www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Actes insolites » L’assassinat d’un négociant ambulant savoyard en 1722

L’assassinat d’un négociant ambulant savoyard en 1722


jeudi 5 avril 2012, par Thierry Sabot

Répondre à cet article

Les faits divers locaux sont les plus nombreuses et les plus spectaculaires des mentions insolites contenues dans les registres paroissiaux. L’intérêt de ces annotations est souvent exceptionnel, car elles sont l’expression des risques et des dangers quotidiens, le révélateur des rapports entre les individus, l’affirmation de la rivalité, des conflits et de la violence au sein de la société.

Jean Catherin Blanc natif de Savoye agé de vingt deux ans faisant la profession de mercier et petit marchand de dantelles estant en France depuis quelques années et roulant de village en village dans le lionnais pour faire son negoce fut assassigné le treizième du courant dans le grand chemin de Lyon à Saint Symphorien le chateau pendant la nuit et ayant este amené à la Pillardière derrière cette paroisse. le lendemain ayant esté avertis de ce meurtre l’aurait confessé et administré le sacrement de l’extremonction n’ayant peu lui administrer le sacrement de l’eucharistie ayant le gosier percé par lequel trou ladite hostie aurait peu passer. Messieurs les officiers de justice dud. lieu ayant fait les formalités requises mourut hier dans la maison de madame la veuve Masseing bourgeoise de Lyon dans son domaine dud. lieu et après le consentement des dits officiers ce jourd’hui seizième octobre mil sept cent vingt deux a esté enterré par moy curé de Brindas dans le cimetière de l’église de la paroisse avec les cérémonies requises et nécessaires en présence de Mr Pierre Emmanuel Chalon capitaine chatelain dud. Brindas et Meyssimy, de Fiori Mercier et Antoine Guichard valet à la dame Masseing, de Jean et Nicolas Farge, habitants dud. lieu et marguilliers. Led. Chalon a signé, non les autres témoins pour ne savoir de ce enquis.

Brindas (69) - Brazier, curé - AD, coll. communale - BMS 1722 - 28GG1 - Vue 6/8.

Note : En principe, depuis la fin du XVIe siècle, une autorisation de justice est nécessaire pour procéder à l’inhumation d’un défunt privé en tout ou en partie des derniers sacrements, mais il faut attendre la déclaration royale de 1736 pour que la mesure se généralise.

Lire l’avis des premiers lecteurs

Cet ouvrage, étude inédite, se propose de vous faire découvrir quelques-unes de ces mentions insolites et de vous en montrer la richesse historique et généalogique. Il répond à bien des questions au sujet de ces textes insolites qui parsèment les registres paroissiaux : Pourquoi certains curés notent des mentions insolites ? Que nous apprennent-elles sur la vie quotidienne de nos ancêtres ? Comment repérer, déchiffrer, transcrire et commenter ces témoignages du passé ? Comment les utiliser pour compléter notre généalogie et l’histoire de notre famille ou de notre village ?

Il s’agit du premier numéro de Théma, la nouvelle collection d’histoire et de généalogie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

3 Messages

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |