas/goûter des anciens » un peu dans le style de ceux qui sont encore organisés aujourd’hui au moment des fêtes.

    Concernant la 2e photographie :

    Fait assez rare pour être souligné : un des ouvriers est noir. En France métropolitaine et à l’époque dont semble dater la photographie, ils ne devaient pas être légion.

    Au vu de vos notes concernant votre grand père, vous savez où il vivait à différentes périodes. Avez-vous pensé à regarder les recensements ? Pour les plus complets (exemple 1906) la profession du recensé et le nom de son employeur sont précisés.

    Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 29 septembre 2012 18:19, par Poujade Lucette

    Bonjour,

    Je crois qu’il s’agit d’une assemblée d’anciens, dans une salle peut-être communale. Je dirais que cette photo a été prise dans les années 1950-1960 vu la robe que porte la jeune fille souriante et sa coiffure. Elle porte une écharpe et peut-être un brassard. Une Miss locale récemment élue ? La seconde personne assez jeune, est sans doute la serveuse, il semble y avoir des tasses à café sur la table.
    Beaucoup de personnes triturent leur bague machinalement, je ne pense pas qu’il faille y voir un signe. Souvent ce sont les tickets de bus que les femmes mettaient sous l’alliance, avant qu’ils ne soient cartonnés. Quand à l’homme à lunettes, le maire ?
    Cordialement,
    L.P.

    Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 29 septembre 2012 22:19, par Philippe Page

    Bonsoir,

    Se pourrait-il que cette réunion ait lieu à l’occasion de commémoration du 11 Novembre. La municipalité ayant invité les citoyens à se retrouver pour un pot offert ou un vin chaud ?
    L’idée du mois de novembre en raison du type de vêtements porté.

    Salutations,

    Philippe

    Répondre à ce message

  • les vieux clichés 29 septembre 2012 22:40, par christiane.dathis@wanadoo.fr

    Bonsoir,
    Je suis née en 1944, mon souvenir de ma mére était de mettre un ticket ou autre dans son alliance. Je n’ai pas oblié cela.
    J’ai toujours vu ma grand mére en noir. Jamais de la couleur.
    Ch. d’ATHIS

    Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 30 septembre 2012 09:46, par jacques Lépine

    Un petit rectificatif : il est évident que la grand mère a la main (avec la bague, sur son sac à main (avec fermeture métallique) qui ressemble à celui de ma grand-mère

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je pense qu’il faut s’orienter sur la belle jeune fille,probablement une Miss« quelquechose » ,elle ressemble aux jeunes femmes des années 40/50 ;elle est peut-être encore de ce monde,ou tout au moins quelques Nantais peuvent la reconnaître. Vous pouvez aussi vous adresser au Centre d’histoire du Travail,2bis boulevard Léon Bureau,Nantes,
    tel:02.40.08.22.04-contact@cht-nantes.org pour la seconde photo !

    Répondre à ce message

    • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 30 septembre 2012 16:33, par Marie Claude Thomas

      Bonjour à tous, Cette petite enquête m’a émoustillée et je voudrais bien participer !
      Avez vous essayé d’identifier la jeune femme en robe claire... Si elle est encore en vie elle est sûrement très vieille, mais elle pourrait peut-être vous aider à mettre un nom sur ces visages et à dater l’évènement !
      Bonne recherche et bonne journée à tous. Marie Claude Thomas

      Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 30 septembre 2012 19:45, par arlette Renaud-boué

    Détail « important ou pas », mais nous remarquons que
    ***notre grand-mère est la seule à porter un chapeau.
    ***Les femmes debout ont quitté leur chaise pour être dans la prise de vue.
    ***La serviette de table continue à nous intriguer. Aurait-elle servi à couvrir un plat qu’elle aurait apporté ?
    ***Leur fille aînée s’est mariée à Saint-Nazaire le 3 octobre 1928, mais nous n’avons aucune photo du mariage. Elle a épousé un veuf. La cérémonie a dû être très simple. La photo serait-elle prise lors de cet évènement ?
    ***En reprenant les photos que nous avons de cette époque avant 1930, les tenues et coiffures féminines sont dans l ’air du temps. Par contre il est vrai que la beauté et la fraîcheur de la jeune femme dénote. Comme l’un d’entre vous l’a remarqué, elle semble être ceinte d’une écharpe. Bien vu aussi les deux élastiques au bras et le papier glissé au-dessous.

    Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 30 septembre 2012 21:53, par Raymond FAUVIOT

    Bonjour,
    Effectivement, dans les années 50 à 60, après la cérémonie du 11 novembre, on se réunissait, jeunes et anciens, au café pour boire un verre et faire une partie de cartes.
    Mais le décor de table semble démentir cette hypothèse, et fait plutôt penser à une fête ou un événement familial, en tout cas suffisamment important pour que les participants soient habillés avec une certaine recherche, que les hommes soient en cravates.
    Puisqu’il semble être question de tickets de car, il faut en conclure que l’événement a été l’occasion d’un regroupement de gens de différentes provenances. Il faut peut-être élargir les recherches sur plusieurs communes.

    Répondre à ce message

  • Bonjour ,

    Article très intéressent pour lequel je me suis penchée sur les photos.
    pour ce qui est de celle des employés d’usine je constate qu’il y a 2 femmes.L’une en bas à droite 2e rang au dessus de l’enfant puis une autre en noir en haut à gauche ,qui ressemble ,à s’y méprendre , à votre aieule devenue plus âgée sur l’autre photo.Sur les 2 photos Si l’on reprend les caractéristiques des visages nous trouvons des similitudes sur le carré du menton et les paumettes ainsi qu’une bonne part d’expression .Je pense que votre aieule travaillait parmis tous ces hommes (+ une autre femme) elle est élégante même âgée .Les vêtements des personnes à table laissent a penser que cela se passe dans les mois d’hiver peut-être Nôel.Pour ce qui est de la « serviette à carreaux »elle existait dans presque toutes les maisons et surtout les restaurants
    Je vous souhaite bonne chance pour la suite à donner à vos recherches.

    Isabelle

    Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 1er octobre 2012 09:45, par josé Fransois

    Bonjour,
    J’ai essayé de tenir un sac avec les même position des doigts c’est incommode, je pense donc qu’elle monte bien son alliance.
    Une « miss » de la Région est peut-être venue pour une réunion particulière comme elles le font souvent une fois élue, peut-être voir la presse de l’époque ? La réunion est peut-être en l’honneur de ce couple puise qu’elle est placée derrière eux.
    C’est peut-être une ancienne habitante du village.
    La salle est bien défraichie et ce doit être pauvre car ils ne peuvent même pas repeindre, on voit qu’elle est ainsi depuis lontemps.
    Le tissus de la fenêtre est à la taille de celle-ci, il doit donc servir régulièrement pour des photos dans cette salle.
    Il ne doit pas faire chaud car vote GM semble être en manteau et foulard, pas d’argent pour le chauffage, ou à cause de la période ?
    Voilà pour ma participation, bon courage.

    Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 1er octobre 2012 21:00, par corinne lebeau

    Cette histoire de photographie « à la jeune femme » m’a trotté dans la tête tout le week-end.

    En réexaminant le cliché, deux questions me viennent à l’esprit :
    - nous nous sommes tous plus ou moins focalisés sur le fait qu’elle portait une écharpe. Or, je me demande s’il s’agit bien de cela. Je m’explique : une écharpe type « miss » est nouée plus ou moins au niveau de la hanche. Dans ce cas, n’en verrions nous pas au minimum un morceau entre l’oreille du grand-père et le chapeau de la grand-mère ? En visionnant les photos disponibles du le net de diverses miss, je me rends compte que leurs écharpes semblent bien plus larges, le texte démarre souvent très haut (limite à l’épaule) et surtout ne donnent pas l’impression de « faire corps » avec leur vêtement. Vient donc l’hypothèse suivante : ne s’agirait-il pas tout simplement d’un col bicolore ?

    - toujours concernant cette jeune femme : si elle a effectivement un ticket au niveau du bras (étrange pour une miss, non ?) ne trouvez-vous pas qu’il fait assez grand ? Je n’ai plus personne dans mon entourage ayant connu cette période mais la logique voudrait que les tickets de transport soient relativement petits ne serait-ce que par rapport au coût d’impression. Ne s’agirait-il donc pas d’autre chose du style « ticket d’entrée » ou « ticket de boisson » (désolée, je ne trouve pas d’autre terme pour désigner ces tickets distribués par exemple dans les kermesses et que vous échangez contre une boisson) ?

    Répondre à ce message

    • Bien vu !En effet une écharpe de miss devrait être plus longue !
      Sa tenue plus légère que celle de l’assemblée pourrait-elle signifier qu’elle appartient à l’établissement, qu’elle s’y démène soit au service, soit en spectacle : y travaille-t-elle ; bien qu’il soit foncé, serait-ce un torchon de service sur son épaule droite ?
      Je n’arrive pas à définir la nature de ses boucles d’oreille

      Répondre à ce message

  • Petite remarque qui vaut ce qu’elle vaut : je crois que la jeune femme pourrait être une infirmière ou une garde-malade.
    Elle se tient derrière une dame très âgée, qui il me semble porte un chapeau de deuil avec son voile. Cette dame est assise à la droite de Jean : peut-être sa mère ?
    La jeune femme porte un brassard dont le carré de tissu (?), vu en gros plan, est cousu SUR les élastiques.
    Bonne continuation.
    Laurence DENIS

    Répondre à ce message

  • Bonjour.
    Il me vient une idée : il me semble que, sur le mur juste au-dessus de la croix (et donc sous la fenêtre) se projette une ombre : on dirait une sorte de disque asssez grand (chapeau ?) tenu à bout de bras (on dirait une main, et un bras). Cette assemblée ne regarderait-elle pas un spectacle ?
    Je fais peut-être erreur, mais essaie de faire avancer la recherche, si possible.

    Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 5 octobre 2012 23:51, par Pierrette Mothe

    Bonjour,
    Pour ma part, je suis intriguée par les gobelets sur la table :ils ressemblent tout à fait aux gobelets de plastique qu’on utilise de nos jours dans les réunions informelles. Existait-il des récipients de ce genre en 1929 ? Petit détail bien sûr ...
    Bonnes recherches !

    Répondre à ce message

  • Ressemblance frappante 17 novembre 2012 19:08, par Bancelin

    Je pense qu’il n’y a aucun doute. L’homme qui est sur la photo au restaurant est bien le même que celui sur la carte postale. Vous avez donc la photo de votre grand-père !
    Continuez bien. j’ai moi-même lancé une recherche sur une photo de famille dans la Gazette. Les avis sont parfois farfelus, mais toujours encourageants.
    Bonne recherche !

    Répondre à ce message

  • Cette jeune « miss » n’était-elle pas la dernière « Rosière » élue par le village ?
    Après l’élection on va au café pour fêter cela !
    L’élection d’une jeune fille « méritante » pour moi dans les années 40-50, et dans la région de vos ancêtres, à retrouver dans la presse du secteur.

    Bonnes recherches

    Répondre à ce message

  • Les vieux clichés nous parlent plus qu’il n’y paraît ! 30 mars 2013 10:14, par Gilles Dardé

    Bonjour,
    Une première constatation : la tablée est très près du mur. La salle ne paraissant pas être exiguë, cela laisse supposer que les convives sont installés tout autour de la salle, laissant place à un espace pour danser.
    Deuxième constatation : en ce qui concerne l’ombre du chapeau tenu à bout de bras, il ne peut pas s’agir d’un spectacle. Nous voyons bien, par la personne qui se situe au tout premier plan, qu’un flash a été utilisé. Dans l’option du spectacle, il serait impératif qu’un éclairage puissant supplante l’intensité lumineuse du flash, ce qui est peu probable dans ce contexte.
    Troisième constatation : les personnes âgées sont habillées plutôt chaudement, au contraire de la jeune femme en robe claire. Nous devenons frileux en vieillissant, nous ne sommes pas forcément en hiver, mais peut-être fin septembre ou tout aussi bien au mois d’avril.
    Quatrième constatation : en suivant mon idée du premier point, nous ne voyons donc qu’une partie de l’assemblée. Qui nous dit que l’ensemnble n’est composé que de personnes d’un certain âge ? Rien. Les anciens ont pu se regrouper ou être regroupés.
    Dernier point : la table. En zoomant, je constate qu’il s’agit bien de timbales et non de gobelets plastique. De quoi est composé le chemin de table ? La réponse pourrait nous donner la saison, mais j’ai du mal à identifier l’espèce végétale. Les feuilles sont très petites, peut-être du buis, je ne suis pas sûr.

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |